Martinique : Sunzil innove dans l’autoconsommation solaire

Le Groupe SUNZIL, principal opérateur en énergie solaire en Outremer avec plus de 110 MWc en opération, vient de lancer sur le marché Martiniquais « Sunstockage », un concept novateur qui rend le consommateur d’énergie acteur d’un développement durable intelligent.

SUNZIL a bâti le programme I.M.A.G.E.

Ce programme pilote, cofinancé par la Région Martinique, l’Ademe, le SMEM, le FEDER et Sunzil, s’adresse aux particuliers innovants, soucieux d’autoproduire leur énergie tout en n’apportant pas de contraintes significatives au réseau EDF.

Dans un premier temps, 65 familles vont pouvoir bénéficier de Sunstockage grâce au projet I.M.A.G.E.

"Notre programme est en phase avec les revendications professionnelles de notre syndicat (SER) sur le besoin vital d’un système de prime au KWh PV en autoconsommation avec stockage et MDE dans les DOM, que nous réclamons au gouvernement. Sur les systèmes inférieurs à 100 kWc, ce dispositif créerait des milliers d’emplois durables" affirme Hervé La Touche, DG du groupe Sunzil.

Que comprend Sunstockage ?

  • Une centrale solaire photovoltaïque de 5 KWc intégrée à la toiture de la maison,
  • Un dispositif de stockage d’énergie Lithium-ion de dernière génération (7 KWh),
  • Un système de gestion de l’énergie unique et intelligent, développé par Sunzil en partenariat avec Ingeteam intégrant un onduleur INGECON Sun Lite 5TL, un onduleur batterie EMS Home et le système de gestion d’énergie EMS Manager.
  • Un chauffe eau solaire 200 L (agréé),
  • Un mode de financement porté par SUNZIL, qui permet au client auto-consommateur de gérer son investissement sur le long terme sans contraintes.

 

Contacts : Martinique : g.durand@sunzil.com – Directeur agence Martinique : + 596 (0) 6 96 75 00 15 Groupe : h.latouche@sunzil.com – DG groupe : + 33 (0) 6 30 55 41 16 Sunzil : www.sunzil.com  

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
18 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Guydegif(91)

Bonjour, Programme alléchant et polyvalent fort intéressant ! Attendre REX minimal puis adapter aux autres Dom-Tom, comme 974, par ex, ainsi qu’en métropole, of course ! Enerzine, Merci de faire suivi et veille techno sur les mois à venir. A+ Salutations Guydegif(91, 68 et 30)

Truffe

Des territoires à fort potentiel et des énergies gratuites inexploitées, alors quel est le problème ? La majorité des DOM TOM sont parfaitement adaptés à la mise en œuvre à grande échelle de ce qui sera le duo gagnant de l’avenir de l’autonomie énergétique et des transports : la production répartie et la voiture électrique. Des territoires restreints conviennent à la faible autonomie actuelle des véhicules électriques et les capacités de production photovoltaïques sont idéales.

energiestr

Le symbole de kilo est le k MINUSCULE ! Le k majuscule est le symbole du kelvin. C’est une honte de faire ce genre d’erreur quand on travaille dans l’énergie. Mais j’ai déjà vu des compteurs de voiture gradués en KM/H…

seb

Heu… OK… Mais dans le fond, on a compris non ? Alors c’est peut être pas indispensable de poster deux fois la même remarque !

Tech

industrialisation de ce dont je parle réguliérement , cela deveint donc une réalité. quand on installe des moyens de production d’énergie quels qu’ils soient,, on oublie pas le stockage! spécialement dans les sites isolés et ensoleillés!

Pastilleverte

On parle ici d’autoconsommation, mais sans mise sur le réseau ? Si oui, un grand bravo ! Reste que le coût complet “s’enrichit” de batteries Li-ion de stockage, certes nécessaire, mais pas donné !

Doc h

mmmmmhhh, falait-il vraiment mettre les contacts (portable) de ces personnes sur le site? Ils vont être assailli de connerie en tout genre!!! simple remarque Vive l’autoconsomation (comme au Mexique 🙂

Sicetaitsimple

Je ne pense pas. Avec 5kW installés et “seulement” 7kWh de capacité pour la batterie, ça va forcément déborder les jours ensoleillés (je somprends que le chaudffe eau est solaire thermique et ne contribue pas au stockage d’electricité excédentaire).

Sicetaitsimple

Si j’en crois ce lien, c’est une réalité qui reste encore un peu un rêve…. 120 mensualité de 165€, 2500€ upfront, soit environ 22500€. Le tout avec une subvention de 60%, soit un coût réel du système d’environ 55000€. Je vous laisse calculer le prix de revient du kWh, en étant très optimiste avec une batterie qui durerait 20 ans ( 7000cycles)?

Zolaine

je suis zolaine et je un novelle energe solar ce tune energe econmeque energe ecologece seyteme magntige atom solar atomplanten stare weisse solar energeatomke zolaine

Zolaine

je suis zolaine et je un novelle energe solar ce tune energe econmeque energe ecologece seyteme magntige atom solar atomplanten stare weisse solar energeatomke zolaine

jpdebangui

Le “particulier” est toujours plus cher que le “collectif” lorsqu’il met en commun des ressources, même solaires ou éolienne. L’intérêt ? C’est de pomper nos impôts à travers les subventions…

Tech

à 6CT le spécialiste de la primaire règle de trois! I. dans vos calculs, quid de l’évolution des prix? (voulez-vous que l’on refasse de la prospective avec le prix de l’EPR qui a dérapé de plusieurs milliards!!!) on parle actuellement des “first adopters” et en général ceux là ont de quoi payer. et cela servira d’amorçage pour augmenter les cadences et baisser les prix II. à l’inverse quid de l’évolution du prix de l’énergie? vous pensez que le climat actuel permettra une baisse ou une stabilisation à long terme des fossiles? III. on parle içi de sites isolés et ensoleillés, quid du transport du carburant et d’un problème éventuel de distribution (par rapport à de l’autoconsommation) j’ai déjà parlé du cout d’une assurance! IV. pollution sonore, juste un exemple, les rares bruits génants sur certaines iles sont ceux des générateurs et des véhicules ou engins thermiques si le stockage journalier pouvait aussi aller dans les batteries véhicules,( îles implique trajets courts donc électrique OK) V. oui les calculs actuel ne sont plus du 1er degré et utilisent des dérivés secondes (accélération des phénomènes et des variations de prix) et pas seulement 3 choux à 2 euros valent 6 euros!, trop simpliste (déjà via web en achat groupé, si vous vous mettez par exemple à 10 familles le prix pourrait baisser de dizaines de %! ceci et bien sur un exemple fictif ;o) VI. travail vous parlez de subventions, mais le travail est bien réalisé par des entreprises, il y a là dedans une part de TVA qui revient dans les caisses de l’état et préférez-vous subventionner du chomage sans travail que du travail sans chomage? VII. autonomie, indépendance, etc tellement d’arguments, contre un conservatisme aveugle et sourd qui ne mène nulle part

Sicetitsimple

Beaucoup d’arguments certes, mais le kWh de ce système il revient à combien?

Dan1

A jpdebangui “Le “particulier” est toujours plus cher que le “collectif” lorsqu’il met en commun des ressources” Vous avez raison, c’est complètement évident et c’est pour cela que la mutualisation et la solidarité ont de grandes vertus… y compris économiques. Par exemple, si chacun des 30 millions de foyers français était autonome en production d’électricité et devait en moyenne garantir 6 kVA à tout instant, il faudrait au moins 180 GW de moyens de production rien que pour le résidentiel (qui fait moins d’un tiers de la consommation globale de la France). Mais comme on a inventé la mutualisation avec le réseau (et le principe de tarification “timbre poste”) dans le cadre du Service Public de l’Electricité, il y a besoin de beaucoup moins de besoin de production pour faire tourner la totalité de la France (entre 120 et 130 GW suffisent dont une partie seulement au titre du seul secteur résidentiel pris come exemple). Il est évident que l’accès à une électricité très fiable coûte alors beaucoup moins cher à la collectivité. L’autarcie énergétique ne se justifie alors que dans les cas des zones non interconnectées (ZNI) et cela coûte très cher. Mais la mutualisation et la solidarité vont plus loin, car depuis des décennies, la France est connectée au réseau UCTE (ENTSO-E) de la plaque européenne. Cette connexion a permis d’obtenir un haut niveau de sécurité en mutualisant les réserves dont on a parlé hier : A la page 9/68, RTE écrit : “Conséquence de la perte d’un groupe de 1 300 MW en France (taille des plus grosses unités) : • si la France était seule en réseau séparé (déconnectée du reste de l’Europe) avec K = 5 000 MW/Hz, la chute de fréquence serait de 260 mHz et la contribution de chaque groupe au réglage primaire devrait être de 13 % de sa puissance nominale (c’est-à-dire au delà des capacités constructives de réglage primaire de fréquence de la plupart des installations de production) ; • si la France est interconnectée au reste de l’Europe(situation normale) avec K = 20 000 MW/Hz, la chute de fréquence est de 65 mHz et chaque groupe réglant participe pour 3,2 % de sa puissance nominale. L’interconnexion permet à tous les partenaires de mutualiser les participations au réglage primaire de fréquence et à chacun de réduire le dimensionnement de sa réserve primaire aussi bien au niveau des dispositions constructives des nouvelles unités de production qu’en exploitation.”

Sicetaitsimple

si ce n’est qu’on peut être surpris que l’Ademe ( qui vit des subsides publics) dépense de l’argent dans des opérations qui d’une part n’ont absolument rien d’innovant ( mettre des batteries en // d’une production quelconque), et d’autre part sont complètement à l’encontre de l’optimum économique car bien évidemment si il doit y avoir du stockage, celui-ci doit être mutualisé au niveau local, régional, national en profitant du foisonnement naturel de la production et de la consommation. Si un particulier, une entreprise,… voit un intéret à stocker sa production ( ou celle d’un autre) , pourquoi pas, mais il n’y a aucune raison de lui accorder des subsides divers et variés pour ce faire. C’est son choix, il ou elle l’assume.

Sicetaitsimple

car effectivement dans les zones non interconnecté son kWh commence à devenir plus interessant ( moins cher) que du fuel qui est en rêgle général le moyen de référence. Le problème, c’est de coller des batteries chez des particuliers qui en feront un usage bestial et partiel dont le seul réel avantage sera de raboter légèrement la pointe de production PV injectée sur le réseau, alors que le même volume de batteries centralisé et piloté par le gestionnaire de réseau pourrait fournir des services réseaux divers et variés ( dont le précédent) 24h/24. Tout celà bien sûr dans l’optique dans déploiement important à terme, ce ne sont pas les 65 installations en question qui vont changer grand chose.

Remi a.

Bonjour, Sur ce projet, nous avons deux lignes de connexion réseau EDF. Une pour la consommation du particulier et une pour l’injection du surplus du solaire. Nous avons défini des stratégies spécifiques suivant les cas pour favoriser l’autoconsommation mais aussi l’injection sur le réseau du surplus une fois les batteries chargés. Le consommateur est d’ailleurs limité à un niveau de fourniture d’énergie par le système pour l’impliquer et éviter la consommation excessive. Nous pouvons également limiter totalement l’injection sur le réseau d’énergie si on le souhaite, ou avoir un niveau de puissance maximal défini. Le système permet enfin le fonctionnement en site isolé en cas d’avarie sur le réseau (durant les périodes de cyclones par exemple). L’intérêt également du système est tout l’aspect de supervision de l’installation à distance pour la partie maintenance grâce à nos logiciels fournis. La première installation est en fonctionnement depuis plus de deux mois aujourd’hui et le système fonctionne bien, avec pour le mois de septembre d’après mes calculs un niveau d’autoconsommation en moyenne de 85%. Dans le futur nous souhaiterions ajouter à ce type de projets nos solutions de bornes de recharges de véhicules électriques également, comme c’est déjà le cas pour des projets pilotes en Espagne. Au niveau du service système, nous avons également des solutions pour de la réponse en fréquence, ou des consignes de puissances actives et réactives données par le gestionnaire de réseau. Ces solutions sont cependant actuellement pour des centrales de tailles plus importantes, comme pour le projet BARDZOUR à la Réunion (9MW), avec un stockage batterie beaucoup plus conséquent. Je pense que les deux solutions (échelle micro du particulier et macro d’une grande centrale solaire PV avec stockage) sont complémentaires pour les îles et leur indépendance énergétique. Rémi Albertin Chargé de Projets, Ingeteam

18
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime