Le mobile a permis de réduire de 2135 millions de tonnes d’équivalent CO2e en 2018

L’utilisation de la technologie mobile a permis une réduction globale des émissions de gaz à effet de serre (GES) d’environ 2.135 millions de tonnes de CO2e l’an dernier, selon une nouvelle étude mandatée par la GSMA – une quantité proche du total des émissions annuelles de la Russie (1).

Les réductions d’émissions ont été presque dix fois supérieures à l’empreinte carbone mondiale de l’industrie mobile elle-même (2).

Le nouveau rapport de la GSMA, produit en collaboration avec le Carbon Trust, un spécialiste indépendant du développement durable, a été présenté à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques de 2019 (COP25) qui s’est tenue à Madrid ce mois-ci. Il en ressort que la majorité des émissions évitées grâce aux technologies mobiles sont le résultat de réductions significatives de la consommation d’énergie et de carburant. En 2018, les technologies mobiles telles que le Machine-to-Machine (M2M) et l’Internet des Objets (IdO) ont permis de réduire de 1,44 milliard de MWh la consommation d’énergie et d’économiser 521 milliards de litres de carburant dans le monde.

L’écosystème mobile a permis d’économiser suffisamment d’électricité et de gaz l’an dernier pour alimenter plus de 70 millions de foyers pendant une année entière aux États-Unis. En outre, du carburant correspondant à la consommation des 32,5 millions de voitures immatriculées au Royaume-Uni pendant 19 ans a été économisé,” a déclaré Mats Granryd, directeur général de la GSMA. “Cette étude souligne comment les technologies mobiles et intelligentes favorisent une croissance économique durable tout en permettant d’éviter les émissions dans de multiples secteurs industriels. Ces technologies seront cruciales pour que le monde atteigne ses objectifs nets zéro.

Le changement climatique exige un effort collectif de la part des gouvernements, des entreprises et de la société civile si nous voulons réussir à limiter l’augmentation de la température mondiale à 1,5 degré près,” a déclaré Tom Delay, PDG du Carbon Trust. “Cette analyse montre le rôle positif que la technologie mobile joue dans l’évolution d’autres secteurs et est un excellent exemple de ce qui peut être fait.

Souscrivez à l'Achat Groupé EnergieMoinsChere.com
achat-groupe.energiemoinschere.com

Objectif : obtenir jusqu'à 20% de remise sur le prix HT (kWh) de l'électricité et/ou du gaz ! C'est gratuit et sans engagement.

Le Carbon Trust a examiné 14 marchés à travers le monde (3) pour établir un échantillon représentatif de l’ “effet d’activation ” de la capacité du secteur mobile à réduire ses émissions. Les résultats indiquent une répartition égale entre l’effet d’activation des technologies M2M/IdO et celles qui sont rendues possibles par des changements de comportement liés à l’utilisation personnelle des smartphones.

La majorité des émissions ainsi évitées grâce aux technologies M2M concernent principalement les bâtiments, les transports, l’industrie manufacturière et le secteur de l’énergie – secteurs qui représentent une grande partie des émissions mondiales de GES. Par exemple, les réductions réalisées dans les bâtiments sont le résultat de technologies qui améliorent l’efficacité énergétique, comme les systèmes de gestion des bâtiments et les compteurs intelligents. Dans le secteur des transports, l’utilisation de la télématique peut améliorer l’optimisation des itinéraires et le rendement énergétique des véhicules.

Parallèlement, l’utilisation des smartphones personnels permet de réduire les émissions grâce à des comportements encourageants tels que la réduction des déplacements, l’utilisation accrue des transports publics, le contrôle à distance du chauffage domestique et les achats en ligne.

Le rapport présente une analyse de haut niveau de six catégories de mécanismes d’activation, ainsi que des études de cas. La plus grande catégorie d’émissions évitées est celle des ” modes de vie, de travail et de santé intelligents ” (39 % du total des émissions évitées en 2018), suivie de ” Transports et villes intelligents ” (30 %), ” Fabrication intelligente ” (11 %), ” Bâtiments intelligents ” (10 %), ” Énergie intelligente ” (7 %) et ” Agriculture intelligente ” (3 %).

1 OCDE, Émissions de gaz à effet de serre, ici
2 Les émissions annuelles mondiales du secteur mobile sont estimées à environ 220 millions de tonnes de CO2e
3 Afrique du Sud, Allemagne, Australie, Brésil, Chine, Corée du Sud, Égypte, Espagne, États-Unis, France, Inde, Kenya, Mexique et Royaume-Uni.

Le rapport ‘The Enablement Effect: The impact of mobile communications technologies on carbon emission reductions’ (L'effet d'activation : L'impact des technologies des communications mobiles sur la réduction des émissions de carbone) est produit par la GSMA et le Carbon Trust. Le rapport fournit une ventilation des résultats et des hypothèses utilisées dans les calculs, y compris une méthodologie complète.
Partagez l'article

 



[ Communiqué ]

Articles connexes

avatar
  Souscrire  
Me notifier des