Une 2ème ligne de production de modules photovoltaïques à Vénissieux

Six mois à peine après le lancement de la production d’une première ligne de production de modules photovoltaïques sur son site de Vénissieux près de Lyon, Bosch Solar Energy a annoncé que la seconde ligne de production a désormais atteint sa pleine capacité.

Cette ligne a d’ailleurs été inaugurée officiellement mardi.

Avec un effectif d’environ 200 personnes et une capacité de production totale de 150 mégawatts crête (150 MWc), le centre de production de Vénissieux représente l’unité de fabrication de modules la plus importante et la plus moderne de France. A pleine capacité, sa production quotidienne atteint 2.000 unités, ce qui correspond à un volume annuel de plus de 600.000 modules, soit l’équivalent des besoins énergétiques de 51.000 foyers français.

Bosch
a par ailleurs précisé que les lignes de la nouvelle usine présentent "une grande flexibilité", autorisant à Vénissieux la fabrication de "5 types différents de modules solaires", tant monocristallins que polycristallins.

La première ligne a été mise en service en mars 2012 après seulement 8 mois de travaux, un record.

Ce site diesel avait dû mettre fin l’an dernier à son activité de fabrication d’une pompe d’injection Common Rail, en raison de la chute de la demande. La fabrication de modules photovoltaïques a permis à Bosch de préserver 200 emplois à Vénissieux.

[ Vidéo ] – L’usine passe du diesel au photovoltaïque

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Ambiel

De toute façon en France tout le monde sait bien que le solaire c’est nul, ça n’a aucun avenir. Seul le nucléaire présente un avenir industriel ! Coulons la filière solaire pour éviter que n’émerge une industrie qui viendrait un jour faussement concurrencer nos énergies traditionnelles dans l’opinion publique. Ok je suis pas crédible en pro-nucléaire, mais en même temps c’est exactement ce que j’entend toute l’année dans la bouche de mes amis du système centralisé et mono-énergie à la française.

Dan1

Ben vous avez de drôle d’amis !!

Ambiel

Je ne vous le fait pas dire… Vous au moins avez une position plus simple, pas d’ENR en France car ça ne sert à rien !

Dan1

Et ben non, je n’ai jamais écrit cela. Car contrairement à bien d’autres je ne suis pas manichéen et dogmatique. je n’oppose donc pas systématiquement les EnR et les autres filières (dont le nucléaire). Si vous lisez attentivement les commentaires depuis 2008, vous constaterez d’ailleurs que ce ne sont pas les “non antinucléaires” qui déclarent le plus souvent les hostilités en provoquant le clivage. Cette attitude qui vise à provoquer le clivage en disant : si vous n’êtes pas pro… vous êtes anti est bien connue et c’est une technique fort prisée des antinucléaires. J’aurai plutôt tendance à penser que le mix énergétique français (composé aux deux tiers de FOSSILE) permet une intégration progressive et raisonnée des nouvelles EnR. Le hic c’est que ces nouvelles EnR ne produisent que de l’électricité et veulent absolument conquérir le seul mix électrique (25% ou 1/4 du problème) à n’importe quel prix. Il me semble alors normal de se fixer des objectifs peut être moins ambitieux mais plus réalistes sans promettre la lune. Les objectifs affichés dans le NREAP français (23% d’EnR dans le mix énergétique en 2020) me paraissent raisonnables… même si on a déjà largement la feuille de route pour le PV en 2012. Notre voisin se contente d’afficher un objectif de 18% d’EnR en 2020. Il considère peut être que les EnR ont finalement moins d’utilité qu’en France… c’est son affaire.

Lionel_fr

En 2012, je fais 9.5% de mon chiffre avec l’allemagne dont environ un tiers paiera des taxes en France. Pour parvenir à ce résultat , 90% de l’effort a consisté à quitter le territoire français pour que les grenouilles m’emmerdent pas avec leurs “besoins nationaux”. les technos PV représentent quand même 10% du chiffre facturé et devraient se généraliser autour de 15% en 2013 Toujours en 2012, j’aide un entrepreneur à sortir des sales pattes des frenchies en installant 80KWc de PV qui vont lui rapporter 1centime par kwh sur 20 ans. Je considère cette “exfiltration” comme “humanitaire” , l’entrepreneur est un réfugié énergétique. Je ne facture rien pour ça, c’est purement caritatif

Dan1

Et Chelya toujours près à faire une pointe d’humour à propos de la France : “23% ce n’est pas un “objectif”, c’est une loi qui dit qu’il est interdit à la France de faire plus de 77% d’énergies sales…” Bon alors le NREAP français nous interdit de faire plus de 77% d’énergie sale; Comme les NREAP sont imposé à tous les pays européens voyons les limites de l’énergie sale en 2020 chez nos voisins : Le tableau de la page 47 permet de classer les 27 limites (en faisant le complément à 100% des objectifs d’EnR). En voici le palmares : 1 Suède 51% 2 Lettonie 60% 3 Finlande 62% 4 Autriche 66% 5 Portugal 69% 6 Danemark 70% 7 Estonie 75% 8 Slovénie 75% 9 Roumanie 76% 10 France 77% 11 Lituanie 77% 12 Espagne 80% 13 Allemagne 82% 14 Grèce 82% 15 Italie 83% 16 Bulgarie 84% 17 Irlande 84% 18 Pologne 85% 19 Royaume-Uni 85% 20 Pays-Bas 86% 21 République slovaque 86% 22 Belgique 87% 23 République tchèque 87% 24 Chypre 87% 25 Hongrie 87% 26 Luxembourg 89% 27 Malte 90% Disons que c’est pas reluisant, car si la France est en 10ième position avec 77%, bien des grands pays sont derrière dont la verte Allemagne. Vous aurez remarqué que le premier du palmarès est un pays nucléaire (la suède) suivi de près par un autre pays nucléaire (la Finlande). Le french basching n’est pas aussi évident qu’il y paraît.

6
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime