• Informer
  • Participer
  • Professionnels
login
pass
lettre d'information ▼
    Exemple ?  
Eole Miquelon arrête sa centrale éolienne pour raison économique
  
Eole Miquelon, l'une des filiales du Groupe Quadran, propriétaire des 10 éoliennes de 60 kW installées depuis l'an 2000 sur le site de « l'anse au Wary », a annoncé l'arrêt de son parc éolien dans l'archipel de St-Pierre et Miquelon.

Cette installation, mise en service en 2000 dans le cadre du programme Eole 2005, n'a jamais été autorisée à produire à pleine capacité (1,7 GWh annuels attendus soit presque 30% de la consommation moyenne de l'île).

En effet, selon Quadran, il était impossible d'injecter complètement la production éolienne dans le réseau national du fait du fonctionnement imposé par EDF qui privilégie l'usage prioritaire de ses groupes diesel.

Les études et tests préalables à la réalisation du projet - ayant notamment impliqué les équipes de R&D d'EDF - avaient pourtant montré la faisabilité du projet et la bonne qualité de la fourniture.

"Malgré la très bonne disponibilité du matériel et l'excellent gisement éolien dont bénéficie l'île, la production de la centrale éolienne a régulièrement été bridée de plus de 50 % de ses possibilités par une gestion inadaptée des moyens de production diesel d'EDF" a déploré Quadran. "Récemment encore, EDF sous couvert d'un « risque » pour son exploitation et la « stabilité » du réseau (ce qui est loin d'être le cas comme en atteste le « black out » du 4 janvier 2014), et en pleine période de pénurie de carburant sur l'ile, a empêché les éoliennes de produire alors que cette énergie renouvelable permet justement à Miquelon de réduire sa dépendance au gazole."

A aucun moment, la priorité n'a été donnée à l'éolien, comme le prévoit la réglementation.

"Cette centrale est pourtant la seule source de production électrique d'origine renouvelable de l'archipel de Saint Pierre et Miquelon. Sur la période 2000-2013, elle a permis de produire 15 % de l'électricité consommée sur le réseau miquelonnais et ainsi d'économiser 2 000 tonnes de gazole, soit environ 10 000 tonnes de CO2 non émis dans l'atmosphère" a également précisé Quadran.

Le prix moyen de vente contractuel à EDF de l'électricité délivrée par Eole Miquelon depuis sa mise en service se situe en dessous de 14 ct€/kWh. Ce prix a été déterminé pour des conditions « normales » d'exploitation et aurait dû permettre à Eole Miquelon d'être bénéficiaire. Mais les conditions d'exploitation imposées par EDF, ont conduit la société Eole Miquelon à accumuler des pertes à hauteur de près de 1,5 ME depuis la mise en service industrielle, le 31 décembre 1999.

Pourtant, ce prix est très largement inférieur au coût de production des groupes diesel d'EDF qui est de l'ordre de 35 à 40 ct€/kWh à Miquelon et l'utilisation optimale des éoliennes aurait ainsi pu permettre à la collectivité nationale (par la CSPE) d'économiser environ 350.000 euros/an, soit prés de 5 ME depuis leur mise en service.

"Cette situation intolérable n'a jamais trouvé d'écho auprès des parties prenantes du projet (élus – CRE – EDF – etc.)" a estimé Quadran.

Dans ce contexte de blocage, le Groupe Quadran se dit contraint d'arrêter la centrale, "pourtant tout à fait opérationnelle et capable de fonctionner encore plusieurs années, avec des conséquences multiples et graves" :

- Sociales puisque le salarié en CDI habitant sur Miquelon perdra son emploi local (avec par ailleurs la suppression d'interventions de courte durée d'un opérateur supplémentaire en périodes de maintenance active, comme ce fut le cas ces derniers mois)

- Economiques sur la CSPE puisque la production éolienne sera alors remplacée par une production thermique dont le coût est aujourd'hui largement supérieur. L'impact immédiat et durable sur la CSPE sera d'environ 350.000 €/an.

- Environnementales avec l'augmentation des émissions de CO2 du secteur de la production d'électricité (suppression d'un moyen de production renouvelable qui aurait pu assurer 30% de la production de l'île).

- Sociétales, avec la fermeture, faute de solution technique ou économique, d'un site de production renouvelable en état de fonctionner. Cette issue défavorable constituerait, à notre connaissance, une première en France.

"Cette centrale emblématique, une des premières installations au monde à démontrer la faisabilité industrielle du fonctionnement mixte éolien/diesel, tête de pont de la technologie française en Amérique du nord, va être arrêtée faute de vision des décideurs techniques, politiques et financiers impliqués dans ce dossier. La France va une fois encore montrer la difficulté de développer les énergies renouvelables sur son territoire, même là ou leur justification économique est largement démontrée" a constaté amèrement Jérôme Billerey, Directeur Général de Quadran acteur de ce projet depuis son origine.

[ Illustration article ]

 Lu 4854 fois 
 Publié le 15/01/2014 à 07:40 
© Enerzine.com
 
Envoyer à un ami Envoyer Flux RSS Enerzine
Imprimer Imprimer
Temb


Invité



le 17-01-2014 11:34:06

@bachoubouzouk
"Après, tout cela ne se fera évidemment pas instantanément"

Non c'est certain, et on pourra toujours compter sur EDF pour mettre tout son poid pour freiner ces évolutions.

fredo


Membre
depuis le 07-04-2009
le 17-01-2014 13:38:51

[ pour bachoubouzouc ]
vous recommencez à devenir grossier, chassez le naturel, ...

Au passage, merci de ne plus taxer systématiquement de mauvaise foi toute personne qui n'est pas d'accord avec vous, ou qui ose critiquer EDF, société privée côtée en bourse, composante du CAC 40 bien connue pour sa philanthropie.

Vous confondez sans doute forum sur l'énergie et assemblée d'actionnaires.

Cela dit, je distinguerai la lettre (le contrat) et l'esprit (ce qui est affiché par EDF), raison pour laquelle le soutien inconditionnel me paraît excessif.

sur la lettre (le contrat donc), j'ai déjà dit plus haut que manifestement la rédaction du contrat laissait toute latitude à EDF d'utiliser ou non, sans justification, l'électricité produite par les éoliennes de Vergnet, sur la base indicative de 1,7 Gwh /an.

sur l'esprit (affiché par EDF) d'amélioration de l'efficacité énergétique, je serai beaucoup plus mesuré, car EDF semble plutôt chercher l'amélioration de l'efficacité financière (utilisation optimum du bouquet de moyens financiers publics: tarif d'achat majoré, fonds chaleur, revente certificats blancs, revente certificats verts de Quadrant,).

comme souvent, on est dans une zone grise, et s'arc bouter comme vous le faîtes dès qu'Edf est cité est bien rapide.

Je le répète la confiance n'exclut pas le contrôle par ex par la Cour des Comptes pour l'efficience de l'utilisation des deniers publics par EDF, société privée dont le but est de gagner toujours plus d'argent, dans le cadre de la péréquation CSPE.

souhaitons au moins que l'étude aboutisse (enfin) à la mise en place par EDF de la fameuse batterie 200kwc qui permettrait le lissage de l'éolien à Miquelon (seul 1 Gwh utilisé soit 15% du mix à Miquelon seul).

Bachoubouzouc


Invité



le 17-01-2014 14:33:54

@ fredo
"Au passage, merci de ne plus taxer systématiquement de mauvaise foi toute personne qui n'est pas d'accord avec vous"

N'est-ce pas vous qui me taxiez de mauvaise foi hier à 21h35, sans rien argumenter ?

Moi quand je le fais, je l'argumente (et on me conteste rarement).

Ce que vous venez de faire ici, par exemple, c'est de la mauvaise foi. Puisque vous m'accusez d'un truc que vous pratiquez vous même.

"ou qui ose critiquer EDF, société privée côtée en bourse, composante du CAC 40 bien connue pour sa philanthropie."

Mais vous pouvez critiquer qui vous voulez tant que vous voulez, du moment que c'est justifié et argumenté !

Ne cherchez donc pas à jouer les victimes quand vous racontez des conneries et qu'on vous prouve par A+B que ce que vous dites est faux !

Ais-je prétendu une seule fois qu'EDF était autre chose qu'une entreprise capitalistique ?

Ais-je défendu EDF lorsque certains de ses cadres ont monté des opérations illégales de surveillance contre Greenpeace, si ce n'est de rappeller que Greenpeace n'étaient pas des enfants de coeur non plus ?

"Je le répète la confiance n'exclut pas le contrôle par ex par la Cour des Comptes pour l'efficience de l'utilisation des deniers publics par EDF, société privée dont le but est de gagner toujours plus d'argent, dans le cadre de la péréquation CSPE."

Mais évidemment ! Je ne souhaite pas autre chose que des contrôles de la Cours des Comptes, de la CRE (ce qui serait plus son rôle ici), et de la justice.

Et je souhaite que quand une de ces instances a rendu un verdict/jugement/rapport, la partie perdante ne cherche pas à se refaire par voie de presse...

Dan1


Invité



le 17-01-2014 17:41:52

Service rapide
Vous demandez un audit de la Cour des Comptes sur la politique climatique et énergétique... voici :

http://www.ccomptes.fr/fr/Publications/ … gie-climat

Evidemment, ce n'est pas un audit sur Saint Pierre et Miquelon et EDF, mais il y a des choses intéressantes sur les EnR.

Je m'étonne d'ailleurs qu'Enerzine ne l'ai pas mentionné dans un article ?

Il faut s'abonner au publications de la Cour des Comptes.

fredo


Membre
depuis le 07-04-2009
le 17-01-2014 22:43:32

[ pour bachoubouzouc ]
encore en train de beugler !

"Ne cherchez donc pas à jouer les victimes quand vous racontez des conneries et qu'on vous prouve par A+B que ce que vous dites est faux !"

prenez un suppo ça ira mieux.

fredo


Membre
depuis le 07-04-2009
le 17-01-2014 22:49:43

[ pour dan1 ]  bien joué
bravo pour cette info très pertinente!

trimtab


Membre
depuis le 27-09-2008
le 18-01-2014 13:49:52

Latest news...?
Dans un petit bref aujourd'hui Ouest France fait part de l'arret de ce parc sous le titre : "Eoliennes arrêtées, Miquelon revient au tout fuel", et que ......"Le démontage vient de commencer...."

Alors que:

1: Certains pensaient que Quadran, par ses déclarations, cherchait à 'préparer le terrain' pour la vente des moulins à EDF.....donc ça ne pourrait être désormais qu'en 'pièce détachées', vu que le 'démontage' a commencer....?

2: EDF disent eux mêmes que le nouvelle centrale ne sera pas du 'tout fuel' (dans le lien que j'ai donné plus haut):

"........la nouvelle centrale sera adaptée pour fonctionner avec un parc éolien (régulation des moteurs plus performante), envisagé par le Conseil Territorial...."

......Alors avec quels moulins, vu qu'on 'démonte' les existants....?

C'est assez brumeux comme histoire.........?

The answer my friend is blowing in the wind....?

trimtab

Sicetaitsimple


Invité



le 18-01-2014 14:57:11

à trimtab, c'est brumeux
comme le climat de St Pierre et Miquelon....

Mai j'ai compris ( je peux me tromper) des documents EDF que les deux iles ne sont pas reliées.

On parle(rait) bien de Miquelon, avec ses 600kW d'éolien pour 1600kW de puissance de pointe.

La nouvelle centrale est elle implantée à St Pierre, avec la grande majorité des 6000 habitants.

http://saint-pierre-et-miquelon.edf.com … t-2013.pdf

Dan1


Invité



le 18-01-2014 15:44:25

Un peu de géographie
Pour désenbrumer un peu cette "affaire", je vous propose un tour sur Géoportail :

http://www.geoportail.gouv.fr/accueil

Comme c'est la France, il y a les cartes IGN et les photos satellite.

Il suffit de sélectionner Saint Pierre et Miquelon au lieu de France métropolitaine en bas à gauche dans la carte et de sélectionner la vue souhaitée dans "catalogue de données".

Sur la carte, les éoliennes et les centrales électriques sont indiquées.

Evidemment, il y a deux problèmes à Saint Pierre et Miquelon : Saint Pierre et.... Miquelon !

Sinon, je vous encourage à lire le rapport de la Cour des Comptes intitulé "LA MISE EN OEUVRE PAR LA FRANCE DU PAQUET ÉNERGIE-CLIMAT" de décembre 2013 que j'ai cité car il y a des choses intéressantes sur les EnR et notament la façon d'évaluer les coûts systémiques. On y parle aussi de l'intermittence.

Dan1


Invité



le 18-01-2014 16:23:22

En photos
Et voilà l'objet de "l'affaire" :

http://www.thewindpower.net/images/image5612.jpg

ça vient de là :
http://www.thewindpower.net/windfarm_me … quelon.php

Avec cette technologie, ça ne devrait pas être trop dur à démonter.

Sicetaitsimple


Invité



le 18-01-2014 19:10:26

à dan1: effectivement
Ca ne va pas être dur. Et ne doutons pas que si elles sont réellement en bon état (ce dont je doute un peu après 14 ans d'exploitation, mais je n'ai aucun élément), on les retrouvera, malgré qu'elles aient été payées par le consommateur d'électricité francaix via la CSPE, installées dans un autre territoire un peu exotique....

En tous les cas, cet exemple un peu atypique démontre deux choses:

- on ne peut pas faire n'importe quoi en matière d'intégration des renouvelables.Dans le cas présent, c'était dès le départ un projet et un contrat merdiques, on ne met pas 600kW d'éolien dans un réseau isolé qui en consomme en moyenne moins de 1000 (pic à 1600), où alors il faut que cet éolien soit piloté.

- la fin des périodes d'obligation d'achat, ça va à mon avis être sportif... Préparez vos mouchoirs!

-

Dan1


Invité



le 18-01-2014 20:50:55

Spectacle de l'intermittent
Bien d'accord sur le fait que nous n'avons pas encore tout vu car le cycle n'en est qu'au début, il faudra voir comment cela se termine.

Je vous recommande toujours la lecture du rapport de la Cour des Comptes et notament des passages qui traitent de l'intermittence et de la nécessité de prendre en compte les coûts complets des EnR et non pas seulement la parité réseau.

Pour plus de facilité c'est entre les pages 181 et 193 du rapport et entre les pages 350 et 371 des annexes dont je donne le lien direct :

http://www.ccomptes.fr/fr/content/downl … climat.pdf

Je suis sûr que vous serez sensible aux arguments de la Cour des Comptes qui demande d'inclure tous les coûts engendrés par l'intégration des EnR dans le mix.

Sicetaitsimple


Invité



le 18-01-2014 21:03:02

à dan1
Vous voudriez insinuer ( avec la CC) qu'il y aurait des "coûts cachés" derrière les renouvelables intermittents?

Bah oui, il y en a, on va les voir révélés peu à peu notamment chez nos voisins un peu plus équipés que nous, via les marchés de capacité.

Ce n'est pas un drame, juste une réalité!

Faut juste s'habituer à payer via sa facture des producteurs pour qu'ils restent à l'arrêt....

Ce qui est certain, c'est que la facture va globalement augmenter mais quand on aime on ne compte pas.

Bachoubouzouc


Invité



le 19-01-2014 09:50:35

@ fredo
"prenez un suppo ça ira mieux."

Et voilà qui conclue notre débat !

Dan1


Invité



le 19-01-2014 16:51:42

Le suppôt
A Bachoubouzouc.

Peut être que fredo vous a pris pour un simple suppôt, agent et auxiliaire zélé de l'horrible EDF.

Pour en revenir à cette sombre affaire d'EDF à Miquelon qui empêche les bons éolistes de produire vert, je pense qu'il avait peut un problème technique et contractuel, parce qu'apparemment les éolistes n'ignoraient pas, dès 2002, qu'il y avait des limites à la production :

www.windpoweringamerica.gov/winddiesel/ … quelon.pdf

Voir slides 16 et 17.

Et on peut voir que Vergnet redit la même chose en avril 2008 :

apps1.eere.energy.gov/tribalenergy/pdfs/wind_akco11.pdf

Voir slide 14.

Apparemment, il y avait bien une charge minimale de 50% pour les groupes électrogènes.

Par ailleurs, les diésels électrogènes de production n'aiment pas trop les sous-charges.

Sicetaitsimple


Invité



le 19-01-2014 17:46:03

à dan1 le chercheur
Excellente, cette présentation!

qui démontre bien qu'en 2002 "Vergnet" (la société de projet qui portait celui-ci)  était parfaitement au courant des limitations liées au régime minimal de production des diesels.

Mais à l'époque on payait certanement plus les ingénieurs que les avocats chez Vergnet, qui par ailleurs pour être clair a un concept original et a qui je souhaite beaucoup de succès (à Vergnet "le constructeur").

Dan1


Invité



le 19-01-2014 19:42:56

Recherche
Comme le disait Lionel, je ne suis pas ingénieur... je suis chercheur (enfin sur le web).

Alors évidemment je suis pour que l'on augmente la recherche !

Pour ce qui est de savoir ce que savait Vergnet, je pense que cela est clair, il y avait une limitation dès le début.

D'ailleurs, je vais reprendre in extenso la partie intéressante du jugement du tribunal de Bordeaux du 04 février 2010 que Bachoubouzouc a déjà cité :

"Sur la responsabilité :

Considérant, en premier lieu,

qu’aux termes de l’article 4 des conditions générales du contrat conclu le 29 octobre 1999 pour l’achat de l’énergie électrique produite par la centrale éolienne de Miquelon : Le producteur s’engage à livrer toute sa production à E.D.F. (...) E.D.F. s’engage à prélever et à rémunérer toute l’énergie produite disponible, dans la limite de la puissance indiquée aux conditions particulières, sous réserve qu’il n’en résulte aucune entrave au bon fonctionnement technique des réseaux et sous les réserves de disponibilité du réseau d’accueil précisées à l’article 6 des conditions particulières ;
que l’article 5 des conditions particulières du même contrat prévoit que le producteur s’engage sur la livraison à E.D.F. d’une production annuelle égale à 1 700 000 kWh ;
que l’article 8 de ces conditions générales prévoit la rémunération de l’énergie électrique au prorata des kWh livrés sur le réseau E.D.F. sur la base d’un prix exprimé en cF/kWh indiqué au paragraphe 7.1 des conditions particulières ;
qu’enfin l’article 9 des mêmes conditions générales prévoit le versement d’une prime annuelle de capacité calculée sur la base de l’engagement de production annuelle pris par le producteur et affectée d’un bonus ou d’un malus en fonction du respect de la quantité d’énergie effectivement fournie ;

Considérant
qu’il résulte de la combinaison des stipulations précitées du contrat du 29 octobre 1999, qui prévoient d’une part, des réserves à l’obligation de prélèvement de l’énergie électrique d’origine éolienne en cas d’entrave au bon fonctionnement des réseaux et d’autre part, une rémunération au prorata des kWh effectivement livrés sur le réseau électrique, qu’E.D.F. ne s’est engagée à rémunérer que l’énergie électrique produite par la centrale éolienne, effectivement prélevée et livrée sur le réseau électrique de Saint-Pierre et Miquelon, et non l’ensemble de la production annuelle de référence que la société VERGNET ARCHIPEL s’est engagée à lui livrer aux termes de l’article 5 des conditions particulières ;
que, par suite, la société requérante n’est pas fondée à soutenir que la société E.D.F. devait, en application des stipulations financières de ce contrat, lui payer chaque année toute l’énergie électrique disponible dans la limite de 1.700.000 kWh ;

Considérant, en second lieu,
que la société VERGNET ARCHIPEL soutient que la société E.D.F. a méconnu ses engagements contractuels en ce qui concerne l’optimisation du recours à l’énergie éolienne, en favorisant la livraison de l’énergie électrique produite par la centrale électrique regroupant les moteurs Diesel qu’elle gère, au détriment de l’énergie produite par les éoliennes ;
qu’elle soutient avoir subi un préjudice économique et commercial du fait du comportement fautif de la société E.D.F. qui aurait, volontairement et sans raison, limité l’introduction de l’énergie produite par les éoliennes dans le réseau électrique de Saint-Pierre ;

Considérant, d’une part,
qu’ainsi qu’il a été dit précédemment, l’article 4 des conditions générales du contrat prévoit que l’engagement de prélèvement de l’énergie éolienne de l’acheteur se fait sous réserve du bon fonctionnement technique des réseaux et sous les réserves de disponibilité du réseau d’accueil ;
que si la société VERGNET ARCHIPEL se prévaut du protocole d’accord établi entre les parties le 22 janvier 1998 et dont l’objet est de préciser les limites de fourniture dans le développement puis l’exploitation du projet et définir les règles de fonctionnement de l’ensemble du système éolien /diesel dans le système électrique de Miquelon, tant au niveau de la ferme éolienne que de la centrale E.D.F., il résulte des stipulations de ce document que l’insertion de la ferme éolienne dans le réseau ne doit pas modifier les conditions d’exploitation technique de la centrale électrique ni dégrader le niveau de qualité de l’offre de services par E.D.F. ;
que ce protocole précise également que la puissance minimale de bon fonctionnement des groupes de moteurs Diesel est fixée à 50 % de leur puissance nominale et que l’injection de la production éolienne dans le réseau peut être optimisée en faisant fonctionner un groupe de plus faible puissance que celui normalement utilisé ;
qu’ainsi, l’optimisation de la production éolienne ne constitue qu’une faculté et n’est prévue que sous réserve du maintien de la qualité des services fournis par E.D.F. aux usagers ;
que l’étude technique réalisée en janvier 1999 sur le fonctionnement d’un système mixte éolien/diesel, dont se prévaut la requérante, précise expressément que les limites de ce système sont dictées par le maintien de la qualité de fourniture du service et les règles d’exploitation des moyens de production et que le raccordement d’un site éolien à un réseau insulaire de faible puissance, tel celui de Saint-Pierre et Miquelon, est de nature à provoquer des perturbations gênantes pour les usagers ;
que ce document conclut en outre à la nécessité d’investigations complémentaires ;
que si la société VERGNET ARCHIPEL fait valoir qu’aux termes de l’article 3 du contrat du 29 octobre 1999, un document technique devait être établi entre les parties pour définir les consignes d’exploitation du système mixte et les responsabilités des parties sur ce point, il résulte de l’instruction qu’aucun document de ce type n’a jamais été rédigé et que la société VERGNET ARCHIPEL n’a jamais sollicité E.D.F. sur ce point avant de lui adresser une mise en demeure en février 2009 ;

Considérant, d’autre part,

qu’ainsi que l’a estimé à juste titre le tribunal administratif, le contrat d’achat conclu le 29 octobre 1999, qui doit être regardé comme l’expression des engagements réciproques des parties, prévoit expressément des réserves au prélèvement et à l’injection de l’énergie électrique d’origine éolienne dans le réseau de Saint-Pierre et Miquelon en cas de troubles dans le fonctionnement du réseau ;
que la société VERGNET ARCHIPEL qui avait connaissance, des contraintes d’exploitation du réseau électrique de Saint-Pierre et Miquelon, compte tenu de sa taille limitée, et notamment de la nécessité d’assurer la qualité de fourniture du service fourni aux usagers ne conteste pas la nécessité pour E.D.F. d’assurer une réserve primaire d’énergie par l’utilisation de moteurs de forte puissance pour pallier le caractère intermittent de l’énergie éolienne ;
que cette société n’ignorait pas les contraintes de bon fonctionnement des groupes de moteurs Diesel de la centrale électrique gérée par E.D.F. ;
que par suite, la société VERGNET ARCHIPEL n’établit pas qu’en limitant le recours à l’énergie éolienne dans le réseau électrique de Saint-Pierre et Miquelon, la société E.D.F., dont il ne résulte pas de l’instruction qu’elle ne maîtrisait pas les réglages des moteurs Diesel de sa centrale, aurait méconnu la portée de ses engagements contractuels dans des conditions lui ouvrant droit à réparation ;

Considérant qu’il résulte de tout ce qui précède que la société VERGNET ARCHIPEL n’est pas fondée à soutenir que c’est à tort que, par le jugement attaqué, le Tribunal administratif de Saint-Pierre et Miquelon a rejeté sa demande ;

Sur les frais exposés et non compris dans les dépens :

Considérant

que les dispositions de l’article L. 761-1 du code de justice administrative font obstacle à ce que soit mise à la charge de la société E.D.F., qui n’est pas dans la présente instance la partie perdante, quelque somme que ce soit au titre des frais exposés et non compris dans les dépens ;
qu’il y a lieu, en revanche, de condamner la société VERGNET ARCHIPEL à verser à la société E.D.F. la somme de 1.500 euros sur le fondement du même article ;

DECIDE :


Article 1er : La requête de la société VERGNET ARCHIPEL est rejetée.

Article 2 : La société VERGNET ARCHIPEL versera à la société E.D.F. la somme de 1.500 euros sur le fondement de l’article L. 761-1 du code de justice administrative."

Dan1


Invité



le 19-01-2014 19:54:24

Vergnet innovation
Par ailleurs la société Vergnet fait des choses très intéressantes dans le domaine de l'éolien et cela mérite d'être connu et souligné.

Je vous propose d'allez voir dans l'espace téléchargement de leur site, il y a des vidéos sympas sur les systèmes de dépose des nacelles :

http://www.vergnet.com/downloads.php

Verdarie


Invité



le 20-01-2014 09:48:14

Miquelon contre edf suite
Je ne sais pas d'ou vient la mauvaise foi mais je constate que lorsqu'on empêche une société de produire toute l'énergie renouvelable dont elle est capable pour pouvoir injecter de l'électricité produite à partir de pétrole, me pose un problème ? Car pour maintenir la fiabilité du réseau électrique sur cette île, il aurrait suffit de confier cette opération à cette même société.  Dans une démocratie normalement constituée, on ne peut pas être juge et partie.

Mac


Invité



le 20-01-2014 10:00:38

Trading
EDF achète le fioul via sa filiale basée à la city, EDF Trading, comme pour les centrales corses, et comme le cout est intégralement prix en charge par la CSPE...

chelya


Membre
depuis le 29-04-2009
le 20-01-2014 10:36:38

Rappelons que la norme dans l'UE, c'est la séparation des activités de réseaux électriques et des activités de production électrique car auparavant les entreprises qui avaient les deux discriminaient les producteurs indépendants. La France a obtenu une dérogation pour l'outre-mer, visiblement il n'y a aucun intérêt technique vu qu'EDF annonce être incapable d'intégrer de l'éolien alors que tous ses concurrents y arrivent et il n'y a aucun intérêt économique vu qu'ils demandent 11% de rentabilité quand la concurrence privé est à 9%... Si vous donnez un monopole c'est pour avoir des investissements pour moins cher (entre 7 et 8, soit environ 20% d'économie), pas plus ! On peu d'ailleurs se demander une chose, pourquoi est-ce que les réseaux insulaires d'EDF ont besoin de la CSPE, alors que les autres réseaux insulaires qui ne sont pas gérés par EDF (ex Tahiti), n'en ont pas besoin ?

On a vécu la même chose à une époque dans les télécoms : souvenez-vous de l'époque où France Telecom vous obligez à lui louer des téléphones et où ils interdisaient tout autre combiné parce que selon eux ça perturbait le réseau... Décidémment il faut croire que les réseaux en France sont bien fragiles... ou alors c'est les monopoles ?

Bachoubouzouc


Invité



le 20-01-2014 14:07:00

@ chelya
Se débarrasser des réseaux insulaires, surtout ceux minuscules d'ïles comme Saint Pierre et Miquelon, serait totalement dans l'intérêt d'EDF :

Ca coûte affreusement cher (produire et distribuer à l'autre bout du monde sur un minuscule lopin de terre sans ressources propres), tout ça pour un nombre ridicule de clients.

La raison pour laquelle EDF le fait (est obligé de le faire) est que c'est une mission de service public à laquelle EDF est astreinte.

C'est une mission à laquelle EDF se consacre du mieux qu'elle peut.

Critiquer de loin est toujours le propre de branleurs improductifs dans votre genre, qui de toute manière ne prendront jamais le risque de trop se mouiller eux-même.

Temb


Invité



le 20-01-2014 15:15:58

@bachoubouzouk
Encore heureux qu'EDF s'en occupe ! Vous êtes payés pour ça, compensés en plus par la péréquation et disposez d'un quasi monopole en France, avec le droit de financer un machin non retable comme l'EPR sur votre bilan, vous avez le droit de faire exploser vos budgets (EPR de 1,5milliards à 8,5milliards et bientot 10, CIGEO de 3milliards à 15 puis 35milliards) et de faire exploser tous les délais sans que personne ne soit inquiété chez vous!

Vous avez le droit de ponctionner 1% du CA pour votre CE, de ne quasi pas payer l'éectricité et donc de consommer 5 à 10 fois plus qu'un français moyen, 1/2 réacteur nucléaire à vous seul), de bénéficier d'un régime spécial de retraite parmi les plus avantageux au monde, de feriner la transition énergétiqu en France, de mettre le plus de batons dans les roues aux ENR, de nous fabriquer un beau tas de déchets radioactifs, de saccager des zones entières au Niger, de vendre des réacteurs nucléaires à des dictatures (ou d'essayer), de financer des campagnes de pub pour votre idéologie à tour de bras et avec des montants énormes, etc, etc....

fredo


Membre
depuis le 07-04-2009
le 20-01-2014 17:29:28

[ pour bachoubouzouc ]
"Critiquer de loin est toujours le propre de branleurs improductifs dans votre genre, qui de toute manière ne prendront jamais le risque de trop se mouiller eux-même."

il continue à beugler, très gravement atteint

j'adhère totalement à l'indignation de Temb, j'ajouterai bien aussi dans le "etc" le soupçon de délit d'initié quand l'action pEDF prend x% à l'annonce par la bande et non démentie d'une prolongation d'exploitation de 10 ans (quid de l'ASN?),

sympa le concept de monople spéculatif avec garantie publique de dernier ressort...

bon revenons à nos moutons:

je suis allé à St Pierre et Miquelon, pas comme certains planqués protégés par un statut ultra privilégié, hein bachou? (je suis obligé de m'y mettre maintenant !)

Sicetaitsimple


Invité



le 20-01-2014 19:43:28

à chelya! a tahiti
" pourquoi est-ce que les réseaux insulaires d'EDF ont besoin de la CSPE, alors que les autres réseaux insulaires qui ne sont pas gérés par EDF (ex Tahiti), n'en ont pas besoin ?"

La réponse est ici:

https://agence.edt.pf/contrats-d-energie

Pour le tarif "classique BT usage domestique", environ 60 francs pacifique/kWh TTC, soit environ 0,50€,soit plus de 3 fois fois le prix dans les DOM.

Suffit de demander!

 
  
 
Retrouver Enerzine.com sur ...
S'abonner au rss
S'abonner à Twitter
S'abonner à Facebook
S'abonner à la newsletter
S'abonner à Youtube
S'abonner à Google+
Les offres d'emploi
Documentation