L’afflux de pétrole américain devrait bouleverser la donne mondiale

"Le choc de l’offre créée par une augmentation de la production de pétrole (de schiste) aux Etats-Unis sera aussi impressionnant au cours des cinq prochaines années que ne l’a été l’augmentation de la demande chinoise d’or au cours des 15 dernières années" a prédit l’Agence internationale de l’énergie (AIE) dans son dernier rapport prospectif de moyen terme sur le marché du pétrole.

Les effets de la hausse continue de l’offre nord-américaine (pétrole brut léger, pétrole de schiste et sables bitumineux canadiens) produiront inévitablement, toujours selon l’AIE, des effets en cascade sur le marché mondial pétrolier. Cependant, le développement à grande échelle du pétrole de schiste – en dehors de l’Amérique du Nord – ne sera pas un phénomène commun au cours des cinq ans à venir. Par ailleurs, des technologies avancées devraient permettre d’augmenter la production des champs conventionnels arrivés à maturité – poussant les entreprises à reconsidérer les investissements dans des zones à risque élevé.

Le rapport de l’AIE prévoit que la production de pétrole en Amérique du Nord devrait croître de 3,9 millions de barils par jour (mbj) entre 2012 et 2018, ce qui représente près de deux tiers la croissance prévisionnelle des pays non-OPEP (6 mbj). La capacité mondiale de production de pétrole devrait croître de 8,4 mbj – nettement plus rapidement que la demande – qui devrait elle augmenter de 6,9 mbj. La capacité de raffinage mondiale devrait connaître une croissance encore plus rapide, bondissant de 9,5 mbj, tirée par la Chine et le Moyen-Orient.

"L’Amérique du Nord a déclenché un choc de l’offre qui propage des ondulations dans le monde entier", a déclaré Maria van der Hoeven, directeur de l’AIE, qui a révélé le rapport au Sommet international du pétrole ‘Platts’ à Londres. "La bonne nouvelle est que cela contribuera à soulager un marché qui était relativement tendu depuis plusieurs années. La technologie qui a ouvert ‘la manne’ dans des bassins tels que le Dakota du Nord ou d’Eagle Ford, au Texas peut et doit être appliquée ailleurs, conduisant à une réévaluation générale des réserves. Comme les entreprises repensent leurs stratégies, et les économies émergentes deviennent les principaux acteurs dans les secteurs du raffinage et de la demande, tout le monde sera gagnant".

"Le changement ne sera pas seulement causé par les compagnies pétrolières qui révisent leurs stratégies d’investissement mondiales, mais également dans la manière dont le pétrole sera transporté, stocké et raffiné" a noté aussi l’AIE dans son rapport.

L’AIE prévoit une hausse de 8% de la demande mondiale de pétrole sur la période comprise entre 2012 et 2018, pour atteindre 96,7 millions de barils par jour. Les Etats-Unis deviendront d’ici 2015 le premier producteur de pétrole hors OPEP, devant la Russie. Globalement, l’Amérique du Nord représentera 19% de la production mondiale en 2018, contre 16,7 % aujourd’hui. L’Agence a revu à la baisse ses prévisions de croissance de capacité de production pour les pays de l’OPEP (+1,75 mbj) entre 2012 et 2018, atteignant 36,75 mbj.

Enfin, les raffineries européennes courent un risque "particulièrement élevé" de restructuration d’ici 2018, en raison notamment de la hausse accélérée des capacités de raffinage dans le monde.

* Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP)

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
22 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Moment

Quand on gratte à droite et à gauche sur le net , il semble y avoir un consensus pour denoncer ce discours sur cette nouvelle manne de pétrole et gaz non conventionnel , ressemblant à un apeau pour pigeon avant que la bulle eclate . Jancovici lui même propose un commission parlementaire sur les travaux de l’AIE

an391

Oui que l’AIE devienne la voix à couleur officielle de la propagande US pétrole de schiste et des besoins financiers qui vont avec est une vrai scandale. Pour des informations un peu sérieuses , pour le pétrole (y compris de schiste), dernière synthèse de Jean Laherrère : article complet (version préliminaire, gaz et pétrole mondial) : ou aussi discussions sur le blog de Matthieu Auzanneau

Lionel_fr

Il y a en effet un blabla anti prévision de l’AIE. Les arguments invoqués sont qu’on ne “sait pas” combien l’extraction de ce pétrole coute, qu’on ne “sait pas” si les exonérations fiscales sur les forages américains vont durer. On sait pas donc on dit : ca marche pas ! Et les braves gens vont juste lire le titre qui va afficher en gros “SERIEUX DOUTE SUR LE PETROLE DE SCHISTE” , la masse grouillante de l’humanité va donc logiquement nier farouchement que les américains soient capables de produire une goutte de pétrole et l’affaire est pliée. Laissez moi vous dire que comme annoncé par l’AIE Les USA ont effectivement lancé l’exploitation de ce pétrole – ce qui est quand même plus signifiant que nos braves penguins qui ne “savent pas” , je veux dire : A la naissance , l’homme ne sait rien, mais durant sa vie, il APPREND Or Jancovici et les autres sont plantés là derrière leur PC à tapoter frénétiquement pour faire mousser leurs ignorances Pendant ce temps, des dizaines de milliers d’ouvriers américains font des trous dans le sol terrestre et marsien pour APPRENDRE Vous voyez la subtilité , comment dire … COMMENT DIABLE voulez vous savoir combien ça va couter dans 5 ans. Soit autant de recherche et de développement si vous ne faites pas la moindre expérience sur le terrain ? Et comment pouvez vous déduire du brouhaha internet d’activistes professionnels comme Jancoici, la moindre information intéressante sur la première économie mondiale ? Vous haïssez le pétrole de schiste, vous haIssez la recherche, vous méprisez tout e qui consiste à expérimenter sur le terrain bien au chaud devant votre navigateur , et cela vous donnerait quelque pertinence que ce soit face à des milliers de personnes qui font tout le boulot ? Bon , toute cette désinformation me déprime plus qu’elle m’intéresse.

Temb

Si “lui-même” propose une commission on peut douter de l’existence d’une bulle alors 🙂 Jancovici c’est “l’expert” qui pense toujours que le solaire coute 600€ du MWh et l’éolien terrestre 250€… C’est “l’expert” qui déteste tellement les énergies renouvelable qu’il surfe depuis 10ans sur des données aussi dépassées que son analyse sur ce secteur. Dommage car il a une vision macro-économique sur l’énergie qui est par ailleurs souvent très pertinente. Mas son prisme polytechniciano-nucléaire bloque son raisonnement côté renouvelables et vient fortement amoindrir la qualité de ses analyses…

Samivel51

L’Arabie Saoudite, dont le petrole ne coute rien a extraire, dont les gisements geants sont vieillissants, et qui n’est pas dans le besoin, preferera fermer les vannes plutot que de laisser le baril baisser significativement sous les $100. Idem pour le Koweit a une moindre echelle.

climax1891

En 2012, selon Bernstein Research, certaines compagnies pétrolières ont dépensé jusqu’à 112 dollars pour produire un seul baril Résultat, hors inflation, les prix du pétrole vont rester 5 fois supérieurs à ceux des années 90. Et l’OPEP va continuer de gagner 1000 milliards de dollars par an contre 200 milliards de dollars (dollars d’aujourd’hui) dans les années 90.

Sebastien
Luis

¤ Les “technologies nouvelles” pour l’extraction du pétrole, cela fait au moins trente ans qu’elles existent. Pas grand chose de nouveau dans ce domaine. Mais c’est une tarte à la crème habituelle des média. Maintenant, les prévisions de l’AIE … il suffit de relire celles du passé. D’autre part, à voir l’intérêt grandissant de certains pays pétroliers très bien ensoleillés pour s’équiper de systèmes solaires (CSP et/ou photovoltaïques) pour produire une partie de leur électricité, en économisant le pétrole, on peut douter de l’influence réelle des pétroles de schiste sur la production mondiale. Les pays concernés consomment aussi davantage de pétrole et leurs exportations stagnent ou diminuent. Les exemples sont nombreux, le cas le plus notable étant celui de l’Indonésie qui a dû quitter l’OPEP en 2008. D’exportateur, ce pays est devenu importateur. Et lorsqu’il ne restera plus un seul pays exportateur …

Pas naif

… il y a une réalité. Celle ci devient incontournable quand elle se répercute dans les prix du marché mondial très spéculatif. Comme il y beaucoup à gagner et perdre, les principaux acteurs y mettent les moyens d’analyse qui ridiculisent les diverses divagations épistolaires. Ce marché est l’absolu premier par sa taille dans le monde. Ca rigole pas. Les cours spot actuels sont assez stables depuis 2008 vers 90$. Finie l’envolée espérée vers 200$ d’une major française! Mais le fait que les USA augmentent de 4-5% la production mondiale concerne des sommes énormes de revenus qui ne peuvent pas n’être qu’une bulle style “subPrime”. Alors oui, le pic pétrolier n’est plus d’actualité malgré son annonce de 2006. Je le regrette comme vous mais il faut se résigner. Il retardera toutes les énergies propres d’autant. Seule consolation, la croissance mondiale se maintiendra dans les pays émergents. Cela ne veut pas dire que son prix baissera, car les sources de sables et schistes bitumineux ne seront plus rentables vers 60$.

Lionel_fr

Ok , on ne peut pas faire l’économie de l’extrème françisation de cette question. Cependant , si on fait l’effort de déplacer le débat d’un point de vue strictement américain : c’est avant tout une question intérieure pour les USA , bien avant de parler de la déflation provoquée sur le marché mondial. Il y a une question américaine récurrente sur le rôle du pétrole dans la politique extérieure. Non seulement le pétrole engendre des guerres auxquelles tout le monde est habitué à ce que l’amérique envoie ses boys se faire tuer plutôt que les nôtres. Outre que le pétrole soit l’enjeu des guerres , il en est aussi l’outil : le ravitaillement en caburant est une cause majeure de mortalité des soldats américains , l’armée US est le premier consommateur au monde.. La navy et l’air force ont lancé de couteux programmes de production d’énergie sur les théatres d’opération : houle en mer et algues dans les airs. Au plus fort des de prix pétroliers en 2008 , Bush a lancé un programme production CTL aux états unis pour les besoins de l’armée – ce n’est pas sans rappeler l’allemagne… Bush a même pris la peine d’accorder des budgets militaires à biogen qui produit de l’éthanol cellulosique ce qui n’était pourtant pas dans son tempérament. Puis la production de l’Alberta a lancé l’industrie des non-conventionnels et le gaz de schiste a donné aux américains la perpective d’une moindre dépendance à l’égard de pays qui envoient des boeings s’écraser sur leurs centre ville.. Aujourd’hui on a ce développement des schistes du Dakota qui aboutit après 30 ans de recherches (Luis : non, on ne savait pas le faire il y a 30 ans , ce n’était que de la R&D) Comment une personne lucide peut elle douter de l’intention des Etats-Unis à devenir autosuffisants pour le pétrole ? Par quel prodige les américains préfèreraient finalement continuer à acheter au moyen orient alors que leur production peut les remettre à flot économiquement et en plus, garantir l’approvisionnement de leur armée ? Comment peut on croire de balivernes aussi stupides?

climax1891

Peu importe qui produit le pétrole, ce qui compte c’est le prix. En 1982, la forte baisse des importations de pétrole n’a pas empêché les USA de rentrer en récession après le second choc pétrolier. En 1982, les importations de pétrole aux USA sont tombés à seulement 4,3 millions de barils (8,4 millions barils en 2011) Avec la révolution iranienne et le début de la guerre Iran-Irak, le baril de pétrole est monté à presque 100 dollars (d’aujourd’hui). En juillet 1981, les USA sont entrés en récession et, en 1982, le taux de chômage est passé au dessus des 10%, pour la première fois depuis 1929. C’est grâce à la hausse de la production de l’Arabie Saoudite en 1985 que le pétrole va retomber à 30 dollars (d’aujourd’hui) permettant ainsi à l’économie américaine de connaitre le plein emploi juqsqu’à la guerre du Golfe.

Moment

@naif : > Le pic pétrole conventionnel est déjà passé , ce dont il est question , pic pétrole tout liquide ie conventionnel+ non conventionnel . le ” plateau ” actuel est maintenu grace à l’offre de non conventionnel ,mais la plupart des experts affirment qu’entre 2015 et 2020 ça ne suffira plus . Ajoutez à cela la notion d’EROI facteur qui baisse , et devient inférieure au minimum requis pour que la société nord américaine fonctionne telle quelle . cad que même si vous augmentez la production , il y en aura toujours de moins en moins pour la société vu que la production consommera une part toujours plus importante . en com les américains sont très forts ,et savent attirer le chaland et son argent pour que leurs entreprises puissent flinguer des km² à la pelle mais ils peuvent se le permettre vu qu’ils possédent environ 9 millions de km² avec une densité d’environ 30 hab/km² . ce n’est pas la même situation en France . seulement 550 000 km² avec une densité moyenne de 110 hab/km²

Lionel_fr

Le prix du pétrole n’est absolument pas corrélé au PIB mais à l’inflation. Si l’inflation est déjà au taquet, une hause du pétrole provoque une crise. Si l’inflation est faible comme aujourd’hui cela n’a pas de retombée immédiate. Le second chiffre directement affecté par le pétrole est le commerce extérieur. En l’espèce c’est ce dernier qui interesse le plus la Franc aujourd’hui. La france aurait aussi bien besoin d’une reprise de la consommation ce que le pouvoir d’achat libéré par la charge pétrole + gaz devrait permettre. Enfin pour les français , le premier effet est une baisse du prix à la pompe qui est simplement un soulagement dont je vous laisse évaluer la portée.. Comme la tendance actuelle est déjà à la déflation structurelle (pour remplacer la dévaluation du franc qui n’est plus possible) une basse importante du pétrole faisant baisser le cout des transport de marchandise et donc une baisse générale de prix , nous feraint sans doute entrer dans une vraie déflation visible ce qui n’arrange personne pour d’autre raisons trop complexes pour les résumer ici

Nicias

Ce n’est pas si simple. Une hausse du prix du pétrole ne fait pas baisser la croissance partout. Les USA sont le pays le plus vulnérable, mais dans tout un tas de pays, une hausse du prix du pétrole provoque une hausse de la croissance. Évidemment dans les pays producteurs de pétrole mais aussi dans les pays qui exportent beaucoup vers les pays producteurs de pétrole. Pour préciser, une hausse du prix du pétrole provoque un appauvrissement chez nous au profit des pays du golf, mais pas une baisse de la production qui au contraire augmente. On est plus pauvres parce qu’on doit travailler plus (et produire plus) pour importer autant. Si les économistes n’utilisent pas de modèles de croissance (à long terme) basés sur les quantités ou les prix de l’énergie, c’est qu’ils ont de très bonnes raisons empiriques pour cela.

Herve

Le peak total (Conventionnel + nouveau) n’est probablement pas encore passé, mais il n’est pas certain que les non conventionnels vont révolutionner les choses dans le contexte de l’émergence économique des pays fortement peuplés. Les prix sur ce marché (énergie) sont élastiques, ce qui fait que si l’offre dépasse un peu la demande les prix chutent et vice versa. L’apport des non conventionnels a donc tendence à réduire le cout, qui sur le long terme devraient se stabilisera au niveau plancher du P.R. des non conventionnels. Accessoirement il peut être interessant pour un état trés consommateur (par exemple les US) de subventionner à pertes une production d’un peu de non conventionnel dans le but de faire chuter fortement le prix d’une beaucoup plus grande quantité de conventionnel importé.(J’accuse personne, je ne sais pas s’ils le font). Ils gagnes sur deux tableaux: amélioration de la balance exterieure et de leur industrie. C’est pour cette raison qu’il est difficile de savoir si les non conventionnels sont une réelle ressource d’avenir ou un coup de bluff permettant de retarder le peak de quelques années. En pologne, il semblerait que les shale gaz soient en mauvaise posture: Gisements pas assez rentables: . Ces gisements sont trés nombreux, mais finallement, il n’est pas sur qu’il y en ait beaucoup qui soient intéressants. @ Lionnel Vos explications sont un peu étranges, L’impact de la hausse du prix du petrole serait lié a l’inflation?. D’ailleurs cause ou consequence…? Un prix élevé des transports rend effectivement les importatins depuis l’asie moins compétitives, toutesfois, ç’est loin de concerner tous les produits. Seulement les produits dont le poids ou le volume est important (automobile, ciment…) Une bonne partie des importations en flux normal (par bateau) est peu affecté par les couts du transport car ces derniers pèsent peu (et sont principalement composés de frais fixes non dépendants du prix de l’energie)

Lionel_fr

Il me semble que ce sont les derniers km en camion qui affectent les prix dans leur ensemble. Les transports intercontinentaux sont optimisés : les porte-containers sont énormes et brulent du goudron dont personne ne veut.. L’inflation est impactée à cause de l’assiette de la hausse des prix qui concerne absolument tous les produits de votre supermarché, pompe à essence, magasins spécialisés …. C’est pourquoi la France est en déflation de -0.1% en Avril pour +0.7% sur 12 mois . Le chômage pèse sur les ausses de salaires mais c’est la baisse récente du pétrole qui affecte toutes les transactions et provoque des chutes aussi brutales. Je ne vois pas pourquoi le pétrole deviendrait plus cher à cause d’une hausse d’inflation localisée dans un pays consommateur

Herve

Désolé je crois que je vous avais pas bien compris. Comme vous l’indiquez, l’énergie étant à la base de pas mal de productions, la hausse de cette dernière a un impact fort mais sur le pouvoir d’achat général, mais à mon avis pas directement sur l’inflation. Par contre cette réduction dans certains pays (comme le notre), la pression populaire risque de forcer les gouvernements a prendre des mesures inflationnistes pour tenter de faire croire à une compensation de la hausse des prix. Est ce sous cet angle que vous le voyez? Par contre pour moi inflation ou pas , l’impact de la hausse du pétrole est sensiblement le même (en euros constants bien entendu).

Sicetaitsimple

Dites moi LIonel, il vous est parfois arrivé de me dire (ou à d’autres) que nous nous prenions pour des ministres, mais aujourd’hui , en vous lisant, je m’apercois que vous êtes “l’Economiste du Monde”. Félicitations pour cette promotion! C’est quand même une vraie évolution par rapport à nos débats passés sur les batteries d’occase, les frigos qui déconnent parce que la fréquence c’est pas ça, l’ensemble des débats”grott’esques” qui ont été les nôtres! Les chevilles, ça va?

Lionel_fr

ô 6ct mon maître que voyez vous ? une inflation négative venue de l’espace directement envoyée par une divinité francophile afin de combler la différence abyssale qui nous sépare de notre colocataire germain qui respire la même monnaie que nous avec une économie de 1er plan mondial alors que nous sommes en recession sans autre espoir que cette déflation pour nous sauver de notre compétitivité neurasténique. ô 6ct mon seigneur , je me flagelle à vos pieds d’avoir supposé que tous les produits achetables en France ont une part de pétrole dans leur prix et qu’aucune autre matière première n’a un tel impact sur nos prix. Ce que l’on peut résumer par le mot “INFLATION” J’implore votre miséricorde d’avoir pensé que le prix du pétrole impacte toute l’économie et non pas seulement le prix à la pompe. Je me confonds en excuses pour avoir évoqué qu’un blackout pétrolier provoquerait aussi une rupture d’approvisionnement de nourriture avec des conséquences morbide à l’échelle de la semaine et des migrations de population vers les ports et les zones de production de nourriture. pardonnez votre pauvre pécheur ô 6ct car le PIB n’est affecté par tout cela qu’en seconde intention , dans un premier temps , la hausse pétrolière provoque plutot de meilleures recettes de TVA et des revenus pour TOTAL alors que très rapidement le pays s’enfonce dans une crise consécutive qui va, elle, impacter directement le PIB ce que la hausse du pétrole ne provoque PAS. Permettez à votre humble sujet de se prosterner devant votre magnificence bien qu’il regrette de vous trouver un peu inculte sur ces sujets que pourtant , vous manipulez sans cesse en compensant votre ignorance par de l’invective. Amen

Lionel_fr

oubliez la pression populaire queques minutes , c’est surtout un truc pour faire parler les journalistes qui vont essayer de vendre du papier avec. L’inflation nous concerne tous , mais les fumeurs sont plus impactés en octobre et en juillet alors que les autres ne voient rien. Les chauffés au gaz voient la différence en avril mai alors que les chauffés au grille pain ne voient rien.. et ainsi de suite. L’inflation due au pétrole ne se voit pas quend vous choisissez vos yahourts mais plutot quand vous comparez votre ticket de caisse avec celui de l’année dernière. Un produit dont le prix double , tout le monde lle remarque , mais là on parle d’inflation , c’est à dire quelque chose entre 0.5% et 2% par an , c’est à dire 1 à 2 centimes sur un pot de danone aux fruits. Faites vous vraiment la différence ? Vous non mais l’inflation si – et lorsque tous les produits du supermarché prennent 2 centimes par euro en même temps , ben vous avez une année d’inflation en une semaine . Vous ne le voyez pas forcément mais quand l’Insee publie son indice , ça émeut les journalistes. Après qu’on se sente obligé de parler du mineur de fond qui met son alliance au clou à la fin du mois pour nourrir ses banbins , ça , c’est du business de presse à scandale , de la bouillie qu’on vou sert au diner pour faire jaser entre la madeleine et la porte Balard. Mais le coup du mineur , c’est juste du théatre , l’inflation invisible du pétrole est bien celle qui fait tilt dans les courbes de l’insee et ensuite dans tous les instituts économiques mondiaux , ne confondez pas cela avec le théatre du JT, cela n’a rien à voir , c’est de l’économie pas de la vulgarisation , volià , je dis cela sans offense aucune , mais frnchement avec une culture JT il vaut mieux ne pas parler économie du tout.

gp

+1! plus un mois ne passe sans qu’une nvlle catastrophe ou qu’un nvl aléas climatique n’ait lieu et pourtant rien ne change ou presque. Les débiles mentaux continuent à forer et à saigner la planète pour en extraire toujours + d’énergie sale. Ce laisser faire est accablant! Les conséquences vont être d’une violance inouie et pourtant tous ou presque continuent de fermer les yeux devant ces crimes en puissance. A la question, la politiqeu rend t-elle aveugle et sourd à la fois, la réponse est OUI hélas. Nos enfants vont vraiment vivre une très triste époque … :(( Car comme le disait très justement Einstein il y a déjà un siècle : il n’y a que 2 choses qui sont infinies : l’univers et la connerie humaine

Altair

Complétez la citation je vous prie : ” Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue.” :-))

22
0
Laissez un commentairex