Les USA veulent étendre le crédit d’impôt à l’investissement dans le renouvelable

Selon GlobalData, la proposition des États-Unis de prolonger l’extension du crédit d’impôt à l’investissement (CII) jusqu’en 2025 représenterait plus de 25 % de la part du solaire et de l’éolien

L’annonce a été favorablement accueillie par les associations de l’industrie électrique. La rentabilité est mieux observée dans ces projets de services publics à grande échelle, car ils atteignent plus rapidement le seuil de rentabilité – la production étant échangée à long terme. Par conséquent, GlobalData s’attend à ce que le rejet de l’extension du crédit d’impôt pénalise fortement les développeurs impliqués dans ces projets.

Somik Das, analyste principal de l’énergie chez GlobalData, a indiqué : “GlobalData note que les énergies renouvelables (y compris les petites centrales hydroélectriques) représentaient 17 % de l’ensemble des installations à la fin de 2019. Bénéficiant de la présence d’incitations fiscales, le photovoltaïque solaire a connu un grand essor au cours des deux dernières décennies, passant d’une absence totale à plus de 6 % de la capacité installée cumulée d’ici 2019. Combinée aux effets de COVID-19, la trajectoire de croissance future de la traction solaire et éolienne pourrait être mise en péril sans cette extension“.

Avec le CII, une extension du crédit d’impôt à la production (CIP) dans la situation actuelle est susceptible de stimuler les installations dans le segment éolien également, qui constitue la majorité de la capacité installée renouvelable aux États-Unis. Les extensions devraient donner une impulsion positive aux secteurs de l’éolien et du solaire photovoltaïque qui, selon GlobalData, pourraient représenter ensemble environ 25 % de l’ensemble des installations d’ici 2025.

M. Das a ajouté : “Le CII a déjà récolté les fruits de ses efforts, puisque les coûts d’installation ont considérablement diminué depuis 2008. Une grande partie des investissements publics est récupérée par les recettes fiscales, et l’emploi dans le secteur a été multiplié par plusieurs. Les événements entourant COVID-19 ont ouvert la voie à une extension du CII qui pourrait contribuer à donner une impulsion verte nécessaire à la reprise économique.

C'est maintenant !
Fournisseur Total direct énergie

10% de remise sur le prix de votre consommation d'électricité et de gaz !

Avec le début de la crise, l’espace américain des énergies renouvelables a été contraint de supprimer des emplois. Les propositions faites dans le Moving Forward Act ont le potentiel de générer d’importantes opportunités d’emploi pour revitaliser l’économie dans le ralentissement actuel“.

Analyse de Somik Das, analyste principal de l’énergie chez GlobalData

Dans le cadre de la proposition de loi “Moving Forward Act”, les démocrates de la Chambre des représentants des États-Unis se sont portés garants d’un projet de loi de 1,5 milliard de dollars qui sera voté le 4 juillet. Il vise à améliorer les infrastructures et à stimuler l’économie du pays dans la période suivant la COVID-19. La loi “moving forward”, qui comprend la loi “Growing Renewable Energy And Efficiency Now” (GREEN), devrait permettre d’étendre le développement des énergies renouvelables. En autorisant les investissements dans un modèle d’efficacité et d’émissions accrues, la loi GREEN vise à réduire l’empreinte carbone de la nation.

Les mesures du projet de loi proposent un investissement de plus de 70 milliards de dollars US pour moderniser l’infrastructure énergétique, une extension du CII solaire à un taux de 30 % jusqu’en 2025, la promotion des projets d’énergie verte et de stockage de l’énergie et le déploiement à grande échelle de l’infrastructure des VE. En plus de contribuer à la reprise économique, le projet de loi devrait contribuer à la mise en place d’un avenir énergétique propre.

Le projet de loi apporte un peu de soleil au secteur solaire. Il propose une prolongation de 5 ans du crédit d’impôt pour investissement dans le secteur solaire de 30 % jusqu’en 2025, au-delà, il serait réduit sur deux ans. En 2026, le taux passerait à 26 %, puis à 22 % en 2027 et enfin à 10 % pour les projets solaires à l’échelle des services publics et commerciaux. À partir de 2028, il serait entièrement supprimé pour le secteur résidentiel.

Dans le cadre de la proposition de loi “Moving Forward Act”, les démocrates de la Chambre des représentants des États-Unis se sont portés garants d’un projet de loi de 1,5 milliard de dollars. Il vise à améliorer les infrastructures et à stimuler l’économie du pays dans la période suivant la COVID-19.

Partagez l'article

 

[ Traduction Enerzine ]
Lien principal : www.globaldata.com

Articles connexes

Souscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires