Areva / INSERM : accord dans la médecine nucléaire

Areva MED (filiale d’Areva) a annoncé la signature d’un accord de recherche et de collaboration avec l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), portant sur le développement de traitements innovants pour combattre le cancer.

Le groupe Areva a en effet développé un procédé d’extraction du plomb-212 à partir de thorium provenant d’anciennes activités industrielles. Le plomb-212 est un isotope radioactif rare qui fait l’objet de recherches prometteuses portant sur le développement de nouvelles thérapies de lutte contre le cancer. Son pouvoir irradiant est utilisé en radio immunothérapie pour cibler et détruire les cellules cancéreuses.

Le programme de recherche AREVA / INSERM sera mené par le Dr Jean-Pierre Pouget, Directeur du département de Radiobiologie de l’Institut de Recherche en Cancérologie de Montpellier (IRCM), sous la direction du Dr André Pèlegrin.

« Nous nous réjouissons de cet accord avec l’INSERM. Il souligne à nouveau la volonté d’AREVA d’étendre son action dans le domaine de la médecine nucléaire, en innovant à partir de son savoir-faire et de sa technologie, et en collaborant avec les meilleurs laboratoires mondiaux » a déclaré à cette occasion, Patrick Bourdet, PDG d’Areva Med.

En médecine nucléaire, le développement de nouveaux traitements est dicté par la disponibilité des isotopes. En mars 2010, Areva Med a annoncé la construction d’une unité industrielle de production de plomb-212 dans la région du Limousin qui permettra la création de nouveaux traitements ciblés pour les patients.

C'est maintenant !
Fournisseur Total direct énergie

10% de remise sur le prix de votre consommation d'électricité et de gaz !

[ Crédit image : Areva MED]

Partagez l'article

 

Articles connexes

Souscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
lion

Tous les détracteurs du nucléaire oublient facilement que les raio-isotopes ont permis de réaliser d’immenses progrès en matière de diagnostic et également sur le plan thérapeutique. D’ailleurs, le monde médical est toujours fortement inquiet sur les capacités mondiales de fabrication de ces radio-isotopes qui sont le fait de quelques réacteurs pour certains très anciens.