Vestas : 40 éoliennes pour l’Espagne

Le fabricant d’éoliennes Vestas a reçu une commande de 40 unités pour trois projets espagnols.

La commande a été passée par Eufer, entreprise commune détenue par Enel Green Power (Italie) et Spanish union Fenosa. Elle consiste en 24 unités V90 de 2 MW et 16 unités V90 de 1,8 MW. Le contrat prévoit la fourniture des machines, leur installation et 5 ans de services fournis par Vestas. Le fabricant danois précise que les premières turbines devraient être mises en place à la fin 2009.

Ces trois parcs éoliens devraient assurer une production électrique de 138 GWh par an, de quoi répondre aux besoins de 30 000 foyers espagnols, et éviter l’émission de 54 000 tonnes de CO2 par an.

 

 

 

 

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
lion

138 GWh pour 70 MW de puissance installée, cela donne environ 2000h par an à l’équivalent pleine puissance.

marcob12

Un peu comme l’hydraulique qui donne chez nous 64TWh pour 25,4GW de puissance installée (équivalence de 2500h/an à pleine puissance) à la différence (pour le moment) de la fatalité de la production. Le mix énergétique mondial est et va continuer à être un mélange de fossiles, nucléaire et renouvelables pour des décennies. Selon les croyances de chacun, la démangeaison n’est pas au même endroit, pourtant cette réalité ne peut être évitée. Après on peut soutenir la thèse qu’une de ces composantes ne devrait pas même exister ou être hypermajoritaire. Ce n’est pas nous qui décidons, pas même nos gouvernements parfois, jamais les peuples…

marcob12

Les principaux décideurs imaginent pourtant continuer avec les ressources fossiles durant des décennies en “bottant en touche” avec la CCS. Après tout, la combinaison de ces ressources nous assure un approvisionnement au-delà de 2050, d’autant plus que la hausse des prix va inciter à bien mieux valoriser ces ressources (notre marge de progression est importante). Idem pour le nucléaire. Si l’uranium vient à manquer, on peut virer vers les surgénérateurs et/ou le thorium. Ce sont des choix politiques autant qu’économiques. Mais le mur n’est pas aussi apparent que vous semblez le voir. La réalité est que tout le monde investit lourdement dans la CCS et que les USA viennent de dépenser 1000 milliards pour s’assurer un accès privilégié aux ressources pétrolières du Golfe quand ils consacrent comparativement des pécadilles au développement des renouvelables. Il faudrait un équivalent du programme Apollo et on est encore à débattre de “mesurettes”. Le paysage énergétique est encore flou mais l’inertie du système et les lobbies en place nous garantissent une présence des ressources fossiles loin dans ce siècle. Pensez à mettre l’hyperlien des graphiques que vous présentez pour nous permettre de les interpréter. Le 1er concerne-t’il l’europe ou le monde ? Quand on se souvient que 60% du pétrole mondial est brûlé dans des moteurs thermiques on voit que même avec moitié moins de pétrole/hab une meilleure utilisation permettrait d’assurer des services identiques avec des ressources diminuées.

3
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime