Les grands axes du nouveau modèle énergétique français

Lors du conseil des ministres du 18 juin, Ségolène Royal a présenté les grands axes du projet de loi de programmation pour la transition énergétique transmis au Parlement en juillet, ainsi que les actions qui la mettent concrètement en œuvre.

Le nouveau modèle énergétique français

La lutte contre le dérèglement climatique et la nécessité de réduire la facture énergétique de la France, qui s’élève à plus de 65 milliards d’euros, doit selon La Ministre constituer une chance à saisir pour combattre le chômage par la croissance verte ; valoriser de nouvelles technologies ; conquérir de nouveaux marchés dans les domaines des énergies renouvelables, du transport propre et de l’efficacité énergétique ; améliorer la compétitivité des entreprises.

Le nouveau modèle énergétique français doit permettre également de gagner en "progrès social par une meilleure qualité de vie et de santé ; de baisser la facture énergétique du pays et des ménages grâce aux économies d’énergie dans le bâtiment et les transports".

Objectif : créer 100 000 emplois en trois ans.

Qu’est-ce qui va changer ?

La majeure partie de l’énergie que nous consommons aujourd’hui est polluante, coûteuse et provient de ressources fossiles qui diminuent.

La transition énergétique vise à préparer l’après-pétrole et à instaurer un nouveau modèle énergétique français, plus robuste et plus durable face aux enjeux d’approvisionnement en énergie, aux évolutions des prix, à l’épuisement des ressources, aux impératifs de la protection de l’environnement.

La loi va fixer les grands objectifs de ce nouveau modèle énergétique et mobiliser les moyens pour les atteindre.

Ce que dit le projet de loi de programmation

Le nouveau modèle énergétique français

La politique énergétique :

► favorise, grâce au développement des filières industrielles de la croissance verte, d’émergence d’une économie sobre en énergie et en ressources, compétitive et riche en emplois ;

► assure la sécurité d’approvisionnement ;

► maintient un prix de l’énergie compétitif ;

► préserve la santé humaine et l’environnement, en particulier en luttant contre l’aggravation de l’effet de serre ;

► garantit la cohésion sociale et territoriale en assurant l’accès de tous à l’énergie.

Cinq objectifs clairs et volontaires

La loi de programmation fixe les objectifs à moyen et long termes pour donner de la visibilité et un cadre à l’action conjointe des citoyens, des entreprises, des territoires et de l’État :

1) réduire les émissions de gaz à effet de serre fr ançaises pour contribuer à l’objectif européen de baisse de 40 % de ces émissions en 2030 (par rapport à la référence 1990) ;

2) diminuer de 30 % notre consommation d’énergies fossiles en 2030 ;

3) ramener la part du nucléaire à 50 % de la production d’électricité en 2025 ;

4) porter en 2030 la part des énergies renouvelables à 32 % de notre consommation énergétique finale, soit 40 % de l’électricité produite, 38 % de la chaleur consommée et 15 %
des carburants utilisés ;

5) diviser par deux notre consommation finale d’énergie d’ici 2050.

Six principes structurants

1) Maîtriser la demande d’énergie, favoriser l’efficacité et la sobriété énergétiques.

2) Diversifier les sources d’approvisionnement énergétique, réduire le recours aux énergies fossiles, diversifier de manière équilibrée les sources de production d’électricité et augmenter la part des énergies renouvelables dans la consommation d’énergie finale.

3) Associer les citoyens, les entreprises et les territoires.

4) Assurer la transparence et l’information de tous, notamment sur les coûts et les prix de l’énergie.

5) Développer la recherche dans le domaine de l’énergie.

6) Assurer des moyens de transport et de stockage de l’énergie adaptés aux besoins.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
57 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
sunny

4) porter en 2030 la part des énergies renouvelables à 32 % de notre consommation énergétique finale, soit 40 % de l’électricité produite, 38 % de la chaleur consommée et 15 % des carburants utilisés ; Le projet de loi est ambitieux et réaliste. Il faut voir ce que les députés vont en faire et après, les moyens qui seront mis en oeuvre pour réaliser les objectifs.

Jiel

Je suis formateur Quali’PV. Je ne vends plus aucune formation, car le PV en France, ce n’est pas politiquement correct. Ces annonces de “grand axes” sont d’une banalité affligeante, il n’y a aucun engagement. En résumé, il est urgent d’attendre..?

Pastilleverte

dans le côté “langue de bois” la croissance verte, la compétitivité des entreprises, la lutte contre le “dérèglement” climatique (on dit “chaos”, madame la Ministresse, faut vous tenir au courant) et cerise sur le gateau un prix de l’énergie “compétitif”, avec les enr on est mal barré, heureusement la “recherche” sur icelles va se développer, le tout sans qu’on sache d’où proviendra le premier centilme d’euro… un dernier pour la route : préserve la santé humaine et l’environnement, en particulier en luttant contre l’aggravation de l’effet de serre ; il est bien connu que l’effet de serre est nuisible pour la santé humaine, surtout quand il favorise le “verdissement” de la planète, le CO2 étant un des meilleurs fertiisants, et d’origine largement naturelle qui plus est (96% au moins)… Bon, et les voitures éléectriques alors, vous savez celles qui vont obliger à pérenniser les centrales nucléaires ? 7 millions de bornes de recharge ! Une pour 7 habitants ! Espérons que le marché sera remporté par une société franco franchouillardo française (donc pas General Electric, par exemple, qui emploie sans doute bien plus de personnes en France que la plupart des sociétés “françaises”, mais, bon, ce sont des vilains américains, alors…)

gp

faudrait qd mm être sacrément naïf pour croire que ce sont les mêmes qui nous ont conduit dans la situation que nous connaissons auj. qui vont nous en sortir! Mme Royale a eu ce qu’elle voulait, elle est contente, elle est de nouveau au gvt avec un beau poste de ministre de l’écologie. Pour le reste qu’est ce que ca va changer? il y a même pas un mois de cela, tous ou presque se félicitaient des avancées de l’accord TAFTA (exporter + pour polluer +), des accords France – Chine qui vont permettre d’exporter + de lait en poudre à l’autre bout de la planète à grd renfort de séchage nucléaire et de transport au fioul lourd, etc, etc… Promettre la transition énergétique et dans le même temps, l’accès à l’énergie propre et bon marché pour tous n’est rien d’autre qu’une immense escroquerie intellectuelle. Les énergies renouvelables offrent des perspectives formidables mais avant de remplacer à l’identique et au même coût les énergies fossiles actuelles qui permettent de gaspiller à tout va, le changement climatique aura tellement tout chanboulé sur cette planète que la priorité serait définitivement ailleurs… Avant de parler transition énergétique, commençons déjà par arrêter de gaspiller en se payant le luxe de chauffer et climatiser des passoires énergétiques, que l’on réglemente la circulation des voitures à pétrole qui roulent en ville à 30 km/h avec seule personne à bord, que l’on cesse de faire fabriquer nos vêtements à l’autre bout de la planète à grd renfort de pétrole, etc, etc.. La VRAIE transition énergétique, c’est un nv modèle de société dans laquelle les biens de consommations ne sont plus des biens low cost produits à perpette qui finissent à la poubelle 10 fois plus vite qu’auparavant. C’est une société qui fait tellement mieux avec tellement moins que son PIB en ressortira réduit de moitié grâce à des modes de vie bcp plus sobres et intelligents que la société de consommation actuelle qui se contrefout de savoir dans quelle condition et à quel prix humain tous les biens qui nous entourent ont été produits. Bref, une nouvelle civilisation où la gabegie et le chacun pour soi auront laissé la place à la durabilité, le partage et l’efficience. Et pour y parvenir, ça n’est définitivement pas sur nos vieux politicards shootés à la croissance qu’il faut compter! Pas gagné

Dan1

On nous refait le coup des emplois, mais de deux choses l’une : Ou bien les filières renouvelables sont très compétitives (elles produisent beaucoup avec moins d’argent) et elle créent peu d’emploi (ou beaucoup mal payé, ou beaucoup mais pas longtemps), ou bien, elles créent beaucoup d’emplois qualifiés pérennes et alors elles coûtent très cher. Cochez la case correspondant à votre choix !

Tech

et si on usait dans tous nos actes et produtions de: BON SENS ! comme par exemple donner la priorité aux mesures les plus efficaces au lieux de vouloir absolument travailler tous azimut . par exemple: nombre d’entre nous sommes d’ accords sur le fait que l’ isolation des constructions est la mesure qui serait à court terme la plus réductrice d’énergie consommée. autre exemple pour les gaz à effet de serre, ce n’est pas la france qui va influencer quoi que ce soit par rapport à ce que produit la Chine! donc si certaine action permette de réduire OK, mais obliger à réduire ces gaz à des coûts prohibitifs est inutile! et tous ces seuils et pourcentages seront des contraintes couteuses ou des trappes à profit

sunny

Quitte à choisir Cela va créer beaucoup d’emploi qualifiés perennes (et de remettre des gens au travail) et cela coutera (les technologies) de moins en moins cher, ce qui développera d’autant plus le marché. On est un peu entre vos deux propositions.

Dan1

“Cela va créer beaucoup d’emplois qualifiés pérennes (et permettra de remettre des gens au travail) et cela coutera (les technologies) de moins en moins cher, ce qui développera d’autant plus le marché.” Suffit de le dire. Sauf que vous avez toujours une question en retard : “Comment fait-on pour obtenir des dizaines de milliers d’emplois durables dans le photovoltaïque en France si on installe très vite un parc de 30 GW ?

arzi77

Résultat d’une défense acharnée des partisans du nucléaire, OU… incompétence du Ministère ?! (MEDDE alors !) Quoi qu’il en soit… il n’est pas facile de discerner la moindre cohérence dans les annonces d’hier: – Si la part du nucléaire est aujourd’hui de 75%, (dans un total proche de 90 GW), et si l’on veut la ramener a 50%, ALORS… il faudra que la puissance max. du parc nucléaire soit ramenée vers 45 GW (surtout si on veut réduire de… 50% les conso d’énergie, primaire ou finale, de notre pays !) Dans ces conditions, la volonté de limiter à 63,2 GW la puissance nucléaire maximale, parait… é-tran-ge, pour dire le moins ! Bien entendu, il faut peut être raisonner en TWh de “production sur l’année”, et non en puissance max ! OK ! Allons-y ! – Si la part du nucléaire doit devenir inférieure à 240 TWh, avec une puissance installée qui demeure supérieure à 60 GW, ALORS… le parc ne devrait-il pas fonctionner moins de 4000 h /an, en “équivalent pleine puissance” ? Pour mémoire, avec une production actuelle proche de 400 TWh, le parc doit fonctionner autour de 6000 h /an (en “équivalent pleine puissance”). – Or donc… si on doit réduire de plus de 30% le taux d’utilisation du parc, que deviendront les calculs de prix du kWh ? (Souvent fondés sur une hypothèse proche de 7000 h/an, ou même… en considérant un temps total de production, sur 40 ans ou 60 ans, compris entre 250 000 & 400 000 heures, ce qui, en passant… arrange bien des calculs !) Que de mystères sur ce point particulier ! Comment ne pas craindre que les industriels EdF + Areva n’aient en réalité qu’un seul objectif, soigneusement dissimulé: augmenter de 60% la conso électrique ?! (C à d. passer de 500 à 800 TWh /an… une autre façon de… ramener à 50% la part du nucléaire !) Dans la bataille rangée que ce travail de gribouille laisse supposer… il existe pourtant un “critère objectif”… pour faire une “bonne loi” de Transition énergétique: Plus de détails sur cette page Enerzine: !

Nicias

La lutte contre le dérèglement climatique et la nécessité de réduire la facture énergétique de la France, qui s’élève à plus de 65 milliards d’euros, doit selon La Ministre constituer une chance à saisir pour combattre le chômage par la croissance verte 1 Non sur les 65 milliards. Comme je n’ai pas trouvé rapidement un chiffre à vu de nez crédible, j’ai fait un calcul de coin de table à partir de la pondération des dépenses d’énergie dans l’indice des prix à la consommation de l’Insée (8,5% dont 4,4% d’hydrocarbures), de de la consommation des ménages (1012 milliards en 2013) et de la part des dépenses des ménage dans la consommation totale d’énergie finale (30% selon Wikipedia). J’obtiens 286 milliards. On voit donc que les importations (les 65 milliards cités) ne représentent même pas un quart de nos dépenses en énergie. Pourquoi se focaliser la partie émergée de l’iceberg comme des mercantilistes du 17èmes siècle ? Combien nous coutent les mesures prises par baril de pétrole ou m3 de gaz non importés ? Est ce que cela en vaut vraiment la peine ? 2 Je ne comprend pas pourquoi on parle de croissance verte. Les mesures actuelles consistent à augmenter les couts, soit ceteris paribus à produire autant (voir moins) avec plus de ressources. Faire baisser la productivité n’engendre pas de la croissance, bien au contraire. On a des siècles de données qui réfutent pas cette idée bizarre. 3 Enfin on ne combat pas le chômage en subventionnant un secteur puisqu’il faut taxer les autres pour financer la chose. Les emplois verts subventionnés (ou créés par des régulations contraignantes) détruisent des emplois ailleurs, si non on a qu’à tout subventionner (ou tout interdire) !

Dan1

J’attire votre attention sur une disposition du financement qui n’est pas anodine : Voilà, quand on a pas d’argent, on trouve le tiers financement : “Mise en place du tiers-financement : les sociétés de tiers-financement se voient reconnaitre dans la loi le droit de faire l’avance du financement des travaux aux familles Le projet de loi va permettre de clarifier le régime juridique de ces sociétés et contribuer au développement rapide de cette offre de financement.” Mas n’est-ce pas tout simplement du financement à crédit qui au final ne fera pas baisser la dépense des ménages : Ce qui ne sera pas dépensé en combustible sera dépensé en remboursement du montant de l’avance des travaux consentie par le tiers financeur (avec les intérêts). Certes au bout de 20 ou 30 ans, il ne restera plus que la facture de combustible : “Vous êtes propriétaire d’une maison individuelle ancienne qui est mal isolée. Votre consommation annuelle d’énergie est de 2 000 € par an. Grâce au tiers financement, vous pourrez engager les travaux nécessaires sans en faire l’avance et réduire votre facture de 800 €.” Parce que quand on vous promet de réduire la facture de 2 000 €/an à 1 200 €, c’est bien sûr pour consacré les 800 € de gain annuel au remboursement des travaux. Bilan, vous dépensez toujours 2 000 €/an pour l’énergie de chauffage.

sunny

“Mise en place du tiers-financement : les sociétés de tiers-financement se voient reconnaitre dans la loi le droit de faire l’avance du financement des travaux aux familles Le projet de loi va permettre de clarifier le régime juridique de ces sociétés et contribuer au développement rapide de cette offre de financement.” C’est marrant, mais c’est encore une idée que j’ai poussé dans ce forum. Je parlais de Total et Google qui le font déjà dans le PV au Etats-Unis, et pourquoi pas l’opportunité pour les utilities d’y aller? Ils pourraient vendre des services associés, il y a du business à faire. EDF financerait les PAC, GDF le solaire thermique et Total le PV. Les autres petits acteurs pourraient également s’y mettre. Dans l’automobile, c’est déjà un peu ce qui se passe, non?

Nicias

Faut pas croire que c’est du win/win à deux ! On a le tiers-client qui gagne de l’argent au bout de 20 ou 30 ans (que se passe t-il losrqu’il cède son logement au bout de 5 ans ?). On a le tiers-financement qui gagne de l’argent pendant 20 ou 30 ans. Mais il ne gagne de l’argent que grâce au tiers-perdant ! En effet il collecte pour équilibrer le financement du projet les aides publiques : crédits d’impôt, prêts bonifiés etc … il ne faut donc pas oublier les perdants de cette mesure “socialiste”, c’est à dire les non-propriétaires qui payent taxes et impôts : les pauvres.

Bachoubouzouc

Voici une nouvelle soupe d’objectifs totalement contradictoires. En effet, il est rigoureusement impossible de rendre simultanément notre mix plus sûr, plus indépendant et moins cher. Tout ce qu’on peut faire dans un sens se paye forcément dans un autre. Ceci est la réalité physique et économique de cette industrie. De plus, les mesures proposées n’ont rien de concret, visent un horizon suffisamment lointain pour n’avoir aucune crédibilité, et sont passées à mi-mandat. Autrement dit, une fois mise en oeuvre, elles n’auront pas le temps de donner quoi que ce soit, si ce n’est l’arrêt de Fessenheim et le gâchi de milliards d’euros que cela représente. En attendant, avec la RT2012, la construction de logements chauffés au gaz naturel repart à la hausse… Les méthodes de Ségolène Royal sont ce qui se fait de pire en politique : Ruiner la crédibilité et la légitimité de toute la classe politique en promettant inlassablement des trucs dont le premier crétin venu est capable de comprendre qu’ils sont impossibles. Promettre du progrès social avec un système qui coûtera largement plus cher est vraiment prendre les gens pour des cons. Car oui il coûtera largement plus cher : Ca n’est pas pour des prunes qu’il a besoin de subventions pour survivre.

Sicetaitsimple

Ca ne saute pas aux yeux, je vous l’accorde! Cependant, comme vous parlez d’electricité nucléaire et de pourcentage, c’est bien en energie tout d’abord pour répondre à votre “interrogation”. Mais comme le projet prévoit aussi 7 millions de bornes de recharge electriques en 2030 (plus bien entendu toutes les “prises” individuelles) il va bien falloir si elles sont utiles avoir un peu d’électricité pour les alimenter!

Bachoubouzouc

“Dans l’automobile, c’est déjà un peu ce qui se passe, non?” Oui mais dans l’automobile, personne ne va vous dire que le leasing coûte moins cher…

Sicetaitsimple

pour continuer sur l’electricité et le véhicule electrique, le projet prévoit une “prime à la casse” jusqu’à 10000€ pour l’achat d’un VE en remplacement d’un diesel. C’est certain, un possesseur de diesel de plus de dix ans est typiquement l’acheteur naturel d’un VE…..

Homer

“5) diviser par deux notre consommation finale d’énergie d’ici 2050.” Mais encore ?? Une explication sur le comment? C’est jolie comme postulat, l’avantage avec les postulats c’est que l’on a pas besoin de les démontrer.

Sicetaitsimple

sans vouloir en rajouter une couche par rapport aux réactions précédentes, c’est bien d’une certaine façon du crédit de long terme. Concernant la cible , vu que c’est le terme employé, les “familles”, je ne suis pas très convaincu de la pertinence de ce qui est proposé. Si la famille est plutôt aisée, propriétaire bien sûr, elle ne va pas s’embéter avec ça, elle va financer classiquement (soit en direct, soit par un crédit de durée raisonnable). Pour les autres, bof….S’engager à long terme pour des gens pas forcément à l’aise…. Et pour les propriétaires qui louent, ils n’en ont pas grand chose à faire.

Dan1

On peut gagner deux fois Win et reWin. Le problème est savoir si c’est deux fois le même qui gagne ! Prenons l’exemple actuel des panneaux photovoltaïques. Vous êtes chauffé au gaz et vous avez succombé à l’attrait des panneaux photovoltaïques via une société quelconque (qui change de nom comme de chemise) qui vous place un prêt auprès de la banque SOLFEA. Et bien, il y a deux gagnants, GDF-Suez qui continue à vous vendre du gaz et GDF-Suez actionnaire de la banque qui vous a ni plus ni moins que placer un crédit à la consommation de longue durée à taux usurier. Après ce grand moment d’écologie, vous n’aurez plus les moyens de financer l’isolation de votre logement mais ceci est une autre histoire.

Sicetaitsimple

Je suis assez d’accord avec vous, ce qui manque “un peu”, sans aller forcément jusqu’à 2050, c’est une feuille de route type NREAP sur les 15 ans qui viennent .Là c’est très concret et très précis sur la façon dont ça se déploie, même si les résultats ne seront pas forcément au rendez-vous ou différents de la prévision, ce qui est une autre histoire car sur 15 ans il peut se passer des choses…. D’un autre coté, comme certains objectifs sont irréalistes, on peut comprendre que cette feuille de route ( avec progression annuelle) n’existe pas…. C’est le catalogue automne-hiver de Ségolène. Et un catalogue, ça évolue au moins une fois par an.D’ici 2030, la mode peut changer.

Nicias

Si vous voulez acheter un VE, il ne me semble pas bien compliqué d’acheter un diesel sur le marché pour un ou deux milliers d’€ ; allez 3 ou 4 si la mesure fait fureur.

Homer

Moi je demande pas forcément un truc préci mais au moins des ordre de grandeur du style -X% sur le chauffage, Y sur les transport …. etc. Avec un ou deux esemples des technologie qui seront utilisées. Mais là on a rien du tout, c’est juste une sorte d’incantation on se demande pouquoi 50 et pas 40 ou 60 surement parce que 50 c’est jolie.

Dan1

Je donne la diapositive de JMJ sur la division par deux de l’énergie finale. Il s’agit d’une extraction du lien donné par O.rage :

Dan1

A Sicetaitsimple C’est sûr que le catalogue risque de changer, car la loi est juste présentée et pas encore votée. Donc rendez-vous à l’automne pour la vraie collection automne-hiver… validée. Là, j’ai plutôt tendance à croire que c’est la collection printemps-été.

Sicetaitsimple

” comme certains objectifs sont irréalistes”:aucun objectif “technique” pris individuellement n’est vraiment irréaliste du moment qu’on a des sous qui débordent des poches. Il s’agit plutôt d’incohérence entre les objectifs. “même si les résultats ne seront pas forcément au rendez-vous ou différents de la prévision”: je voulais dire par là qu’un même objectif “global” peut être obtenu (ou pas) par différentes solutions.Par exemple le pourcentage de renouvelables dans la production d’électricité, ou la baisse des émissions de CO2.Même avec un objectif réaliste à 15 ans, il est fort peu probable qu’il est soit atteint avec le mix de solutions qui avait été imaginé 15 ans plus tôt. Pour autant, si on n’a pas une trajectoire type NREAP qui trace une route, même si on sait que la route réelle ne sera pas exactement celle-là, on est dans le catalogue.

sunny

Un leasing qui permet au particulier de faire des économies sur le long terme. Vous ne trouvez pas l’idée intéressante? Ce n’est pas très grave car si c’est mis en place cela risque de très très bien marché. Je comprends que vous souhaitez que le particulier continue a achèter du grille pain ou un chauffe-eau thermodynamique made in China (qui claquera au bout de 8 ans) et financé par le crédit d’impôt. La grande idée de faire du chauffage avec de l’électricité.

Dan1

“Un leasing qui permet au particulier de faire des économies sur le long terme.” Concrètement c’est quoi un leasing qui permet de faire des économies ? Parce qu’il faut être concret et précis maintenant, on passe aux travaux pratiques. “Vous êtes propriétaire d’une maison individuelle ancienne qui est mal isolée. Votre consommation annuelle d’énergie est de 2 000 € par an. Grâce au tiers financement, vous pourrez engager les travaux nécessaires sans en faire l’avance et réduire votre facture de 800 €.” Donc si je fait réaliser des travaux pour passer de 2 000 Euros/an à 1 200 Euros/an, je paye quoi en plus pour rembourser les travaux réalisés ? Si je paye 800 Euros /an (le gain), je paye pendant combien de temps ? Parce que pendant toutes les années de remboursement, je ne gagne rien en pouvoir d’achat. Et à 800 Euros/an, j’ai peur qu’il faille “plusieurs” années pour rembourser le prêts. Mettons que j’ai dépensé 24 000 Euros et que je rembourse 800 Euros par an, il faudrait déjà 40 ans pour rembouser le capital et c’est au-delà de ce qui se fait pour l’immobilier (quand on est jeune !) et en plus il y a les intérêts. Admettons que je rembourse ces 24 000 Euros sur 30 ans à 5% + assurance. J’aurai des mensualités de 136 Euros soit des annualités de 1 632 Euros… cherchez l’erreur. Qui sera gagnant dans cette affaire ,

Sicetaitsimple

Vous ne demandez pas un truc précis? Bah au moins vous n’êtes pas décu!

Homer

Oui et non car même le peu que je demande je ne l’ai pas donc tout comme vous j’ai 0% de mes attentes ….

Sicetaitsimple

Un leasing qui permet au particulier de faire des économies sur le long terme, je suis parfaitement d’accord avec Dan1, ça n’existe pas, du moins aujourd’hui. Sauf bien sûr crédit d’impôt ou autre type d’aide qui reporte même si c’est dilué une partie de la charge sur d’autres. Après une certaine chasse aux “niches fiscales”, on va en récreer de nouvelles? Les 10000€ de “prime à la casse” pour l’achat d’un véhicule electrique, à votre avis qui paye?

Sicetaitsimple

Vous êtes vraiment très exigeant! Un NREAP sur le modèle 2010 imposé par la commission serait effectivement super interessant, mais je ne pense pas utile d’insister….Ca provoquerait des démissions en masse à la DGEC!

seb

Dire que réduire la faxture énergétique de la France ne présente pas d’intérêt économique me parrait relever de l’aveuglement… 69 milliards d’€uros exportés en 2012 pour acheter du pétrole et du gaz ce n’est quand même pas une paille ! Et quand en 2008 le baril passe à 150 $ on se paye la plus belle crise économique depuis bien longtemps (dont on ne sort toujours pas). Réduire notre dépendance énergétique, travailler sur notre productivité ce n’est pas nuire à notre économie, mais la rendre plus résiliente. Votre discours ultra libéral pourrait encore presque s’entendre aux états unis ou ils disposet de grosses réserves d’énergies fossiles (même si il resterait irresponsable…), mais en Europe ou nous avons déja tout utilisé il me semble simplement bête. L’argent que vous dépensez dans le bâtiment en mettant en place une obligation de rénovation énergétique lors des travaux de couverture et de ravallement reste en France, et pour une part non négligeable se substitue aux allocations que vous payeriez quoi qu’il arrive, si vous laissez ces gens au chomage (sans compter qu’une part non négligeable reviens aux territoires ruraux qui accueillent ces projets sous forme de taxes, qui se substituent à celles payées par les pauvres contribuables pris à la gorge). L’état ne peut pas réfléchir comme un ménage et on parle ici de macro économie, il faut prendre un peu de hauteur ! Pour les nucléophile ne criez donc pas tant… vous ne voyez donc pas que le seul endroit ou la ligne reste parfaitement floue c’est sur la réduction du parc nucléaire ? Chacun sait que la promesse des 50% ne sera pas tenue en 2030, mais il semble quand même évident que cette part va baisser et cela d’abord parce qu’aujourd’hui un kWh éolien est moins cher qu’un kWh de nouveau nucléaire, et que le photovoltaïque suit la même voie…

Dan1

Je sens que le leasing va très bien marcher. Je pense même qu’il va créer de nombreux emplois dans les centres d’appels téléphoniques. Je pense même que je vais recevoir de plus en plus d’appels à la maison pour me proposer des investissements mirobolants sans rien débourser. L’avenir, c’est le démarchage téléphonique à domicile, même si les consommateurs se rebiffent un peu : Encore SOLFEA !

seb

Le tiers financement serait porté par les régions, je les vois mal faire du démarchage téléphonique… Pour SOLFEA (filliale de GDF SUEZ) je ne peux que vous suivre tellement j’ai pu être scandalisé de leurs agissements dans le PV… C’est surement la banque qui c’est le plus compromise à financer des installations photovoltaïques à perte pour les particuliers (à 5.5 % on aurait tord de ce gêner !) J’espère que ces jugements vont faire boule de neige et rappeler aux organismes financiers leurs responsabilités !

Sicetaitsimple

Pour l’instant c’est une maquette, mais il reste visiblement à afficher les prix en face de chaque article.

sunny

Démonstration pathétique. Un pret sur 30 ans pour financer une isolation. Pas de prise en compte de la forte augmentation du prix de l’énergie. etc..; Ne rien faire, continuer à se chauffer avec de l’électricité nucléaire dans des passoires énergétiques. C’est cela que vous suggerer?

arzi77

Il me semble que le facteur 4, c’est sur le émissions de GES, pas sur le TWh primaires ? Ce “découplage” est possible, par exemple en travaiilant simultanément sur le chauffage résidentiel/tertiaire et sur la mobilité électrique. C’est tout l’intérêt d’une politique favorisant la co-génération, c à d. une politique tirant parti des gaspillages considérables de nos modes de production et de consommation ! En réalité, ces “gas-pillages”… peuvent être une chance, à condition que soit présente la volonté politique de faire sauter les obstacles non techniques.(notamment les interets établis sur la poursuite du statu quo). J’ai souvent parlé ici du “syndrome de la boite de petits pois”… Voir par exemple le commentaire du 19 juillet 2013 a cet article Enerzine sur la diesélisation excessive de notre pays: Autre chose: la subvention jusqu’a ~10 000 E pour remplacer les diesels les plus anciens par des VE inclu une prime a la casse, de sorte que ces “poubelles” ne devraient pas se retrouver a bas prix sur le marché de l’occasion.

Sicetaitsimple

pour Lionel: pas un mot sur l’hydrogène. et pour Tech: pas un mot sur le stockage (encore qu’avec 7 millions de bornes de recharge, il y a peut-être des optimisations à trouver avec le VE, même si on ne peut pas vraiment appeler ça du stockage d’électricité, ce n’est pas a priori destiné à revenir en masse sur le réseau). Alors Ségolène?

arzi77

Il me semble que le facteur 4, c’est sur le émissions de GES, pas sur le TWh primaires ? Ce “découplage” est possible, par exemple en travaiilant simultanément sur le chauffage résidentiel/tertiaire et sur la mobilité électrique. C’est tout l’intérêt d’une politique favorisant la co-génération, c à d. une politique tirant parti des gaspillages considérables de nos modes de production et de consommation ! En réalité, ces “gas-pillages”… peuvent être une chance, à condition que soit présente la volonté politique de faire sauter les obstacles non techniques.(notamment les interets établis sur la poursuite du statu quo). J’ai souvent parlé ici du “syndrome de la boite de petits pois”… Voir par exemple le commentaire du 19 juillet 2013 a cet article Enerzine sur la diesélisation excessive de notre pays: Autre chose: la subvention jusqu’a ~10 000 E pour remplacer les diesels les plus anciens par des VE inclu une prime a la casse, de sorte que ces “poubelles” ne devraient pas se retrouver a bas prix sur le marché de l’occasion.

Bachoubouzouc

@ seb “Dire que réduire la facture énergétique de la France ne présente pas d’intérêt économique me parait relever de l’aveuglement… 69 milliards d’€uros exportés en 2012 pour acheter du pétrole et du gaz ce n’est quand même pas une paille !” Sauf que ce plan n’aura que très peu d’impact sur la facture fossile… à laquelle il ne s’attaque que par des objectifs lointains et vagues. Ce qui est en jeu ici c’est la fermeture de Fessenheim (qui ne va rien arranger à notre balance commerciale), tout le reste est du pipeau. @ sunny : “Un pret sur 30 ans pour financer une isolation. Pas de prise en compte de la forte augmentation du prix de l’énergie. etc..;” M’enfin réflechissez un peu ! Supposons que le prix de l’électricité double, cela veut dire qu’il faut toujours de l’ordre de 20 ans pour rembourser le crédit ! Les ordres de grandeur en jeu ne vous choquent pas un tout petit peu ??

sunny

Ce que votre démonstration oublie de prendre en compte c’est l’augmentation de la valeur de votre bien immobilier. Avec l’augmentation du prix de l’énergie, ce critère devrait intéresser de plus en plus les acquéreurs. Pour clarifier les choses, vous semblez affirmer qu’isoler une habitation est une décision qui n’a aucun sens économiquement? Vous conseillez d’opter pour une généralisation du chauffage électrique dans l’ancien?

Dan1

A sunny Votre réponse : “Démonstration pathétique. Un pret sur 30 ans pour financer une isolation. Pas de prise en compte de la forte augmentation du prix de l’énergie. etc..; Ne rien faire, continuer à se chauffer avec de l’électricité nucléaire dans des passoires énergétiques. C’est cela que vous suggerer?” Le pathétique, c’est vous. A une argumentation chiffrée vous répondez par de l’incantatoire. Donc on va reprendre au début. J’ai écrit : “Concrètement c’est quoi un leasing qui permet de faire des économies ? Parce qu’il faut être concret et précis maintenant, on passe aux travaux pratiques. “Vous êtes propriétaire d’une maison individuelle ancienne qui est mal isolée. Votre consommation annuelle d’énergie est de 2 000 € par an. Grâce au tiers financement, vous pourrez engager les travaux nécessaires sans en faire l’avance et réduire votre facture de 800 €.” Donc si je fait réaliser des travaux pour passer de 2 000 Euros/an à 1 200 Euros/an, je paye quoi en plus pour rembourser les travaux réalisés ? Si je paye 800 Euros /an (le gain), je paye pendant combien de temps ? Parce que pendant toutes les années de remboursement, je ne gagne rien en pouvoir d’achat. Et à 800 Euros/an, j’ai peur qu’il faille “plusieurs” années pour rembourser le prêts. Mettons que j’ai dépensé 24 000 Euros et que je rembourse 800 Euros par an, il faudrait déjà 40 ans pour rembouser le capital et c’est au-delà de ce qui se fait pour l’immobilier (quand on est jeune !) et en plus il y a les intérêts. Admettons que je rembourse ces 24 000 Euros sur 30 ans à 5% + assurance. J’aurai des mensualités de 136 Euros soit des annualités de 1 632 Euros… cherchez l’erreur.” Nous sommes bien d’accord que les 2 000 € de facture de chauffage et les 800 € de gain après travaux … c’est Ségolène qui le dit. Il reste donc une facture de combustible de 1 200 €. Après, j’ai fait l’hypothèse de 24 000 € de travaux, ce qui me semble être dans la fourchette basse pour un logement qui consomme déjà 2 000 €/an. Et là, si cette somme a été avancée par un TIERS FINANCEUR (public ou privé), il faudra bien le rembourser. Donc prenons cette somme de 24 000 € et transformons la en prêt à 5% + asurance. Vous ne passerez jamais en dessous d’une annualité de 800 € (mensualité de 67 €). car plus la durée augmente et plus le crédit est cher. Au-delà de 50 ans ça baisse très lentement. Cela veut dire que cette somme empuntée à 5% vous fera augmenter immédiatement la facture globale combustible restant + remboursement. Le tout est de savoir de combien. Maintenant, je reprends mes 24 000 € et je veux les rembourser sur une génération (pas de transmission de dette aux générations futures ). Donc 30 ans pour 24 000 € à 5% assurance = 136 € de mensualité soit une annualité de 1 632 €/an. Le coût du prêt sera de 24 000 + 24 970 = 48 970 € En 30 ans, j’aurai donc dépensé près de 50 000 € pour rembourser les travaux et au minimum 36 000 € pour payer le combustible restant. Tous les mois et dès le départ (c’est à dire avant les augmentations du prix de l’énergie), j’aurai dépensé 236 € par mois ou 2 832 €/an (1 200 /12 + 136). Allez donc expliqué à quelqu’un qui a du mal à régler 2 000 €/an que en payant tout de suite 2 832 €/an et pendant 30 ans, c’est beucoup mieux. Maintenant à vous la main, vous pouvez faire le calcul avec un taux moins fort. Le mieux serait encore de trouver quelqu’un qui vous finance à taux zéro, mais je doute que ce soit le montage retenu.

sunny

Sur le net, j’ai vu d’autres simulations, qui montrent à intérêt à isoler. Il y a surement un optimum à trouver en matière d’isolation fonction du prix de l’énergie et de son évolution.

Nicias

L’argent que vous dépensez dans le bâtiment en mettant en place une obligation de rénovation énergétique lors des travaux de couverture et de ravalement reste en France C’est complètement faux. Allez vous balader sur un chantier et regardez bien les marques des machines utilisées. D’où vient la chaleur pour la fabrication du ciment si non d’énergies fossiles ? Mais ça c’est l’épaisseur du trait. Tous les gens travaillant dans le bâtiment reçoivent des salaires et avec, ils font comme tout le monde : ils achètent des biens de consommations produits à l’étranger. Au final, ils vous faut toujours exporter pour payer tout cela. Et c’est là qu’est le problème : vous venez de subventionner un secteur qui n’exporte pas ! Et ceci au dépend du reste de l’économie, dont le secteur exportateur. En France on subventionne : le bâtiment, la restauration, le jardinage, les emplois de bonne, les “emplois verts”. Si tous ces emplois sont protégés de la concurrence internationale, alors ce sont des vaches à lait qu’il faut traire, pas subventionner. Et flute, je viens de plaider pour un mercantilisme rationnel 🙁 Le problème de la France, ce sont des exportations en berne depuis 10 ans, pas ses importations. L’état ne peut pas réfléchir comme un ménage et on parle ici de macro économie C’est pas à moi qu’il faut dire cela, j’ai une formation en macro, moi.

Dan1

A sunny Arrêter votre couplet sur le chauffage électrique quand vous n’avez aucun argument chiffré. Ce que je vous demande c’est de contredire, chiffre à l’appui mes calculs. Oui ou non, le consommateur sera gagnant et paiera moins ? Je n’affirme rien d’autre que ce qui est dans le calcul. Le problème n’est pas de savoir si l’isolation a du sens mais de le démontrer par des Euros trébuchants.

seb

Tiers financement et retour sur investissement : selon vos propositions (ou celle de S. Royal), 40% d’économies d’énergie sur une facture de 2000 € annuels bouquet de travaux : Isolation combles perdus 120 m² : 3000 € ~20% VMC hygrovariable : 700 € ~7% remplacement chaudière gaz : 5000 € ~20% = 40% d’économies Prime rénovation énergétique 1350 € Certificats d’économies d’énergie : 900 € Crédit d’impot 25% du reste à charge sur fourniture chaudière et isolation combles : 0.25*5000 € = 1250 € reste à charge : 8700 – 3500 = 5200 € financé par un éco prêt : 550 € par an sur 10 ans face aux 800 € c’est déjà intéressant en début de période, et à 4 % d’inflation du cout de l’énergie, c’est 1184 € qu’il en aurait couté en fin de période. Le tiers financement n’a pas pour vocation de se substituer aux dispositifs d’aides mais de permettre la rénovation de logements dont les propriétaires aurait du mal à se faire prêter par les banques traditionnelles… Je vous accorderais que les travaux que j’ai choisi ne sont pas les plus chers mais celà correspond plus ou moins à l’enveloppe moyenne Anah, et en moyenne ils permettent 38% d’économies selon les calculs réalisés par les opérateurs d’OPAH sous controle des services de l’état. Le retour sur investissement n’est pas automatique quand on fait isoler son logement (surtout si on oublie qu’en même temps on en profite pour rénover et améliorer le confort), mais votre “démonstration” est très caricaturale.

seb

Heu, le ciment n’est pas le meilleur isolant thermique à ma connaissance … Pour ce qui est des machines il ne me semble pas que leur contribution au coût des travaux soient si importante, et elle me sembles être majoritairement produites en Europe… “le contenu moyen en importations de la dépense de consommation des ménages est de 14,5 %.” (c’est combien pour le pétrole ?) Heu, ben pour moi il y avait deux façons de réduire un déficit commercial: augmenter les exportations comme vous le proposez… ou réduire les importations, non ? moi.] Parfois j’ai l’impression que l’idéologie en laquelle vous croyez comme à une religion vous fait réagir sans bien analyser ce que vous nous assénez, mais comme vous êtes diplômé, je me tais, le débat est clos !

seb

Bon… Je répondais à Dan1 qui nous fesait une démonstration grossière sur le thème : La rénovation thermique ne présente pas de retour sur investissement pour le particulier… Je me suis donc placé du coté du particulier ! Vous remarquerez que même sans subventions le projet s’équilibre presque dès les premières années, avec un remboursement sur 10 ans alors que les isolants sont donnés pour une durée de vie typique de 50 ans (source FDES Isover). Pour le coté macro je viens de répondre à nicias

seb

j’vais dit “presque” … Cela dit sur les 10 ans de remboursement ça fait 9604 € de dépensés si on investit pas… Si vous ne voullez pas passer par un prêt à taux zéro et que vous voullez un gain dès la première année sur 14 ans vous avez des mensualités à 65 € pour un taux de 2.65% + 0.36% d’assurance. Pour l’inflation du prix de l’électricité, Mme royale fait comme ces prédécesseurs de gauche comme de droite, elle s’oppose aux augmentations, et d’ici trois mois un jugement donnera raison à EDF et validera ces augmentations de façon rétroactive… C’est juste une posture …

57
0
Laissez un commentairex