Le nucléaire ne fait pas l’unanimité en Belgique

Dans une étude menée pour le compte de la Commission européenne, il apparaît que 46 % des Belges sont partagés quant au recours à l’énergie issue du nucléaire civil. 22 % y sont favorables et 32 % y sont opposés.

Dans cette même étude, mais au niveau européen cette fois-ci, 37% des sondés sont opposés à l’atome, contre 20 % qui y sont favorables et 36 % partagés.

Rappelons que c’est aujourd’hui que la Commission européenne doit présenter un large plan destiné à redéfinir la stratégie énergétique de l’Union européenne. Cette étude va sans aucun doute donner du grain à moudre aux pays membres de l’union qui veulent "sortir du nucléaire".

Dans le cadre de la commission énergie 2030, la Belgique est favorable à une révision de la loi belge portant sur la sortie progressive du nucléaire d’ici 2015.

      

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Christophe1007

Pourvu que la Belgique reste nucléaire et développe cette énergie. Pas d’illusions à se faire, les gens ne se restraindront pas en énergie, il en faudra toujours plus. Même si les pays riches stabilisent leur consommation, comment limiter celle des pays émergeants? Pour arriver rapidement à diviser par 2 l’émission de CO2, l’énergie nucléaire est la seule disponible pour le niveau demandé. Si l’Allemagne avait eu plus de nucléaire et moins d’éoliennes, on n’aurait pas eu la panne générale du 4-11-06(elle aurait au moins duré moins longtemps)

Marcion

Plusieurs raisons à cette attitude dont les principales (dans l’opinion publique) (1) les grands groupes (ici en Belgique Suez)donnent l’impression de rechercher le profit en négligeant la sécurité (2) la question des déchets n’est apparemment pas résolue et fait le délice des opposants dont les verts se font les héros (3) il est évident que l’activité terroriste mais aussi la négligence dans la surveillance (souci du profit ?) font des centrales des objectifs de choix. Soyons réalistes aucune centrale ne pourrait résister à l’impact d’un Jumbo 747 ou d’un A.380. Ce point est à mon sentiment négligé et source d’appréhension: donc de rejet “a priori”. (4) “les autorités” n’ont pas de ligne de conduite bien claire et suivent les fluctuations possibles de l’électorat (lisez, de leur survie politique). Ce qui accroît le malaise de la population. Il est urgent que les sociétés intéréssées fassent un effort à la fois dans l’information mais aussi dans la protection. Au demeurant, je ne vois pas de solution énergétique valable en dehors d’un nucléaire moderne. Que voilà de sujets à discussion. Bien à vous.

2
0
Laissez un commentairex