Les prix à la pompe ne baissent pas assez vite

Les compagnies pétrolières seraient amenées à réduire le prix des carburants à la pompe si dans le même temps, elles n’étaient pas en mesure de justifier le maintien de prix élevés constatés jusqu’ici par l’administration, a averti dimanche Christine Lagarde, la ministre de l’économie.

Cette dernière déplore une répercussion des prix à la baisse quasi inexistante et de ce fait, il pourrait y avoir des sanctions de type "autoritaire".

Selon les conclusions préliminaires d’un rapport de la direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF), commandé il y a 2 semaines, "le prix du gasoil qui représente 70% des consommations des produits pétroliers en France a un peu baissé, mais peut-être pas baissé tout à fait assez, et le prix du sans plomb n’a presque pas baissé".

La ministre a pris deux résolutions à l’antenne d’Europe 1. Premièrement, elle a prévenu qu’elle mettra le rapport en ligne et ensuite, "avec Frédéric Lefebvre (secrétaire d’état chargé du commerce et des PME)", ils allaient "demander des explications complémentaires" aux industriels du secteur.

"Nous serons extrêmement ferme sur le sujet" a t’elle ajouté.

Mi-avril, le cours du baril de Brent de la mer du Nord avait dépassé les 120 dollars avant de retomber à 115,03 dollars. Concernant les prix des carburants, le super sans plomb 95 a atteint 1,51 euro le litre contre 1,55 euro début mai et le gasoil 1,30 euro par litre contre 1,35 il y a un mois.

Le gouvernement avait pour sa part indiqué courant avril qu’il allait mettre à contribution la filière pétrolière à hauteur de 115 millions d’euros pour financer une revalorisation du barème kilométrique des contribuables.

            

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Gros naze

Ministre de pme et du commerce pas de l’industrie et de l’énergie, ça c’est Besson!

Ty

“Nous serons extrêmement ferme sur le sujet” Il y a tant de pétrole que ça en France pour peser?

Cognac

Et en plus dans cet article on ne parle que du prix record du célèbre pétrole de la Mer du Nord!!! Quel est le prix moyen sur les marchés? Quel est le prix acheté par les pétroliers en Libye ou en Iran? Quelle est la part réelle de l’État? Aura t-on un jour des vrais chiffres?

jl06

Pas sûr de comprendre où veut en venir le gouvernement sur ce coup-ci car sur la base des propos rapportés ci-dessus, il n’y a pas de quoi s’attendre à des miracles. Quelques précisions pour éclairer ce point et apporter des réponses aux commentaires précédents. Le prix du baril représente environ un tiers du prix de l’essence à la pompe en France. De plus, la TICPE (Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Energétiques, qui remplace la TIPP) est fixée par unité de volume de carburant et ne dépend donc pas du prix du baril; elle représente environ 40% du prix de l’essence aujourd’hui. Un baril qui baisse de US$ 5, ça représente une différence de €0.022/L pour le brut et environ €0.026/L à la pompe. Pour ce qui est du “Brent”, c’est une référence historique de qualité du brut. Chaque brut sera affecté d’un différentiel par rapport à cette référence utilisée sur de nombreux marchés (les américains utilisent le WTI, West Texas Intermediate), avec ses propres différentiels. En résumé, l’essence à 1.50 €/L, c’est environ: 1. €0.50 pour couvrir: * La rente (principalement) au pays qui possède la ressource * Les investissements d’exploration, d’appréciation et de développement * Les frais opérationnels de production * Les bénéfices des opérateurs (quelques centimes dans cette addition) La sommes de ces éléments correspond grosso-modo au prix du baril 2. €0.15 pour: * Le transport * Le raffinage * La distribution (investissements, opération, bénéfices) 3. €0.85 de taxes françaises * TICPE fixe de €0.6069 par litre pour l’essence * TVA sur le tout (soit environ €0.244) La principale différence entre essence et gasoil se trouve dans le montant de la TICPE (0.4284 €/L pour le gasoil). Ces précisions étant données, que peut-on attendre d’autre qu’une variations de quelques centimes à la pompe quand le brut varie de $5/bbl? En général, les anomalies constatées concerne les stocks et le retard à diminuer les prix à la pompe ou la rapidité à les augmenter. C’est peut être sur ce point que le gouvernement veut être ferme. Mais les ordres de grandeurs ne sont pas en cause.

4
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime