Mail, requête WEB et clé USB pèsent lourds en CO2 [I]

Les Technologies de l’Information et de la Communication (ou TIC) contribuaient à hauteur de 2 % aux émissions européennes de gaz à effet de serre, en 2005, selon un rapport commandé par la Commission européenne en 2008**.

L’une des conclusions du rapport explique que leur contribution pourrait atteindre à horizon 2020 près de 4 % de ces émissions avec un scénario qui tend à conserver les comportements et habitudes acquis à ce jour. Or, rappelle l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), les TIC font aujourd’hui parties intégrantes de nos vies professionnelles et personnelles.

L’ADEME a souhaité évaluer les impacts environnementaux des TIC et a donc lancé une étude portant sur les analyses de cycle de vie appliquées à ces pratiques. Cette étude note l’agence a été réalisée par "BIOIS", accompagnée d’une revue critique composée par plusieurs experts indépendants. Trois usages ont été retenus pour conduire ces analyses de cycles de vies (ACV) :

L’utilisation du courrier électronique ;
Les requêtes effectuées sur Internet ;
L’utilisation de supports de transmission de documents de type clés USB.

Nous vous proposons de reprendre sur trois volets les résultats de cette étude avec en bonus les conseils de l’ADEME permettant de réduire l’empreinte carbone :

Le courrier électronique

En moyenne, 247 milliards de courriers électroniques ont été envoyés par jour dans le monde en 2009 en prenant en compte les spams. Un chiffre de 507 milliards est anticipé pour 2013.

Les scénarii ont montré que chaque collaborateur d’une entreprise française de 100 personnes reçoit en moyenne 58 courriels et en envoie en moyenne 33 par jour, dont la taille moyenne est d’environ 1 Mo. Ces envois de courriels entraînent des émissions de gaz à effet de serre. Sur la base de 220 jours ouvrés par an, ces dernières représentent 13,6 tonnes équivalent CO2.

Réduire de 10 % l’envoi de courriels incluant systématiquement son responsable et un de ses collègues au sein d’une entreprise de 100 personnes permet un gain d’environ 1 tonne équivalent CO2 sur l’année (soit environ 1 aller-retour Paris/New-York).

Le cas spécifique d’une entreprise française dans laquelle un employé envoie un courriel de 1 Mo à plusieurs destinataires : 10 personnes puis 100 personnes, a été étudié. Les résultats ont montré que décupler le nombre de destinataires multipliait par 4 l’impact sur le changement climatique.

Pour obtenir des données plus précises, les scenarii ont mesuré la différence d’impact de l’envoi d’un courriel de 1 Mo à 1, 2 ou 3 destinataires. Environ 6 g équivalent CO2 supplémentaires sont émis pour chaque destinataire supplémentaire, ce qui représente environ 44 kg équivalent CO2 par an et par employé.

–> Conseil [ Rationaliser autant que possible le nombre de destinataires pour chaque envoi de courriel ]

Diminuer de 10 % le taux d’impression des courriels reçus par les employés d’une entreprise de 100 personnes permet d’économiser 5 tonnes équivalent CO2 sur un an (soit l’équivalent d’environ 5 allers-retours New-York/Paris).

Les scenarii ont comparé l’impact de l’impression d’une pièce jointe de 4 pages sous différents formats et constaté que l’impression a une forte influence sur le potentiel de changement climatique, tout comme le format d’impression sélectionné.
Les scenarii ont aussi montré que les impacts de la lecture à l’écran d’un document reçu par courriel sont liés au temps de lecture, qui détermine le temps d’utilisation de l’ordinateur.

–> Conseils [ N’imprimer que si nécessaire. A titre d’exemple : Pour un document de 4 pages, dont le temps de lecture est évalué à 3 – 4 minutes par page, il est préférable d’opter pour la lecture à l’écran, qui aura alors moins d’impact sur le potentiel de réchauffement climatique. Au-delà de 15 minutes environ consacrées à la lecture de ce document de 4 pages, il est préférable de l’imprimer en noir et blanc, recto/verso, 2 pages par face. ]

L’impact du stockage des courriels et des pièces jointes associées sur un serveur est un enjeu important : plus le courriel est conservé longtemps sur un serveur, plus il a un impact négatif sur le potentiel de changement climatique. Son rôle dans l’épuisement du potentiel des ressources fossiles est également accru.

Pour parvenir à cette conclusion, les scenarii ont comparé l’envoi d’un courriel de 1 Mo à une personne, l’envoi d’un courriel de 1 Mo à une personne qui le sauvegarde pendant 6 mois sur son serveur, l’envoi d’un courriel de 1 Mo à une personne qui le sauvegarde pendant 3 mois sur son serveur avant suppression. Les conséquences sur le potentiel de changement climatique sont moins importantes quand la durée de sauvegarde est plus courte.

–> Conseils [ Optimiser la taille de ses documents afin de réduire la taille du message et la quantité d’informations transmises et stockées. Ne conserver que les courriers électroniques nécessaires. Trier et nettoyer régulièrement sa messagerie électronique. ]

Diminuer de 10 % la proportion d’envoi de courriels de 10 Mo au sein d’une entreprise de 100 personnes permettrait un gain de 8 tonnes équivalent CO2 sur un an (équivalent à 8 allers-retours New-York/Paris).

Pour obtenir ce résultat, les scenarii ont permis de mesurer et d’évaluer les impacts environnementaux générés sur un an quand 10 % des employés d’une entreprise française de 100 personnes envoient des courriels de 1 Mo sans compresser les documents qu’ils envoient (passage à un message de 10 Mo).

–> Conseils [ Compresser un document de taille importante avant son envoi. Préférer l’envoi d’un lien hypertexte à celui d’une pièce jointe. ]


** rapport "Impacts of Information and Communication Technologies on EnergyEfficiency", réalisé par BIOIS (spécialiste des études et du conseil dans le domaine de l’information environnement et santé sur les produits).

 

Lire la Synthèse complète (.PDF)

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

11 Commentaires sur "Mail, requête WEB et clé USB pèsent lourds en CO2 [I]"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Teredral
Invité

Pardon de contribuer par ce message à la production de GES mais il me semble que le premier usage présenté, le courrier électronique, devrait être mis en balance avec la réduction du courrier papier acheminé par la poste qu’il permet lequel serait bien bien plus pénalisant en terme de GES.

Sakharov
Invité

Au vue des chiffres annoncés pour les courriers électroniques, permettez moi d’en douter. Avez une source d’une analyse de cycle de vie réalisée sur le courrier transporté par la poste ?

Sakharov
Invité

Aux vues des chiffres annoncés pour les courriers électroniques, permettez moi d’en douter. Avez-vous une source d’une analyse de cycle de vie réalisée sur le courrier transporté par la poste ?

Doubyb
Invité

et si on pointait du doigt aussi la pub par messagerie, et pire, par papier ? – combien de CO2 émis par les tonnes de prospectus papier par jour en France et dans le monde ? – et si on parle réduction des émission de CO2, pourquoi avoir autorisé l’explosion des quotidiens gratuits (bourrés de pub bien sûr) ? NB : attention aux signatures et autres logos qui plombent la taille des messages électroniques.

Blu
Invité
J’avais déjà vu ce genre d’étude (une sur les recherches google notamment) et chaque fois ça m’intrigue un peu. Comment a-t-on mesuré ces émissions? D’où vient, physiquement le CO2? L’hypothèse qui vient tout de suite à l’esprit c’est prendre la conso électrique de tous les serveurs, multiplié par le contenu CO2 de l’électricité (mais lequel, le français ou l’américain? le résultat est différent) et diviser ça par le nombre de Mo de données envoyées. Mais prend-on en compte le fait que le serveur de ma boîte tournera en permanence, que j’envoie des mails ou pas (ce qui voudrait dire que… Lire plus »
Lionel_fr
Invité
Comme Blu, je pense que cette étude est limitée à la ménagère de – de 50 ans. Les coût d’un service internet comme le mail est indissociable des couts fixes engendrés par toutes les machines du réseau y compris celles des utilisateurs. Restreindre l’utilisation a un effet nul ou peut être d’un gramme de CO² et non pas une tonne ! Dans le passé l’administration Clinton s’était émue de ce problème et avait fait voter plusieurs lois notamment l’obligation d’imprimer la doc sur papier recyclé et surtout Energie Star qui s’appelle “économiseur d’écran” ici et qui n’a plus beaucoup de… Lire plus »
Auschwitz
Invité

Sortir du nucléaire Paris – Meeting AREVA – 8 juillet 2011 violence contre activistes – go to the highest european court for human rights – this is outrageous !!!! 2 PEACEFUL Activists ABSOLUTELY CREULLY BEATEN UP BY THE FRENCH POLICE !!!! Please “make friends” on Facebook and Twitter and send 10000 people an email to make friends with Sortir Du Nucleaire. Donate them as much money as you can…..the French Government wants to kill everyone with their nuclear bombs and their nuclear reactors !!!!

North korea
Invité
exactly on the afternoon of the 2nd july 2011 the website http://www.enerzine.com was down for ONE WEEK and now there is not ONE SINGLE WORD about the largest explosion in the history of France in the LARGEST NUCLEAR POWER PLANT OF FRANCE: Centrele Nucléaire de Tricastin, NOW EVERYONE CAN SEE: ENERZINE.com is th WORST PRO-NUCLEAR WEBSITE IN THE WORLD THAT HAS DELIBERATELY SHUT DOWN FOR ONE WEEK AND “DOES NOT KNOW” ABOUT THE EXPLOSION IN THE TRICASTIN NUCLEAR PLANT !!! WE HOPE EVERYONE REPORTS THIS SCANDAL TO THE FOREIGN PRESS !!! Centrale de Nucleaire Tricastin EXPLOSION 2nd July 2011 –… Lire plus »
Auschwitz
Invité
La Central Nucleaire Flamanville avait u 3 heures avant Super-GAU et La Hague est une usine EXACTEMENT MAYAK/HANFORD/SELLAFIELD, avec un Super-GAU absolument catastrophale pour TOUS LA FRANCE !!!!!! LA HAGUE = AUSCHWITZ DE PARIS LA HAGUE = AUSCHWITZ DE LA FRANCE Un Accident a La Hague et Paris = le centre de France est DETRUIT pour 10 Millions annees…. Un chance á deux pour un Accident Majeure Nucléaire en France: Centrale de Nucleaire Tricastin Centrale de Nucleaire Tricastin EXPLOSION 2nd July 2011 http://www.ledauphine.com/drome/2011/07/02/explosion-et-colonne-de-fumee-a-la-centrale-edf-du-tricastin?image=18FC1E26-7571-4EA6-A79A-16288577CAEB#galery http://www.ledauphine.com/drome/2011/07/02/explosion-et-colonne-de-fumee-a-la-centrale-edf-du-tricastin?image=8CE271F9-2614-4CBC-B8EF-9561991509B2#galery twitpic.com/5k5h91 http://www.ledauphine.com/fr/images/18FC1E26-7571-4EA6-A79A-16288577CAEB/LDL_06/explosion-et-colonne-de-fumee-a-tricastin.jpg fr.wikipedia.org/wiki/Socatri http://www.tagesschau.de/multimedia/audio/audio21408.html http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/incendie-a-la-centrale-du-tricastin-03-07-2011-1358060.php Centrale de Nucleaire Tricastin EXPLOSION 2nd July 2011 – Photos: Sarkonucléaire… Lire plus »
Sismique
Invité
20 Réacteurs Nucléaire dans un zone sismique active (7,0- >8,0 Magnitue Richter) en France: Centrale Fessenheim 2 Réacteurs (=Oberrheingraben) Centrale Bugey 4 Réacteurs (Major Fault Line! African/European Plate) Centrale St-Alban 2 Réacteurs (Major Fault Line! African/European Plate) Centrale Cruas 4 Réacteurs (Major Fault Line! African/European Plate) Centrale Tricastin 4 Réacteurs (Major Fault Line! African/European Plate) Centrale Marcoule 4 Réacteurs (Major Fault Line! African/European Plate) http://www.youtube.com/watch?feature=playe…p;v=Nm_seFPIiIo http://www.sortirdunucleaire.org/carte/ France Cartes Rhone Valley Sismique: 5 Réacteurs Nucléaire dans un zone sismique active (7,0- >8,0 Magnitue Richter) en Suisse: Centrale Beznau, 2 Réacteurs (Major Fault Line African Plate/European Plate) Centrale Gösgen, 1 Réacteur (Major… Lire plus »
moise44
Invité
@blu Oui, il faut prendre en compte tout ce que vous avez cité. Pour l’électricité, on prendra une valeur moyenne française ou européenne… puis mondiale. Je rapelle qu’une moyenne n’est pas forcément représentative de la consommation électrique de chacun. Et surout en terme de TIC. Mais il faut aussi ajouter l’énergie nécéssaire a la fabrication et aux transports des outils/mahines permettant l’envoi et l’impression de ces mails. A l’extraction /raffinage des matières premières …etc Donc le volume de données échangés peut faire varier l’impact CO2 car il faut plus de disques durs pour le stockage par exemple, donc plus de… Lire plus »
wpDiscuz