La certification de l’ATMEA1 se précise au Canada selon Areva

Développé conjointement par Areva et Mitsubishi Heavy Industries (MHI), le réacteur ATMEA1 vient de franchir la première étape du processus de pré-certification mené par la Commission de Sûreté Nucléaire Canadienne (CSNC).

En effet, la CSNC a validé les objectifs et options globales de sûreté du réacteur en les confrontant à ses exigences réglementaires pour la construction de nouvelles centrales nucléaires. Les deuxième et troisième étapes consisteront maintenant à analyser en profondeur le design du réacteur pour préparer dans les meilleures conditions le processus de certification.

D’après Areva, le réacteur de troisième génération ATMEA1 comporte des systèmes de sûreté et de sécurité avancés analogues à ceux de l’EPR : "résistance aux chutes d’avion et aux secousses sismiques, contrôle-commande de dernière génération, récupérateur de corium, trois trains de sûreté indépendants."

De plus, "ces dispositifs répondent aux règles et recommandations internationales les plus récentes, tests post-Fukushima inclus", tient à faire remarquer le géant français du nucléaire.

Dans l’hexagone, l’Autorité de Sûreté du Nucléaire a confirmé en 2012 que le réacteur ATMEA1 répondait aux critères de sûreté requis pour cette génération de réacteurs.

Le réacteur ATMEA1 a été sélectionné pour le site de Sinop en Turquie et présélectionné en Jordanie, au Brésil et en Argentine. "La reconnaissance par plusieurs autorités des options de sûreté associées à la technologie ATMEA1 confirme la pertinence des choix effectués par Areva et son partenaire MHI dans ce domaine", a déclaré Claude Jaouen, Directeur de l’activité Réacteurs & Services d’Areva.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "La certification de l’ATMEA1 se précise au Canada selon Areva"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
De passage
Invité

Où on voit bien la différence d’idéologie pour des territoires soumis aux mêmes agressions climatiques: Les 8% de la population qui sont québéquois ont un gouvernement anti-nuc qui les pousse au tout EnR.. Les 92% autres sont ouverts au nucléaire et y investissent (doublement pratique de la capacité de production en cours) ainsi qu’au gaz de schistes et pétrole non conventionnel. Interressant sujet d’observation à suivre durant les 20ans à venir

moise44
Invité
Je ne suis pas sur que le Québec soit antinucléaire. Les quécois sont pragmatiques et ont décidé de fermer la centrale de Gentilly, mais j’espère qu’ils n’ont pas oublié que l’tat voisin a une centrale voisine similaire a moins de 50 km. Enfin, le Quebec peut faire ce que l’allemagne n’a pas réussi carlle n’a pas le relief, l’espace et l’eau nécéssaire. Je vous rapelle que le Québec produit plus de 90% de son électricitée avec l’hydraulique ! Ils sont même obligé de vendre a perte leurs KWh en surplus au voisin états-unien ! Avec un tel volume de stockage,… Lire plus »
wpDiscuz