L’EPR de Flamanville coûtera 2 milliards d’euros supplémentaires

EDF a indiqué dans un communiqué être en mesure de chiffrer le coût supplémentaire de construction de l’EPR de Flamanville – réacteur nucléaire de 3ème génération : "il sera de 2 milliards d’euros, la production des premiers KWh étant toujours prévue en 2016."

Pour contrebalancer ce nouveau surcoût, le Groupe français de l’énergie met en avant l’expérience acquise depuis le lancement du chantier de l’EPR à Flamanville, les réalisations accomplies et l’organisation mise en place. Tous ces éléments, lui assurent ainsi, "une meilleure visibilité sur l’ensemble des paramètres industriels et financiers."

Depuis la révision en juillet 2011 du coût du projet évalué alors à 6 milliards d’euros, des étapes importantes ont été franchies sur l’EPR de Flamanville, justifie l’électricien, avec notamment la réalisation de 93% du génie civil et 36% des montages électromécaniques ainsi que la mise en eau du canal d’amenée de la station de pompage début novembre 2012.

Première centrale nucléaire construite en France depuis 15 ans, certains facteurs viendraient selon EDF, "peser sur le coût complet de construction de l’EPR à Flamanville". Ont ainsi été pris en compte dans le chiffrage : "l’évolution du design de la chaudière, les études d’ingénierie supplémentaires, l’intégration des nouvelles exigences réglementaires, ainsi que les enseignements Post-Fukushima."

L’actualisation du coût porterait également sur des dépenses supplémentaires liées à des aléas industriels, précise EDF, comme "le remplacement des 45 consoles et ses conséquences sur l’aménagement du planning des travaux ainsi que l’impact financier de l’allongement des délais de construction."

Ainsi, le budget alloué au départ pour le complexe nucléaire aura été multiplié par 2,5, passant de 3,3 milliards d’euros à 8,5 milliards d’euros.

"L’EPR va contribuer à l’approvisionnement énergétique du pays et constitue un des maillons indispensables pour assurer la continuité de notre savoir-faire nucléaire en France et à l’international. Ce grand chantier est aussi l’occasion d’une reconquête industrielle pour la maîtrise des défis technologiques par l’ensemble de la filière" a assuré pour sa part Hervé Machenaud, Directeur Exécutif Groupe en charge de la Production et de l’Ingénierie d’EDF.

[ Vidéo ] – Faut il arrêter le chantier ?

[ Vidéo ] – Chronique de Nicolas Doze


** Grand chantier industriel lancé en décembre 2007, l’EPR de Flamanville a rassemblé tous les acteurs de la filière nucléaire française, avec près de 3 200 salariés mobilisés en 2012 (60% de travailleurs régionaux, 2 600 salariés d’entreprises extérieures et 600 salariés EDF), représentant 5 millions d’heures travaillées en 2012. Ce chantier est soumis aux contrôles réguliers de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) qui valident l’avancement du projet.

 

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
110 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Luis

¤ La Cour des comptes estimait le coût de l’électricité future de l’EPR entre 70 et 90 euros le MWh au minimum. Une étude plus précise et antérieure de quelques mois estimait ce coût à 81€/MWh (8,1 cts/kWh) sur la base de documents Areva et Edf. Dans ce coût, le capital comptait pour 63€, pour un coût de l’EPR à six milliards d’euros, et le reste pour 18€ (63+18=81). Avec le capital qui passe de 6 Md€ à 8,5 Md€, le coût du capital dans le MWh passe à 89 €/MWh au lieu de 63€ (63 x 8,5 / 6). Le nouveau coût devient donc 89€ (capital) + 18€ (le reste, supposé inchangé) = 107 euros le MWh (10,7 cts/kWh). La date de connexion au réseau est prévue en 2016 … le 31 décembre, ce qui est rarement précisé. Après la période d’essais, la mise en service commercial n’interviendra que plusieurs mois plus tard, en 2017.

Teredral

On va enfin pouvoir supprimer toute subvention aux ENRi… et permettre ainsi de financer le surcoût de l’EPR.

Kevon

“Ainsi, le budget alloué au départ pour le complexe nucléaire aura été multiplié par 2,5, passant de 3,3 milliards d’euros à 8,5 milliards d’euros.” Le pire c’est que ça n’a même plus l’air de choquer et d’embêter grand monde (et EDF en particulier) !

Berti49

la CSEPR en plus de la CSPE ;-)))

Stephju

Le prix passe de 3.3 à 8.5 Milliards d’euros et personne ne dit rien, cela ne surprend personne…. EDF est bardé d’ingénieurs en interne de société d’ingénierie en externe dont le job est de chiffrer et construire des centrales. Résultat, ils se sont trompés de 5.2 Milliards d’euros… une paille !! Pour bien moins que ça certains perdent leur emploi et là, rien ne se passe… Nous allons tout droit à notre perte, on ne peut pas perdre des milliards sans se poser des questions et compter uniquement sur le portefeuille des consommateurs. Et aucun citoyen ne réagit…

