Energie éolienne : l’Ademe fait le point

A l’occasion de la semaine des énergies renouvelables organisée la semaine dernière, l’Ademe fait le point sur les solutions susceptibles de répondre aux objectifs énergétiques européens. 1er enjeu, et non des moindres : le développement de l’énergie éolienne.

Enjeux

La production d’électricité en France se fait à partir de différentes sources d’énergie dont l’énergie nucléaire (77% de la production soit 418 TWh (1), des énergies fossiles (10% de la production soit 55 TWh) et des énergies renouvelables (13% de la production soit 71 TWh). L’enjeu du développement de la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité est de les substituer aux sources d’énergie fossiles, fortement émettrices de CO2, alors que la consommation nationale d’électricité augmente.

Ainsi, en 2001, la France s’est fixée comme objectif, dans le cadre d’une directive européenne, d’obtenir 21 % de sa consommation d’électricité à partir d’énergies renouvelables à l’horizon 2010. Cet objectif a été conforté dans le cadre du Grenelle de l’Environnement dont une des recommandations est l’augmentation de la production d’énergies renouvelables de 20 Mtep (2) à l’horizon 2020.

L’énergie éolienne est l’une des principales énergies concernées, avec un objectif de 5 Mtep (soit près de 60 TWh). Pour y parvenir, des investissements en matière de R&D, de capacités de production et de renforcement du réseau devront être mis en œuvre. L’acceptabilité sociale de l’éolien est également l’un des principaux enjeux.

Performances techniques des installations

La variabilité de la production d’électricité éolienne est le principal handicap de cette énergie, admet l’Ademe. Toutefois, elle estime que les progrès de la modélisation des consommations énergétiques et de la prévision météorologique permettent aujourd’hui de prévoir les variations de l’appel de puissance des consommateurs, d’anticiper la production d’électricité éolienne et ainsi, d’équilibrer le réseau à l’échelle du territoire.

L’Ademe ajoute que le foisonnement des parcs éoliens sur le territoire français, exposé à plusieurs régimes de vent, permet une injection régulière d’électricité sur le réseau. Ainsi, la productivité du parc éolien français est largement supérieure à la moyenne européenne, souligne-t-elle, grâce au caractère particulièrement avantageux des régimes de vent (la France dispose du deuxième gisement éolien en Europe).

En 2007, l’éolien a fournit 4 TWh d’électricité, soit près de 1% de la consommation totale d’électricité en France.

Impacts environnementaux

Selon l’Agence environnementale, la production éolienne se substitue essentiellement à des productions à partir d’énergies fossiles (centrales gaz et charbon), fortement émettrices de CO2. Les émissions évitées en France par l’éolien ont été estimées par RTE (3) à 300 gr de CO2 par kWh.

Selon ces estimations, la production d’électricité d’origine éolienne en 2007 aurait permis d’éviter le rejet d’1,2 million de tonnes de CO2.

L’acceptabilité des éoliennes par les Français est stable depuis 2004, relève l’Ademe, s’appuyant sur une étude commandée à l’Institut BVA. Celle-ci indique que 79% sont favorables à l’installation d’éoliennes dans leur région et 62% sont favorables à l’installation d’éoliennes à moins d’un kilomètre de chez eux. Pour les 38% des Français qui n’acceptent pas l’installation d’éoliennes à moins d’un km de chez eux, le bruit des machines et leur intégration dans le paysage sont les principaux freins (4).

Ces deux aspects sont intégrés dans la réglementation sur l’éolien, construite depuis 2001. Une étude réalisée par l’Affset (5) conclut que la réglementation sur le bruit est particulièrement bien adaptée et que le développement de l’éolien n’engendre pas de problèmes sanitaires.

La réglementation actuelle comporte tous les éléments pour assurer une instruction des projets qui soit sécurisante pour les riverains, estime l’Ademe. Les permis de construire, obligatoires pour toutes éoliennes de taille supérieure à 12 m, sont délivrés par les préfets de département après enquête publique pour tous les parcs de puissance supérieure à 2,5 MW (la quasi-totalité des projets existants) et étude d’impact. Les études d’impact préalables à l’obtention du permis de construire permettent d’évaluer tous les impacts sur la santé humaine, la faune et la flore.

Toutes les administrations concernées de l’Etat sont consultées ainsi que la Commission Départementale des Sites, les associations et les collectivités locales d’implantation.

Concernant les risques d’accident, un rapport publié en 2004 par le Conseil Général des Mines estime que la procédure du permis de construire permet aux Autorités publiques de maitriser l’implantation des parcs éoliens par rapport aux constructions existantes, mais aussi l’implantation de nouveaux bâtiments ou ouvrages par rapport aux éoliennes déjà construites.

Depuis juillet 2007, des Zones de Développement de l’Eolien (ZDE) ont été instituées afin de préserver les paysages remarquables et les sites historiques. Elles sont proposées par les collectivités locales et coordonnées par les Préfets. Les projets éoliens doivent se situer dans une ZDE pour bénéficier du tarif de l’obligation d’achat.

L’Ademe note toutefois que la réglementation devra évoluer en matière de protection des radars (les éoliennes peuvent perturber leur fonctionnement) ainsi que sur le démantèlement des éoliennes en fin de vie (un projet de décret est en attente de publication).

Coûts du développement de l’éolien

L’objectif retenu par le Grenelle pour 2020 est d’installer une capacité éolienne de 25 GW dont 6 GW en mer. Partant de l’hypothèse que le prix de marché de l’électricité augmenterait de 3% (hypothèse très conservatrice) d’ici 2020, le surcoût généré par le tarif de rachat de l’éolien terrestre serait très réduit, alors que celui de l’éolien maritime représenterait l’essentiel du surcoût. La CSPE engendrée s’élèverait à 862 millions d’euros (dont 803 millions pour l’éolien maritime).

Un foyer ne se chauffant pas à l’électricité aurait donc à supporter un coût de 5,4 €/an. Pour un foyer chauffé à l’électricité, cela représenterait un surcoût de 26 €/an. En termes de renforcement du réseau de transport d’électricité, le gestionnaire du réseau RTE a évalué à environ 1 milliard d’euros cumulés le coût d’adaptation du réseau pour un parc éolien terrestre de 20 000 MW.

Enfin, l’énergie éolienne nécessite de disposer de réserves d’équilibrage pour pouvoir ajuster les variations de la production à celle de la demande. Ces réserves d’équilibrage entraînent des surcoûts qui ont été estimés entre 4 et 6 €/MWh pour un parc éolien installé de 8 à 12 000 MW (6).

L’Ademe préconise que soient menées des études supplémentaires pour évaluer ces surcoûts pour un parc de plus grande puissance, et que soit mis en place un observatoire des coûts et des émissions de CO2 évitées par la filière éolienne.

Avis de l’Ademe

L’agence considère que l’énergie éolienne est une énergie propre : elle ne génère ni déchet, ni gaz à effet de serre, ni polluants, et qu’elle contribue également à l’indépendance énergétique du pays, en injectant sur le réseau une énergie produite localement.

Le développement de l’éolien devra s’accompagner d’une amélioration de la consultation des populations concernées et des collectivités locales lors des décisions de planification du développement ainsi que lors d’autorisation de projet. La planification du développement de l’éolien est jugé indispensable afin d’éviter le mitage du territoire par une dispersion de petits projets. L’Ademe soutient le développement des ZDE qui pourraient servir de base pour une planification régionale des projets éoliens.

L’Ademe recommande par ailleurs la mise en place d’un observatoire des coûts et émissions de CO2 évitées pour chaque filière d’énergie renouvelable afin d’en évaluer, en temps réel, les coûts et les bénéfices. Elle préconise un ajustement régulier du tarif de rachat de la production d’électricité éolienne afin d’assurer que le taux de rentabilité interne (TRI) du projet soit supérieur à 8%, dans des conditions de ressources en vent suffisantes. Une évaluation du TRI des projets, couplée à l’étude de référence de la production d’électricité pourrait être réalisée dans le cadre de la Programmation Pluriannuelle des Investissements.

En conclusion, l’Ademe rappelle que les efforts de développement de la filière éolienne, comme toutes les énergies, doivent avant tout être accompagnés d’efforts de réduction des consommations.

(1) Chiffres 2007, source : RTE
(2) Millions de tonnes équivalent pétrole.
(3) www.rte-france.com
(4) « Les Français et les énergies renouvelables », août 2008, Etude BVA pour l’ADEME
(5) « Impacts sanitaires du bruit généré par les éoliennes. État des lieux de la filière éolienne.
Propositions pour la mise en œuvre de la procédure d’implantation » Avis de l’AFSSET, mars 2008.

            

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
38 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Fabricedetavel

quel scandale ! une administration censée être objective qui fait la promotion de l’éolien , lequel éolien ne fonctionne jamais quand il y a la demande mais quand le vent souffle . Résultat lorsqu’il y a des hautes pressions en France et zéro vent , ce sont les centrales à flamme qui prennent le relais et cela augmente la production de CO2 , les pays fortement éolienisés sont ceux qui produisent le plus de CO2 et qui ont augmenté cette production alors que l’éolien s’implantait partout .Quelle image d’une administration impartiale !

L'eclaire

c’est amusant d’essayer de faire croire aux lecteurs qu’une administration (Agence Française, tout de même) perd son temps à vanter les bénéfices d’une source d’énergie qui “ne fonctionne jamais quand il y a la demande”.Renseignez-vous un peu et arrêtez de diffuser les argumentaires éoliens dont le niveau n’excède pas les fondations d’une éolienne, merci.L’électricité éolienne économise du CO2 dans tous les pays du monde ; faire croire le contraire relève de la tromperie, il suffit de lire le dernier rapport annuel du RTE pour s’en rendre compte.Ho pardon – sauf si le RTE est “du côté du lobby pro-éolien” lui aussi ?

renewable

Mauvaise fois insondable quand tu nous tient…Donc l’ADEME est tenue par le lobby éolien, et l’Afsset, RTE, BVA, les services de l’état concernés lors de Permis de construire sont à la solde du gigantesque lobby éolien!!Pour info ils ont en face d’eux AREVA (qui, par la voix de sa présidente, vient de clairement affirmer son opposition à l’éolien terrestre au motif qu’il est trop cher et se concentre sur l’offshore, 50% plus cher!!!!!!!!!!!!!!!!).Lisez les rapports RTE 2005, 2006 et 2007 et vous verrez qu’en France, contrairement à l’Allemagne, il n’y a pas de haute P sur TOUTE la France! Au contraire, Janvier et Février sont les mois les plus ventés!Allez dire à quelqu’un de la vallée du Rhone qu’il fait chaud quand le mistral souffle!!!!!!Quand aux pays qui ont bcp d’éolien et qui produisent bcp de CO2, ils n’ont tout simplement pas la même proportion de nucléaire que nous, ne comparez pas ce qui n’est pas comparable!!!Nous pendant ce temps on produit des déchets nucléaires, autre débat.

Dan1

Je note que l’ADEME veut faire des études sur les surcoûts et l’impact sur les émissions de CO2… laissons faire l’ADEME, nous analyserons les conclusions. Dans l’immédiat, et afin d’éviter de vaines querelles, il serait bon que la France publie sur internet, au jour le jour, la production éolienne à l’instar de ce que font les allemands ou les espagnols… à moins que les données soient classées sensibles. L’ADEME possède un site suivi-eolien.com, mais il est bien pauvre en données comparé à WINDMONITOR par exemple ou au site espagnol de REE équivalent à RTE (). La France serait-elle en retard, même chez les promoteurs de l’éolien ?

Alain325

Concernat le débat énergétique, je vois un actuellement un lobby hyper actif, présent sur tous les média, et ce n’est pas le “lobby éolien” mais plutot des antennes du lobby nucléaire…

Delong 532

Concernant le débat énergétique, je  vois  actuellement un lobby hyper actif, présent sur tous les média, et ce n’est pas le “lobby  nucléaire” mais  plutot   le  trés  gros  et  trés maladif  lobby   Anti-Nucléaire . 

foufeff

il est un temps pas si lointain ou les gens consommaient de l’energie quand ils en avaient.Maintenant on veut du courant alors on paie la facture en €uro mais il faut que ça suive coute de coute en CO²… Grâce a cette mentalité on a eu besoin du nucléaire, ce colosse encombrant et sans réactivité mais nécessaire. Ce même colosse qui force la création de centrales thermiques d’appoint facilement délestables car réactives… mais dont le Watt est horriblement cher (largement superieur a l’éolien) et dont l’installation est  privée (et non concertée) !!!A contrario de  l’hydraulique et l’éolien qui sont malléables, compétitifs  et réactifs.Quand au lobby, il y a deja eu un commentaire dessus…. mais bon je pense plus aux anti quand on me parle d’éolien et de Lobby (Cf les politiciens en mal de reconnaissances de la FED)Un bilan CO² en focntion des sources va enfin pouvoir faire taire les pro-nucléaire qui affirme que le nucleaire ne polue pas !! (Cf  VGE et les autres) et faire un beau ration cout € x cout MW

Dan1

Il faut être très gonflé pour affirmer que le nucléaire force la création de centrales thermiques ! Sachant qu’EDF France en possède de moins en moins et émet moins de 20 millions de tonnes de CO2 pour 480 TWh produits. La réactivité instantanée du nucléaire est certes faible mais il participe largement aux variations saisonnières et hebdomadaire (1 % de variations c’est souvent 5 GW qui partent ou arrivent), l’hydraulique fait un gros travail en pointe aidé par le thermique. L’éolien est : « malléable, compétitif et réactif » fin de citation. Que signifie cette assertion ? L’éolien est pour l’instant une production fatale, depuis quand démarre-t-on les éoliennes au coup de sifflet ? On peut les déconnecter tout au plus. Enfin, pour le CO2, j’aimerai que vous me citiez les études qui vont mettre le nucléaire à mal !Qui voulez vous discréditer… les antinucléaires ?

gp

quel jour va t-on enfin pouvoir entendre de la part des anti-éolien primaires qui connaissent tout juste la définition précise d’un kWh, des mots comme : efficacité énergétique, impact environnemental faible, énergie renouvelable et durable, etc…Si l’éolien doit être critiqué C d’abord pour son caractère intermittent, qui n’est effectivement pas sans poser problème à l’heure où nous ne savons pas encore stocker l’électricité en grande quantité et sans perte. le reste n’est que caprice ou presque!!!! car en France, les conditions d’implantation sont telles qu’il n’y a bien que les anti-tout et les éternels insatisfaits pour trouver autant d’inconvénient à une filière qui compte parmi les rares à pouvoir apporter une partie des solutions dont l’humanité aura besoin demain…malheureusement, ils sont encore nbx les incultes de l’énergie qui pensent que le dieu soleil et ses rayons tout puissants fournira à l’humanité les TWh dont elle aura fatalement besoin pour qlq décennies encore, surtout là il n’y en a pas tant que ca du soleil…Pour produire de l’électricité en grande quantité il faut entrainer un alternateur… à ce jour, on a encore rien trouver de mieux que l’énergie mécanique de l’eau, du vent ou de la vapeur (qu’il faut produire sauf lorsqu’elle jailli naturellement du sol) pour ce faire … dans le cas de l’éolien la contrepartie c un peu de bruit et des grands mats judicieusement répartis sur le territoire, C qd mm vachement moins débile que de larguer des TWh de vapeur d’eau à l’atmosphère en brulant des combustibles fossiles ou en cassant des molécules non?

Cramelas

Je suis bien d’accord avec toi GP, mais je crois que le caractère intermitent de l’éolien n’est un problème que parce que nous avons pris l’habitude d’avoir des sources d’énergies à débit constant. Le cas le plus absurde est celui des centrales nucléaires qu’on ne peut pas ralentir facilement, du coup EDF brade sa production nocturne à l’étranger. Je crois que l’éolien va nous apprendre à respecter le temps. Non, il n’y a aura pas autant de courant qu’on voudra en permanence, et ça va changer beaucoup de choses, pour l’industrie notamment. Après tout, les agriculteurs ou les ouvriers du bâtiment savent qu’on ne peut pas travailler tout les jours, par exemple quand il y a beaucoup de pluie, des chutes de neige… L’élément naturel va reprendre le dessus sur la rentabilité économique, on va devoir vivre selon d’autres rythmes, tant mieux.

Tutu

BonjourVote mail me fait découvrir la réouverture du site SUIVI EOLIEN (qui était fermé depuis mars 2006). A l’épque il donnait les facteurs de charge parc par parc , ce qui permettait de mettre en évidence le fait que l’extension de l’éolien vers des régions de moins en moins ventés s’accompagnait de facteurs de charge qui allaient en diminuant (évidemment!).Je constate (merci de me le confirmer, car une partie peut m’avoiir échappée) que comme information sur la production d’un site donné, on nous revoie sur de statistiques générale des énergies renouvelables, éditées par le DGEMP (documents généraux que je connais parfaitement), ce qui est une façon de se foutre des gesn.Dites moi que j’a bien lu.Si vous me donnez votre adresse de mail, je vous envois ce que donnait SUIVI EOLIEN au moment de sa fermeture, en mars 2006.Bien cordialement.F. NIMAL

Nature

Même si les vendeurs d’éoliennes ,appuyés par l’ADEME,arrivent à produire 10 % de notre électricité ,ce sera au prix du paysage français ,là où il est encore préservé des atteintes de l’  industrie.Et ce dommage sera de fait irréversible car qui pense sérieusement que quelqu’un payera l’éventuel démontage de ces monstres.Il n’est que d’observer la durée des friches industielles,le plus souvent supérieure à celle d’une vie.Quant aux instances de soi-disant protection des sites,que l’ on permette à un membre d’une Commission Départementale des Sites d’affirmer que la plupart des préfets sont indifférents à ce problème. Pour eux tout ce qui ressemble à une activité économique passe avant toute autre inquiétude.

christian

Devant tant de confusion, et puisque quelle que soit la décision du gouvernement (actuel ou futur), il y a aura toujours une proportion (environ 50%) de gens mécontents, et des incertitudes sur le bien fondé des décisions, revenons utopiquement aux principes de notre démocratie : de la liberté et de l’égalité pour tous :- liberté à chaque consommateur de choisir sa source d’électricité,- liberté à chaque entreprise qui fournit de l’électricité de choisir ses moyens de production, suivant ses finances et son marché.- égalité de toutes les entreprises devant une lourde taxe carbone frappant à la source les fossiles et la chaux (et non pas une taxation des émissions dont chacun conteste les volumes).- égalité des citoyens à percevoir une aide pour développer leur propre production, qu’ils ne revendront pas, sinon c’est une entreprise (mais on peut accepter les associations ou coopératives).Il y a sûrement de la place pour tout le monde.Quitte à passer pour fou, je me demande même s’il n’y aurait pas des synergies.Mais pour les trouver, il faut arrêter de s’invectiver svp !Exemple : l’électricité produite par les renouvelables intermittents pourrait être stockée, non pas partiellement mais en totalité, en particulier, si on avait un parc de voiture électriques à charger, qui par nature sont en charge à des moments différents. Mais certains anti-nucléaires s’opposent aux voitures électriques en pensant qu’elles seront essentiellement alimentées par les centrales. Faut-il en déduire que certains anti-nucléaires sont inconsciemment aussi anti-éoliens ? Moi je suis à la fois pro-nucléaire et pro-renouvelables !La priorité est-elle bien de lutter contre le réchauffement climatique ? Si oui, c’est le pétrole et le charbon qui sont nos seuls adversaires communs. 

christian

Pour Nature:Avant de dire des énormités, renseignez-vous, le parc le plus proche de chez moi a provisionné son démantèlement (imposé dans les baux signés avec les propriétaires et par les permis de construire et par l’étude d’impact) à hauteur de 40 000euros par éolienne (sachant qu’il y a en plus 250Tonnes d’acier par éolienne, au prix de l’acier…..)On aimerait que la meme chose soit faite pour le nucléaire!Mais non, on continue à louer cette énergie qui ne produit que peu de CO2 (extraction du minerai et construction) mais qui nous donne gentiment des déchets pour des dizaines de milliers d’années!!!! Au moins le cout de surveillance et de gestions de ces déchets sera supporté par nos enfants, ce qui permet de donner un cout assez faible au KWH nucléaire actuel.L’éolien est REVERSIBLE, son cout est FIXE et il ne consomme que du vent!!!!!!!Pourquoi s’en passer?????????

renewable

Le message qui apparait sous le pseudo christian 10:10:19  est de moi, “renewable”…Un bug du côté d’Enerzine? Merci de rectifier.Cordialement

Nature

Même si le démentelement est,théoriquement et parfois programmé,il n’en reste pas moins qu’une génération au moins, devra subir la présence de ces machines dans le paysage .Pour les gens de mon âge,c’est dire jusqu’à la fin de leur vie.La technique a trop souvent envahi nos sites,inutile de détruire ce qui nous reste en dénaturant les lieux les plus en vue.10 % d’électricité ne valent pas ce marché de dupes . Certains esprits ont la faiblesse de considérer que la beauté est une valeur absolue;Espérant n’avoir ajouté aucune” énormité”.

andre

Deux exemples :- L’éolien éviterait 300g de CO2 par kWh en remplaçant principalement charbon et gaz. Que je sache, par kWh les émissions de CO2 sont de l’ordre de 1000g pour le charbon et de 450 pour le cycle combiné gaz. Conclusion: l’éolien remplace surtout nucléaire et hydraulique !!- Depuis des années on nous vante l’avantage de la production locale de l’éolien. Alors pourquoi  annoncer la nécessité d’investir 1 milliard d’Euros dans le réseau électrique.Si l’éolien a sa place dans le mix énergétique, inutile de forcer le trait sur ses avantages….et par soucis de transparence (oh combien exigé pour le nucléaire!) à quand les renseignements sur la production dans le “suivi éolien”?

tibeau

“Pour les gens de mon âge,c’est dire jusqu’à la fin de leur vie.La technique a trop souvent envahi nos sites,inutile de détruire ce qui nous reste en dénaturant les lieux les plus en vue” Et les gens de votre age auront ils le courage de dire aux générations futures qu’il n’y aura plus de petrole… car vous aurez tout consommé, plus de nucléaire car il a bien fallut faire rouler les voitures devenues électriques… NON ca vous ne le ferez pas, pourquoi voulez vous vous priver d’une énergie qui ne nécessite pas de ressource primaire! Son principal inconvénient … être visible, et diffuse… car je pense que si vous aviez une centrale quelle qu’elle soit près de chez vous, vous n’apprécieriez pas. Vous ne voulez pas d’éoliennes près de chez vous… OK dans ce cas arretez de consommer de l’électricité !

Nature

Les éoliennes ne peuvent résoudre les besoins energétiques . Même les vendeurs de ces machines ne prétendent pas fournir plus de 10% de notre électricité.Mais cette production se payerait du prix de la beauté de nos paysages.Déjà fort maltraités par l’industrialisation.C’est une affaire de sensibilité.On est en droit de trouver que le marché éolien est un marché de dupe.

Pim12284

Je ne pense pas que l’éolien soit le systeme de production miracle, néanmoins cela permet de créer de l’énergie de maniere la plus propre possible. En effet, le solaire posant encore quelques problemes pour la réutilisation des panneau en fin de vie.Certe le nucléaire ne produit pas de CO2, mais bon d’un point de vue ethétique (souvent reproché à l’éolien) est ce que les magnifiques tours de refroidissement avec ses immenses nuages sont bien jolies ?La centralisation de la production d’énergie a également amené les magnifiques pylonnes electriques …De plus, cela engendre de la polution au niveau des cours d’eau, le changement de tout un ecosysteme au sein de la riviere utilisée pour le refroidissement.On reproche également le manque de rentabilité de l’éolien, mais le nucléaire à un rendement énergétique d’environ 30% en effet le reste est de la chaleur perdue. Le jour ou cette chaleur perdue sera utilisée pour faire chauffer de l’eau et allimenter les villes avec, alors le rendement sera de 100%.Deplus, la centralisation de la production engendre des pertes d’environ 10% sur les lignes electriques pour ammener le courant dans les villes.. En ce qui concerne les dechets, une fois démantelée, une éolienne peut etre en majorité recyclée Pour le nucléaire, nous ne savons toujours pas quoi faire des déchets…Pour les subventions, on entend dire que l’éolien est subventionné, ors le seul systeme de subvention est le rachat de l’electricité éolien a à un tarif défini par l’état. Or tout ce qui est construction et achat de machine revient au propriétaire des machines.Pour le nucléaire, c’est l’état qui paye, donc certe pas de subventions, mais des fonds dédiés. Je pense donc que l’éolien coute moins cher à l’usager que le nucléaire.Pour le fait que l’éolien engendre de la pollution car il faut des centrales thermiques pour venir combler le manque d’electricité, il faut voir le probleme dans l’autre sens. En effet, les éoliennes viennent justement limiter la production d’electricité via ces centrales poluantes.Dans tout les cas, pour ou contre l’éolien, il faut que chaques personnes s’interoge sur sa consomation d’energies (est ce que les volets, ou portails electriques sont indispensables (sans pour autant revenir aux années 1800)? mais bien prendre en compte la demande énergétique de chaque appareil ..  mon logement est il correctement isolé ? )

pasnaif

de voir que ce sont les “éolistes” qui ne connaissent mot de l’énergie ni de l’économie publique: s’ils avaient des connaissances ils ne seraient pas éolistes: Tout au moins – pour ceux qui ne veulent pas de nucléaire – searient-ils pro-solaires ou pro-biomasse intelligente? mais non, éolistes et rien d’autre, cela dénote leur degré de connaissance.Il y a ube correllation très nette JAMAIS invoquée dans les polémiques: Les citoyens les plus éduqués universitairement sont les plus pro-nucléaires ? Curieux? Se pourraît-il que la Science en fait démontre l’inocuité d’un nucléaire sans idéologie à la soviétique ni à la seule solde du Privé?

tibeau

Ah bon?? il n’y a donc que des idiots anti nucléaire ???Je voudrais juste signaler que le rapport Montaigne qui est anti éolien, s’appuie sur le fait que l’éolien est non prévisible, intermittent et cher. D’ailleurs notre très cher ancien président (très cultivé X(44) et très pro nucléaire) dit que l’éolien est trop cher et qu’il vaut mieux mettre du solaire…L’éolien est subventionné à 83€/MWh et le photovoltaique à 550€/MWh … donc si on prend un prix de vente sur les marchés de 50€/MWh les citoyens doivent payer 33€ pour chaque MWh d’éolien produit et 500€ pour les MWh d’origine solaire..Et niveau intermittence, le photovoltaique n’est vraiment pas mieux.Mais la encore il n’y a pas a être pro ou anti quoi que ce soit, ce qu’il faut c’est le MIX energétique ! profiter du soleil, du vent, de la biomasse qd il y en a… et sinon utilisons l’atome.PS : je me considère comme éduqué universitairement, mais pourtant je ne suis pas pro nucléaire??? Dois je consulter un médecin ?? 😉

renewable

Incroyable des discours comme celui de “nature”!On doit vous remercier d’avoir fait n’importe quoi et de nous pourrir l’existence jusqu’au bout?10% d’éolien c’est toujours autant de déchets nucléaires et de CO2, méthane et soufre en moins!! Vous avez gaché notre avenir et vous vous en félicitez! Merci aux nature, VGE et autres butré (il faudrait reparler de l’industrie pharmaceutique dont il est l’un des dignes représentants!)Quand au texte de pasnaïf, vous savez très bien que l’on s’accorde sur le fait qu’il faut avant tout BAISSER notre consommation d’énergie et que le principal ennemi de cette action indispensable, ayez l’honneteté de le reconnaitre, est le lobby nucléaire, depuis plus de 30ans!!!Ensuite, biens sur qu’il faut mettre l’accent davantage sur le solaire et la géothermie, justement pour atteindre la meme capacité que l’éolien (et la on verra les memes pro nuc s’insurger, dès qu’ils auront dépassé le 1er pourcent de production, comme avec l’éolien!!)En attendant, que VGE et les conservateurs pro nuc de sa générations révisent leurs chiffres, ça leur évitera de dire, (dixit VGE) en pleine conférence de l’institut montaigne, sans que PERSONNE n’ai l’oportunité de le contredire, que l’éolien est trop cher et qu’il faut développer le solaire (photovoltaique car on parlait de production d’électricité) alors qu’il est 4 à 7 fois PLUS CHER que l’éolien!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Nucleos

Si  le  lobby  nucléaire  était  si  éfficace  , il aurait  forcé les constructeurs automobiles  à  produire  au  moins 10% à 20 %   de voitures électriques  etaurait  promu  encore plus les  hybrides . Il ne fait rien de ce coté là .Pire , c ‘est tout juste si il  s ‘ excuse pas de construire son EPR à flamanville .Ce role de grand méchand loup nucléaire  est  une  anerie montrueuse du Lobby anti-nucléaire  prétendument  écologiste , des lamentables “Décroissantistes”,qui participent  à  ruiner  le pays avec leurs délires  pathologiques.

Nucleos

Et  il ne faut surtout pas renoncer à construire beaucoup de centrales  nucléaires  avecles lignes THT  400 Kv   indispensables   pour la distibution et  l ‘ exportation  d ‘ électricité ; n ‘ en déplaise  aux  anti-nucléaires  et  Nimbys  en tous genre .La décroissance est  une  absurdité   productrice  de  trés  gros  chomage .ces  décroissantistes sont  des criminels  économiques .Cordialement …

Nk

Enr (souvent intermittentes) et nucléaire peuvent parfaitement se compléter . Il est stupide de les opposer . Seul les énergies fossiles doivent disparaitre . Quand à la peur ridicule des déchets radioactifs , elle n’a d’ égale que le comportement absurde de certains gros fumeurs de cannabis (trés cancérigène) et fort consommateurs de boissons alcoolisés (provoquant cirrhose et cancers du foie ,tous 2 mortels) que l’onretrouve nombreux dans toutes les manifestations anti-nucléaires .Le nombre annuel des morts du tabac et de l’alcool représente rien qu’en France des centaines de Tchernobyls. A coté de ça , les fuites de La Hague ou de Tricastin dont on n’ est meme passur du nombre des éventuelles victimes (si on arrive démontrer incontestablement qu’il yen a) c’ est de la Rigolade .Cessons donc les oppositions stupides Enr- nucléaire .

Nk

Les   brillants ingénieurs d’EDF/Areva  ne voient aucun incovénient à ce que le Nucléairesoit  combiné   aux énergies  Solaires,  éoliennes ,  biomasses , géothermies , hydroliennes,et autres énergies  de  la mer .  Seuls , des Anti-nucléaires  pathologiques et bornés  deGreenpeace  , réseau SDN (sortir du nucléaire), cap 21, etc… avec  leur délire de la persécution paranoiaque   par  le  grand  méchant loup “lobby nucléaire ” , peuvent  croire  le contraire .  Cordialement .

marcarmand

L’accumulation des déchets nucléaires est la principale raison de s’opposer à cette source énergie. 1 kg de déchets par Français et par an, 60.000 tonnes stockées chaque année, pour des dizaines de milliers d’années. On ne peut pas considérer le nucléaire comme une solution d’avenir

Nk

Toujours  ce cathéchisme  ringard  de  deGreenpeace  , réseau SDN (sortir du nucléaire), cap 21, etc… Les générations futures ne seront pas à ce point débiles , qu’ elles auraient arrêtées et renoncées à toutes recherches efficaces concernant la récupération , traitement et transformation de ce que l ‘ on qualifie DE NOS JOURS de “déchets nucléaires” ,et qui seront plus tard utilisés comme radio-nuclides et radio-sourcesintégrées à des nouvelles technologies dont les anti-nucléaires ne veulent et ne voudront surtout pas entendre parler . Pour les anti-nucléaires, tout ce qui est nucléaire , c ‘ est diabolique, satanique , définitivement mauvais .Si les générations futures laissent détruire la maitrise de tout les aspectsde l ‘ énergie nucléaire (recheche et application de la reconversion des déchets en radio-nuclides pour les nouvelles technologies du futurs) parles Anti-nucléaires , alors là , nos déscendants auront 1 vrai problème.Nos descendants devront avoir l ‘ intelligence et la volonté de ne pas se faire interdire et supprimer la recherche et la maitrise del ‘ énergie nucléaire par un énorme et monstrueux lobby Anti-nucléaire obscurantiste et irresponsable.Sinon ,c ‘ est dans ce cas là , qu ‘ ils pourraient le payer trés cher.

Dan1

Pour marcarmand :Où avez vous trouvé ce chiffre de 1 kg de déchets nucléaires par français et par an ? 

Nk

Pour  ma  part , je ne fais pas partie de la FED .  Les  éoliennes  ,  j ‘ aime  bien ,ils  peuvent  en  mettre  prés de chez moi  (il y a du Mistral)  ,ça  ne me  pose  aucun problème , même  pas esthétique  ,  ni  sonore  .Pour  les  déchets  nucléaires  ,  le  vrai  scandale  est de vouloir les enfouir ,alors  qu ‘ on  aurait  dù  depuis très  longtemps  financer  les  recherches  appliquéespour  en  faire  de nouvelles  ressources  technologiques  et  énergétiques .Et  jamais des  déchets  destinés  à un abandon à long terme aprés  quelques  temps  de surveillance.Tous  d ‘ abord  : les  transuraniens  lorsque l ‘ on utilise  les  neutrons rapides  sont  tousfissiles  et  produisent  de  l ‘ énergie .  Qand  aux  produits  de  fission  , ils  sont  chimiquement  séparables entre  éléments  différents  puis  ensuite  regroupables entreéléments  de même nature chimiques  et utilisables  comme  radio-sources pour toutes sortes  d ‘ applications  dont  on a pas voulu  dévelloper les  recherches  appliquées  pourdes  raisons  multiples  (hélas)  parmi  lesquelles  :  il  était  bêtement  jugé  plus simple etsurtout  moins cher de les enfouir et de laisser bêtement les colis aux générations futures,tandis  que  certains anti-nucléaires  ne voulaient  surtout  pas que  ce  problème  soit solutionné car  cela faisait tomber un trés gros  argument  des anti-nucléaires  ,sans oublier que  pour les anti-nucléaires  , toutes ces substances radio-isotopiques utiliséesdans de nombreuses  circonstances et de nombreux lieux étaient une chose intolérable , absolument diabolique . Tous  ceci  à contribué  à  faire  de  toutes  ces radio-sourcesqui auraient pu être utiles , un  salmigondi  de  “déchets”  problématiques  pour  lesgénérations futures si celles ci  perdaient  la  maitrise  de  la  technologie  nucléaire à cause  du Lobby  irresponsable  et  obscurantiste  de  l ‘ abandon  du Nucléaire.

Gilmaurice

Moi  aussi  je suis physicien  et  les  déchets  de faible  activités  genre  bétons  irradiés         ne  pose  pas  de  problèmes  ,  d ‘ailleurs  la  radio-activité  des bétons  irradiés  de faible  activité  décroit  selon le  principe  physique de demi – vie  comme  tout élément  radio-actif .  Encore   un  faux  problème  d ‘ anti nucléaire  basique ,une  classique  intox  de  gens  à la greenpeace  (qui ont même débauché  parfois des physiciens qui  ne sont aprés tout que des hommes influençables par des  organisationsau  crédo  réligieux ou quasi  religieux)  ,vraiment  ce  faux problème  des  bétons  irradiésesr  une  intox  classique  des  anti-nucléaires .

dr_k

Tiens revoici mon copain Lion2 ! mais sous un autre pseudo, ce n’est pas difficile de le repérer il ne connait pas les règles de typographie, et toujours le même vocabulaire odieux et méprisant “catechisme”, “gens à la greenpeace”. Cette fois ci il s’attaque aux fumeurs de cannabis, c’est tout ce qu’il comme argument a se mettre sous la dent ! Lisez ceci sur la désinformation colportée par les anti éoliens du lobbye pro nucléaire.

Dan1

Pour Renewable : Je vous vois bien péremptoire vis à vis de quelqu’un qui avance des arguments. Vous feriez bien de vous en inspirer, car vous ne démontrez généralement pas grand chose et quand on demande des explications chiffrées et démontrables, on obtient pas grand chose. Essayez donc plutôt de démonter les arguments avancés, ça fera avancer le débat.   

Laique

S’il est une argumentation profondement inacceptable, c’est de constemment mettre les errements du NUCLEAIRE dans la figure de ceux qui veulent éviter un,e nouvelle gabegie anti écologique et anti écomonomique que constitue la filiere EOLIENNES INDUSTRIELLES. Les graves erreurs du nucléaire ne justifient en rien la répétition de l’absurdité de l’eolien industriel. Les mensonges nucléaires ne justifient pas les mensonges éoliens. L’éolien industriel est devenu la vache sacrée d’une secte qui refuse de voir les réalités au nom de son idéologie bornée. Quant au “sérieux” des calculs de l’ADEME, on se rapelera que pour construire le comparateur CO2 Transport de la SNCF, elle avait compté pour 2 heures le temps e vol entre Londres et Paris en “oubliant” le décalage horaire entre les deux pays. Et elle a “oublié” la déforestation massive liée aux constructions de lignes TGV. Lobby? vous avez dit lobby? L’Eolien industriel est un goufre financier. Pour une tonne de CO2 évitéé, le coût est de 2€ pour l’isolation des bâtiments, de 365€ pour l’éolien terrestre, de 650€ pour l’éolien maritime: bonjour la gabegie! Biomasse oui, géothermie (puit canadien etc.) oui, panneaux solaires oui, isolation oui, EOLIEN INDUSTRIEL ET NUCLEAIRE: NON!

Caca

tu un criss de cave esti d’innocent……………………………………………………………………………………………….

Fghdfghf

Fabricedetavel suce ma queue……………………………….  Ma Grosse Chiennne XxX

Olivier21

bonjour, Il y en a vraiment assez d’entendre et de lire des propos totalement subjectifs contre l’énergie éolienne. Vous ne faites que répétez des idées reçues. Vous ne pouvez être qu’un amateur et non un professionnel des problèmes énergétiques. Nous sommes bien au-delà d’un problème politique. Il faut agir et vite, et ne plus se chamailler pour des idéaux. Les résultats du parti écoligste aux européennes parlent d’eux-mêmes. Et respectez le travail formidable de l’ADEME. Cordialement.

38
0
Laissez un commentairex