Biocarburants : le Danemark rejoint le mouvement

Le Danemark a longtemps été réticent à l’intégration de biocarburants dans ses transports. En 2003, l’Europe se dotait d’une directive visant à 5,75% d’incorporation de biocarburants à l’horizon 2010. Le Danemark avait répondu en annonçant un objectif de 0%, considérant qu’il exploitait déjà largement la biomasse dans ses usines à cogénération qui fournissent chauffage et électricité avec un rendement énergétique et économique nettement supérieur à ceux des biocarburants.

Six ans plus tard, le Danemark, pays devant consentir le plus d’efforts pour satisfaire aux exigences européennes d’émissions de gaz à effet de serre, est rentré dans le rang et a finalement décidé de s’aligner sur les objectifs de l’Union. Le pays qui accueillera en décembre prochain la primordiale conférence des Nations Unies sur le Changement Climatique (COP 15) compte profiter de l’occasion pour présenter aux délégations venues de plus de 200 pays des projets innovants de centrales de production à seconde génération, proches de pouvoir produire à échelle industrielle.

Usine à haute pression SCF

La compagnie danoise SCF Technologies a mis en place un prototype de centrale qui produit du bioéthanol en retraitant à haute pression les eaux usées. Le procédé, appelé Catliq, se rapproche du mécanisme naturel de synthèse du pétrole. La matière organique est mélangée à un catalyseur homogène avant d’être chauffée et pressurisée. La suspension épaisse qui est ainsi produite est injectée dans un réacteur avec un catalyseur hétérogène, composé d’oxyde de zirconium, de carbonate de potassium et d’ions métalliques. Cette réaction casse les grosses molécules organiques en petites molécules, des alcènes et alcools primaires, qui, avec l’aide des catalyseurs, se retransforment en chaînes carbonées longues qui composent l’hydrocarbure final. Le chlorite, le phosphore, le soufre et d’autres polluants sont filtrés et retraités au cours du cycle de production. Le biocarburant obtenu est donc plus propre que les carburants fossiles non traités.

Inbicon transforme la paille en électricité, biocarburant, biocombustible et nourriture pour animaux

Inbicon est la branche biocarburant du géant danois DONG Energy. Inbicon entend démontrer en décembre prochain que la production de bioéthanol de source ligno-cellulosique, c’est-à-dire à partir de paille, est viable économiquement et énergétiquement et est surtout presque prête à être industrialisée. La centrale expérimentale de Kalundborg célèbre le mariage d’une centrale électrique et d’une centrale de traitement de la paille. En résumé, la vapeur de la centrale électrique est utilisée pour cuire la paille, et le biocarburant résiduel issu de la centrale de production d’éthanol est réinjecté dans la centrale électrique.

L’énergie contenue dans l’éthanol et les autres produits résiduels est supérieure à l’énergie nécessaire pour la conversion de la biomasse. Le surplus d’énergie de cette centrale à cogénération d’un nouveau type participe à son très bon rendement énergétique et à la viabilité financière du projet. La centrale de Kalundborg devrait dès décembre convertir chaque année 30.000 tonnes de paille. L’usine produira 5,4 millions de litres de biocarburant, 8 250 tonnes de biocombustible solide (les fameux résidus) et 11 100 tonnes de mélasse destinée à l’alimentation du bétail.

[BE Danemark numéro 23 (28/07/2009) – Ambassade de France au Danemark / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/60134.htm]

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
bmd

Tiens tiens…Le Danemark serait le pays ayant à faire le plus d’efforts pour les Gaz à effet de serre. Mais à quoi donc a servi leur éolien?

Guydegif(91)

Bravo au Danemark de s’être donné de tels challenges pour le COP15 de déc09 ! Un pays hôte qui ne se contente QQ bonnes idées à latéraliser chez nous ! On parlait encore récemment ici de ”comment exploiter la chaleur / vapeur excédentaire de nos Centrales Nuc”, trop près et peu conseillé pour des maisons et un réseau urbain, ainsi que des serres……mais en vlà une d’utilisation pour cet excédent de chaleur / vapeur à valoriser…. De plus, au Danemark pas trop de forêts, mais….chez nous, au lieu de se limiter à la seule paille, on peut peut-être également traiter et combiner d’autres sources de biomasse, en plus de la paille (requise pour fertiliser les sols): bois, résidu et déchets de bois, etc… QQ réflexion à mener ou consolider…d’ici déc09, par ex ! A+ Salutations Guydegif(91)

marcob12

Ne soyons pas manichéens… “le Danemark, pays devant consentir le plus d’efforts pour satisfaire aux exigences européennes d’émissions de gaz à effet de serre” est une phrase qu’il faut replacer dans le contexte des exigences de la commission concernant les émissions dans les transports. Se souvenir aussi que la directive européenne “énergie renouvelable” leur a fixé un objectif ambitieux de 30% à l’horizon 2020 (23% pour la France, quand cette dernière tire 2100 fois plus de Twh hydraulique de ses barrages) et que la commission comptabilise les émissions par “tête de pipe” et non par unité de PNB (dans le 1er cas les danois émettent 70% plus de CO2 que les français, dans le second 19% de plus seulement). Pour mémoire les chinois gaspillent l’énergie et émettent bien moins que nous (par unité de PNB ils émettent 10 fois plus que nous, mais par habitant (2005) 70% de nos émissions seulement). Concernant leurs émissions de CO2 (Keystats 08) ils avoisinaient les 10t/an/hab en 2005, au coude à coude avec les allemands mais derrière les belges, tchèques, irlandais, hollandais… Bref, tout sauf en tête de liste. Pour mémoire les danois ont produits 28% de leur électricité via les nouveaux renouvelables en 2007 contre 7% dix ans plus tôt et leur production conventionnelle d’électricité est passé de 41,1Twh en 1997 à 28,3 Twh en 2007, plus des projets importants de véhicules électriques et de V2G qui contribueront à diminuer leurs émissions. Ils avaient raison de fuir l’usage des agrocarburants pour moteurs thermiques (une énorme foutaise) et leur mise au pas (pas définitive au demeurant) serait une mauvaise nouvelle pour la raison.

3
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime