Les fabricants autos veulent-il vraiment allez vers le tout électrique ?

Les véhicules électriques existent depuis longtemps, si cette technologie ne s’est pas imposée pour l’automobile, c’est par manque d’un dénominateur commun pour la recharge énergétique.

Actuellement, toutes les automobiles peuvent être ravitaillées en essence en 5 minutes, presque partout dans le monde. Ce n’est pas encore le cas pour les véhicules électriques.

La solution est pourtant simple. Le système de piles électriques doit être modulaire et universel à tous les véhicules, voire à toutes les applications électriques mobiles. Le meilleur exemple est le système de gestion de l’énergie proposé par la firme Wind-Do Inc. La photo ci-contre montre une utilisation directe de leur piles modulaires appliquées à l’automobile.

Pourquoi les grands fabricants tergiversent-ils avec les véhicules électriques ?

La raison principale est une simple mathématique d’affaire.

Premièrement : Un moteur électrique est infiniment plus simple qu’un moteur à explosion, et comporte un nombre restreint de composantes périphériques (radiateur, pompe à eau, démarreur, etc…). De plus, un système de piles modulaires échangeables partout ne peut pas être vendu, il est loué. Le résultat est un véhicule qui, avec une apparence et une performance égale à son concurrent à essence, se vendra entre 15 et 30% moins cher.

Deuxièmement : Un véhicule électrique comportant beaucoup moins de pièces mobiles, autant au niveau du moteur que des périphériques, la durée de vie de celui-ci sera donc considérablement allongé. Avec une vie utile de 3 à 5 ans supérieure à celle des véhicules à essence, nous avons encore une baisse de vente annuelle de véhicules neufs.

La première constatation est simple, l’avènement de l’automobile tout électrique représente une diminution potentielle des ventes de 30 à 50% pour les grands constructeurs.

Troisièmement : La meilleure façon de contrôler son marché, c’est d’avoir un réseau de vente exclusif. Un véhicule électrique ne nécessite pas de changement d’huile, de filtre etc… et l’ensemble des composantes étant plus fiables, la rentabilité des départements d’entretien des concessionnaires automobile sera en chute libre. Vous ne croyez pas que les concessionnaires automobiles seront vraiment affectés? Un des grands distributeurs de produit électronique en Amérique du Nord (1100 magasins aux États Unis), qui vent déjà des scooters électriques et des bornes de recharge pour automobiles électriques, prétend aussi négocier la distribution d’automobiles électriques issues de petits fabricants.

Note deuxième constatation est qu’avec un amortissement plus long, un investissement plus faible, des frais d’entretien plus bas et un coût d’énergie trois ou quatre fois moindre, les consommateurs seraient très avantagés par les automobiles tout électrique. Malheureusement, ce critère ne compte pas beaucoup dans la planification à long terme des grands fabricants automobiles.

Que peut-ont faire ?

Peu de chose en réalité.

Il faut premièrement en parler, dire que les solutions existes, et qu’elles seront à la fois avantageuses pour les consommateurs et bonnes pour l’environnement.

Il faut aussi dénoncer la stratégie ‘hybride‘ des constructeurs automobiles. Les véhicules proposés sont nécessairement plus dispendieux car ils ont deux systèmes de locomotion complets, et le coût supplémentaire n’est généralement pas compensé par les économies d’essence obtenue. Ces véhicules ont souvent des délais de livraison plus longs, et sont peu ou pas présent dans les salles de montre. Tous ces facteurs réduisent les ventes et confortent les constructeurs qui peuvent alors prétendre que les consommateurs ont peu d’intérêt pour les véhicules plus écologique.

Finalement ; si vous avez quelques placements, la meilleure chose que vous puissiez faire est de demandez à votre courtier de faire une petite place pour les technologies propres dans votre portefeuille.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
19 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
raymond9

Oui effectivement les constructeurs n’ont pas envie de dévelloper ce type de véhicule. Par exemple comment se fait-il que la Renault zoé qui est a peu près l’équivalent d’une clio soit a 15000 euros sans batterie avec un moteur beaucoup plus simple qu’un moteur diesel?

an391

Les véhicules électriques ne seront pas des “voitures normales” sauf qu’elles sont électriques.

energiestr

Il est incroyable d’entendre encore et toujours la théorie du complot selon laquelle les constructeurs et les pétroliers empêcheraient l’arrivée des voitures électriques. La vérité, pas assez médiatisée, est qu’on n’a toujours pas réussi à mettre au point une batterie rendant le véhicule électrique attrayant. Premier problème : le prix. Une batterie lithium/ion coûte 500 EUR/kWh, et dure 1.000 cycles : elle revient donc à 0,50 EUR/kWh. Un litre de carburant coûte 1,5 EUR et contient 10 kWh : il revient donc à 0,15 EUR/kWh. Avec le rendement de 30% du moteur thermique, on arrive donc aussi à 0,50 EUR/kWh. Conclusion : la voiture électrique n’est pas économique, contrairement à ce qui est annoncé en général. Deuxième problème : l’autonomie. Une batterie lithium/ion contient 400 Wh/kg, alors que l’essence en contient 10.000, soit 25 fois plus ! En tenant compte du rendement, on voit que l’autonomie d’une voiture électrique est dix fois plus faible que celle d’un véhicule thermique.

fredo

Volvo avec sa C60 et Toyota avec sa Prius annoncent pour la fin de l’année le début de la commercialisation des hybrid plug in. Les chiffres montrent une vrai rupture (break Volvo C60 215CV): moins de 49 g/km de CO2 rejeté, 1,9 litre / 100 kilomètres et 50 kilomètres parcourus en elec pur. Dixit Insee, la distance domicile-travail moyenne est de 25,9 km. Pour la moitié des salariés, la distance est inférieure à 7,9 km. Ca veut dire aller nettement moins souvent à la pompre…

Pecor

Le prétexte du prix de la batterie est infondé. Les nouvelles avancés technologiques en ont drastiquement fait baissé le prix et cela est bien parti pour continuer. Techniquement, rien n’empèche aujourd’hui de créer un standard de batterie pour tous les constructeurs. On a bien créé des standards de carburants. Les états ne veulent pas perdre la TIPP, et les constructeurs souhaiteraient que leurs clients s’abonnent pour avoir des revenus garanties. L’abonnement sur la batterie permetterait à l’état de prélever une taxe équivalente à la TIPP, et les constructeurs pourraient faire de la marge sur la location de batterie pour compenser la perte sur la maintenance des véhicules. Tant que le modèle économique n’est pas vérouillé, on assistera seulement à des lancements d’échantillon de VE. Il suffit de regarder comment c’est développé le marché de l’informatique mobile : chaque constructeur fourni sa propre batterie pour chaque modèle. Cela fait considérablement augmenter le prix, suprime la concurence et engendre donc un chiffre d’affaire supérieur. Plus le chiffre d’affaire augmente, plus les états gagnent de taxes et plus les entreprise font l’objet de spéculations. Ils appellent cela “La croissance”…

Bren

Encore un de ces articles liant obscurantisme, démagogie, et complotisme ! Certains méchant fabriquants de voiture font des hybrides ! Or l’autonomie max après 8 h de recharge des véhicule électrique dépasse à peine 200 km. Donc on oublie pour les long trajets. Et dans tous les modèles économiques, les batteries sont louées et non pas vendues (contrairement à ce que laisse entendre le premier point), tout simplement parce qu’elles sont trop chères et que le consommateur ne veut pas endosser le risque associé à sa durée de vie. La voiture électrique peut être économique actuellement sur des petits trajets avec des fort taux d’utilisation pour rentabiliser la batterie. Et c’est ce que font certains fabriquants (cf Auto lib) ! Mais au final, ok pour dire que le partage de valeur ajoutée va se déplacer du moteur vers le stockage d’énergie, et c’est pourquoi tous les constructeurs se sont associés à des fabriquant de batterie.

Soliman

Ce “vérouillage” pourrait être remis en cause par un nouvel entrant qui aurait tout à gagner dans ce nouveau modèle et rien à perdre dans l’ancien puisqu’inexistant et bousculer un équilibre établi. A l’instar de Free dans les télécom. Bien sûr la dimension n’est pas la même et on ne peut pas s’introniser constructeur automobile avec les mêmes moyens. Sans comter l’état qui a tout à perdre en termes de taxes. Je donne ma main a couper que demain, si la voiture à batterie se génénralisait, nous aurions interdiction de la brancher sur la prise électrique de la maison, mais plutôt sur une prise “plombée” spécifique, à un prix sans aucune commune mesure avec l’électricité domestique. Néanmoins, les exemples sont frappants chez les allemands : Mercedes, BMW ont la puissance économique nécessaire pour y aller mais se contentent de faire de la veille techno depuis des années si jamais le marché démarrait sans pour autant le pousser. Leur intérêt est d’écouler encore pendant des années des moteurs thermiques maitrisés, éprouvés, hautement rentabilisés. Enfin tout le monde s’accorde sur le fait que le vrai moteur de l’avenir est à hydrogène (et échéance plus lointaine) et que donc en attendant, investir dans des technologies hyper chères qui seront obsolètes dans 15 ans … Chacun espère passer son tour et se garder pour la suite. Certains constructeurs ont carrément déclarés passer leur tour.

Jean

Voir aussi historique intéressant : Véhicules électriques, histoire d’un rendez vous manqué Près du tiers des véhicules circulant en 1900 sont propulsés par des batteries et près de 40% en 1920. Les véhicules thermiques ne représentaient alors que 22% du marché…

Verorang

Il faudrait peut être aussi commencer à en parler ! Les véhicules solaires et le solaire dans l’automobile une nouvelle voie d’avenir. Démonstration d’un véhicule solaire « grand tourisme » Développements et vidéos dans mon commentaire du 25-05-2012 19:10:01 et parmi d’autres : La SCV-4 KYOCERA

Anti blabla

Le fait que les batteries soient trop chères revient exacement à ce que dit l’article, les constructeurs n’ont pas envie de trouver une solution moins chère parceque s’ils la trouve ils seront obligés de vendre moins cher et ainsi de suite

francois g

Théorie du complot ???? Quand une compagnie de cola nous vend de l’eau de l’aqueduc au prix du jus d’orange, on ne s’étonne pas qu’elle dépense 10 fois plus en publicité pour vendre cette eau qui ne lui coûte rien. Par contre personne ne parle de complot, mais plutôt de modèle d’affaire et de marketing. Il n’y a pas de lien dans l’article vers le concept de Wind-Do ‘OÙ LES VÉHICULES ÉLECTRIQUES SE RECHARGENT EN 5 MINUTES’, le voici: Et de façon générale: http://www.wind-do.com

gaga42

N’en déplaise aux adeptes de la théorie du complot ou aux rêveurs, la batterie est le talon d’Achille de nos technos modernes, comme vous avez pu le constater avec vos smartphones et autres gadgets si souvent “àplat”. par rapports aux autres technos (électronique, biotechnos etc…), la recherche avance à tout petits pas sur tous les points (durée de vie, performances, prix, rareté des matières premières), et on attend depuis plusieurs dizaines d’années la rupture technologique (ne comptez pas trop sur la pile à combustible…). Et, sauf divine surprise, il n’y a rien à l’horizon.

Actro

Ou comment faire de la publicité d’un article que vous avez vous même écris? Isnt it ?

Wittenberg

L’avenir passera par l’induction dynamique ou la route électrique (recharge sans contact en roulant) C’est le projet que je mène qui se nomme E-Way Je reste à la disposition de ceux que cela peut intéresser

Teredral

Comme certains l’ont dit fort justement, c’est bien la performance des batteries qui n’est pas encore à la hauteur pour un développement à grande échelle du véhicule électrique. Pensons simplement qu’en faisant le plein de carburant (en quelques minutes), c’est une puissance équivalente de l’ordre du MW qui transite dans le tuyau. Pour la même autonomie d’un véhicule électrique, avec une puissance de charge disons d’une dizaine de kW (ce qui n’est déjà pas si mal notamment pour une recharge “domestique”), il faut multiplier le temps de “remplissage” par un facteur d’au moins 30 et les quelques minutes deviennent quelques heures ! Dans ces conditions les véhicules hybrides sont au moins une étape intermédiaire vers le tout électrique.

Ljobart

avec la voiture sur la photo, faut esperer que la voiture derriere nous garde ses distances de sécurité, sinon ca pourrait couter trés cher…….

littlebet

Même avec des développements très importants en matière de batterie, le véhicule électrique restera cantonné aux usages urbains et péri-urbains, pour lesquels de toute façon l’automobile n’est pas une solution réellement durable en matière de mobilité. Il reste 90% du marché de l’automobile qui de toute façon n’est pas adressable par le véhicule électrique à batteries. La vrai solution globale est évidemment le véhicule à pile à combustible et hydrogène, qui est d’ailleurs aussi électrique et utilise pas mal de composants communs à un véhicule électrique, mais qui solutionne directement la question de l’autonomie (plus de 400km avec 5kg d’hydrogène comprimé à 700 bars) et du temps de recharge (3 à 5mn). A peine émergente, on voit déjà que l’électro-mobilité de 1ère génération devra forcément laisser la place à une électro-mobilité de 2ème génération, où l’hydrogène aura toute sa place aux cotés de l’électron. Les constructeurs français seraient bien avisés de ne pas mettre tous leurs œufs dans le même panier et d’analyser pourquoi les constructeurs allemands, américains, japonais et coréens continuent d’investir massivement dans le véhicule PAC hydrogène…

Lionel_fr

Juste une précision sur les batteries Lithium-ion. Leur durée de vie ne se compte pas vraiment en nombre de charges mais en années. Ces batteries vieillissent à cause de la migration des ions Li+ dans l’electrolyte. Si vous la chargez 2 ou 3 fois par jour, vous irez nettement plus loin avec ! D’où ma suggestion : la voiture electrique ne rend pas le même service que celle à essence : soit ! mutualisons ! C’est exactement ce qu’on fait Bertrand Delanoé et la Blue Car à Paris et contrairement aux autres constructeurs qui sont dans les choux , le succès est supérieur à toutes les anticipations…. Plutot que de louer la batterie, louez carrément la bagole ! Si vous avez de long trajets à faire , louez ou achetez une voiture thermique mais pour les trajets < 100km entre recharges, prenez l'electrique. C'est là que se joue l'avenir des industriels qui ont investi dans le lithium, soit ils MUTUALISENT l'usage de ces véhicules, soit ils perdent leur mise. C'est au marketing de nous extirper ce mythe de la voiture cow boy qui traverse le quartier ou un continent et nous apprendre qu'une voiture désormais , ça se loue ! Et aux constructeurs de nous offrir des solutions économiques comme l'a fait le maire de Paris

Wamm

ce que vous oubliez, c est le moteur magnétique et le moteur steerling, le moteur électrique n est pas une fin en soit. le moteur Minato si! Quel intérêt de consommer de l électricité? c est déjà assez compliquer (Celon EDF) d en produire! Minato à créé un moteur qui ne nécessite rien! ça c est un danger pour tout notre modèle économique! croire que les constructeur ne freine pas le développement de ces techno et de la naïveté pur et simple! voir le reportage sur l obsolescence programé sur Arte!

19
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime