Voitures Ecologiques : les candidats à la Présidentielle interpellés

Le Club des Voitures Ecologiques a adressé une lettre ouverte aux candidats à la Présidentielle pour leur demander non seulement de garantir la pérennité des soutiens aux voitures électriques / hybrides, mais aussi d’encourager la diversité des solutions énergétiques ou encore d’accentuer la recherche en matière de nouvelles énergies.

Ainsi, le Club qui réunit une centaine de parlementaires et de personnalités politiques de toutes tendances et de toutes les régions de France demande qu’il soit instaurée une aide à l’achat de véhicules alternatifs (soit 5.000 euros pour une électrique et 2.000 euros pour une hybride) ainsi qu’une réelle volonté d’implantation d’infrastructures de recharge en France qui passe par un plan national.

Par ailleurs, un encouragement à la diversité des solutions énergétiques : GPL, GNV, bioéthanol, hybride, électrique passerait par la mise en place d’un crédit de télépéage de 2.000 euros sur autoroutes pour les voitures écologiques. Cette mesure pourrait être compensée par "un faible allongement de la durée des concessions" précise le CVE. Une autre initiative prendrait la forme d’un disque vert, un système offrant une heure de stationnement gratuit pour les véhicules alternatifs.

Enfin, le CVE demande des mesures sur la recherche en matière de nouvelles énergies pour ‘voitures écologiques‘, comme la méthanisation, qui permettrait d’obtenir du biométhane carburant ou encore l’hydrogène, qui représenterait "une formidable opportunité industrielle pour notre pays."

"Au moment où le prix de l’essence atteint tous les records, il nous semble plus que d’actualité de multiplier les avantages pour que les automobilistes réorientent leurs choix. Les candidats à la Présidentielle ont une opportunité de valoriser leurs politiques en faveur d’une mobilité différente et de véhicules plus respectueux pour l’environnement et la santé publique. Les incitations auprès des automobilistes doivent être plus visibles et plus fortes que jamais" a déclaré Marc Teyssier D’Orfeuil, Délégué Général du Club des Voitures Ecologiques.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Pastilleverte

Allez les lobbies, plus que quelques semaines pour faire monter les enchères. Gag, le GPL est qualifié comme “écologique” Mais qu’est-ce qu’une voiture “écologique” ? Une qui émet peu de CO2 ? Foutaise ! le Diesel émet encore trop d’éléments polluants qui plus est dangereux pour la santé, mais c’est actuellement le modèle de série le moins consommateur de carburants et donc d’émissions de CO2. Les VE ? marchent aussi bien au charbon, au gaz ou aux déchéts radioactifs, bravo l’écologie ! (Ouais, OK, la pollution n’est pas sur le lieu de consommation finale, la belle affaire) Les transports en commun ? mais que l’on sache ils consomment soit du gazole, soit de l’électricité (voir plus haut) Finalement la “voiture écologique”, la seule, c’est la marche à pied… à condition que le marcheur ne consomme pas de viandes, spécialement bovine etc, etc… Bon je crois que je vais rester chez moi, sans bouger,… et sans consulter mon ordinateur, car électricité, et donc indirectement 4 à 5% des émissions de GES dans le monde… quelqu’un aurait il une Aspirine ?

umwelt

Vous exagérez un peu, quand même. L’objectif n’est pas de réduire à 0 nos impacts sur l’environnement (ceci n’arrivera que lorsque l’on aura tous disparu), mais de les baisser sous un seuil qui lui permette de s’adapter. Alors oui, les transports en commun, les transports doux (marche, vélo) sont respectueux de l’environnement. S’ils ne sont pas parfaits, ils représentent toutefois une avancée majeure sur les véhicules individuels (tous vecteurs énergétiques confondus).

De passage

car dans le texte est explicitement dit que le méthane biologique est une formidable opportunité (verte) pour les USA. Si ce n’est pas du vari “bio”, alors qu’est-ce? D’où mon titre….sans rancune

Planetwatcher

L’initiative du Club des Voitures Ecologiques est parfaitement louable et part d’un bon sentiment, bravo… Mais force est de reconnaître que le CVE se trompe de cible à deux reprises : • la Méthanisation et l’Hydrogène sont deux leurres industriels, poussés par des grands groupes en mal d’investissement, mais qui risquent de connaitre le même sort funeste que le GPL et le GNV. Dans la catégorie routière, rien ne remplacera – du moins à moyen terme – le coté pratique, “safe” et efficace de l’essence, dont le couple densité énergétique et facilité d’usage / distribution / stockage est inégalé à ce jour. Ce qui ne retire en rien l’intérêt de la citadine électrique, bien sûr… • Le vrai responsable de la pollution automobile… c’est le petit diesel et les embouteillages en ville. Nos « congestions vertes » savamment entretenues empêchent le pot catalytique des petites cylindrées d’être suffisamment chaud pour bien craquer les particules fines résiduelles… Selon l’OMS, ces particules seraient responsables en France chaque année de la mort de 42,000 citadins, soit 10 fois le nombre de victimes de la route… Le combat du Club et de tous les « acteurs propres » devrait être ailleurs : obliger les constructeurs à enfin optimiser les cycles urbains de leurs petites citadines – d’à peine 15%, ce qui revient à dire que 85% du carburant ne sert pas à la motricité du véhicule… et se retrouve en grande partie soit sur les façades des bâtiments…. soit dans nos poumons ! Le CVE et les promoteurs d’une voiture propre – tels l’AVERE – devraient surtout lutter pour que cesse ENFIN cet incroyable génocide au diesel, une exception bien française, qu’il faudra bien dénoncer un jour… Nous avons été les derniers à «comprendre» l’aberration de l’amiante, ne recommençons pas toujours les mêmes erreurs… 80% des nouvelles immatriculations sont du diesel, en raison d’une incitation fiscale de Bercy d’une autre époque, maintes fois dénoncée par la Commission Européenne… Pour récupérer une partie de leur TIPP ou bénéficier de déductions fiscales, les taxis et les flottes professionnelles doivent rouler au diesel. Est-ce bien normal ??? Ce qui va nous permettre d’évoluer sans doute et de « décider nos décideurs », c’est que même les jeunes des quartiers favorisés situés en bordure du périphérique ouest à Paris commencent aussi à ‘tousser’ et “partir trop tôt”… Une bonne nouvelle, néanmoins : le pétrole libyen étant plus léger que le brut algérien, les pétroliers vont enfin pouvoir rectifier le tir, les incitations vont évoluer… Peut-être reprendrons-nous un jour des activités de raffinage cohérentes en France en favorisant l’utilisation de l’essence, au lieu de continuer à importer du diesel, “par essence” plus coûteux, plus dangereux, plus polluant et moins générateur d’emplois… En dehors bien sûr des activités de nettoyage des monuments historiques… et du corps médical… Favoriser le zéro-émission en ville, oui, bien sûr… Mais stopper cette aberration du diesel urbain serait tellement plus efficace…

4
0
Laissez un commentairex