okanenergy

Avec un coût du MWh qui s’envole au dessus de 100€, même les plus septiques vont finir par penser que la raison est aileurs. Et si les technocrates les plus nucléaristes ne comprennent pas qu’il faut changer de voie le plus rapidement possible, je vais faire un ou deux rappels. Avec la mise en place du programme nucléaire, la France a fortement incité les ménages à se chauffer à l’électricité plutôt qu’au gaz ou au bois. La consommation d’électricité dans les foyers a donc plus que doublé en moins de 30 ans passant de 140 TWh en 1981 à plus de 280TWh en 2008 (INSEE). Les coûts de production du nucléaire étant financé en grande partie par l’Etat, le coût du kWh sur les factures étaient plutôt bas, et les français qui se convertissaient au tout élec, ne pensaient pas isoler leur maison. Le résultat aujourd’hui est un parc résidentiel très énergévore et des français accrocs à leur confort, et on peut bien les comprendre. En annonçant une première hausse de 30% de l’électricité Pierre Gadonneix, excellent président de GDF puis de EDF, avait lancé un pavé dans la mare, et contrait de démissionner pour calmer la société Française. Son successeur avait donc fait preuve de beaucoup plus de diplomatie pour faire la même annonce quelques mois plus tard: hé oui, il fallait bien financé les surcoûts du nucléaire qu’on nous avait caché jusqu’à présent. Le temps passe, et on voit que la courbe d’apprentissage du nucléaire est inverse de toutes les autres technologies, notamment celles des énergies renouvelables; elle va en augmentant. Avec un prix du nucléaire à 35 voir 42€ le MWh, une famille francaise qui se chauffe à l’électricité payent aujourd’hui plus de 1500€ d’électricité. En continuant dans la voie du nucléaire, et en dépassant les 100€/MWh en prix de base, on va leur demander de payer toujours plus, avec en plus le risque de s’exposer à un accident ou incident nucléaire. Le prix de l’électricité produite à partir des énergies renouvelables diminue tous les ans (tous les trimestres même pour le photovoltaïque). On arrive à produire de l’électricité solaire en dessous de 100€/Mwh, et l’éolien à moins de 85€/MWh. Il faut désormais arrêter de gaspiller l’argent, le temps, et l’énergie des français avec le Nucléaire, et concentrer les forces vives de la nation au développement des énergies du futur (solaire, éolien, géothermie, biomasse, hydro) et aux solutions de gestion de ces énergies (stockage, smat grid, énergie de transfert..) Alors messieurs les dirigeants n’attendez pas pour commencer la véritable révolution énergétique car l’avenir de notre pays est en jeu, et d’autres pays ne nous ont pas attendus.

Ambiel

Alors? Finalement j’avais encore raison 😉 Et dans ce article il y a une erreur de 500millions, le prix augmente de 2,5milliards, pas 2. Et la date de mis een service est encore repoussée, de 4 mois cette fois-ci. Ce qui me fascine c’est qu’EDF a le toupet de venir pleurer pour la CSPE sur les ENR dont le reliquat est équivalent à ce surcout alors qu’EDF est la première boite à bénéficier de la bulle solaire et des tarifs scandaleux à 600€ le MWh… Aujourd’hui, quand on veut installer 1MW de n’importe quelle technologie, le solaire comme l’éolien, la biomasse et l’hydraulique sont moins chers que le nucléaire. Et en plus le nucléaire ça produit plein de déchets, c’est risqué et c’est totalement dépendant des exportations de combustibles sur toute sa durée de vie. Bref, que des avantages.

aphi

Comme beaucoup d’entre vous semblent l’oublier, l’EPR de Flamanville est une tête de série, autrement dit un prototype industriel. Ceux qui se gaussent du dépassement budgétaire, certes important, n’ont semblent-ils pas une réelle expérience industrielle, ou bien ils semblent l’avoir oubliée (volontairement ?). Ou bien ces personnes souhaitent-elles reprocher à EDF d’appliquer des mesures post-Fukushima favorisant encore la sécurité ? Il est déroutant de lire que certains d’entre vous reprochent au nucléaire son danger immesuré, mais se raillent aussi des investiisement supplémentaires réalisés pour le renforcé. Alors pour ceux qui ont une connaissance, ne serait-ce que partielle, du monde industriel, je propose de ne pas évaluer la “performance industrielle” d’EDF à l’unique cout final de Flamanville (encore qu’il en fasse partie). Il sera beaucoup plus pertinent d’analyser dans quelle mesure EDF saura éviter ces surcouts sur les prochains réacteurs. Et à ce titre ceux de Taishan semblent pour l’instant respecter planning et cout. Cordialement

Kevon

C’est un peu le piège de se genre de méga-construction, quelque soit les surcouts, on est obligé de finir ! Le projet est (tacitement ou non) sous-estimé et flou financièrement à la base, histoire de le vendre. Au milieu du truc, la note explose mais c’est trop tard : au milieu du gué, il est trop tard pour faire marche arrière (déjà quelques milliard dépensés), donc la ralonge n’est pas trop compliquée à obtenir d’autant que c’est l’argent des contribuables… Imaginez la LGV Paris-Marseille (env. 4 milliard d’euros), stoppé à 80% par manque de financement… C’est sans doute la stratégie d’EDF ; la France ne peut pas se permettre de bide sur ce projet (notoriété internationale, fierté nationale, validation d’un chix énergétique). Alors, elle crache le fric et fait comme si tout était normal, histoire de s’en sortir la tête haute… Je dirais chapeau à un gouvernement qui dira en gros “on s’est planté, c’est un gouffre, on va laisser tomber ce truc…” Le peuple devrait être consulté pour valider ce type de projet…et pour les continuer. C’est nos sous.

cezorb

A comparer au coût d’installation du solaire photovoltaïque, entre 1 et 2 € /W. Même en comptant la différence de productivité, 7000 heures/an pour le nucléaire et 1000-1400 pour le solaire en France, le solaire est déjà moins cher. Alors, si l’on ajoute l’assurance contre le risque, les déchets, le démantèlement, la R&D publique etc… Sans compter le temps de construction de l’EPR, 6-8 ans, pour 1.6 GW alors que l’Allemagne ajoute chaque année entre 5 et 8 GW de solaire.

Nd

Voila la seule raison valable pour faire du nucléaire en France : L’EPR va contribuer à l’approvisionnement énergétique du pays et constitue un des maillons indispensables pour assurer la continuité de notre savoir-faire nucléaire en France et à l’international. le savoir faire français … Est-ce que c’est vraiment ça qu’on veut ? Et le savoir défaire, c’est pour quand ?

Steph

1/ Si on lit bien cet article, les surcouts sont dus a de nouvelle normes a reimplementer dans les futurs EPR ainsi que des erreurs de fabrication. 2/ Flamanville n’est pas le premier, celui de Finlande le precede de 2 ans. 3/ 2 autres EPR sont en fabrication en Chine. 4/ le meilleur pour la fin : EDF demande 12 c€/kWh pour ses 4 EPR britanniques, a croire qu’ils anticipent de nouveaux derapages.

Catalan

en 2007 projet évalué par de brillants ingénieurs à 3 milliards à la révision de juillet 2011 estimation à 6 milliards arrivé fin 2012 rallonge de 2.5 milliards pour porter la note à 8.5 milliards es ce qu’en 2014 il faudra encore 2 ou 3 milliards de plus ?

aphi

Petit complément aux adeptes du cout de kWh calculé sur la base d’une tête de série : n’oubliez pas de calculer quel sera le prix de kWh délivré par la première hydrolienne de Paimpol (Arcouest), par la première éolienne 6MW d’Alstom, ou par le complexe geothermique de Soultz-sous-Foret. En adoptant une honneteté intellectuelle infaillible (c’est à dire similaire à celle présenté dans le cas de l’EPR Flamanville) vous conclurez que ces filières sont elles-aussi condamnées. Heureusement, et je m’en félicite, ces filières ont toute leur place, il s’agit là de têtes de série. Alors de grace, favorisons la diversité énergétique, celle-ci comprenant bien entendu la filière nucléaire.

Bachoubouzouc

“Alors? Finalement j’avais encore raison ;)” “Encore” ???? Lol. “Raison” ? Raison sur quoi ? Sur le fait que les retards de ce chantier tête de série en grêve les coûts ? “Ce qui me fascine c’est qu’EDF a le toupet de venir pleurer pour la CSPE sur les ENR dont le reliquat est équivalent à ce surcout alors qu’EDF est la première boite à bénéficier de la bulle solaire et des tarifs scandaleux à 600€ le MWh…” D’une part, un peu que EDF a raison de pleurer sur le fait que 12% de son endettement soit du à la lâcheté des politiques, incapables de faire payer aux consommateurs le vrai prix (ça ne manque pas de piquant ;D) des ENR ! D’autre part, que EDF bénéficie des tarifs à 600€/MWh est normal s’il a installé des panneaux à une époque où ils coûtaient ce prix là. Autrement, vous seriez obligé de reconnaitre qu’au moins au début, l’ensemble de la filière était une arnaque… Sinon j’adore comment vous trouvez le moyen de critiquer EDF quoi qu’il fasse, même si la technologie qu’il installe est vos précieuses ENR… “Et en plus le nucléaire ça produit plein de déchets, c’est risqué et c’est totalement dépendant des exportations de combustibles sur toute sa durée de vie. Bref, que des avantages.” Les déchets ou les importations d’uranium, ça vous pose beaucoup de problème dans la vie courante ? En France ça nous coûte pas grand chose (300M€/an pour 70% de l’électricité de la nation) et aux dernières nouvelles ça ne rend personne malades. En revanche le CO2, le NOx et les poussières sont un vrai problème, auquel les ENR ne semblent pas répondre. Sur leur cycle de vie total, elles en émettent quasiment toutes plus que le nucléaire !

aphi

Steph vous écrivez : “Tete de serie ? mon oeil ! 1/ Si on lit bien cet article, les surcouts sont dus a de nouvelle normes a reimplementer dans les futurs EPR ainsi que des erreurs de fabrication. ” Relisez, vous verez que ces 2 aspects sont bien ceux que je décrivais dans mon post precedent ! Et n’est ce pas le propre d’une tête de série de présenter des erreurs en nombre plus important qu’en rythme de croisière ? Je crois bien que si ! L’important étant alors de les corriger, et, LE PLUS IMPORTANT, de ne plus les répeter (ce qu’on appelle “Lessons learned” => procédure classique sur un projet industriel). Cordialement

aphi

@ Catalan : “es ce qu’en 2014 il faudra encore 2 ou 3 milliards de plus ?” Vous avez raison, la question se pose et nous ne pouvons y répondre. Mais quand bien même 3 milliards supplémentaires sont nécessaires, ou même 5 milliards, pensez-vous vraiment que EDF les investirait s’il était convaincu que ces 5 milliards étaient récurrent sur tous les réacteurs EPR à venir ? Si c’était le cas, alors oui vous auriez raison, le prix du kWh à terme serait prohibitif. Mais EDF est une entreprise comme une autre, et je pense qu’on peut leur faire confiance pour déterminer à partir de quand et jusqu’où un investissement est rentable. Et tous les calculs de coin de table que vous (ou Cezorb) pourrez faire, aussi rigoureux soient-ils, ne remplaceront pas l’approche faite par l’electricien lui-même (qui dispose par ailleurs de l’ensemble des infos nécessaire a la décision, à votre différence). Et d’ailleurs, si ces 3 ou 5 milliards sont dictés par de réels impératifs de sécurité, préconisez-vous de ne pas les faire ? Non, bien sûr, et moi non plus. A charge ensuite à EDF de determiner si le projet vaut la peine d’être prolongé lorsqu’on ajoute 3 milliards à chaque réacteur. Salutations

O.rage

kW réellement productif Euh si vous vouliez vraient compter en kWh réellement produit en ce qui concerne le photovoltaïque, le kW réellement productif coût plus de 25.000euros (et oui nous on veut qu’un 1kW produise 1kW.heure sinon ça n’a plus de sens…), vous voulez baisser le coût? produisez de l’énergie la nuit ou ne payez pas vos ouvriers chinois ou le silicium qui est déjà bradé par la fermetures d’usines européennes…, et pour l’éolien On arrive à un kW réellement productif de 4400eur env., mais on ne compte pas les moyens de production qu’il faille pour lisser la production dégueulasse de l’éolien (100 variations de puissance par jour entre 50% et 4% de la puissance installée… sur toute l’Europe… 0% de foisonnement btw) l’électricité est un service public, EDF est obligé de produire autant qu’on consomme alors il faut assurer de 1kW d’éolien par 1kW d’autre chose… et dans le monde l’hydraulique -STEP inclus- c’est limité -et au taquet en Europe- alors la solution c’est le éolien-gaz (2×19% Danemark, 5GW d’éolien 15GW de gaz en Espagne etc…) alors faut compter le coût du gaz, les émissions du gaz…. Après je veux bien qu’on fasse du renouvelable, mais en électricité c’est du gaspillage d’argent public…

Vinceb

Tentons un petit calcul: 8,5 Md€ en 2012 avec une augmentation moyenne de +1Md€/an depuis 2006, on devrait arriver à au moins 12 Md€ fin 2016 (si on considère que cette date prévisionnelle ne bouge plus). Rénovation thermique performante d’un logement énergivore en chauffage électrique permettant un gain moyen de 20 MWh/an et 9 kW à la pointe : 30k€ –> Avec l’investissement consenti pour l’EPR (et sans tenir compte des futurs coûts d’exploitation) on pourrait donc rénover 400000 logements pour un gain de 8000 GWh/an et 3600 MW à la pointe. La puissance électrique de l’EPR s’élève à 1650 MW (on va continuer à en dégager du CO2 à la pointe) pour une production d’environ 12000 GWh/an. Mais j’imagine que les constructeurs de centrales nucléaires ne sont pas capables de faire de la rénovation de logements. C’est pas rassurant.

Ambiel

Bon un peu de raison dans tout ceci, je comprend que ça mette en rage ceux qui croient encore dans l’avenir de l’EPR et qui bossent dessus mais il y a un moment il faut savoir dire stop. L’EPR n’a AUCUN avenir, Ourseul avait promis 10nouveaux EPR en plus des 4 existants pour 2016, on en est à …0. On a une lueur d’espoir pour peut-être 2EPR et 4 avec un miracle aux UK s’ils acceptent de payer le MWh à 120€….ou plus. Soit notre filière nationale a un sursaut et arrive a refaire du nucléaire sous la barre des 100€, soit on laisse vraiment tomber et on bosser sur le cout de l’intermittence des ENR, la baisse de la conso et le développement des ENR non intermittentes (marines, géothermiques, solaires non-PV, biomasse et biogaz). Mais surtout qu’on arrête de nous bassiner avec le soi-disant surcout des ENR et leur manque de copétitivité. un peu d’humilité messieurs, vous êtes désormais les moins compétitifs de toutes les énergies. Et vous restez les plus dangereux avec le charbon, et ceux qui posent le plus de problème à long terme avec les fossiles. Un peu d’humilité, et un peu plus de considération pour le début de solution qu’apporte le modèle ENR.

Ambiel

Un grand merci pour ce précieux rappel sur l’irresponsabilité d’EDF à qui on a confié les clés de la maison énergie en France. Du grand n’importe quoi à tous les étages. Je vais finir par devenir un partisan acharné de la libéralisation totale et de la casse complète du monopole de ce dinosaure incapable d’évoluer correctement.

O.rage

Densité énergétique Vu que la densité énergétique d’un combustible atomique (disons l’uranium) produit de l’ordre de 1 million de fois plus d’énergie qu’un combustible chimique (disons le pétrole), on peut aisément dire que les moyens qu’ils faille pour extraire, transporter, retraiter 1 tonne de “combustible” atomique (qui ne brûle pas donc qu’on ne retrouve pas dans l’atmosphère) sont au moins une centaine de miliers moins importants que ce qu’ils faillent pour 1 tonne de combustible chimique… Ma réponse est simple, allez faire votre danse de l’indignation devant ces mêmes populations pour tous les combustibles chimiques (disons sables bitumineux, pétroles du Sahara, gaz de schistes) présents sur le territoire en 100.000 fois plus de mines, usines d’extractions, fumées toxiques… donc ok 488TWh d’énergie électrique d’origine nucléaire… impact sur l’environnement toute proportion gardée face aux fossiles (tiens, et face aux renouvelables de publicité?)? coût?

Ambiel

Un autre point assez marrant, on est pas passé de 3,3milliards à 6 puis 8,5. Mais de 1,5milliards à la fin des années 90 à 3milliards au début 2000, puis 3,3, puis 4,5milliards en 2006/7, puis 5milliards en 2008, puis 6 milliards en 2010, puis on devait annoncer 7milliards en 2011 mais campagne présidenteille et débat sur le nucléaire oblige on a reporté à après les élections (et c’est pire puisque ça intervient à l’ouverture du débat sur l’énergie ET à la finalisation des discussions aux UK sur le tarif de rachat du nucléaire à plus de 120€ du MWh) et du coup on y va on balance tout on met 8,5milliards pour être tranquille 2/3ans. On peut raisonablement estimer qu’on sera à 9milliards vu que le démarrage ne se fera qu’en 2017, vers la fin de l’année, voir en 2018. Et les interets intercalaires, ça court…. Autre point marrant, la date de mise en service, reculée tous les an d’un an, la par contre de 4mois seulement au…31 décembre 2016, bonne année 2017!! Super on est repartis pour 60 ans 🙂 Evidement on prépare le glissement à 2017 du démarrage. Du coup si on était logiques, en 2020 on aurait le REX suffisant pour lancer d’autres EPR. La stratégie d’EDF va donc être revue : – pas de souci on peut y aller dès 2017 avec d’autres réacteurs puisqu’on vous dit que ça marche. – au cas ou on prolonge quand meme les réacteurs existants à 60ans avec option pour 70ans. Des amateurs. Irresponsables. Et qui ont notre sécurité entre leurs mains.

aphi

@ Ambiel : “un peu d’humilité messieurs, vous êtes désormais les moins compétitifs de toutes les énergies” @ Ambiel encore : “L’EPR n’a AUCUN avenir” Qui êtes-vous pour assener de tels “vérité” ? Prétendez-vous mieux connaitre les dossiers, les tenants et les aboutissants que les ingénieurs et financiers d’EDF ? Ou que ces Messieurs de la Cour des Comptes ? Votre analyse fine de la situation m’interessse vraiment. A mon sens l’humilité, que vous pronez, consisterait plutot à reconnaitre que nous sommes à la croisée des chemins énergétiques. Que les incertitudes sont encore telles qu’il est malaisé de définir quel sera la tendance. Que dans l’attente il serait judicieux de ne se fermer aucune porte par dogmatisme. Que les energies renouvelables doivent sans doute étre encouragée, peut-être subventionnées, en tous cas ne pas découragées. Je constate (et déplore) que sur ce site il ne soit que très rarement possible de sortir des l’opposition totale entre nucléaire et renouvelables. Suis-je seul à croire que ces deux filières peuvent avoir un avenir parallèle ?

Kevon

“Ne jamais croire une entreprise cotée en bourse” Depuis le temps que je le dis !

Bob1

A Bachoubouzouc “Les déchets ou les importations d’uranium, ça vous pose beaucoup de problème dans la vie courante ? En France ça nous coûte pas grand chose (300M€/an pour 70% de l’électricité de la nation) et aux dernières nouvelles ça ne rend personne malades.” Moi personnellement dans ma vie de tous les jours ca ne m’impact pas, ca n’est malheureusement peut etre pas le cas de employés de vinci et areva qui ont connu quelques mésaventures au niger par exemple. Il et d’ailleurs difficile d’établir le cout de la sale réput qu’on se traine dans certains pays africains suite a l’exploitation de l’uranium par nos differentes entreprises (cogema etc…), et devoir deployer des forces armées pour protéger nos entreprises la bas, ca coute cher à mon avis. Et puis bon, c’est vrai que c’est quand même plus sympa de décapiter des collines au niger, congo, canada ou khazakstan plutot que d’avoir une éolienne dans le champs voisin, beeeeerk

Ambiel

Non vous n’êtes pas le seul. Les ENR se développerons en France grace au nucléaire pour deux raisons : – on a un parc amorti qui nous laisse une belle marge pour investir, si on taxe davantage l’électricité au lieu d’attendre que son prix fort soit lié aux contraintes de production – on a un bon réseau et beaucoup de gens très bien formés grace au nucléaire, et une grande expertise dans le domaine de l’énergie. Mais pour l’avenir, l’EPR est un mythe qui s’est déjà effondré dans les cerveaux de ceux qui dirigent chez EDF et dans les grandes boite de l’énergie (sauf Areva) depuis déjà 3/4ans. On a une seule solution de rechange : s’allier avec les chinois, se vendre corps et âme pour récupérer 3 miettes et prolonger artificiellement la filière, et même finir par devenir dépendants de la chine sur l’entretien, la maintenance, les brevets, etc… Ou alors on bascule dans “l’inconnu” (oulala ça fait peur) et on va vers un mix 100%ENR, qui nous rendra totalement indépendants au moins dès l’instant ou les capacités de production entrerons en service. mais ça va couter cher. c’est techniquement complexe. c’est nouveau personne ne l’a fait à très grande échelle. ça ne vous rappelle rien? Je vous le donne en mille : le nucléaire dans les années 70.

Bachoubouzouc

“Moi personnellement dans ma vie de tous les jours ca ne m’impact pas, ca n’est malheureusement peut etre pas le cas de employés de vinci et areva qui ont connu quelques mésaventures au niger par exemple.” A votre avis, une production d’électricité équivalente à la nôtre en fossile+ENR comme en Allemagne ou au Danemark provoque combien de morts par an ? Que ce soit pour l’extraction des matières premières comme par l’inhalation des fumées ? Plus ou moins que le nucléaire ? Les quelques études sur le sujet disent “plus”. Largement “plus”.

yp

qui pourraient alimenter les ENR, la recherche des technologies de demain, c’est un invstissement passéiste et déja obsolète que la France est en train de faire c’est désolant nous creusons nous même la caveau où on va nous ranger. tout ce gachis de temps, d’argent, d’intelligence, d’énergies et de bonnes volontés. quelle énergie déployée à freiner la marche en avant du progrès! quelle énergie pour nous maintenir dans des vieux circuits qui les approvisionnent en rêve de futurs richesses! Si tout ces cerveaux de technocrates et d’ingénieurs, et si toutes ces sommes pharaoniques étaient appliquées à la recherche dans tout les secteurs de l’énergie du futur, la biomasse, l’éolien, les micro-algues, le solaire, la géothermie, …. et toutes les nouvelles technologies et aux développement durable, dans quel pays merveilleux nous viverions. quelle conditions de vie agréable et saine, quelle qualité de vie nous aurions, qualité d’air et d’eau, et niveau de vie général.

Pierre25

Oui merci à EdF qui nous alimente tous les jours en électricité, sans ” black out” avec sérieux et disponiblité. Et qui gère toutes ces cenrales nucléaires ou thermique à flamme avec grande rigueur, il ne faut pas cracher dans la soupe tout le temps. Oui l’EPR a des surcoûts, oui les Areva, Vincy, Bouygue, Alstom et consorts chargent la mûle et abusent sûrement, mais sur 50 ans d’exploitation mini cela est “peanuts”..C’est une belle vitrine pour la France, et pour notre indépendance énergétique qui ne se préoccupe pas des conflits mondiaux et des profiteurs de tout poil qui s’enrichissent honteusement du cours de matières premières

Luis

¤ Le kwh “nucléaire nouveau” est nettement plus cher que l’éolien terrestre. Plus cher aussi que le photovoltaïque, au tarif T5 du 3e trimestre 2012 (10,51 cts/kWh), pour les installations de puissance supérieure à 100 kWc en général (mais simplement supérieure à 9 kWc ou 36 kWc selon les cas, si l’on regarde le détail des tarifs d’achat). Et la Batho qui voudrait baisser ce tarif à 8,4 cts/kWh avec effet rétroactif de plus de deux mois (au 1er octobre 2012).

O.rage

Eolien Mais on vous a déjà dit que l’éolien n’est pas autonome et par conséquent il faut le coupler à autre chose (comme les capacités hydraulique sont limité, la solution mondiale c’est le gaz), donc on ne parle pas des coûts cachés de l’éolien, autant environnementaux que financiers. Pas autonome? tout simplement parce que sur toute l’Europe, la production éolienne varie + de 100fois par jour entre 4 et 50% de la puissance installée (0% de foisonnement au fait) donc il faut entre 1 et 3 kW de gaz par kW d’éolien installé… @Chelya Donc même processus miniers pour l’uranium que la plupart des composants entrant dans la composition des machines pour extraire l’énergie “renouvelable” en densité énerétique des millions de fois moins avantageuses que le nucléaire ou le chimique dans les gisements éoliens solaires et maritimes… vous remarquez que ensuite pour le transport, les machines (dont leur emprise au sol) et la pollution atmosphérique (le charbon aussi est radioactif d’ailleurs… demandez à Marie Curie), l’histoire n’est plus la même…

De passage

@Aphi: bravo pour la clarté de votre analyse et de votre discours. Il est rare de voir ici des gens qui prennent un peu de recul et qui “globalise” la question du mix énergétique (cohabitation du nucléaire et des ENR). En revanche je ne suis pas d’accord avec vous sur la “réussite” des projets EPR de Taishan 1 et 2, votre article date de plus de 2 ans (oct-2010) certe à cette époque le délais semblait être tenu, je ne suis pas sûr que ce soit toujours le cas… Personnellement, je suis d’accord sur le fait que si l’investissement (sur FA3) n’était pas rentable, EDF (entreprise privée à but désormais lucratif) se retirerait de ce projet et/ou abandonnerait l’EPR en général. L’avenir de l’EPR ne se joue pas uniquement sur les projets en cours mais sur la capacité de la France (des grands industriels Français: EDF, Areva, GDF, Total…) à être compétitif à l’étranger face aux industriels d’autres pays qui ont pris d’autres options techniques (réacteurs de plus faibles puissances, sureté passive…). Le vrai “test” pour l’EPR d’EDF/Areva se joue sur les Appels d’Offres à venir ces 5 prochaines années. On pourrait aussi parler de la légitimité de vos analyses de comptoirs qui tente de contredire les études technico-économique des spécialistes d’EDF qui planifient des investissements en intégrant des centaines de paramètres objectifs et dans le cadre de leurs contrat de service public avec l’Etat… De plus EDF semble avoir parfaitement conscience de la place que doit avoir le nucléaire dans le mix énergétique de demain mais la réorientation énergétique de la 5ème puissance mondiale demande du temps et de l’argent. EDF se servira de son outil de production rentable (son parc de 58 tranches nucléaires) et de sa compétitivité à l’étranger (CCG en Pologne, Hydraulique au Laos, etc.) pour réinvestir progressivement dans le développement des ENR avec les industriels concernés et dans le démantèlement des réacteurs nucléaires à l’arrêt (qui soit dit en passant est plutôt prometteur, Cf Démantèlement de Chooz et Brennilis).

aphi

Vous avew raison la source que je cite n’est pas des plus actuelles. J’ai essayé de trouver des infos plus récentes mais rien de très détaillé. Il semble néanmoins que les deux reacteurs de Taishan soient aujourd’hui encore toujours dans les clous, voir cet article paru ce jour: Bien sûr si quelqu’un a des infos plus précises je suis preneur. Salutations

Luis

¤ En Allemagne, le couplage éolien et solaire photovoltaïque marche assez bien, surtout aux heures de consommation maximale d’électricité, entre 9h et 17h. En ajoutant le biogaz, la biomasse et l’hydraulique, c’est encore mieux. On a aussi la cogénération chaleur + électricité, surtout en hiver, dont le rendement global est très supérieur à celui d’une simple centrale électrique. Cogénération beaucoup plus répandue qu’en France. En fin de compte, sur dix ans (2000-2010) et malgré une augmentation de 7,2% de la production d’électricité, la part du nucléaire a reculé de 29,4 à 22,7% et celle des combustibles fossiles a reculé de 62,7% à 58,7% (avec le gaz remplaçant le charbon). La part des renouvelables est passée de 6,9% à 17,5% de la production d’électricité (de 40 à 108 TWh sur une production totale passant de 576 à 618 TWh.

aphi

Je ne comprends pas ce que vous souhaitez illustrer avec le graphique joint dans votre dernier post. Est-ce la phrase suivante : “Sachant qu’en plus les têtes de série sont toujours moins cher que les réacteurs suivant” ? Pourriez-vous clarifier car votre graphique illustre le contraire. Merci.

Dan1

C’est bien beau de parler de la dérive effective du coût d’investissement de l’EPR et d’en déduire une dérive inadmissible du coût de production moyen de long terme du MWh et donc du prix de vente de MWh, sauf que je ferai deux remarques : 1) La dérive du coût de l’EPR de Flamanville n’aura qu’un impact limité, car c’est un réacteur sur 59 ou encore 1,6 GW sur 64,6 (63 + 1,6) soit 2,5% 2) Personne n’est capable de transformer facilement un coût d’investissement en prix du MWh pour la bonne raison que cela dépend essentiellement d’hypothèses financières jamais exposées. Pour mémoire, si l’EPR facture effectivement son kWh à 80 Euros pendant trente ans, cela signifie une recette globale de 27,6 milliards d’euros pour un facteur de charge moyen de 80% et de 31,5 milliards à 91%. Question : Quelles sont les hypothèses financières crédibles et détaillées qui montrent comment l’investissement initial de 8,5 milliards d’euros peut entraîner un tel coût du MWh pour couvrir les frais d’emprunt ?? D’autre part, je remarque que si EDF choisit une durée d’amortissement courte à demi-vie pour l’EPR (30 ans), il restera encore 30 années derrière où les Français bénéficieront d’un kWh pas cher provenant d’un système totalement amorti. Je remarque aussi que nous sommes déjà dans cette situation avec le parc historique des 58 réacteurs qui est en grande partie amorti.

Ambiel

marrant toujours, les adorateurs du dieu EPR qui découvrent la réalité économique que leurs gourous connaissent depuis quelques années… Tiens ENI quitte l’EPR de Flamanville dont il possède 12,5% sur la base d’un prix de 3milliards. A EDF la totalité de l’ardoise. Tiens Centrica quitte le projet de Hikley point aux UK pour laisser EDF se débrouillser. Tiens CEZ en Tchéquie ne veut pas de l’EPR car aucune certitude sur le prix et le calendrier. Tiens les US ont refusé l’EPR sur leur territoire pour des problèmes administratifs basiques et Areva n’a même pas cherché à redonner le 3è exemplaire de K-Bis manquant. Tiens ça sent pas très bon tout ça. Maintenant on fait quoi? On va quand même pas s’assoir sur notre puissance industrielle dans le secteur de l’énergie ! J’oserai même un gros mot : RECONVERSION On a déjà perdu 10ans, merci à Lauvergeon, Oursel, Proglio, Sarkozy et Hollande et mention très bien à 90% du corps des mines. Bravo ! Si, si, j’insiste, vous avez fait très fort ! Et maintenant on fait quoi pour les salariés de base du nucléaire? On peut essayer de leur proposer autre chose que le même destin qu’ont nos sidérurgistes et qu’on eu nos mineurs de charbon.

Luis

¤ Dans sa plaquette publicitaire de 2006, EDF indique un coût de construction de l’EPR de 3,3 Md€, une construction en 54 mois (4,5 ans) et un coût de l’électricité de 46€/MWh pour une durée de vie de 60 ans. Nulle part il n’est question que ce coût de l’électricité ne serait valable que pour les 30 premières années et que ce serait moins cher ensuite. La nouvelle valeur citée (107€/MWh) est basée sur les documents successifs de EDF et Areva (dont certains ont été prudemment mis à l’écart).

Oliv7431

Bonjour, Je partage ton point de vu et bien entendu que le consensus est toujours la meilleure des voie au moins dans la discussion… sinon ca n’avance pas… Mais qd on te ressasse que l’accident de Tchernobyl a généré 70 morts, que les déchets nucléaires ne sont ps un problème … ben c’est dur à entendre. Pour ma part je n’ai pas assez de connaissance en énergie pour vraiment apporter qq chose aux débats mais e^ntre des personnes qui pronent la simplicité volontaire et d’autres qui pensent que la course en avant à une toujours plus grande consommation énéergétique est le seul moyen de conserver ce qu’ils estiment ^tre leur confort… ben pour ma part le choix est vite fait

O.rage

Invivable “si vous ne faite pas l’opération et la maintenance d’une centrlale nucléaire elle rendra invivable toute une région” C’est marrant à Fukushima, une centrale vétuste de toute première génération réacteur qu’on a même pas en France et même pas entretenue, c’est prise un tsunami et un tremblement de terre (qui ont ont fait des morts jusque dans les centrales fossiles), et pourtant toujours aucun mort par irradiation… Faudrait commencer à lire les études épidémiologiques, les seules personnes habilitées à compter les morts c’est pas Greenpeace, c’est les médecins… Eolien Déjà que vous faites quoi qu’il y a 50% d’éolien au Danemark… d’après l’AIE(2008), la reine de l’éolien, a 19% d’éolien 19% de gaz et le reste des fossiles comme je vous l’ai dit assurer de l’éolien avec du gaz en cas de défaillance du premier… et de la défaillance y en a, le pays est une passoire énergétique avec 31% d’exportations et 35% d’importations… l’intermittence ça a du bon… pour financer les centrales hydrauliques des voisins… je vous souhaite bien du plaisir pour reproduire ça au Japon… Pour le reste je suis peut être un débutant en énergie, mais vous il faut arrêter les psychotropes et commencer à faire des recherches documentaires, les chiffres ça ne s’invente pas. Et Ambiel, ce n’est pas l’avant-poste de Greenpeace, si vous voulez parler emploi, un retard pour l’EPR c’est des emplois sauvegardés alors réfléchissez pour la prochaine campagne d’adhésions de Gazprom, euh pardon Greenpeace.

Dan1

Je repose ma qestion aux amateurs de milliards : Question : Quelles sont les hypothèses financières crédibles et détaillées qui montrent comment l’investissement initial de 8,5 milliards d’euros peut entraîner un tel coût du MWh pour couvrir les frais d’emprunt ?? Ambiel a répondu sur un autre article qu’il fallait prendre un taux d’actualisation de 10% et une durée d’amortissement légale de 17 ans. Mais avec ces données, j’ai beaucoup de mal malgré tout à obtenir un coût moyen du kWh atteignant les sommets avancés, même en prenant des coûts de fonctionnement assez élevés. J’observe aussi que si l’amortissement est réellement calculé sur 17 ans, alors l’EPR déjà amorti nous fournira de l’électricité à bas coût pendant les 43 années restantes. C’est pas mal… non ?

Ambiel

Très bonne idée de O.rage qu’on applaudit des 2 mains ! On prolonge de 10ans encore le chantier de l’EPR pour fournir du travail aux ouvriers polonais du chantiers et avoir encore quelques autres morts en accident du travail… Et dire que vous critiquiez le cout de chaque emploi dans les ENR, avec vous aux commandes, on aurait des employés du nucléaire millionnaires. Vous saisissez le problème de vos raisonnements? Quand au Danemark, très mauvais choix. Le danemark avait 92% de charbon il y a 20ans et a développé massivement l’éolien et la biomasse pour être aujourd’hui à 29% d’éolien et 12% de biomasse. Qui viennent remplacer autant de part de charbon à ne pas produire. Ils sont le pays qui a le plus progressé sur ses emissions de CO2 et ils sont aujourd’hui dans la moyenne européenne. Sauf Dan1 qui vous ajoutera leur transport maritime en oubliant d’ajouter le notre et surtout de comptabiliser notre trafic aérien… @Dan1 Toujours pas de réponse sur le Japon? Vous boudez toujours? C’est vrai que c’est une rude journée pour votre vision dogmatique et idéologique des réalités. 10% de TA c’est en réalité assez en dessous de la vraie vie. Sur des projets aussi risqués et avec le passif costaud on sera plutot à 12%. Mais tout dépend de la base que vous prenez pour ses couts de production. 20€ dans les rêves d’oursel, 30e dans ceux de proglio ou plutot 50€ indexé à 2% par an dans un vision durable et qui tient compte de toutes les externalités du nucléaire? Au final on sera à plus de 110€. Et si un jour vous payez les assurances dès la mise en service comme dans les ENR (et faut donc les amortir) on sera à plusieurs centaines d’euros s’il n’y a qu’un EPR, moins si on en fait 100 (à 600milliards l’accident nucléaire, et même à seulement 100milliards).

Ambiel

Vous faites partie de la très rare association des croyant en l’EPR. Désormais vous tenez dans une cabine téléphonique lors de vos réunions, Enel quitte le navire et abandonne l’EPR, Centrica aussi : EDF veut partir mais politiquement c’est dur à porter , reste plus qu’Areva, Dan1 et Bachoubouzouk.

O.rage

Vérité En bref, tous ceux qui ne sont pas de votre avis d’anti-nucléaire”économiste briseur de vitres”, est qualifié de pro nucléaire… pas étonnant que vous soyez détestés et que vous fuyez les débats… continuez comme ça vous verrez que vous êtes votre plus mauvaise publicité… cadeau : Vous prenez tellement souvent en otage ceux qui ne parlent pas qu’à la fin ils font leurs recherches 😉 grâce à vous j’ai bien compris que les anti-nucléaires ne se basent que sur des mensonges et des réécritures de l’histoire…

Ambiel

C’est dommage, car ils vont devoir payer plus cher pour rester dans le nucléaire. Et désolé de froisser vos croyances, mais les réalités économiques ne parlent pas pour vous en ce moment…. Le prix des ENR baisse, le prix du nucléaire augmente. C’est pas plus compliqué que ça. Et les courbes se sont croisées depuis un bon moment déjà.

Luis

¤ En ce qui concerne le graphique sur le coût des réacteurs, je constate qu’à deux exceptions US près, le coût des réacteurs augmente avec le temps, aussi bien en dollar constant qu’en franc constant (donc inflation déduite). D’autres études indiquent la même chose. Par exemple, en France et en francs constants de 1998 (inflation déduite) : Tranches CP1 : de 4,5 milliards de francs(98) pour Dampierre-1 à 6,7 MdF(98) pour Gravelines-6 Tranches CP2 : de 5,0 MdF(98) pour St-Laurent-B1 à 7,3 MdF(98) pour Chinon-B4 Tranches P4 : de 8,9 MdF(98) pour Paluel-1 à 9,8 MdF(98) pour St-Alban-2 Tranches P’4 : de9,9 MdF(98) pour Cattenom-1 à 13,3 MdF(98) pour Golfech-2 Tranches N4 : de 15,8 MdF(98) pour Chooz-B1 à 31,6 MdF(98) pour Civaux-2 C’est ce qu’on appelle une courbe d’apprentissage négative.

O.rage

Progression En attendant, l’éolien toujours 2% de l’énergie mondiale le photovoltaïque 0,1% et le nucléaire 6%, et on connait le coût du nucléaire plus de coûts cachés, on attends toujours pour l’éolien et le photovoltaïque…

Sicetaitsimple

J’avais commencé à aborder le sujet dès hier soir sur un autre fil avec notamment Bachoubouzouc: Certes, tout celà commence à faire un peu tâche… Pour relativiser par rapport à certains posts ci-dessus, rappelons quand même: – que 2 Milliards d’Euros, c’est en gros ce que va couter par an au niveau actuel de développement du solaire en France la part “solaire” de la CSPE” pendant 20 ans, et non pas sur un “one-off”, au consommateur francais. Chacun sa courbe d’apprentissage…. – que remplacer “1600MW” d’EPR, qui va produire environ 13 à 14TWh/an ca peut se faire à service rendu identique du point de vue puisssance garantie et production , en installant par exemple: – 1600MW de PV qui vont produire environ 1,8TWh/an -plus 1600MW d’éolien terrestre qui vont produire environ 3,6 TWh par an -plus 1600 MW de cycles combinés gaz qui vont produire le reste soit 13-1,8-3,6=environ 7,6TWh, soit un facteur de charge d’environ 50%. Combien coute 1600MW de PV plus 1600MW d’éolien plus 1600MW de CCG? Bon, ça ne change effectivement rien au fait que le dérapage de l’EPR devient limite, c’est juste pour relativiser. –

Sicetaitsimple

Concernat le PV actuel au niveau actuel, ça va couter 2Mds€/an pendant 20 ans.

110
0
Laissez un commentairex