Projet SR2S : un bouclier magnétique pour les futurs vols spatiaux

Une collaboration européenne, emmenée par l’INFN (Instituto Nazionale di Fisica Nucleare, Italie) et impliquant le CEA, étudie les solutions technologiques pour concevoir des aimants supraconducteurs susceptibles d’équiper les futurs vaisseaux spatiaux.

Son but est de parvenir à déterminer les pistes existantes et développements à mener pour fabriquer un « bouclier magnétique » protégeant les astronautes des rayonnements cosmiques lors de voyages spatiaux de longue durée. Baptisé Space Radiation Superconducting Shield (SR2S), et financé par l’Union Européenne, ce projet fera l’objet d’une réunion d’experts au centre CEA de Saclay le 17 juin.

Réunissant les partenaires du projet SR2S et des spécialistes du domaine de l’espace, de la santé, des rayonnements ou du magnétisme, cet atelier sera l’occasion pour la collaboration de présenter les progrès réalisés dans le cadre de leurs travaux, débutés en janvier 2013. Les participants bénéficieront également des contributions de scientifiques et d’entreprises travaillant dans le domaine de la supraconductivité appliquée au domaine spatial, avec un accent particulier sur les aimants supraconducteurs.

L’enjeu : permettre les vols spatiaux de longue durée

L’objectif du projet SR2S consiste, dans un premier temps, à évaluer les différentes technologies nécessaires pour protéger les spationautes des rayons cosmiques au cours des prochains vols spatiaux. L’investigation technique et scientifique est axée sur la faisabilité d’un blindage magnétique supraconducteur, et compare les différentes configurations magnétiques possibles. Les chercheurs analysent les avantages et les défis – en termes de développement, de fabrication, de coûts – posés par chacune de ces configurations. Le projet comprend également le développement de nouvelles « technologies clés génériques », qui pourraient servir à d’autres secteurs industriels.

Le succès de ce projet ouvrirait la voie au développement d’un « bouclier » magnétique, dont le lancement est envisagé dans les deux prochaines décennies.

Projet SR2S : un bouclier magnétique pour les futurs vols spatiaux

Roberto Battiston, président de l’Agence spatiale italienne et coordinateur du projet, présidera l’événement du 17 juin au centre CEA de Saclay. Pour lui, « cet atelier est une excellente occasion de présenter les résultats en recherche et développement du projet SR2S à d’éminents universitaires et scientifiques. SR2S a fourni des prototypes de technologies innovantes pour la protection des astronautes pour des missions spatiales de longue durée et ceux-ci seront mis en évidence lors du workshop ».

« Je suis convaincu que l’événement SR2S de Saclay sera très fructueux. Nous animerons une discussion sur les défis de la supraconductivité pour les applications spatiales par les meilleurs experts mondiaux dans ce domaine. Il sera également l’occasion pour les partenaires de SR2S de présenter leurs progrès dans la conception de cet aimant supraconducteur révolutionnaire pour la protection active des astronautes » a déclaré l’organisateur de l’atelier, le docteur Bertrand Baudouy (CEA).

Organisée à Neurospin (centre CEA de Saclay, Essonne), bâtiment abritant l’un des plus puissants aimants pour la recherche en neuroscience, le thème de la journée de travail des scientifiques sera : « Superconducting Magnet Technology for Space ».

Projet SR2S : un bouclier magnétique pour les futurs vols spatiaux

Le défi des voyages spatiaux de longue durée : la protection des spationautes

Voyager sur une longue durée dans l’espace profond ou sur la surface de planètes non protégées par une atmosphère et / ou magnétosphère épaisse représente un défi qui reste, aujourd’hui, non résolu. L’exposition à long terme aux rayons cosmiques galactiques et à des particules énergétiques solaires augmente significativement le risque d’apparition de différents types de cancers. Des moyens de protection sont donc nécessaires pour planifier de façon réaliste des missions d’exploration vers Mars, les astéroïdes proches de la Terre ou pour coloniser la surface lunaire. Basé sur la fourniture d’un « écran magnétique » déviant les particules des rayonnements cosmiques, le bouclier en conception dans le cadre du projet SR2S nécessite des aimants supraconducteurs pour la protection contre les rayonnements dans l’espace ; des technologies supraconductrices pour protéger les aimants, et cryogéniques pour les refroidir, ceci sans affecter le reste du vaisseau (équipements et équipages), et productibles à échelle industrielle ; une étude détaillée de la simulation de dose de rayonnement lors de missions dans l’espace profond.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Tech

on ne peut poster sur l’article précédent qui parle d’un “moteur” LLW9! cela m’a tout l’air d’un futur projet “avion renifleur” avec à la clef un “mouvement perpétuel” !! Enerzine ne devrait pas relayer de telles annonces!

Lionel-fr

Merci enerzine de publier un peu sur cette recherche. Le vent solaire (consitué de particules chargées) et l’absence de gravité sont les deux méchants verrous empèchant les voyages de très longue durée. Le dispositif présenté semble extrèmement volumineux rapporté au diamètre de la cabine pressurisée. On peut imaginer que ce volume semblera beaucoup plus petit lorsque on aura des cabines à gravité centrifuge dont le diamètre intérieur avoisinerait les 300 metres… On disposerait alors de surfaces compatibles avec une vie prolongée voire une vie complète de la naissance à la mort ce qui constitue l’enjeu véritable. Evidemment , de tels vaisseaux atteignent un tonnage incompatible avec les possibilités de shipping , même si là aussi on note des progrès très significatifs. Il semble qu’on y arrivera pas avec des matériaux en provenance de la terre mais plutôt avec des matériaux minés dans l’espace que ce soit sur la lune ou les astéroides. Ce scénario n’est pas tellement plus éloigné que les boucliers supra conducteurs puisque une société américaine financée par de grands cinéastes (J Cameron, ..) a lancé les premières études et que les projets de vols habités américains s’orientent clairement vers les astéroides Mars reste le projet d’E Musk mais il ne faut pas oublier que la gravité rend le retour extrèmement couteux en énergie Mon hypothèse est que lorsque les vaisseaux seront assez acueillants pour permettre d’aller sur Mars, ils seront tout simplement une fin en soi et plus personne ne voudra aller risquer sa vie sur un monde alien La vraie destination de l’homme dans l’espace, c’est son starship ! Le projet présenté dans l’article est une avancée très claire dans cette direction , ensuite la gravité (qui aurait dû faire partie de l’ISS mais abandonnée pour raisons budgetaires) Et enfin la matière première des vaisseaux en millions de tonnes afin d’obtenir un vrai HOME . Là aussi , l’impression 3D permet d’entrevoir des constructions impressionnantes (de la taille d’une planete naine ?) Sans doute au début du siècle prochain

hube

Même constat que Tech. La visite de l’institut est instructive IIDSRSI est instructive. Zéro confiance, Enerzine doit mettre en garde ses lecteurs quand de telles promesses fleurissent.

gaga42

Idem Tech et Hube (en polluant ce fil puisque les commentaires sur LLW9 sont bizarrement fermés), le LLW9 réinvente le mouvement perpétuel et donc le 1er principe de thermodynamique. Il est d’ailleurs en bonne place sur le fumeux site “Quanthomme”, repère des célèbres moteurs “Pantone” et autres nanars énergétiques persécutés. Enerzine ne gagne pas vraiment de crédibilité sur ce coup, et je suis gentil.

moise44

Idem Tech, Hube et gaga42 Egalement très surpris de lire ça aussi sur Enerzine.

Lionel-fr

Ok , vous avez tous mis le focus sur llw9 alors que je n’en avais jamais entendu parler ni remarqué sa présence. En revanche , j’ai noté celle du CEA Or la question de la survie hors de la magnétosphère terrestre est tout simplement centrale pour aller ne serait-ce que sur Mars (le plus court possible) Donc, merci de relire l’article en faisant abstraction de llw9 qui n’a aucune importance ici, pour autant que je sache , ce n’est pas une confrérie extrémiste ni une secte à rituels, c’est juste des fans de Pantone , bon ! Ce n’est pas si grave, d’ailleurs les systèmes HHO sont un peu dans la même logique que Pantone et il s’en vend des millions dans le monde avec des retombées industrielles importantes Et les adorateurs de Pantone n’ont pas de rituels sacrificiels , juste une foi jugée excessive dans un système improbable (mais qui a eu des dérivés puisque on met de l’eau dans les carburants) Bref , ya pas de quoi en faire une tartine alors que les questions touchant au vent solaire dans les vaisseaux spatiaux sont peut-être déterminantes pour l’avenir de l’humanité dans l’univers

Verdarie

Pour assurer la protection des missions spaciales contre les rayonnements, imaginer une coiffe universelle qu’on laisserait dans l’espace et qui servirait à de multiples missions, pourrait être une réponse économique adaptée

7
0
Laissez un commentairex