Coup de chaud sur la facture d’électricité à l’horizon 2017 : +30%

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) vient de publier son 1er rapport sur le marché de détail français de l’électricité et du gaz naturel qui couvre l’année 2011, et l’année 2012 pour certaines analyses.

Ce document de référence** a pour objectif de fournir aux acteurs une connaissance approfondie du fonctionnement de ces marchés en présentant non seulement un panorama exhaustif du développement de la concurrence mais aussi une analyse prospective de l’évolution des prix de l’électricité d’ici 2017, toutes choses égales par ailleurs.

Les marchés de détail de l’électricité et du gaz naturel ont connu depuis 2000, et sous l’impulsion de la Commission européenne, des évolutions visant à l’ouverture des marchés à la concurrence. Ainsi de nouveaux fournisseurs, autres que les fournisseurs historiques de l’énergie (EDF en électricité, GDF Suez et Tégaz en gaz naturel et les entreprises locales de distribution), proposent des offres de fourniture aux clients professionnels et domestiques.

Ces nouveaux acteurs dits alternatifs construisent leurs offres de manière libre en s’approvisionnant, notamment via l’ARENH, mais aussi sur les marchés de gros ou en développant des moyens de production propres. Ces offres dites de marché se différencient des offres au tarif réglementé de vente dont le prix est fixé par le gouvernement. Seuls les fournisseurs historiques peuvent proposer des offres au tarif réglementé. Les offres de marché sont quant à elles proposées à la fois par les fournisseurs alternatifs et par les fournisseurs historiques.

"Un développement de la concurrence en demi-teinte sur le marché de détail de l’électricité"

Au 30 septembre 2012, un tiers de la consommation nationale est fourni en offre de marché. Bien que la concurrence se développe significativement sur le segment des clients professionnels (ou non-résidentiels) et plus particulièrement des plus grands consommateurs, elle reste faible pour les plus petits consommateurs et notamment les clients domestiques (ou résidentiels) dont plus de 90 % restent au tarif réglementé de vente chez leur fournisseur historique.

Coup de chaud sur la facture d'électricité à l'horizon 2017 : +30%

Le marché des moyens et grands sites de consommation professionnels est le moins concentré avec cinq fournisseurs alternatifs principaux (GDF Suez / CNR, Alpiq, EON / SNET, ENEL et Vattenfall), représentant environ 20 % des volumes totaux livrés sur ce segment, contre deux pour les petits sites professionnels et un pour les sites domestiques (Poweo et Direct Energie ont fusionné en 2012 devenant ainsi deuxième fournisseur alternatif en termes de nombre de clients derrière GDF Suez).

"Il est difficile pour les fournisseurs alternatifs de proposer des offres compétitives vis-à-vis du tarif réglementé"

Aujourd’hui, même si les prix de l’électricité et du gaz naturel sur les marchés sont relativement modérés, la structure et les niveaux de prix des tarifs réglementés de vente restreignent le périmètre de développement des fournisseurs alternatifs. Malgré cela, certains d’entre eux proposent des offres plus intéressantes que le tarif réglementé. Avec en particulier un gain possible de 8 % (environ 130 € par an) en gaz naturel pour un client type au tarif B1 (usage chauffage) et de 5 % en électricité pour un client moyen au tarif bleu avec l’option heures pleines/heures creuses (environ 60 € par an). L’exercice de la concurrence présente donc un réel intérêt économique.

En électricité, les tarifs réglementés s’avèrent toujours non contestables en moyenne sur l’ensemble des segments de clientèle, par les fournisseurs alternatifs, et ce malgré des prix de marché qui sont restés modérés en 2012. Seuls les tarifs réglementés verts – proposés aux plus gros consommateurs – couvrent en moyenne les coûts comptables d’EDF. Les tarifs jaunes et plus encore les tarifs bleus – proposés aux clients domestiques et aux petits professionnels – sont déficitaires.

Ce phénomène est d’autant plus marqué pour certaines options tarifaires (en particulier pour les tarifs bleus) où le prix de l’offre peut s’établir à près de 15 % en dessous des coûts moyens d’EDF. Les options à effacement, qui ont vocation à participer à la maîtrise de la demande de l’énergie notamment aux heures où le système est en tension, sont les plus touchées par ce déficit.

La CRE préconise donc des évolutions du tarif réglementé de vente d’électricité différenciées par couleur et par option tarifaire.

En outre, les fournisseurs alternatifs alimentent leurs clients en s’approvisionnant d’une part via l’ARENH et d’autre part via un complément acheté sur le marché de gros. Ces conditions restreignent la création d’offres innovantes et compétitives face au tarif réglementé et ce de manière d’autant plus remarquable dans le contexte de non-couverture des coûts d’EDF décrit précédemment.

Au-delà des évolutions qu’il faudrait appliquer sur le calcul des tarifs réglementés d’électricité, le développement de la concurrence sur les moyens de production améliorerait sensiblement le processus de construction des offres des fournisseurs alternatifs (cf. encadré « Quelle concurrence dans la production électrique aujourd’hui »).

Des tarifs réglementés d’électricité à la hausse d’ici 2017


La CRE prévoit une augmentation sensible des prix de l’électricité pour tous les consommateurs dans les cinq prochaines années, toutes choses égales par ailleurs. La situation reste néanmoins contrastée entre les petits clients et les grands clients qui bénéficient pour ces derniers de volumes d’ARENH plus importants.

La hausse à l’horizon 2017 de la facture moyenne hors taxes d’un client au tarif bleu domestique ou professionnel, à consommation égale, CSPE incluse, atteint près de 30 % dans les projections de la CRE, en euros courants (dont 10,4 % d’inflation). Elle sera due pour plus du tiers à l’augmentation de la CSPE. Pour les autres clients, ayant une consommation supérieure, les hausses de prix seront moindres : 23,7 % pour les clients au tarif jaune et 16 % pour les clients au tarif vert.

Coup de chaud sur la facture d'électricité à l'horizon 2017 : +30%

Néanmoins, pour les acteurs qui sont déjà en offre de marché depuis 2012, la hausse de la facture moyenne en 2015 pour les professionnels devrait être limitée et comprise entre 2 % et 9 % (en fonction du secteur d’activité).

Une intensité concurrentielle accrue grâce à la mise en œuvre de la loi NOME, l’introduction de l’ARENH et la fin du TaRTAM au 1er juillet 2011, principalement pour les gros consommateurs ayant exercé leur éligibilité

En moyenne, les clients anciennement au TaRTAM ont connu des mouvements contrastés de leurs factures, notamment en fonction de leur secteur d’activité et de la forme de leur consommation. Mais la transition du TaRTAM vers l’ARENH a eu, comme prévu, un impact globalement neutre sur les factures entre le premier et le second semestre 2011.

Sur le marché des clients domestiques, le nombre de contrats en offre de marché proposé par les fournisseurs alternatifs est en constante augmentation depuis 2010, passant de 5,1 % des sites fin 2010 à 6,7 % au 30 septembre 2012.

Par ailleurs, les fournisseurs n’ont pas commis d’erreur manifeste de prévision dans leur demande d’ARENH, malgré un dispositif complexe et des délais contraints. Sur la première période de vérification ex post portant sur le second semestre 2011, aucun fournisseur n’a été redevable d’un complément de prix n°2, qui sanctionne une demande excessive.

La CRE propose d’apporter certaines améliorations au travers d’une révision du décret ARENH en 2013 afin d’accroître l’efficacité du dispositif.

** le rapport détaillé est consultable (.pdf) ici

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
64 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Pas naif

…car dans d’autres sites la CRE indique qu’une partie de la hausse est dûe aux investissements importants de nouvelles lignes THT pour évacuer les pics de puissance de ces EnR “politiquement correctes” que sont éolien et PV (comme par hasard les plus erratiques de toutes). Alors les pro-EnR d’aujourd’hui démontent innocemment un Gros Mensonge des écolos d’hier qui louaient les “EnR par leur aspect très délocalisé, auto-intégré dans le tissu du réseau et ne demandant pas de nouvelles lignes THT si vilaines, coûteuses et anti-écologiques”… Et de plus, comme les éoliennes, tant on-shore que marines ne donnent leur production que peu de jours par mois, pour une même quantité transportée, les lignes devront être 6 fois plus puissantes (ne travaillant que 15% du temps) relativement à celles nécessaires pour écouler la même production de centrales ordinaires. Enfin, comme les sites ventés ne sont pas proches des consommateurs, ces lignes-EnR seront bien plus longues (cf dilemme allemand). Bravo les écolos-à-fixation-EnR et aux politiques qui se sont servis d’eux pour des raisons électorales (Sarkozy en 2008 et Hollande en 2012). Quand au “surcoût” personne n’y croit: les chiffres de consommation du pays, des particuliers (seuls asservis à financer le surcoût), des productions attendues d’EnR vers 2025 associées aux coûts d’achat obligatoires sont tous connus de tous car émis par diverses organisations publiques: Il est facile de faire les multiplications pour arriver vers 1200€ de surcoût EnR (sans aucune marge d’intermédiare…) par an et par foyer français. Vérité qui choque mais qui sera là: Cela coûte déjà au pays 169€/an/foyer et 17milliards de pertes en Allemagne, chiffre officiel).

Temb

Sur les 30% 10% sont dûs à l’inflation et sur le solde seuls 10% sont dûs à la CSPE, et dans ces 10% corrigés de l’inflations dûs à la CSPE, seuls 50 à 60% sont dûs aux ENR, dont plus de la moitié pour le PV. Petit rappel : 100% des coûs de raccordement sont pris en charge par le tarif d’achat des ENR, contre 0% pour la ligne THT de l’EPR qui est prise en charge par RTE…

Eole centre

Et vlan le lobby nucléaire une foie de plus sur la défensive ! S’est une fâcheuse manie de vouloir tout mettre sur le dos des Énergies renouvelables! Va falloir vous le dire combien de fois que le prix vendue au consommateur ne reflète pas le coût réel d’exploitation et d’entretien! Vous êtes très mal à l’aise quant vous découvrez l’effondrement du mythe de la virtuosité économique du nucléaire! Je me réjouis de voir qu’Enercoop va bientôt devenir compétitif, voir même moins chère que ses concurrents! Bientôt vous serez à cour d’argument! En tout cas votre présence excessive comme Dan et les autres est carrément suspect!

Bachoubouzouc

“Sur les 30% 10% sont dûs à l’inflation et sur le solde seuls 10% sont dûs à la CSPE, et dans ces 10% corrigés de l’inflations dûs à la CSPE, seuls 50 à 60% sont dûs aux ENR, dont plus de la moitié pour le PV.” Le graphique accompagnant l’article est très clair : Sur 30% d’augmentation, 10% sont du à l’inflation, ventilée j’imagine sur les différents postes : – Production : 1/3 de l’augmentation – Transport : 1/3 de l’augmentation – CSPE : 1/3 de l’augmentation Et comme le rappelait Pasnaïf, une large part des investissements dans le transport sont justifié par les nouveaux besoins liés aux ENR. “Petit rappel : 100% des coûs de raccordement sont pris en charge par le tarif d’achat des ENR, contre 0% pour la ligne THT de l’EPR qui est prise en charge par RTE…” Ce bobard classique chez les antinucléaires a déjà été démonté de nombreuses fois sur Enerzine. Un exemple : Et si on se réfère au Schéma décénal de RTE, votre “ligne THT de l’EPR” est en bonne partie justifiée par les ENR (hydroliennes du Raz Blanchard, éoliennes offshore de Courseulles sur Mer, interconnexion avec le R-U via le Cotentin).

Bachoubouzouc

“S’est une fâcheuse manie de vouloir tout mettre sur le dos des Énergies renouvelables!” L’hôpital qui se moque de la charité…

Art na ques

Si le CRE décide des augmentations avenir , il est maintenant souhaitable et obligatoire que le gouvernement accepte de laisser libre choix aux particuliers pour par exemple , mettre en place de l’éolien collectif de façon à palier à nos chères augmentations .Car la tendance , c’est toujours des hausses de tarifs , sans jamais tenir compte des innovations pour aider les consommateurs .Dans tous les cas les 30 % prévus ne pourront être supportés par les consommateurs .Il va falloir se séparer D’EDF et sa clique y compris le CRE .Les communes ou communautés de communes qui servent plus à créer de l’impôt , sans avoir les bonnes idées , vont devoir se préocuper de s’approprier le réseau existant , de façon à refaire de nouvelles régies autonomes basées sur les EnR , et enfin établir un vrai prix de base et honnête du kWh suivant sa source .C’est peut être un peu basique , mais la vérité n’est pas loin .( trop de parasites sont arrivés dans l’énergie depuis trop longtemps )

Temb

Là je ne suis pas du tout d’accord avec vous, le raccordement est entierement pris en charge par les tarifs d’achats. Et la note augmente de manière importante via les nouveaux schémas de raccordement (fois 2) mais cela reste 100% à la charge des producteurs. Sur la ligne THT je suis en total désaccord avec vous, toute l’enquete publique a été basée sur le seul EPR et les équipements ENR ont été ajoutés après le débat pour faire bonne figure. Un peu de bonne foi, surtout que la ligne a été construite à la hâte pour coller avec le calendrier de l’EPR (finalement en retard) alors qu’il n’y a aucun parc off shore de prévu dans le secteur, et que les hydroliennes du raz blanchard n’existent que dans l’imagination de GDF et pas avant au moins 2025 à 2030! Courseulles sur mer est relié sur une autre ligne à 200km de là, rien à voir avec celle-ci!

Stephsea

La hausse du cout de l’énergie, une surprise? NON! Nous vivons actuellement à crédit en consommant SANS PARTAGE et sans conscience du lendemenain “nos” énergie fossiles, ce qui nous endette très lourdement sur plusieurs plans. Il faut bien que la facture arrive un jour… Que les pro nuke ou pro fuel (qui ont un niveau de conscience maintenu volontairement au plus bas pour surpporter pls facilement leurs propres pratiques au quotidien) le veuille ou non, l’énergie n’est pas aujourd’hui à son vrai cout, et de loin. Trouver des explications externes à cette hausse STRUCTURELLE en accusant tels ou tels est RIDICULE, même si ces groupes (écolos ou autres) sont loin d’être blancs comme neige. Mon propos n’est pas de défendre ici les écolos, mais de rétablir une vérité simple : l’énergie pas chère, c’est finie. Et les ENR sont d’une part la seule solution, même si elle est moins confortable que le fossile, et aussi la moins couteuse pour nos sociétés et notre avenir (celui de nos descendants plus exactement). Denoncer les ENR, aussi intermitantes et érratiques soient elles, comme vecteur d’enchérissement de l’énergie est d’un niveau de bêtise que j’avais rarement rencontré. @pas naif, rendez vsou compte du défis immense qui se propose à nous et qui est inéluctable : se passer totalement de gaz et de pétrole, et démanteler les centrale nuke qui nous menacent chque jour un peu plus (c’est la dure loi des grands nombres). Et vous, vsou nous rabachez des notions minables sur votre conflit persopnnel avec de petits politicars verreux qui surfent sur la vague, le tsunami que les pro fossiles nous ont gentiement préparé et refuse toujours de voir. Votre réponse est minable face à l’enjeux, tout comme le sont vos ennemis déclarés. Continuez à vsou battre en vous et laissez nous créer l’énergie de demain, qui coutera peut être 500% de plsu que celle d’aujourd’hui, surtout si on y ajoute le démantellement des centrale nuke, les révolutions des pays producteurs, les dérèglements climatiques, les no mans land laissé par les centrales qui explosent, les mouvements tectoniques qui découlent de l’exploitation minière insensée, l’acidification des océans, les cghangements climatiques, la submersion des littoraux… MERCI de nous permettre d’acheter nos ENR, aussi chères soient elles!

Eole centre

Petit rappel: notre homologue Belge Ecopower l’équivalent d’énercoop en France est déjà moins chère que l’opérateur historique Electrabel!!! Et ca vous vous gardez bien de le stipuler! Et encore une fois réduisons notre consommation de façon à soulager les réseaux et intégrer d’avantage d’énergie renouvelable de flux mais aussi de stock! A ce rythme , l’éolien(dans un premier temps) à terre n’aura plu besoin de subvention, se qui est une bonne nouvelle non?Tandis qu’une catastrophe économique nous attend avec notre usine à gaz de nucléaire qui va devenir impossible à financer!!!!! Vous ne voulez pas entendre parlé de modernisation de notre système électrique! Au passage réviser votre histoire de l’électricité en France! Le réseau électrique , l’œuvre hydraulique ne s’ait pas mis en place en quelques années, et que ce dernier à du faire face à beaucoup d’obstacle lié à la conjoncture de l’époque, puis l’état est intervenu, mais aujourd’hui les caisses sont vides, donc qui doit payer, le consommateur… Aussi incroyable que cela puisse paraitre, je milite pour une énergie chère qui doit pénaliser les gros consommateur sans pénaliser les foyers en difficultés.

chelya

J’ai une proposition plutôt que de passer par des mécanismes aussi compliqué que l’ARENH, et si on faisait comme les pays scandinaves : -Filialisation des centrales nucléaires qui deviennent des entreprises avec un bilan propre – ouverture du capital de ces centrales aux opérateurs concurrents qui prendront une part minoritaire en échange d’un droit de tirage annuel (équivalent au droit à l’ARENH) EDF (ou plutôt ses sous-traitant) garde l’exploitation, il y a du cash frais pour faire toutes les réparations nécessaires et on a cout totalement transparent sur le nucléaire… Ah mais on me dit que personne n’a envie de transparence sur les transferts d’argent entre production et réseau chez EDF et ses filiales ? Ah bon ben dommage alors…

Jpm2

votre “ligne THT de l’EPR” est en bonne partie justifiée par les ENR (hydroliennes du Raz Blanchard, éoliennes offshore de Courseulles sur Mer Bon, donc comme il y a erreur sur les hydroliennes de Courseulles, reliées ailleurs, il ne reste que quelques hydroliennes pour “partager” la ligne THT de l’EPR. Donc, Bachoubouzouc, j’en déduis donc que les deux structures reliées sont de poids équivalent, le dimensionnement de la ligne (et son coût) est dû aux deux structures, à part égales… ou à peu près. Ca veut donc dire que votre cocotte à vapeur nouvelle génération a une puissance à transmettre du même ordre de grandeur que quelques petites hydroliennes, disons 3 à 4 MW? Je suis un peu déçu, là…

Luis

¤ Le projet de construction de la ligne THT Cotentin-Maine remonte à 2005 ou avant. A l’époque, il n’était pas envisagé de construire le moindre parc éolien en mer ou d’implanter la moindre hydraulienne. La ligne THT était rendue nécessaire par le seul réacteur EPR de Flamanville. “Justification technique du projet : Tous les experts intervenus à la demande de la CPDP ont confirmé la nécessité de renforcer le réseau de transport d’électricité si l’EPR s’implante à Flamanville.” C’est ce que disait RTE en mai 2006. Cela faisait suite au débat public d’octobre 2005 à février 2006. Ce qui veut dire que le projet, comme celui de construire l’EPR, était bien antérieur. Maintenant, on peut “laver la ligne en vert” (greenwashing) en prétendant qu’elle va aussi servir pour des éoliennes et des hydrauliennes.

Temb

Le raccordement de Courseulles sur mer se fait au poste électrique de Ranville à 23km à l’est de Courseulles, pour situer c’est à l’est de Caen… : C’est sur la ligne Caen/Rouen/Paris ! Alors que la THT de l’EPR est sur l’axe Flamanville/Rennes/Le Mans. Vous allez nous expliquer comment le rapport? Vous avez un peu de mal à faire la différence entre propagande et réalité. D’ailleurs la ligne THT de l’EPR doublonne celle des réacteurs existants de Flamanville, dan sle genre rationalisation c’est pas terrible, sachant que Flamanville va entrer en service en 2016 et qu’en 2016 les réacteurs existants auront 30ans et leur construction datera de 37ans. Du coup si on les ferme à 40ans, on aura 10ans après 2016 une ligne qui achemine 2 x 1300MW inutile! Ou plutôt capable d’absorber les 1600MW de l’EPR plus 1000MW d’hydrolien ! En attendant les 400millions de cette ligne ont été payés par RTE contrairement aux ENR ou c’est le producteur qui paye 100% de son raccordement. 2 poids 2 mesures.

jipebe29

Nos centrales électriques couvrent nos besoins, sauf pendant quelques jours en hiver, par grand froid. Mais, pour des raisons dogmatiques stupides, le Grenelle de l’Environnement a décidé de nous inonder d’éoliennes et de panneaux solaires. Eolien : Coût du kWh: 8 c€ pour le terrestre et 13 c€ pour le marin Photovoltaïque : Coût du kWh: 31 c€ Le taux de charge de l’éolien est 22%, celui du solaire 15% sous nos latitudes, et la fourniture d’énergie est intermittente. Par exemple, en hiver, quand un anticyclone couvre le pays, il n’y a pas de vent et peu de lumière. Donc, les EnR ne fournissent rien quand ils seraient utiles. Je résume : pour satisfaire aux fantasmes des khmers verts, on nous fait payer des EnR inutiles, onéreuses, et qui défigurent nos paysages. On taxe le contribuable et on augmente les dépenses énergétiques du consommateur, pour des prunes. Comprenne qui pourra… Pourquoi des EnR? Pour limiter nos émissions de méchant CO2 anthropique, source de tous les maux de la Terre… Or ce dogme du Réchauffement Climatique Anthropique ne repose que sur du vent. Lisez cette synthèse “GIECquement incorrecte”, dans laquelle vous trouverez des compléments sur les EnR dans d’autres pays. Un exemple de ce qu’il ne faut pas faire: L’Espagne a investi 36 milliards d’euros dans les EnR de 2000 à 2008. Cette politique a permis de créer 50 000 « emplois verts », chacun ayant coûté 570 k€ aux citoyens. Ces emplois n’ont été que temporaires (phases de construction) et seul un sur dix a été pérenne. Les prix de l’électricité ont tellement augmenté que les entreprises en ont souffert et réduit leurs effectifs, leur compétitivité étant fortement dégradée. Il y a pire : les économistes espagnols ont montré que chaque emploi créé dans le secteur des EnR en a détruit plus de deux ailleurs dans l’économie espagnole. En 2011, le pays a consacré 6,4 M€ aux énergies vertes. Avec la crise, le gouvernement de Mariano Rajoy a mis fin à titre temporaire à toutes les subventions aux EnR. . Il est probable que ce caractère temporaire deviendra permanent, compte tenu de la gabegie d’argent public pour moins de 10% de la production électrique annuelle par des EnR.

jipebe29
Temb

L’espagne a investi 36milliards pour les ENR, qui vont produire sur 25 à 35ans et garder l’emploi sur cette durée au moins… Ainsi il n’y aurait plus que 5000 emplois dans les ENR en Espagne? d’ou sortez vous cela? Elle est ou votre étude d’économistes? Il est ou votre solaire à 310€ le MWh? C’est juste valable sur les petites toitures, pour les installations de moins de 9000W… Pendant l’anticyclone il y a “peu de lumière”? Ben zut on est en plein dedans et il fait grand beau temps sur la France… Sur le climat même pas la peine de perdre 2 secondes à vous répondre..

Nicias

Le petit tiers du au transport est labélisé Turpe. C’est donc ERDF+RTE. A priori la hausse est très majoritairement due à ERDF qui exploite 12 fois plus de km de ligne que RTE tout en enterrant à tour de bras. ERDF augmente ses investissement de plus de 10% chaque année sous le controle complaisant de la CRE. Faut pas mettre tout sur le dos de l’élolien.

Bachoubouzouc

@ Temb et Jpm2 : “Là je ne suis pas du tout d’accord avec vous, le raccordement est entierement pris en charge par les tarifs d’achats. Et la note augmente de manière importante via les nouveaux schémas de raccordement (fois 2) mais cela reste 100% à la charge des producteurs.” Vous ne faites que vous répétez sans tenir compte de ce que je dis. Je me répeterais donc : Le raccordement est pinuts comparé au reste des coûts que supporte le réseau à cause de l’intermittence des ENR : “Là on parle des km de lignes à THT pour faire transiter les bouffées d’électricité éolienne quand il y a du vent, les bouffées d’électricité fossile ou nucléaire quand il n’y en a pas. Cela n’a rien à voir. Ainsi, par exemple, les allemands ont annoncé le besoin de construire 3000, puis 5000km de lignes THT pour faire transiter la puissance éolienne du nord venté vers leur sud industriel. Cela a un coût (faramineux) qui n’est pas pris en compte dans le MWh éolien.” “Sur la ligne THT je suis en total désaccord avec vous, toute l’enquete publique a été basée sur le seul EPR et les équipements ENR ont été ajoutés après le débat pour faire bonne figure.” D’un côté vous affirmez cela sans preuve (même si je veux bien pour Courseulles), de l’autre RTE dit dans son schéma décénnal (p27) : “L’implantation d’un nouveau réacteur sur le site de Flamanville sur une portion jusqu’ici trop faiblement maillée du réseau a déclenché le projet de ligne Cotentin – Maine : en augmentant le maillage du réseau, il constitue une réponse technique efficace au risque d’incident de grande ampleur qu’aurait causé un trop grand excédent de production dans le nord-Cotentin. Aujourd’hui, cette liaison électrique est aussi indispensable pour renforcer les capacités du réseau de transport de l’ouest de la France : elle permet l’accueil de productions d’énergies marines renouvelables en Normandie, et contribue directement à la sécurité d’alimentation de la Bretagne.” Puis p59 : “RTE s’est associé au consortium qui vise à développer le potentiel hydrolien au large d’Aurigny. Le projet, d’une capacité envisagée de 1 800 MW, prévoit d’acheminer l’énergie produite tant vers le Royaume-Uni que vers la France via des liaisons sous-marines. Lorsque l’énergie des courants n’utilisera pas ces ouvrages à plein, ils constitueront une nouvelle interconnexion entre France et Royaume-Uni. Ce projet d’exploitation de l’énergie des mers est rendu possible grâce au renforcement du réseau bas-normand par le projet Cotentin-Maine. Le plan de développement de la filière hydrolienne est ainsi sécurisé, et les possibilités de secours mutuels entre les deux pays augmentées.” P77 : “Le projet Cotentin-Maine dont les travaux se terminent permet l’accueil de production nucléaire mais aussi éolienne et à terme hydrolienne, à la pointe du Cotentin en améliorant la sécurité d’exploitation du système électrique dans la région par un maillage renforcé et en dégageant de la capacité de transport d’électricité vers les régions dynamiques des Pays-de-Loire. Il s’agit d’un nouvel axe 400 kV à deux circuits aériens de forte capacité, et des postes associés.” Bref, la ligne Cotentin Maine est bien là aussi pour évacuer de l’énergie ENR, contrairement à ce que disent les antinucs. “D’ailleurs la ligne THT de l’EPR doublonne celle des réacteurs existants de Flamanville, dan sle genre rationalisation c’est pas terrible, sachant que Flamanville va entrer en service en 2016 et qu’en 2016 les réacteurs existants auront 30ans et leur construction datera de 37ans. Du coup si on les ferme à 40ans, on aura 10ans après 2016 une ligne qui achemine 2 x 1300MW inutile! Ou plutôt capable d’absorber les 1600MW de l’EPR plus 1000MW d’hydrolien !” Vous croyez vraiment qu’on va les fermer à 40 ans, alors qu’ils sont amortis et peuvent produire 20 ans de plus ? Vous aimez donc bien jetter les milliards par les fenêtres. “En attendant les 400millions de cette ligne ont été payés par RTE contrairement aux ENR ou c’est le producteur qui paye 100% de son raccordement. 2 poids 2 mesures.” Comme si les électrons éoliens ne passaient jamais par les lignes THT. Ridicule.

Temb

Quels sont ces couts? Montrez-nous des études ou des rapports de RTE qui parlent et chiffrent ces soi-disant couts autre que le raccordement? Ils n’existent que dans votre imagination. Ils viendrons si on laisse les ENR se déployer massivement, mais ils n’existent pas pour l’instant. Pour la THT elles seront déployées quand ces énergies qui sont pour l’instant au stade de prototype? Avant 10/20ans? Avant la fermeture des centrales existantes de flamanville? Votre mauvaise foi est incroyable. Y a-t-il une seule autre personne sur ce forum pour croire à cette fable? En 2005 quand la ligne a été initiée, l’hydrolien n’existait même pas au stade de projet dans ce secteur! L’éolien off shore n’était encore qu’une chimère! Vous voudriez nous faire croire que c’est là-dessus que RTE a décidé de lancer cet énorme chantier à ses frais? Vous les prenez pour des amateurs? Vous comprenez qu’une mauvaise foi pareille ça donne envie de devenir le pire des anti-nucléaires? Une mauvaise foi pareille ça me donne envie d’écouter ces écoloc cromagognesques !

Luis

¤ On ne peut pas dire que les réacteurs nucléaires soient proches des sites de consommation. Cela a une influence certaine sur la longueur des lignes THT qui proviennent de ces réacteurs. La région parisienne par exemple a consommé 69,2 TWh d’électricité en 2009 et n’a produit que 6,7 TWh (moins de 10%). Le reste de la consommation, en grande partie nucléaire, provient donc de réacteurs nucléaires, situés à 110 km pour les plus proches à Nogent. A eux deux, les réacteurs de Nogent ont produit 14,5 TWh en 2009 (21% de la conso IDF), mais pas pour la seule Ile-de-France. Cela fait donc pas mal d’électricité nucléaire qui transite par les lignes THT sur des centaines de kilomètres. Pas seulement pour IDF mais pour toutes les régions. L’électricité photovoltaïque est consommée dans le voisinage, y compris celle des centrales solaires raccordées en haute tension qui ne quitte pas le département. Pour l’électricité éolienne, cela reste en grande partie local ou dans la région proche. On n’est pas près de voir les éoliennes de Bretagne alimenter la région PACA. Les réacteurs nucléaires de la vallée du Rhône devraient encore rester quelques années.

Bachoubouzouc

“Quels sont ces couts? Montrez-nous des études ou des rapports de RTE qui parlent et chiffrent ces soi-disant couts autre que le raccordement?” Quelle mauvaise idée de nier en bloc un fait que tout le monde commence enfin à admettre… RTE n’a pas encore publié d’étude sur ces coûts puisqu’ils dépendent grandement du taux d’ENR auquel on va s’arrêter. Néanmoins on peut avoir une vision du problème de différentes manières : – D’une part il y a l’exemple (que je vous ai cité) de l’Allemagne et de ses 5000 km de lignes THT pour transferer la puissance éolienne du nord vers le sud. Et pourtant ils ne sont encore qu’à 10% ! – D’autre part RTE cite l’ENTSOE dans son schéma décénnal en p6 : “80% des développements de réseau d’importance européenne sont motivés par l’essor des énergies renouvelables” – Ensuite des articles sont sortis récemment sur Enerzine, avec les discussions à la clef : – Enfin H. PROGLIO parlait à terme d’un coût de 30€/MWh, que j’ai correlé avec un calcul réalisé à partir des chiffres RTE : “RTE nous annonce que 80% des investissements sur les réseaux en Europe sont du aux ENRi. Mettons 60% en France, où on est timide sur ce sujet, mais où on est à la croisée des chemins en Europe, absorbant l’électricité éolienne espagnole, allemande, anglaise, etc. Cela fait donc 24 milliards d’euros, dus aux ENRi, à investir d’ici 2030, et non compris dans les 82€/MWh éoliens. Soit 1,3 milliards d’euros par an. Maintenant calculons combien cela fait par MWh ENRi. Prenons l’hypothèse de production maximale, soit le scénario “Nouveau mix” du schéma décénal du RTE version 2012 (p35). On est alors à 40GW d’éolien et 30GW de photovoltaïque. Soit une production de 88TWh d’éolien, plus 26TWh de PV. Cela nous fait donc 1,3 milliards d’euros à payer pour 114TWh par an, production déjà peu crédible. Soit 11€/MWh grand, grand minimum ! On retrouve donc bien l’ordre de grandeur des 30€/MWh de coût de l’intermittence annoncé par H. PROGLIO. Et encore je ne tiens même pas compte du coût que ces ENR auront avec les 30GW de fossile non rentables qu’on sera bien obligé de garder dans ce scénario pour assurer l’équilibre du système.” “Ils viendrons si on laisse les ENR se déployer massivement, mais ils n’existent pas pour l’instant.” Pensez vous que nos amis écolos souhaitent arrêter leur développement maintenant ? “Pour la THT elles seront déployées quand ces énergies qui sont pour l’instant au stade de prototype? Avant 10/20ans? Avant la fermeture des centrales existantes de flamanville?” Mais peu importe ! Cette ligne a été construite en partie dans cette optique, et dire qu’elle n’est là que pour l’EPR, comme vous le faites, est bel et bien faux ! “Votre mauvaise foi est incroyable. Y a-t-il une seule autre personne sur ce forum pour croire à cette fable?” Quand j’affirme quelque chose, je l’appuis par des raisonnements logiques et des sources, moi. Et j’arrive à prouver que vous avez tort, c’est donc plutôt efficace. “En 2005 quand la ligne a été initiée, l’hydrolien n’existait même pas au stade de projet dans ce secteur! L’éolien off shore n’était encore qu’une chimère! Vous voudriez nous faire croire que c’est là-dessus que RTE a décidé de lancer cet énorme chantier à ses frais? Vous les prenez pour des amateurs?” RTE le dit pourtant très bien : La ligne a été initiée pour l’EPR, mais elle va aussi être utilisée pour tout un tas de chose. De plus, j’ai cité des extraits de son rapports décénal qui prouve qu’ils anticipent (et c’est bien la preuve que ce ne sont pas des amateurs) l’arrivée des hydroliennes, et d’interconnexions avec le R-U par le Cotentin, qui ne sont aujourd’hui que de vagues projets. “Vous comprenez qu’une mauvaise foi pareille ça donne envie de devenir le pire des anti-nucléaires? Une mauvaise foi pareille ça me donne envie d’écouter ces écoloc cromagognesques !” Mais ne dites pas de bêtises : Vous croyez les bobards des écolos parce qu’ils satisfont votre imaginaire de complots et de méchantes grandes entreprises ! Et au final vous ne trouvez rien à répondre face aux preuves que j’avance. Vous ne faites que remuer du vent et venez me parler à moi de mauvaise foi !

Bachoubouzouc

M’enfin c’est débile : “On n’est pas près de voir les éoliennes de Bretagne alimenter la région PACA. Les réacteurs nucléaires de la vallée du Rhône devraient encore rester quelques années.” Donc quoi ? Les allemands mentent lorsqu’ils nous disent qu’ils doivent construire 5000 km de lignes THT pour transférer leur puissance éolienne du nord vers le sud ? “La région parisienne par exemple a consommé 69,2 TWh d’électricité en 2009 et n’a produit que 6,7 TWh (moins de 10%). Le reste de la consommation, en grande partie nucléaire, provient donc de réacteurs nucléaires, situés à 110 km pour les plus proches à Nogent.” Et l’électricité éolienne que la région parisienne reçoit, elle vient d’où ??? Elle ne fait pas quelque km sans doute ? Ou bien par une magie quelconque, les électrons “éoliens” font une moue et demi tour lorsqu’il s’agit de prendre la route de Paris ? Vous tous qui niez le besoin de lignes THT à cause des ENR, vous rendez vous compte à quel point vos propos sont illogiques ??? Vous rendez vous compte que tout ce que vous affirmez (sans jamais la moindre preuve) est contredis par ce qu’on observe déjà en Allemagne, en Espagne, au Portugal (qui se plaignait récemment de ne pas avoir assez d’interconnexions THT avec nous pour nous refourguer leurs MWh éoliens) ou au Danemark ?

Temb

Oulalala Vous comparez des choses qui n’ont aucun rapport. Selon vous le réseau français et le réseau allemand sont identiques? RTE n’anticipe aucun surcout pour les 25000MW d’éolien et 5400MW de solaire, tout est compris dans les couts de raccordement ET DANS LES SCHEMAS DE RACCORDEMENT QUI SONT A 100% A LA CHARGE DES PRODUCTEURS CONTRAIREMENT A LA LIGNE THT QUI EST A 0% PRISE EN CHARGE PAR L’EXPLOITANT DE FLAMANVILLE. Et une part important de tous les développements réseaux va être prise en charge par les ENR EN PLUS de leurs charges classiques du fait de l’opacité de ces schémas. IL n’y a AUCUN besoin de lignes THT supplementaire en France DANS LE CADRE DES OBJECTIFS ACTUEL. Bon je m’énerve, ça n’a aucun sens de discuter avec vous vous êtes incapable du moindre signe de bonne foi, votre raisonnement sur la THT de l’EPR est complètement absurde et le pire c’est que vous êtes sincèrement convaincu des absurdités que vous énoncez. En 2005 RTE avait déjà anticipé un éventuel apport d’hydrolien qui n’existait qu’à l’état de prototype papier. Et la marmotte… Vous êtes incroyable, j’espère que tous les pro-nucléaire ne sont pas comme vous, sinon ça va rapidement radicaliser ceux qui s’interessent à l’énergie contre celle que vous défendez avec autant de mauvaise foi.

Sicetaitsimple

Bachou, arretez avec Cotentin-Maine, vous savez très bien qu’à l’origine cette ligne est nécessaire à l’EPR…Qu’ensuite elle puisse accepter 20MW d’hydrolien,ou quelques éoliennes je pense que ça devrait passer….. Par contre, si j’ai bien lu l’étude commanditée par nos amis de la FEE, on arriverait (pour l’éolien, le solaire est un autre problème) à une répartition moitié/moitié entre RTE et les producteurs , sur le base des 3 premiers S3RREnR. Je le dis sans MAJUSCULES, ça reste à vérifier.

Sicetaitsimple

Et bien sûr, je recommande chaudement la lecture de la Dena Grid Study 1 (2005) et 2 (2010) pour ceux qui seraient tentés de penser que l’électricité ça se transporte facilement.

Jpm2

sicétaitsimple, vous compliquez tout! La ligne Cotentin-Maine, construite pour les 1600 MW de l’EPR? Et moi qui, confiant en les dires de Bachoubouzouc, croyais qu’elle avait été construite pour les 20 MW d’hydrolien! Qui croire… je vous le demande?

Sicetaitsimple

Lisez donc comme recommandé les Dena Grid Study 1 et 2 et on en reparle, d’accord?

Bachoubouzouc

“Bon je m’énerve, ça n’a aucun sens de discuter avec vous vous êtes incapable du moindre signe de bonne foi, votre raisonnement sur la THT de l’EPR est complètement absurde et le pire c’est que vous êtes sincèrement convaincu des absurdités que vous énoncez.” Si clâmer toujours les mêmes affirmations sans ne jamais rien prouver vous apporte la conviction d’avoir raison… Au fait, qui va donc la payer la nouvelle interconnexion avec l’Espagne ?… L’éolien espagnol peut-être ? @ Sicétaitsimple : “Bachou, arretez avec Cotentin-Maine, vous savez très bien qu’à l’origine cette ligne est nécessaire à l’EPR…” Ais-je dis le contraire ? Je suis parfaitement d’accord (je l’ai déjà dis), mais la discussion ne portait pas sur cela.

Dan1

Je vois que cela devient très compliqué et que le mieux serait encore de séparer les électrons. J’avais d’ailleurs fait une proposition dans ce sens : Mais même avec deux réseaux, ça ne me semble pas gagné car certains continuent de penser que les lignes à hautes tension (enterrées ou pas d’ailleurs), c’est très dangereux : Un extrait : “On est arrivé à 7 heures et jusqu’à 11h30, on a bloqué les véhicules des entreprises de tirage de câble, avec un talus et des pneus”, a indiqué un porte-parole des opposants aux THT soupçonnées notamment de provoquer des leucémies infantiles.” Ouaouh. Je me demande si les 3 000 ou 5 000 km de lignes THT prévues en Allemagne pour acheminer l’éolien du nord au sud, ne vont pas provoquer une hécatombe ? Mais peut être que je m’inquiète pour rien, car ce sera pour véhiculer des électrons verts qui sont beaucoup moins méchants que les électrons nucléaire. Apparemment les électrons verts ne doivent pas émettre de champ magnétique ! Une brêve : Dominique Maillard vient de déclarer sur BFM que les énergies renouvelables nécessitaient un renforcement du réseau de transport et que il fallait au moins un milliard. J’espère que RTE ne va pas dépenser notre argent en vue d’accueillir les EnR et nous provoquer des leucémies à répétition.

Sicetaitsimple

Vous soulevez un vrai problème…dont on a encore peu discuté sur Enerzine. Est-ce qu’effectivement le courant vert est-il ou non aussi nocif que le courant gris, jaune ou noir, puisqu’il lui arrive de circuler sur les mêmes lignes? Verrons nous EDF (pour Fla3) et GDFSuez ( pour le Raz-blanchard) sur les mêmes bancs des accusés dans quelques années? Pour tout vous dire, je suis très inquiet car comme je l’ai déjà laissé supposer sur un autre post relatif aux barrages de Vezins ll y a quelques jours, il m’arrive fréquemment de résider à moins d’un km de la ligne Maine-Cotentin….Chantier superbe au demeurant, le tirage des lignes par hélico ça vaut le coup d’être vu… Mais bon, pour les Allemands ça va être rapidement grave, non?

Sicetaitsimple

bout du nez? Vous nous dites: “L’électricité photovoltaïque est consommée dans le voisinage, y compris celle des centrales solaires raccordées en haute tension qui ne quitte pas le département. Pour l’électricité éolienne, cela reste en grande partie local ou dans la région proche. ” Avec 7000MW d’éolien et 3000MW de solaire installés en métropole, vous avez globalement raison. Et après (5 fois plus, 10 fois plus), ça donne quoi?

Bazile

Ce serait bien de temps à autres, que certains habitués de ce forum se prenant pour des érudits dans des domaines qu’ils ne maitrisent que par des données plus ou moins réalistes provennant souvent de sources plus que douteuses , nous amenent des solutions réalisables . Ce serait plus constructif , il y aurait beaucoup plus de personnes intéressés. D’avance merci

Bachoubouzouc

…entre Paris et le Cotentin, elle sera aussi payé par les producteurs hydroliens ? Ah pardon, j’oubliais : Les électrons nucléaires prennent les lignes THT, les électrons ENR, eux, ne s’abaissent pas à de si viles choses. Et après Temb vient parler de mauvaise foi ! PS : Petite question complémentaire aux adeptes du “décentralisé”. Les 3GW d’éolien offshore qu’on va très prochainement installer sur les côtes normandes et bretonnes, et qu’on va connecter pour 800 millions d’euros au réseau THT, leur électricité sera elle aussi consommée “localement”, dans trois-quatre départements ruraux ?

Herve

@herciv: Si le champ d’éoliennes dont vous parlez est ancien, celle qui tourne pas est probablement en panne. S’il est recent ça peut aussi être le cas ou alors c’est peut être une mesure “economique” de l’opérateur du parc. Le prix d’achat est ajusté selon la rentabilité des premières années d’un parc. Pour l’opérateur, il peut être judicieux de limiter la rentabilité les premières années pour gagner plus ensuite. Info lue sur le net, je ne peux vous la confirmer.

jipebe29

Source: l’ouvrage de Christian Gérondeau (Ecologie, la fin). Lisez-le. Climat: vous n’acceptez pas les données d’observation provenant des meilleures sources (Hadcrut, RSS, NOAA, …), sous prétexte qu’elles vous gênent? Obscurantisme… Vous n’acceptez pas les publications dans des revues à comité de lecture dont je fais la synthèse, sous prétexte qu’elles vont à l’encontre de vos croyances dogmatiques en faveur du RCA et du GIEC/IPCC? Vous avez le droit de ne pas être d’accord (sauf sur les faits observés), mais alors sortez des arguments sensés plutôt que des affirmations péremptoires qui n’engagent que vous et n’ont aucune valeur…

jipebe29

Source: l’ouvrage de Christian Gérondeau (Ecologie, la fin). Lisez-le. Climat: vous n’acceptez pas les données d’observation provenant des meilleures sources (Hadcrut, RSS, NOAA, …), sous prétexte qu’elles vous gênent? Obscurantisme… Vous n’acceptez pas les publications dans des revues à comité de lecture dont je fais la synthèse, sous prétexte qu’elles vont à l’encontre de vos croyances dogmatiques en faveur du RCA et du GIEC/IPCC? Vous avez le droit de ne pas être d’accord (sauf sur les faits observés), mais alors sortez des arguments sensés plutôt que des affirmations péremptoires qui n’engagent que vous et n’ont aucune valeur…

Temb

Gérondeau est un dinosaure de la pensée unique : productivisme, bagnole et nucléaire sont les seuls mots qu’il parvient encore à ânonner. Il a fait son temps, contribué avec ceux de son époque à bien nous mettre dans le mur d’un productivisme à tous crins incapable de tenir compte des limites environnementales de notre planète. Ce type est M lobby voiture partout, il avait pourtant bien commencé sur la lutte contre l’insécurité routière pour très mal finir. Pour être plus clair, rien à cirer ses arguments de ce type qui ne représente presque plus personne, et dont les derniers représentants de son espèce ont quasi-tous disparu. Amen

jipebe29

Source: l’ouvrage de Christian Gérondeau (Ecologie, la fin). Lisez-le. Climat: vous n’acceptez pas les données d’observation provenant des meilleures sources (Hadcrut, RSS, NOAA, …), sous prétexte qu’elles vous gênent? Obscurantisme… Vous n’acceptez pas les publications dans des revues à comité de lecture dont je fais la synthèse, sous prétexte qu’elles vont à l’encontre de vos croyances dogmatiques en faveur du RCA et du GIEC/IPCC? Vous avez le droit de ne pas être d’accord (sauf sur les faits observés), mais alors sortez des arguments sensés plutôt que des affirmations péremptoires qui n’engagent que vous et n’ont aucune valeur…

Martin

Plusieurs causes possibles lorsque des éoliennes ne tournent pas : Vitesse de vent inférieure à la vitesse de démarrage de la machine (2,5 m/s pour les plus performantes, 5 ou 6m/s pour des machines plus anciennes, l’éolienne est bloquée en dessous de ces limites) Quand on peut visualiser le vent, par exemple sur un champ de céréales ou une étendue d’eau on voit qu’il n’est jamais régulier donc ça peut très bien varier d’une éolienne à l’autre lorsqu’on est proche de ces vitesses limites. Dans ces conditions restez un petit moment en vue des éoliennes et vous observerez de nombreux arrêts ou redémarrages qui semblent aléatoires. Maintenance : 2 ou 3 fois par an le personnel de maintenance grimpe dans la nacelle et l’éolienne doit être arrêtée. Panne. Parc construit mais pas encore raccordé au réseau ou en cours de réglages, ce qui peut durer plusieurs mois après la mise en service. A ma connaissance en France, la production éolienne n’est pas pilotables par le gestionnaire du réseau. Donc pas encore d’arrêt pour “sur-production” vue la faible part de l’énergie éolienne dans notre mix (3% en moyenne et maxi 10% les jours de grand vent).

Portenawak

“Et de plus, comme les éoliennes, tant on-shore que marines ne donnent leur production que peu de jours par mois, pour une même quantité transportée, les lignes devront être 6 fois plus puissantes (ne travaillant que 15% du temps) relativement à celles nécessaires pour écouler la même production de centrales ordinaires. ” –> N’importe quoi ! Pour évacuer l’énergie d’une centrale on construit une ligne ayant une capacité suffisante pour évacuer la Pmax, que la centrale produise un jour par an ou toute l’année, et que ce soit de l’éolien ou du nucléaire !

Dan1

A Portenawak. “Pour évacuer l’énergie d’une centrale on construit une ligne ayant une capacité suffisante pour évacuer la Pmax, que la centrale produise un jour par an ou toute l’année, et que ce soit de l’éolien ou du nucléaire !” Sauf que pour produire autant avec l’éolien qu’avec le nucléaire, il faut une puissance installée bien supérieur. Si on prend une centrale nucléaire possédant 6 réacteurs de 900 MW (la plus grosse de France = Gravelines), il faut évacuer au maximum 5 400 MW. Mais cette centrale peut produire régulièrement 7 000 heures par an soit 38 TWh. Pour faire la même chose avec un parc éolien ayant le facteur de charge moyen de 25% (2 190 heures), il faut une puissance installée de 17 350 MW. D’où une absolue nécessité de renforcer drastiquement le réseau. Rappelons que l’évacuation de l’électricité n’attend pas, c’est à consommer sur place ou à emporter… très très vite.

Sicetaitsimple

Ce qui est certain, c’est qu’à part Chelya qui doit être en train d’essayer de convaincre Berlin, Edimburgh et Oslo ( Paris, Madrid, Rome… dans un deuxième temps,…) qu’ils n’ont rien compris , sont complètement dans le faux et devraient même démanteler leur réseau de transport , l’ensemble des pays en question considère que l’intégration des renouvelables nécessite plus de réseau.

Dan1

Il en faudra de la conviction à notre troll de service… surtout du côté de Berlin pour convaincre Angela la physicienne de supprimer le réseau ou à tout le moins de ne pas le renforcer : Je reprends l’essentiel de l’objectif de Berlin : 170 GW d’éolien terrestre + 85 GW d’éolien en mer + 200 GW de photovoltaïque + 130 GW de solaire thermique + stockage ? + 70 GW de centrales dites Power-to-Gas + 95 GW de centrales à gaz utilisées en « back-up » A l’heure des comptes, ça donne : 750 GW de puissance installée. Eh ben dis donc, l’Allemagne n’y va pas de main morte dans l’énergie, passer de 145 GW (déjà en surcapacité) à 750 GW !! + 605 GW (+ 417%) en 38 ans Et ça c’est sérieux, c’est les Allemands du Fraunhofer institut qui le disent. J’espère que chelya a le bras long… au-delà d’Enerzine !

Sicetaitsimple

Remarquons que les crânes d’oeuf du Fraunhofer ont quand même prévu 95GW de centrales gaz, ce qui suffit largement à la pointe allemande actuelle et certainement future. Des fois que ça ce ne se passe pas aussi bien que prévu…. Courageux, mais pas téméraires! .Pourtant avec des smart grids….

Dan1

Ben oui, c’est quand même bizarre qu’avec des grid intelligentes les Allemands maintiennent un besoin de 750 GW de moyens de production. Surtout que d’ici là avec une audacieuse MDE à la sauce Négawatt, ils vont forcément consommer moins. A et j’oubliais, en 2050, les Allemands seront nettement moins nombreux qu’aujourd’hui. Question : qu’est-ce qu’ils vont faire de toute cette électricité ?? A mon avis, ils vont exporter à outrance vers les voisins grace à des lignes à hautes tensions… vertes. L’avantage des lignes à haute tension vertes, c’est qu’elles ne déclenchent pas de leucémie quand on envoie les électrons dedans (car ils sont verts) et ces lignes sont beaucoup plus rapides à construire car il y a beaucoup moins d’opposants.

Sicetaitsimple

Faut demander à Chelya ce qu’il en pense…..c’est lui qui est en charge de négocier le démantelement du réseau de transport allemand.

Jpm2

bonjour Dan1 sur les 750 GW de moyens de production que vous recensez, il y a donc 130 GW de solaire thermique. Combien de TWh d’électricité escomptez-vous de cette source? Moi, très peu. Après, pour le reste, il y a un truc qu’il faut prendre en compte, renseignez-vous si vous ne le connaissez pas, ça s’appelle le facteur de charge. Et au final, je vous avoue tout: les crânes d’oeuf du Fraunhofer Institut étant des lecteurs assidus d’Enerzine, ils savent qu’il y a là un gars qui fait tous les mois la comptabilité du CO2 qu’ils rejettent, et qui trépigne en espérant que ça monte pour pouvoir dire “Ah, vous voyez! Ils n’y arrivent pas!”. Donc, pour décevoir ce monsieur, ils ont décidé de mettre le paquet sur les ENR… avec smart grid en option, stockage en Norvège, en Suisse et ailleurs… par exemple en France (qui a déjà un beau patimoine pour faire du stockage STEP, mais qui le cache bien), quand les français reviendront à la raison… ce qui finira par arriver un jour ou l’autre! Au final, on verra bien qui, d’eux ou de vous, aura le dernier mot… et malgré toute l’estime que j’ai pour vous… 🙂

Sicetaitsimple

Même si ce n’est pas moi que vous interpellez, je pense que la question était plus sur sur les “externalités” des options très renouvelables que sur les chiffres eux-mêmes qui a l’horizon 2050 ( celui de l’étude du Fraunhofer) ont le temps d’être réasjustés. 170GW d’éolien terrestre, 85 d’éolien en mer ( notamment en Allemagne), 200GW de PV, tout ça ne se gère pas uniqument avec des smart grids, ce qui est parfois l’histoire que certains racontent. Il faut bien un réseau et des interconnexions très puissants, du stockage (70GW de centrales P2G, 70GW , vous avez bien lu?), et puis quand même 95GW de centrales conventionnelles au cas où.Plus j’imagine un peu de curtailment de temps en temps. Quant à compter sur ses voisins, bien sûr à dose raisonnable c’est possible, mais quand l’Allemagne aura 200 GW de PV, vous imaginez bien que ses voisins en auront également quelque peu, qui débiteront à peu près au même moment, et donc auront eux-même des problèmes de gestion de surproductions.

Dan1

Ah zut, j’avais oublié qu’il existait un facteur de charge… heureusement que Jpm2 est là. Sous-entendu, si vous appliquez le facteur de charge moyen aux EnR, vous savez, ça va pas produire tant que ça !! Ben si quand même : 170 GW d’éolien terrestre = 253 TWh (Fc = 17 %… c’est l’Allemagne) + 85 GW d’éolien en mer = 260 TWh (Fc = 35 %) + 200 GW de photovoltaïque = 175 TWh (Fc = 10 %) Au total et sans forcer, ces trois EnR produiraient 688 TWh en 2050, soit plus que la production actuelle d’électricité. Sauf que dans la même temps, l’Allemagne se sera dépeuplée (passant en dessous de la France). De plus l’Allemagne aurait dû faire des économie d’électricité grace à la MDE et à l’efficacité énergétique. Et il reste quoi pour les centrales gaz en backup ? Car elle devront de toute façon tourner quand même, notamment en hiver, quand il n’y a pas de soleil et pas de vent. Si je rajoute un facteur de charge de 30% au gaz (je suis gentil), cela fera 250 TWh en plus. Alors que feront 70 millions d’Allemands avec 938 TWh en 2050 ?? Où est le Négawatt ?

Sicetaitsimple

Imprime la carte ci-dessous: 1. place sur la carte 85GW d’éolien en mer ( conseil:attention, tu ne peux pas les placer n’importe où, réflechis bien!) 2. place 170GW d’éoliien à terre, disons pour t’aider 2/3 dans la partie Nord et 1/3 dans la partie Sud. 3. place 200GW de PV, 2/3 au Sud et 1/3 au Nord. 4. Racontes à ta maman commnt tout celà va fonctionner, notamment sans réseau de transport. 5. Tu as droit à un Jocker, 95GW de centrales gaz que tu peux placer librement. Si tu réponds bien, tu peux espérer intégrer le Frauhoffer Institute quand tu sers grand.

64
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime