Areva : Ouverture de capital et cession de T&D

Areva a décidé d’ouvrir son capital à de nouveaux partenaires stratégiques et à ses salariés. Le groupe va mettre en vente son activité Transmission et Distribution.

Comme annoncé par la presse, le Conseil de Surveillance du groupe Areva, réuni mardi sous la présidence de Jean-Cyril Spinetta, a arrêté les modalités de financement du plan de développement pluriannuel de l’entreprise.

Le groupe a justifié cette décision par ses besoins d’investissemennt et de recrutement, et la nécessité de maintenir une structure bilancielle solide.

C’est pourquoi, sur proposition du Directoire, le Conseil de Surveillance d’Areva a décidé d’offrir à des partenaires stratégiques et industriels l’opportunité d’entrer à son capital, à hauteur de 15 % et essentiellement par augmentation de capital. Cette augmentation de capital sera ouverte aux porteurs de certificat d’investissement, précise Areva.

Le groupe lance également un projet permettant le développement de l’actionnariat salarié.

Le Conseil de Surveillance a par ailleurs demandé au Directoire de mettre en vente le pôle Transmission et Distribution (T&D) du groupe. Dans le cadre du processus d’appel d’offres ouvert qui va être engagé, le groupe se dit attentif, en plus du prix proposé, au projet industriel et social.

Selon la qualité des marques d’intérêt qui seront reçues, la décision de céder ou pas T&D et le choix d’un éventuel acquéreur seront pris avant la fin de l’année.

Areva envisage également la cession de ses participations dans Eramet et ST Microelectronics. Ces participations resteront en tout état de cause sous actionnariat public, compte tenu de leur caractère stratégique, indique-t-elle.

En outre, Areva va poursuivre son programme de réduction de coûts et d’amélioration de la performance opérationnelle.

Enfin, le soutien des actionnaires au groupe se traduira par une nouvelle politique de dividendes qui consistera en un taux de distribution de 25 % du résultat net part du groupe, à partir des comptes 2010 et pendant trois ans.

Commentant ces décisions, Jean-Cyril Spinetta a indiqué que "Les solutions de production d’énergie sans CO2, son cœur de métier, ont des perspectives de croissance fortes. Pour bénéficier de cette croissance, le groupe doit maintenir dans la durée un programme d’investissements ambitieux. Le plan arrêté par les actionnaires répond totalement à cette exigence".

         

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Tartempion

Entre le solaire qui sera au point, rentable et normalement commercialisable d’ici 10 à 12 ans…………. Entre l’éolien qui sera rentable et normalement commercialisable d’ici 4 à 5 ans …………… Entre les biomasses pour produire les carburants mobile de 2ème et 3ème générations qui seront disponibles d’ici 12 à 15 ans………….. Entre ces 3 sources qui se mettent en place lentement certes, mais sûrement, et la venue estimée à 30 ans de la fusion de type ITER, on peut raisonnablement estimer un âge d’or du nucéaire sur encore 15 ans ……………. mais après, on entame le déclin……….. Alors faire participer pour maintenir et multiplier autant que faire se peut, on est d’accord……….. mais pourquoi vendre T&D ? En sachant que si c’est juste un transfert sur une autre source France Publique, ce n’est pas vraiment une vente, et ce transfert ne mériterait même pas que l’on en parle !

alain843

servir à toutes les énergies et cela permettra de mieux comprendre Areva (dont le cash n’était pas assuré ces derniers temps par son coeur de métier)

bmd

Vous oubliez, ou faites semblant d’oublier, que les facteurs de charge de l’éolien et du solaire sont respectivement en France de 20 % et 11% en moyenne. Par conséquent tant que l’on ne saura pas mieux stocker l’électricité en masse (pour l’instant les techniques existantes ne permettent un stockage qu’à la marge), la part des électricités éolienne et solaire dans notre approvisionnement électrique ne peut être élevée ( jusqu’à 25 ou 30 %?) que si des centrales à réaction rapide peuvent être mobilisées pour faire face aux rapides fluctuations de puissance, en particulier pour l’éolien. Les centrales hydrauliques de lacs peuvent actuellement utilisées dans les pays qui ont de fortes ressources hydrauliques ( Norvège et Suède qui assistent actuellement le Danemark par exemple). Mais dans la plupart des pays d’ Europe, c’est surtout les centrales à gaz qui devront se développer pour venir en appui de l’éolien et du solaire. Etant donné les perspectives très limitées qu’offrent le gaz ( diminution des quantités disponibles sur le marché mondial dans moins de 10 ans) que feront dans dix ans les pays qui comme l’Allemagne et l’Espagne misent sur l’éolien, et qui n’auront pas pris la précaution de développer chez eux le nucléaire? Ils utiliseront leur charbon, et de plus en plus du charbon importé, dans des centrales à gazéification très coûteuses. La pollution atmosphérique et les rejets de mercure de ces centrales entraîneront une mortalité croissante (actuellement environ 10 000 par an rien qu’en Allemagne du fait de ces centrales à charbon).  Plus encore que du rendement et du prix, il faut se préoccuper des capacités de stockage si l’on veut que l’éolien et le solaire ne soient pas des impasses. Or pour dix chercheurs qui travaillent sur les rendements, il y en a un qui travaille sur le stockage!

Tartempion

Le récent accident Italien du train de GPL vient de nous faire remémorer que si ce train avait été chargé d’hydrogène, l’explosion n’aurait pu avoir lieu …… et vient de rappeler au monde que l’hydrogène remonte à plus d’un siècle ………….. alors entre les batteries qui pour moins de 2000 € peuvent stocker au moins 15 jrs de consommation d’un logement et l’hydrogène qui est tout à fait au point surtout en stationnaire avec les moteurs actuels, que l’on ne vienne pas nous dire que le stockage n’est pas au point ……………. Par contre, ce qui n’est pas au point, c’est la faculté d’intelligence et donc d’adaptation de nos Big Brothers qui pensent être perdus sans le fossile auquel ils se sont si bien accoutumés au fil des ans ……….

pasnaif

“chargé à l’hydrogène, l’explosion n’aurait pu avoir lieu”: Je ne sais pas qui vous a fait écrire cela mais c’est – désolé – la plus belle connerie que j’ai lu des dix dernières années. Souvenez-vous du dirigeable Hindenburg, la video est repassée souvent à la Télé.

chelya

Si l’Hindenburg avait explosé en vol il n’y aurait pas eu 62 survivants… Si vous regardez la vidéo, vous verrez que la flamme lié à la combustion de l’hydrogène s’échappe par le haut (l’hydrogène est plus léger que l’air) ce qui fait que le dirigeable descend lentement vers le sol, ensuite le feu s’étend au parties inflammables du dirigeable et finit par atteindre les réserves de carburant liquide servant à alimenter les moteurs diesel… J’ai déjà vu des vidéos d’un comparatif entre un crash test d’une voiture à pétrole et d’une voiture à hydrogène, dans le cas du pétrole, le carburant liquide tombe sur le sol et les flammes montent et brulent la voiture, dans le cas de l’hydrogène les flammes montent verticalement ce qui est déjà un peu plus rassurant… Evidemment si on est dans un container ou même un tunnel ou un parking on aura quand même droit à la jolie boule de feu, donc j’ai des doutes sur la thèse de l’accident de train qui ne serait pas arrivé…

marcob12

Concernant l’allemagne la messe n’est pas dite à 10 ans. Voyez l’évolution des nouveaux renouvelables chez eux sur 10 ans (1997/2007). Ils sont passés de 6 à 69 Twh avec des hausses très importantes ces dernières années pour les 3 principales composantes. L’éolien est passé de 3 à 39,5Twh sur la période, la biomasse (sens large incluant biogaz) est passé de 2,7 à 26,1 Twh et le solaire explose sur les 4 dernières années passant de quasiment zéro à 3,5 Twh. Les 3 composantes peuvent prétendre encore à des taux de croissance soutenus sur la décennie (le développement massif de l’éolien off-shore va relancer l’éolien par ex). Sur 10 ans une hausse tendancielle les ferait consommer 100 Twh de plus et les programmes européens et allemands d’efficacité énergétique pourrait diminuer ce chiffre.  Personne ne peut jurer que ce triple développement ne produira pas 100 Twh de mieux dans 10 ans (voire bien plus) et qu’ils débrancheront leurs réacteurs. Entre 2004 et 2007 les moyens conventionnels (charbon + nucléaire) sont passés de 553,5 à 544,4 (-9,1Twh). Les nouveaux renouvelables sont passés de 35,4 à 69,1 Twh (+33,7 Twh). Sachant qu’ils ont un potentiel biogaz important (cultures énergétiques par ex), qu’ils développent des piles à combustibles à haut rendements pour le valoriser au mieux, qu’ils disposent d’un potentiel de stockage et que des moyens classiques peuvent être développés, qu’ils vont commencer à valoriser d’ici 10 ans, les paris sont ouverts. Ce qui est bien plus clair c’est que l’activité mise en vente peut rapporter gros dans la décennie à venir, car tout montre que des besoins massifs d’interconnection existent en europe et ailleurs, d’autant plus que les renouvelables se développeront. Drôle d’idée de vendre.

7
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime