Parc commercial Orange les Vignes : 2 MW en toiture !

Le parc commercial Orange les Vignes d’une superficie de 31 630 m² situé au sud de la ville d’Orange et directement accessible depuis l’autoroute A7 a fait l’objet d’une inauguration mardi et constitue au passage la plus grande centrale photovoltaïque en toiture d’Europe.

Conçu par Outsign Architecture, le parc commercial se distingue des espaces commerciaux traditionnels par son architecture à taille humaine qui s’intègre "harmonieusement" à son environnement. S’appuyant sur le concept du « shopping balade », c’est autour d’un plan carré que se déploient les bâtiments tels un jeu d’origami de toitures.

Ponctué en son centre par une allée piétonne transversale, l’espace de la cour se divise en quatre aires de parking. L’ensemble, situé au milieu des vignes, offre une vue imprenable sur le mont Ventoux et les dentelles de Montmirail.

Le parc dispose d’une toiture photovoltaïque d’une puissance de 2 163 kWc, ce qui en fait la plus grande centrale photovoltaïque en Europe intégrée à un établissement recevant du public. Cette centrale a été créée par Aérowatt et est détenue par Aérowatt Energies (société contrôlée à 65% par Aérowatt et 35% par la Caisse des Dépôts).

Au total, 12 000 panneaux photovoltaïques fournis par Schüco (1er système d’intégration ayant reçu un Avis Technique favorable du CSTB), répartis sur 18 600 m², produisent 1 185 kWh/m²/an, soit l’équivalent de la consommation électrique domestique annuelle d’une ville de 3 500 habitants.

Après 10 mois d’études en collaboration avec Bouygues Immobilier et l’agence Outsign architecture, Aérowatt explique avoir réalisé "cette centrale de grande envergure en respectant les délais impartis et les normes de sécurité drastiques imposées à un centre destiné à recevoir plusieurs millions de visiteurs par an".

** le parc commercial accueille plus de cinquante enseignes nationales de renom parmi lesquelles Jardiland, Intermarché, C&A, Kiabi, CASA, Mac Dan, Maxitoys… complétant ainsi l’offre régionale pour répondre aux attentes des orangeois et d’un bassin d’activité de plus de 100 000 personnes.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
1000 mille

si je cherche un peu,par exemple : 2162kwc/18600m2 = 0,1163 kwc/m2 pour arriver à 1185 kwh/m2/an cela ferait une année de 1185/0,1163 = 10190 heures !!! me trompe je ?

Lionel

Il me semble que ce titre revient encore à la centrale de Saragosse (Espagne) ! Le classement des plus grandes centrales PV est disponible sur le site suivant :

1000 mille

selon le dauphinélibéré.com DIGNE-LES-BAINS (ALPES DE HAUTE-PROVENCE) / ENERGIES NOUVELLES Mille mégawatts sous le soleil, exactement La vallée des énergies nouvelles était jusqu’alors une marque déposée par le département des Alpes de Haute-Provence. C’est désormais un enjeu du développement économique. Le préfet Pierre N’Gahane et Jean-Louis Bianco, président du conseil général ont lancé le schéma départemental des énergies nouvelles, jeudi. Au moment où le gouvernement examine le projet de loi Grenelle 2 par lequel la France s’engage à porter la part de ses énergies renouvelables à 23%, l’enthousiasme des pouvoirs publics locaux est de mise : « Nous avons 408 mégawatts dans les cartons correspondant à 1052 hectare de surface, explique le préfet, et 145 permis ont été accordés pour une utilisation au sol de 315 hectares. Si l’on consolide nos projets, nous dépasserons largement le seuil de 23% ». Avec un potentiel de 1000 mégawatts à produire dans le département, « c’est l’équivalent d’une centrale nucléaire » ajoute Jean-Louis Bianco. Un enjeu économique pour les dix prochaines années L’enthousiasme affiché est à la hauteur du projet : « Il ne s’agit pas d’un projet règlementaire, observe Jean-Louis Bianco, mais d’un projet industriel pour l’ensemble du département». Avec un ensoleillement avoisinant les 14 000 heures par an contre 1000 en moyenne sur le territoire national, 60 à 80 % des besoins du département en eau chaude sanitaire peuvent être couverts sur une année. Qu’il s’agisse d’énergie solaire, d’énergie éolienne, de géothermie, d’énergie hydraulique ou de biomasse, le potentiel du département peut faire espérer un développement économique salutaire. “Plusieurs centaines de milliers d’emplois non délocalisables pourraient être créés” L’investissement privé dans le photovoltaïque est estimé entre 900 millions et 1,5 milliards d’euros dans le département. Selon le conseil général, « plusieurs centaines de milliers d’emplois non délocalisables pourraient être créés ». Si la demande de main d’œuvre est potentiellement forte, les initiateurs du projet envisagent également la création de sites de recherche et développement pour accompagner la filière dans l’évolution des technologies, en particulier celle du photovoltaïque qui contient quelques incertitudes. L’idée est de proposer les services inhérents à chaque étape du process : de la fabrication à la formation en passant par l’installation et la vente. Pour parvenir à cette réalité, un état des lieux sera dressé d’ici le mois de juillet. Les groupes de travail constitués évalueront les projets et leurs potentiels, analyseront les filières industrielles, étudieront l’offre de formation et définiront un plan d’action. Les partenaires nombreux sont destinés à établir un « schéma concerté», cher à Jean-Louis Bianco pour qui « c’est notre Grenelle de l’environnement à nous ». Le comité décisionnel est formé de la préfecture, du conseil général, de la région, des associations, des directions régionales (Dreal et Dirrecte), de la mission pour le développement économique et de RTE (Réseau de Transport d’Electricité)/ERDF (Electricité Réseau Distribution France). Un comité élargi aux maires, communes forestières, SIE, chambres consulaires et autres associations s’intéresseront à l’éco-construction. Le schéma départemental devrait être adopté au mois de décembre

1000 mille

Un enjeu économique pour les dix prochaines années suite de l’article du Dl “L’enthousiasme affiché est à la hauteur du projet : « Il ne s’agit pas d’un projet règlementaire, observe Jean-Louis Bianco, mais d’un projet industriel pour l’ensemble du département». Avec un ensoleillement avoisinant les 14 000 heures par an contre 1000 en moyenne sur le territoire national, 60 à 80 % des besoins du département en eau chaude sanitaire peuvent être couverts sur une année. Qu’il s’agisse d’énergie solaire, d’énergie éolienne, de géothermie, d’énergie hydraulique ou de biomasse, le potentiel du département peut faire espérer un développement économique salutaire.”

Inoue

votre 1er calcul est faussé : il faudrait prendre la surface utile qui est forcément inférieure à 18 600 m². il n’y a que 8760 h dans l’année, donc le résultat que vous obtenez est aberrant…

1000 mille

merci de votre réponse, mais je crois que mon calcul est juste… ce qui est aberrant est plus simplement contenu dans le texte de la brève : 1185 kwh/m2/an et c’était ma façon de le souligner,bonne journée

6
0
Laissez un commentairex