L’Allemagne sortira définitivement du nucléaire en 2022

Après la Suisse, c’est au tour de l’Allemagne d’annoncer sa sortie du nucléaire en 2022, le temps que les trois réacteurs nucléaires les plus récents soient mis à l’arrêt.

Le ministre de l’Environnement, Norbert Röttgen, a qualifié la décision prise dimanche par les membres de la coalition gouvernementale d’«irréversible». "Il n’y aura pas de clause de réexamen" a t’il ajouté. Cet accord doit maintenant passer par la voie parlementaire.

Actuellement, le pays compte 12 centrales nucléaires en service, pour un total de 17 réacteurs nucléaires. Alors que l’électricité d’origine nucléaire fournit 22% des besoins du pays, ce dernier devra compenser d’ici 11 ans cette production sous d’autres formes d’énergies (charbon, gaz naturel, solaire, éolien, géothermie, biogaz, etc.). Il n’est pas non plus exclu que la France exporte davantage son électricité (nucléaire !) vers l’Allemagne.

L’Allemagne connaît depuis l’accident nucléaire de Fukushima le 11 mars dernier, un regain des manifestations anti-nucléaires, dont celle de samedi, qui a rassemblé 160 000 personnes dans vingt villes du pays.

"La décision allemande est totalement politique" a indiqué Anne Lauvergeon ce matin sur BFM radio, et elle n’exclut pas un revirement d’ici 2022.

De son côté, la présidente du syndicat patronal (MEDEF) a déclaré sur RMC que le coût de l’électricité allemand pourrait fortement augmenter et nuire à leur compétitivité.

Quatre compagnies allemandes se partagent les réacteurs en service :

– EnBW : Neckarwestheim, Philippsburg,
– E.ON AG : Brockdorf, Brunsbüttel (33 %), Emsland (12,5 %), Grafenrheinfeld, Grohnde, Isar, Krümmel (50 %), Unterweser,
– RWE : Biblis, Emsland (87,5 %),
– Vattenfall : Brunsbüttel (66 %), Krümmel (50 %).

Ces dernières vont certainement contester cette décision, d’autant plus que le gouvernement a prévu dès cette année une taxe sur le combustible nucléaire devant rapporter 2,3 milliards d’euros par an. Paradoxalement, cette taxe avait été créée en échange d’un allongement de la durée d’exploitation des réacteurs.

L’effet Fukushima produit inévitablement des effets collatéraux et une vague anti-nucléaire semble se propager en Europe. En effet, l’Italie devrait également renoncer à l’atome avec une annonce d’ici deux semaines, alors que l’Espagne y réfléchit sérieusement. La France, championne du nucléaire, reste pour l’instant en ligne avec sa politique énergétique et mise plutôt sur un nucléaire "sûr" bannissant le "low cost".

[Maj 30/05/2011 – 16h09 ]

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
83 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
bolton

“Cet accord doit maintenant passer par la voie parlementaire”

gp

Une décision politique courageuse qui pourrait bien avoir une influence beaucoup forte qu’on ne le pense… Car au delà de l’Allemagne, n’oublions pas que l’Autriche, l’Italie et les Suisses suivent déjà la même direction : No nuclear. L’industrie nucléaire française va se retrouver de plus en plus isolée sur la scène internationale à promouvoir un mode de production électrique du passé dont l’efficacité énergétique et le coût réel à très long terme est désastreux. Il est temps de sortir du mythe de la toute puissante technologie pour revenir à un peu plus de sagesse et de bon sens. C’est une belle leçon de démocratie énergétique que l’Allemagne nous offre là. Espérons qu’elle fasse tache d’huile mais espérons surtout qu’elle soit le moteur d’une nouvelle société où l’énergie sera un bien précieux dont le gaspillage sera sévèrement sanctionné…

gp

… et espérons que d’ici là, la grande allemagne aura aussi le courage et la cohérence de refuser l’électricité nucléaire française “bradée”. De beaux discours qu’il faudra suivre de très très près! une bonne décision qui devrait largement contribuer à faire monter le prix de l’électricité un peu partout en Europe. Youpi!

Rice

… que la Suisse, l’Italie, l’Allemagne, l’Espagne aient quitté le cirque Atomus, telle une Corée du Nord résistant à la démocratie prolétarienne (la vraie), il restera… la FRANCE !!!!!!!!!!!!! D’ailleurs Anne l’a dit et Laurence l’a confirmé : “Pardonnez leurs, il ne savent pas ce qu’ils font”. En tous cas, dans tous ces pays là, il va falloir chercher SERIEUSEMENT comment remplacer l’atome. Et puis, on le sait, si on augmente pas le prix de l’électricité, on ne fera JAMAIS baisser la consommation et on ne rendra JAMAIS compétitives les énergies “renouvelables” (vous savez celles qui n’hypotèquent pas l’avenir de nos enfants…).

Bibou64

Que les allemands n’ont pas les Xmines… c’est nettement plus facile. Faut regarder dans la bonne direction, même si c’est pas facile.

Thierry79

et un peu dans le photovoltaique

Reivilo

La remarque d’Anne Lauvergeon est tout à fait pertinente. Le maintient ou la sortie du nucléaire sont des décisions éminement politiques, qui ne doivent surtout pas être prises par des ingénieurs des mines un lobby ou un patron de multinationale. Et si le gouvernement allemand applique la politique souhaitée par une majorité de son peuple on ne peut que s’en féliciter, ça me semble une décision politique responsable en démocratie. Il ne reste qu’à espérer qu’un jour ça se passera comme ça aussi chez nous !

Zig22

beau message, gp ! NB : en France, le lobby nucléaire (CEA, EDF, AREVA…) est si puissant qu’on se demande ce qui pourrait le contrer…

ccsiaix

Certaines études allemandes anticipent une population de 40 millions en 2100. La question pour l’Allemagne n’est pas sa politique énergétique mais comment éviter sa disparition démographique, ah, ha  

fredo

Anne Lauvergeon a raison: la décision allemande est totalement politique, et les choses peuvent évoluer d’ici 2022, même en France! Qui aurait parié sur le leadership de l’Allemagne en 2011 au moment de la réunification et du coût et des obstacles énormes qui allaient avec? Pas grand monde, et pourtant ils l’ont fait à force d’efforts et de rigueur. La déclaration du Medef sur le coût de l’Energie fait sourire: elle est déjà nettement plus chère en Allemagne qu’en France et cela ne les gêne pas pas. En proportion, ils en consomment 10% de moins, ça aide aussi. Il suffit que l’Allemagne se mette au niveau d’intensité énergétique du Royaume Uni pour se passer du nucléaire, c’est faisable en 10 ans, mais faut pas traîner!

Blu

Très irréaliste comme phrase: dans la pratique je mets ma main à couper que l’énergie de remplacement qui sera majoritaire ne sera ni solaire, ni éolien, ni géothermie, mais bien du charbon et du gaz naturel, mots qui n’apparaissent même pas dans l’article… Si les énergies renouvelables se développent, tant mieux, mais installer 22% de la puissance consommée en allemagne en seulement 10 ans, uniquement en renouvelables (dans un pays qui est déjà correctement pourvu en éoliennes, pas comme en France), c’est tout simplement infaisable. La différence sera donc comblée par des combustibles fossiles (ce que d’ailleurs même les associations antinucléaires ne nient pas, SDN prône un remplacement par du gaz naturel il me semble). Quant à diminuer la production (et donc les émissions de CO2) des centrales à charbon existantes, cela devient hors de question étant donné le manque énergétique occasionné. D’un côté je comprends cette décision après Fukushima, le nucléaire pose quand même de sérieux problèmes (accidents mais surtout déchets). Mais il faut aussi être conscient qu’une telle décision impliquera inévitablement une augmentation des émissions de GES, il n’y a pas de solution miracle malheureusement. A mon sens il aurait été bien plus raisonnable d’accompagner la montée progressive des renouvelables par une diminution graduelle de la production nucléaire ET fossile, plutôt que de remplacer le nucléaire par du fossile comme ils vont le faire. Une dernière chose: à ceux qui n’arrêtent pas d’opposer nucléaire et renouvelables (et ils sont nombreux!), je pense que vous êtes déconnectés de la réalité. Hormis l’hydraulique qui représente une puissance importante mais qui est déjà saturé dans tous les pays européens, les renouvelables (solaire et éolien notamment) représentent une part bien trop faible pour le moment pour remplacer le nucléaire à moyen terme. En France, même si dans dix ans on atteint 20% d’hydraulique (à l’heure actuelle c’est plutot 15, mais on a qu’à admettre qu’on diminuera notre consommation), 10% de solaire (ça c’est déjà TRES, TRES optimiste), 15% d’éolien (idem), 5% d’autres renouvelables, on arrive à 50%. L’autre moitié, qu’on le veuille ou non, il faudra bien la produire avec du nucléaire ou du fossile. Les deux ont leurs avantages et leurs inconvénients et il faut choisir en connaissance de cause. A mon avis (mais ici ce n’est qu’un avis personnel), l’idéal serait de diminuer de manière progressive la puissance nucléaire en France, pour arriver à un 50/50 nucléaire/renouvelable d’ici 2040 ou 50, voire peut-être un jour encore plus de renouvelables. Dans la pratique j’en doute fort…

Fred 13

D’anciens articles d’enerzine qui prouvent que l’allemagne se donne les moyens de sortir du nucléaire.A mon avis ce n’est pas que politique mais surtout industriel ! L’enjeu financier est colossale pour les entreprises qui pourront maitriser ces techniques.

jl06

Les décisions que sont en train de prendre la Suisse et l’Allemagne exigent un soutien fort pour être menées à bout et entrainer dans leur sillage l’Europe – y compris la France. Alors évitons de brouiller les pistes: BRAVO! Maintenant, pendant que l’on soulève la page de la fission nucléaire que l’on tournera peut-être bien plus vite qu’on ne l’aurait imaginé il y a quelques mois à peine, rappelons nous l’objectif “2°C max”, primordial. Si l’on doit continuer à créer l’élan EnR pour en extraire le potentiel à moyen terme et réaliser les scénarios hauts (ceux du GIEC à 77% par exemple), il faudra AUSSI gérer le court terme (5-20 ans) pour s’en donner les moyens et sans doute recourir de façon intelligente au charbon et au gaz en substitution temporaire au nucléaire. Cela demande un programme de Captage et de Séquestration de Carbone très ambitieux, qui lui-même aura besoin d’un soutien fort et cohérent pour réussir. Pas de temps à perdre sur ce dossier-là non plus. On ne démarre malheureusement pas d’une feuille blanche et la transition énergétique demande donc flexibilité, adaptation et compromis intermédiaires. Elle demande surtout que l’on soutiennent celles et ceux qui ont le courage de faire des pas dans le bon sens. Aidons-les!

Blu

Ce que je trouvais irréaliste c’est la phrase de l’article qui parle de remplacer le nucléaire par du solaire, de l’éolien et de la géothermie (la citation a été coupée parce que je l’ai mise edans le titre du message). Que l’allemagne sorte du nucléaire et fasse des turbines à gaz à la place, ça ce n’est pas du tout irréaliste! Ils sont parmi les mieux placés industriellement et ils font déjà une grosse partie de leur électricité comme ça. La question est plutôt est-ce que c’est souhaitable sur le long terme, sachant que les ressources en gaz sont loin d’être infinies, et sachant les émissions que cela peut occasionner. En ce qui concerne le captage de CO2, c’est en effet une piste intéressante et ils sont raison de s’y intéresser. Restent tout de même quelques problèmes: – ça ne répond pas au problème de l’épuisement des ressources – c’est complexe et cher à mettre en oeuvre et donc ce sera probablement encore peu utilisé d’ici 10 ans – le stockage du CO2 est une question difficile qui pour l’instant n’est pas vraiment résolue

oeildecain

Pas d’inquiétudes, les ENR stockables sont à nos portes ………. L’hexagone est un pays semi-socialiste qui s’ignore …………. dont le plan quinquennal ou même décennal est un peu long à définir ………… Par contre une fois défini …….. tous les boulevards lui sont ouverts …………. Comme disait un exposant à la dernière foire d’Hanovre : ” … vous les Français, vous êtes un peu longs à la détente ….. mais une fois décidés, il n’y a plus que çà qui compte ………. Tous les pays qui nous entourent ont quasiment pris leurs décisions, et il est difficilement imaginable que les gaulois résistent …… parce que les ENR procureront toujours plus d’emplois locaux si on le veut bien ………..

Fred 13

@oeildecain Le lobbie nucléaire français est vraiment TRES puissant…nos gouvernants quels que soient leurs couleurs politique se plient devant ces gens.Il faudrait un président écolo et une majorité (écrasante) parlementaire également écolo pour changer la donne.Ce n’est pas pour tout de suite, un récent sondage (parait il) fait appaitre que les français “aiment bien” le nucléaire ! 🙁 Il suffit de voir de l’activité photovoltaique en france , du moins ce qu’il en reste et les dernières déclarations de DE MARGERIE (total) sur les GDS. Soyons inquiets…

Blu

“évitons de brouiller les pistes”: voilà bien ce qui me dérange: le manichéisme nucléaire=mal, à tout vouloir simplifier on tombe dans l’idéologie et ça devient impossible de faire des choix raisonnables… Je préfère affirmer, au contraire, que ces questions ne sont pas simples du tout, et que chaque choix implique des conséquences positives et négatives. C’est sûr que ça parait moins cohérent et limpide que d’applaudir unanimement l’arrêt du nucléaire. Mais c’est bien plus constructif! Encore une fois, pourquoi lier “créer l’élan EnR” et “arrêter le nucléaire et le remplacer par du gaz”? Il serait tout a fait envisageable de développer les EnR en remplacement du charbon allemand en gardant le nucléaire, ou remplacer un peu de nucléaire et un peu de charbon par des EnR. Les choix sont multiples, à mon avis en termes de GES celui d’arrêter le nucléaire tout de suite est probablement le pire. Maintenant en termes de sécurité ça peut se justifier. A propos du rapport du GIEC et ses 77% d’EnR, honnêtement j’aimerais bien y croire, mais vu les coûts nécessaires et les contraintes (occupation des terres, intermittence, etc…) j’en doute un peu. Quand on voit que les objectifs du grenelle en éolien (25 GW, soit à peine 10% en production annuelle) ne seront même pas atteints…

Zig22

Un économiste expert en énergie évoquait ce matin l’argument des emplois qui seraient détruits si on abondonnaient le nucléaire. Il est vrai que cette filière fait travailler bcp de monde. De plus des sommes colossales ont été investies par les grands groupes qui attendent évidemment un retour sur investissement. Le problème est que le paquebot du nucléaire en France est tellement gros qu’il est bcp plus difficile à stopper qu’en Allemagne ou ailleurs. Seul un accident de l’ampleur de Fukushima parviendrait à le ralentir.

oeildecain

Les lobbies français sont certes extra puissants ….. mais surtout en France ……. et un peu en Afrique … Mais si leur puissance financière diminue à l’export, ils vont perdre petit à petit leur potentiel de “nuisance” …….. Ceci, conjugué à la montée des ENR stockables sous H2, méthanes ou autres, va les diminuer lentement mais sûrement ……………. Et tout compte fait, cette lenteur tombe très bien puisqu’il faut que cela se passe très bien ……. L’idéal serait sur 40 ans : – pour finir d’amortir tranquillement ….. – pour avoir en trésorerie les démantèlements corrects ….. – pour suivre la montée en puissance progressive des ENR stockables ……… – pour que les transferts de potentiels sociaux se fassent tranquillement ……. – pour que toute se passe sans drames ni humains ni techniques – etc …….. Quant à la question de l’emploi, le raisonnement est assez simple : – le nucléaire et l’éolien utilisent tous les deux les mêmes matériaux ……….. mais l’éolien : – a un potentiel d’amortissement double par rapport au nucléaire ….. – n’a pas d’achat de combustible Donc, très schématiquement, à coût équivalent nous aurons plus d’emplois locaux, si tous les intervenants de l’atome veulent bien se convertir ……

fredo

L’argument de l’emploi avait été utilisé pour préserver si possible la filière photovoltaïque. Le calcul de l’inspection des finances dans le rapport Charpin avait été qu’il valait mieux avoir des chomeurs que des emplois. Ceux qui ont perdu leur emploi apprécieront. Le même raisonnement  en additionnant tout ne pourrait-il pas s’appliquer au nucléaire, et qui vivent à la fois au crochet du consommateur, du citoyen contribuable et de l’actionnaire privé (Edf, Areva)? Une dernière chose: arrêtons de prendre les Allemands pour des idiots et des pollueurs, on se rendra un grand service.

Envircinq

italie, autriche, danemark, irlande, belgique c fait vendredi les suisses lundi les allemands et mardi quel autre pays européen décide de programmer sa sortie du nucléaire?  le portugal non ils n’en ont pas, la norvege non plus l’espagne? la suède? finalement nous sommes un peu seuls … il va falloir nous ajouter un article à notre panoplie pour nous caractériser après le béret, la baguette de pain et le coq voici la centrale nucléaire SUPER

de passage

Samedi, devant ma petite lucarne, je fus époustouflé de voir une émission CONTRE le réchauffement climatique ! Du jamais vu à cette chaîne appuyant à 100% les thèses du réchauffement. J’ai bien écarquillé les yeux, vu toute l’émission, pas de doûte, c’est un revirement 180° sans trace de honte ni même un très politiquement correct qui aurait été du genre “le CO² anthropique doit y avoir sa part; non, rien. J’ai compris le lendemain quand Merkel a annoncé se retirer du nucléaire: En effet, pour convaincre une opinion (prétendue déjà à 60-70% contre le nucléaire) que sortir du nuke n’aura aucune conséquence et que le CO² massivement nécessaire au retour aux énergies fossiles n’était qu’une hypothèse avant-gardiste maintenant à jeter au panier. Alors, dorénavant je constate qu’il n’ a pas de média indépendant, rien que des valets.

Fleurent

L’allemagne emet presque deux fois plus de C02 par habitant que la France? C’est un choix qui va avoir des consequences sur le rechauffement climatique “après moi le deluge”  si c’est cela le courage bravo pour nos descendants

Fleurent

L’allemagne emet presque deux fois plus de C02 par habitant que la France? C’est un choix qui va avoir des consequences sur le rechauffement climatique “après moi le deluge”  si c’est cela le courage bravo pour nos descendants

Nonmaisdisdonc

Grosse hypocrisie cette Allemagne, car elle sait déjà qu’elle ne parviendra pas a trouver assez d’electricité pour satisfaire ses besoins. C’est naturellement vers son voisin français qu’elle se tournera pour  faire son marché. Tout ceci bien evidemment en augmentant sa charge de carbone dejà tres, trop élevée ! c’est sans doute un volet de la construction européenne qui s’écrit là

Bachibouzouc

Bientôt l’Europe ne pourra plus respecter ses engagements vis à vis du protocole de Kyoto… à cause des écologistes ! Ahlala, si la France avait pu produire dès le début son électricité comme en Allemagne, à partir d’hydrocarbure et de moyens renouvelables, les écologistes seraient sans doute actuellement en train de contester ces moyens au motif qu’ils sont peu écologiques. En effet ils consomment des quantités astronomiques d’acier, de béton, de pétrole et de silicium, pour produire au final que très peu d’électricité ! Alors le nucléaire produit à partir de peu de matière d’immenses quantités d’énergie, pour des déchets facilement confinables (contrairement au CO2), et compensent les dégâts très locaux au paysage par beaucoup d’emplois eux aussi locaux, et bien français (pas comme l’éolien ou le solaire)… 😀 Conclusion, ce débat est purement idéologique et non rationnel ! Et j’aimerais d’ailleurs qu’on m’explique pourquoi on ne serait pas prêt à supporter l’industrie nucléaire alors que l’industrie automobile (dans laquelle j’ai aussi travaillé) a fait infiniment plus de morts et de dégâts sur l’environnement (les accidents de la route, le réchauffement climatique qui va rayer de la carte le Bangladesh ou la moitié des Pays Bas, pardonnez moi du peu!) ! Par ce que l’automobile est un élément plus proche de notre vie quotidienne que le nucléaire ? Parce que vu qu’on y est habitué, on en a moins peur qu’un vague truc atomique dont on ne comprend/connait pas le fonctionnement et l’organisation ?

Bachibouzouc

“Le lobbie nucléaire français est vraiment TRES puissant…nos gouvernants quels que soient leurs couleurs politique se plient devant ces gens.Il faudrait un président écolo et une majorité (écrasante) parlementaire également écolo pour changer la donne.Ce n’est pas pour tout de suite, un récent sondage (parait il) fait appaitre que les français “aiment bien” le nucléaire ! 🙁 ” Mais mon Dieu ! Tous les gouvernants une fois passé au pouvoir, au moment de devoir répondre à des VRAIS problèmes d’approvisionnement (au lieu de se contenter de tirer des plans sur la comète comme tous les écologistes anti-nucléaires), choisissent le nucléaire ! Et les Français aussi ! Mais quelles raisons peuvent bien les pousser ainsi ? Ce doit être de la magie ? Un sournois complot de tous ces capitalistes diaboliques sans doute ? Un effet lié à la lune, ou un empoisonnement alimentaire peut être ? Leur raison ne peut pas s’être laissée berner par ce dieu nucléaire païen et impie voyons ! 😀 

Bibou64

Compte tenu de leur maitrise générale des techniques, croyez vous que les Allemands vont uniquement se base sur le Charbon et le gaz pour remplacer le Nuke ? personnellement, je n’y crois, pas, c’est sans doute un signal fort pour developper plus fort et plus loin sur le marché des ENR quant à ceux qui disent que les Allemands vont acheter du Nuke Francais ? ok, bingo et bien ne leur vendez pas un Kwh ! Ils sont devant et pour longtemps.

Bibou64

Compte tenu de leur maitrise générale des techniques, croyez vous que les Allemands vont uniquement se base sur le Charbon et le gaz pour remplacer le Nuke ? personnellement, je n’y crois, pas, c’est sans doute un signal fort pour developper plus fort et plus loin sur le marché des ENR quant à ceux qui disent que les Allemands vont acheter du Nuke Francais ? ok, bingo et bien ne leur vendez pas un Kwh ! Ils sont devant et pour longtemps.

zoziau

Et pour longtemps ! Avec nos zeupéhères on en reprend pour 50 ans de technologie coûteuse, dangereuse et inefficace et de siphonage des crédits de recherche sur les énergies d’avenir.

ccsiaix

Une petite vidéo pour changer. Je note Premier mensonge : “il y a toujours du vent” !!!! Le taux de charge d’une éolienne est de l’ordre de 14%. 21 millions d’€uros pour combien de KWh ? Arté n’est pas Enerzine. ET on apprend sur que c’est SURTOUT une centrale au gaz ! je cite “Selon les détracteurs de l’énergie éolienne, cette source d’énergie intermittente ne peut pas vraiment être qualifiée de propre. En effet, en l’absence de vent, il faut faire appel aux centrales fossiles classiques pour fournir l’électricité de base” Messieurs les allemands arrétez de nous prendre pour des imbéciles. Vous avez choisis d’acheter massivement du gaz russe (tapez Nordstream sur Gogol) Assumez-le. Vous avez un bilan Carbone 60% supérieur au notre. Assumez-le Mais NE VOUS FAITES PLUS PASSER pour des écolos par pitié !

Sicetaitsimple

Le calendrier annoncé revient en gros à celui précédent ( avant la prolongation annoncée vers septembre 2010). Les allemands, qui sont des gens disciplinés, s’y étaient préparés en construisant quelques milliers de MW lignite ou charbon qui vont ou sont en train d’entrer en service.Donc pas de panique, peut-être juste un peu plus de CO2….

jl06

Pas de doute que la problématique de l’énergie est extrêmement complexe, d’autant plus qu’elle est profondément liée à de nombreuses autres. Je ne suis pas franchement satisfait de la séquence des évènements, à savoir commencer par ce prononcer pour une sortie du nucléaire (ni d’ailleurs contre toute exploitation des gaz de schistes en France) sans proposer de solution intégrée, de plan à l’horizon 2020 et 2050. Mais personne n’a souhaité Fukushima et le débat change. Des positions sont prises – souvent électoralistes en ces temps sur ce dossier – et nous voici devant les nouveaux faits: des pays européens s’engagent à sortir du nucléaire (et la France a choisi d’interdire la fracturation hydraulique). Composons donc avec ces faits. D’accord ou pas sur la méthode, “ne pas brouiller les pistes” signifie pour moi soutenir l’action de ceux qui sont en train de poser les jalons de la stratégie énergétique européenne qui fait tant défaut. Je note par ailleurs l’engagement préalable aux “2°C max” qui est en train d’être consolidé. Je constate que les gouvernements européens sont en train de réduire les degrés de liberté du système et j’en conclus que 1/ il faut s’attendre dans ces conditions à une forte poussée des EnR et 2/ dans le court terme au recours au charbon – et donc au CSC pour respecter l’engagement climatique. Le “Bravo” que j’adresse à celles et ceux qui se décident applaudit davantage la prise de décision que la sortie du nucléaire en elle-même. Car il va maintenant falloir apporter de vraies réponses, complètes, viables et cela aura le mérite d’exiger des avancées concrètes rapidement. Car justement, je ne peux que m’inquiéter avec vous du manque d’élan pour concrétiser un programme EnR fort (voir cette contribution). Mais il se pourrait bien que l’on soit en train d’assister de façon indirecte à la mise en place d’un tel programme.

jihemnet

Sans vouloir faire un concours de la vidéo la + éloquente sur le sujet, je vous recommande, une autre video Si après ça vous ne comprenez pas à quel point la France s’enterre dans une stratègie sans avenir, que l’économie et les emplois du futur sont dans le secteur des ENR, que le nuclèaire n’est plus qu’un substittut, une simple alternative. Quand les stratèges des fonds d’investissement, ou plus certainement un Warren Buffet investit dans un secteur d’activité, c’est parce que ce secteur est amené à prendre une grande ampleur. Ca, c’est acquis depuis quelques années dèjà, il n’y a vraiment que des gens sous-informés ou aveuglés par leur idéologie pour ne pas s’en apercevoir. Et qu’un pays comme la France, paralysé par des institutions conservatrices et dépassées, MEDEF et ministères en tête pour maintenir le cap et nous conduire dans l’impasse.

airsol

En France, faire plus de  2% en photovoltaîque en 2020 est considéré comme un depassement abusif des objectifs

Rice

(pas les français bien sûr, mais les écossais) Le gouvernement écossais a décidé de relevé à 100% son objectif de production d’électricité renouvelable pour 2020 ! Le Premier Ministre Alex Salmond s’est engagé à aller « encore plus vite et plus loin » pour conforter le statut de leader des énergies vertes en Europe de l’Ecosse………..

Herve

Toute personalité politique en démocratie ne pense qu’à se faire réélire, tout le reste passe après.  Donc devant l’émotion artificielle due à Fukushima (à propos, combien de morts ou d’irradiés à mort là-bas?) et l’emballement médiatique propre à l’Allemagne, le parti au pouvoir sauve les meubles en faisant un virage à 180°. Ca nous rappelle Superphénix et un chef de gouvernement qui l’a condamné pour ne pas avoir un écolo ecombrant de plus dans son équipe. Belle philosophie démocratique. Donc devant ces calculs politiques de bas niveau, il est fort possible que celui de Merkel soit le suivant: “Pour me maintenir au pouvoi je fais semblant de changer d’orientation, donc j’engage des milliards d’€ pour déconstruire,  subventionner les renouvelables à fond mais ces imbéciles d’électeurs l’auront bien voulu. Ensuite, grâce au pic pétrolier imminent et à l’explosion du prix du baril suivi par le prix du gaz et l’inévitable envolée du prix du charbon , alors dans 5 ans on fait les comptes et on revient en gloire au nucléaire, tout comme à la fin des années 2000”. Pourquoi? Parce que quelle que soit la conviction intime de l’électeur sur les risques de ceci ou cela, dès que cela touche le porte-monnaie, alors tous les tabous sautent. Et si ça touche l’emploi, les salaires, alors là on se précipitera sur l’énergie la moins chère même si elle pue le soufre et raccourcit la durée de vie (pensez au tabac). Ne riez pas, c’est déjà arrivé par le passé: Il y a un gouffre entre ce qu’on clame et ce qu’on accepte de payer.

Herve

Toute personalité politique en démocratie ne pense qu’à se faire réélire, tout le reste passe après.  Donc devant l’émotion artificielle due à Fukushima (à propos, combien de morts ou d’irradiés à mort là-bas?) et l’emballement médiatique propre à l’Allemagne, le parti au pouvoir sauve les meubles en faisant un virage à 180°. Ca nous rappelle Superphénix et un chef de gouvernement qui l’a condamné pour ne pas avoir un écolo ecombrant de plus dans son équipe. Belle philosophie démocratique. Donc devant ces calculs politiques de bas niveau, il est fort possible que celui de Merkel soit le suivant: “Pour me maintenir au pouvoi je fais semblant de changer d’orientation, donc j’engage des milliards d’€ pour déconstruire,  subventionner les renouvelables à fond mais ces imbéciles d’électeurs l’auront bien voulu. Ensuite, grâce au pic pétrolier imminent et à l’explosion du prix du baril suivi par le prix du gaz et l’inévitable envolée du prix du charbon , alors dans 5 ans on fait les comptes et on revient en gloire au nucléaire, tout comme à la fin des années 2000”. Pourquoi? Parce que quelle que soit la conviction intime de l’électeur sur les risques de ceci ou cela, dès que cela touche le porte-monnaie, alors tous les tabous sautent. Et si ça touche l’emploi, les salaires, alors là on se précipitera sur l’énergie la moins chère même si elle pue le soufre et raccourcit la durée de vie (pensez au tabac). Ne riez pas, c’est déjà arrivé par le passé: Il y a un gouffre entre ce qu’on clame et ce qu’on accepte de payer.

zoziau

Je pense que les électeurs allemands apprécieront ce qualificatif… Pour info en Allemagne le prix moyen de l’électricité est déjà bien plus élevé que chez nous et visiblement ils ne sont pas jaloux de notre système de production.

oeildecain

Tous ces débats sont relativement faussés, parce qu’en éolien, tout comme en nucléaire les professionnels sont très loin d’être transparents : QUELS SONT LES PRIX DE REVIENT REELS SUR 40 ANS DU KW EOLIEN ET NUCLEAIRE ? REPONSE : quasiment les mêmes, aux environs de 3 cts/kw ………. Une fois contrôlé cela, pourquoi choisir le danger et la gestion difficile des déchets ? Le nucléaire, qui était une idée recevable au sortir de la guerre, n’a de toutes façons jamais réussi à sortir de la confidentialité et ne représente qu’une infime partie de l’électricité mondiale produite …….. Et un seul pays au monde est largement au delà des 50 % de son électricité nucléaire …………… Et çà ne vous interpelle pas ?

Dan1

Avec un peu de recul, on mesure la relativité des engagements pris sous l’empire de la peur. Aujourd’hui l’Allemagne a très peur du nucléaire et un petit peu du concombre ! Demain, s’il s’avère que ce que disent certains qui n’y connaissent rien est malgré tout juste et imminent, la peur quittera le nucléaire et le concombre pour se focaliser sur des choses nettement plus mondiales concernant directement environ entre 7 et 9 milliards de personnes (suivant l’année) : A ce moment là, il est possible que beaucoup de gens veuille absolument sortir à tout prix de quelque chose, mais ce ne sera ni du concombre, ni du… nucléaire ! Wait and see.

zoziau

Aïe les allemands ne vont pas s’arrêter là…

Alesia

L’Allemagne décide de sortir du nucléaire. Bien. Pour que cette décision ne soit pas hypocrite, l’Allemagne ne devra pas acheter son énergie dans des pays où elle est nucléaire. Idem pour l’Espagne.

zoziau

France exportation, les chiffres. Les chiffres sont les suivants pour 2010 : 72 journées en importation nette sur la journée (contre 57 en 2009). En 2002, le solde exportateur frôlait effectivement les 80 TWh mais depuis ça baisse pas mal et on arrive aujourd’hui à un solde positif de moins de 30 TWh (chiffres RTE) On voit aussi sur ce document que les pointes de consommations prévues pour 2020 dépassent les capacités de production françaises. (donc importation impérative)

Dan1

Toutes les données chiffrées (heures par heures) sont visualisables et téléchargeables là (y compris les historiques) : Depuis mi-mars les échanges avec l’Allemagne ont très sensiblement évolués. D’ailleurs on commence à en voir la trace dans les bilans mensuels de RTE dont le dernier couvre le mois d’avril : RTE indique qu’à fin avril 2011, le solde exportateur de la France est déjà de 17 TWh et qu’en avril 2011, le solde a doublé par rapport à avril 2010 (5 TWh contre 2,5). La décision allemande fait déjà rentrer des millions d’Euros chez EDF qui s’oblige à alimenter l’Allemagne en électricité nucléaire… qu’ils s’obligent à ne plus produire chez eux ! Le problème est qu’il arrivera sûrement un moment où la France aura besoin aussi de l’électricité qu’elle produit.

Dan1
airsol

Effectivement, la France ne rigole pas l’hiver puisqu’elle dépend de l’Allemagne avec 72 jours d’importations en 2010 (au lieu de 57 en 2009) et un solde d’environ 7 TWh (page 18 du lien de zoziau) On peut déjà commencer à rigoler des incoherences des “coherents” qui ne ralent pas quand la France achète a l’Allemagne tout en critiquant la position allemande l’arrêt des vielles centrales peut inverser la tendance? Ce calcul là peut être interessant. Mais pour le moment, l’Allemagne est le seul pays qui refile plus de jus à la France qu’elle ne lui en achète . On dit Merci qui?

zoziau

Effectivement si ça se trouve ils n’ont pas pensé à ça les électriciens allemands. Il paraîtrait d’ailleurs que les marchands de bougies connaissent déjà une très forte augmentation des ventes. Sûrement le premier signe d’un hiver qui s’annonce bien sombre pour ce pays.  😉

airsol

Nous sommes peut-etre d’accord La France achete au plus froid de l’hiver La France revend le reste du temps Bien sur elle achète cher en hiver et revend moins cher en été Faites vous des prévisions pour le solde France /Allemagne 2011?

airsol

Contrairement aux nombreux altruistes d’Enerzine, Monsieur Besson s’inquiète plus d’un manque pour la France que pour l’Allemagne

83
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime