Quand les éoliennes de Basse-Marche tourneront-elles ?

Après avoir déposé un énième recours, les opposants au parc éolien vont reporter une fois de plus le délai de construction de celui-ci et priver ainsi le territoire de la Basse-Marche d’un investissement de 75 millions d’euros.

Alors que la Cour d’Appel de Bordeaux vient d’annuler l’ensemble du jugement du tribunal administratif, et, par là même, de valider la totalité des permis de construire éoliens obtenus en 2011, l’introduction d’un pourvoi en cassation devant le Conseil d’Etat par une association d’opposants, repousse une nouvelle fois l’installation des parcs éoliens sur le territoire de la Basse-Marche.

Jean-Marie Guillemaille, Président de la Communauté de Communes de Basse-Marche, regrette ce jusqu’au-boutisme : "Aujourd’hui, une poignée d’opposants, qui n’habite pas forcément sur le territoire, prive la région de la mise en œuvre d’un projet porteur de dynamisme économique, bienvenu en ces temps de crise. Nous ne sommes pourtant pas inquiets quant à l’issue de ce recours, nous sommes même optimistes : c’est un dossier de qualité, qui a été reconnu par quatre fois, par les administrations, par le commissaire enquêteur, par le Préfet, et enfin récemment par la Cour d’Appel de Bordeaux. Il n’y a donc pas de raison qu’il en soit autrement cette fois-ci. Mais je ne peux que m’indigner devant cet acharnement dont le seul but est de retarder un projet qui, sans cela, serait déjà raccordé au réseau. Ce nouveau recours risque de nous faire perdre 1 an et demi, voire deux ans, autant de temps où les collectivités ne toucheront pas la fiscalité des éoliennes. Je tiens toutefois à saluer la décision de la Cour d’Appel de Bordeaux qui a validé tous les permis de construire éoliens obtenus en 2011, et qui nous conforte dans notre confiance et notre détermination à nous mobiliser en faveur des énergies renouvelables comme levier de développement de notre territoire. Faut-il encore souligner que ce projet représente des emplois, du travail pour nos artisans locaux et un investissement global de 75 millions d’euros ? ».

Ce nouveau recours marque un coup d’arrêt à d’autres projets, que la Communauté de Communes pourrait mettre en œuvre grâce aux ressources de l’éolien : "investissement dans les énergies renouvelables (éolien citoyen, méthanisation…) mais aussi et surtout amélioration du cadre de vie des administrés."

Restent ainsi en suspens des investissements pour le maintien des personnes âgées à domicile, pour la construction d’une nouvelle école mais également l’aide aux petites communes rurales. "Le projet risque d’accuser cinq années de retard, il suffit de faire le compte, cela représente un manque à gagner de près de 2 millions d’euros qui auraient pu être injectés sur le territoire" regrette Jean-Marie Guillemaille.

Le projet éolien de la Basse-Marche, pour lequel la Communauté de Communes travaille avec le développeur OSTWIND, comporte 24 éoliennes, d’une puissance totale de 43,2 MW. L’ensemble de ces parcs éoliens représente :

• Un investissement global de 75 Millions d’euros,
• Des retombées pour les entreprises BTP/voiries/réseaux locales d’environ 7 millions d’euros,
• Des retombées fiscales de 25 000€/an pour la région, 180 000€/an pour le département, 385 000 euros / an pour la CCBM et les communes d’accueil
• Au moins 5 emplois permanents locaux dont un sur site pour l’exploitation des parcs par la société OSTWIND,
• Une production d’électricité verte pour 43 000 personnes chauffage inclus
• Une économie d’émission de 31 000 tonnes de CO² par an

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
21 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Pastilleverte

comme ondisait dans le temps : “ça dépend si il y a duvent” (de colère ?) Signé NIMBY

Cspe

C’est vraiment des enfoirés ces anti-éoliens, à cause d’eux les vieux de basse Marche devront aller à l’hospice et les enfants resteront illettrés…

Tech

si ils perdent les “cassassionistes” devront rembourser le manque à gagner, ça les feraient peut être réfléchir à 2 fois! et à CSPE quel sera le cout supporté par la communauté pour tous ces procés? Ce sont aussi nos impôts qui payent les juges! et vous ne devez pas être encore assez vieux pour aller en hospice ni trop jeune pour avoir des enfants à l’école ;o)) à pastille verte, 500 mètres, c’est déjà le beau ‘backyard” sur 10 m de façade, ça fait quand même une propriété de plus de 5000m² ;o))

Stephsea

Bien que très favorable aux ENRs, et donc aux éoliennes, éoliennes qu’en plus je trouve très belles, même dans les paysages déjà remarquables, et même à porté de vue de chez moi… Je regrette pourtant ce genre d’articles de propagande qui ne font que fêter la victoire juridique d’un camps en décrivant l’autre comme un ramassi de barbares qui ne méritent aucune attention, en tentant aussi d”effacer toute contre argumentation, tout débat. Ces propagandistes pro-éoliens sont aussi redoutables et toxiques que les quasi-sectes de NIMBYs qui souhaitent empêcher l’éolien partout et tout le temps (les preux chevaliers ont trouvé une nouvelle croisade à mener). Cette attitude qui justifie uniquement par le revenu aux collectivités l’implantation d’éoliennes est dangereuse et contre productive. C’est tout simplement un chantage. Les éoliennes sont d’abords des objets industriels qui doivent exister par le rendement commercial et énergétique, et non comme vecteur unique et indispensable de financement des collectivités locales – une nouvelle école primaire, une bouteille d’oxygène et un lit pour le vieux en fin de vie, un abris bus, un passage piéton. Non, les collectivités locales ne peuvent se placer dans la dépendance des promoteurs et developpeurs, quels qu’ils soient. En faire un argument pro-éolien et d’une bêtise sans nom. C’est le même argument qui leur sera opposé pour des projets pro-gaz de schiste ou pro-nuke, ou autre pro-industrie empoisoneuse. Les promoteurs proposent, les collectivités locales et autres gouvernances orientent, arbitrent, décident, mettent en concurence les projets, et ne choississent que des projets durables, à long terme, bénéfiques pour l’ensemble de la collectivité, à l’échelle planétaire. Tâche difficile mais necessaire, et saine. On peut donc dénoncer les excès des anti-éoliens extrêmistes sans pour autant excclure tout débat sur le fond et sur la méthode. Ainsi, il aurait été honnête de préciser à minima le motif des recours, mais ce n’est même pas le cas ici. Il serait aussi honnête de signer les articles (de l’ordre du minimum exigible en matière de déontologie de la part d’un média sérieux), et d’y inclure des références précises. Pourquoi n’est ce pas le cas? Doutes…

jpdebangui

Beaucoup de bla bla insipide qui n’apporte rien au débat.Quel est l’intérêt local de ce parc ? Quel est son intérêt régional ? Comment seront compensés les manques de vent ? ETC… du vide politique

Lionel-fr

Les questions d’argent ne sont pas anecdotiques.. Je veux bien qu’on le transforme automatiquement en écoles, lit d’hôpital , etc.. Mais c’est aussi de l’argent produit sur place et qui remplace de l’argent “importé” Le vent ne vaut rien, c’est comme ça, mais si vous lui mettez une machine, brusquement, il vaut des millions par an, millions qui vont certes financer de belles choses et d’autres mais qui vont obligatoirement pour partie se transformer en emploi, en activité, en retombées (il faut bien dormir et manger) Bref, c’est de la vitalisation d’une ressource autrefois sans valeur qui peut aussi permettre d’aider des stat-up à s’installer dans le coin, créer des emplois et ainsi de suite. Vous n’aurez jamais le même résultat avec des pylônes, qui ne font que passer et ne créent pas de richesse locale. De l’autre coté de la bataille , les anti-éoliens ont aussi besoin de beaucoup d’argent pour payer leurs avocats. Cet argent ne vient pas du tout de NIMBY mais alors pas du tout. Cet argent vient de filières concurrentes qui actuellement empochent l’argent que les éoliennes vont permettre d’économiser. Allez jeter un oeil sur les associations anti-éoliennes, cherchez les nimbies , il n’y en a aucun, les nimbies ne paient pas et les avocats coutent des fortunes.. Vous êtes exactement dans la même situation que les majors du tabac qui utilisent tous ce qu’ils peuvent pour retarder les mesures anti-tabac. C’est aussi simple que ça. Mais il serait dommage que vous parliez des lobiistes comme s’ils étaient de preux chevaliers de la cause paysagère. Ils ne s’intéressent pas au paysage, seulement à leur revenu, le reste n’est que prétexte, c’est la vie..

Stephsea

Où est le débat? Nous faisons un peu le débat après la parution de l’article – sans auteur ni source – mais nous ne faisons que compenser très modestement un vide abyssale. L’exemple du financement des anti-éoliens virulents, de leur sur-représentation dans les médias devraient être des sujets d’étude pour des journalistes sérieux. Mais je ne lis rien sur ce sujet. Sont ils si visibles et étrangement puissants parce que soutenus pas un puissant lobby lui même anti-ENR? La question est plus qu’intéressante. Les communes sont elles souvent soumisent à des pressions déraisonnables issues d’un autre lobby pro-éolien? Y a t’il un bonne évaluation des projets? Le chantage à l’emploi et à la fiscalité n’est il pas un mauvais argument si le projet n’est pas déjà valide par ailleurs? N’y a t’il pas des élus qui louent leur terrains à ces promoteurs, commes par hasard? Les collectivités ne peuvent elles monter elle même leurs propres projets ENR éolien (ou autres) au lieu de se voir colonnisées par des multinationales aux intérêts contradictoires? Ces questions méritent d’être traitées et non reléguées par des haines médiatisées. Il est vraiment regrettable de voir l’espace public de débat occupé par ces réglements de compte grotesques et forcément malhonnêtes.

Vent pire

L’éolien industriel est basé sur un mécanisme financier de transfert de fonds publics vers des entreprises privées en l’absence quasi totale de contrôle. Un système qui permet actuellement une spéculation effrénée, soutenue par des promoteurs qui font une propagande basée sur des arguments écologiques mensongers, relayés par des groupes doctrinaires sur fond de manipulation militante. Non seulement l’éolien a un effet insignifiant sur la diminution des émissions de CO2 en raison du recours aux centrales thermiques nécessaires pour compenser l’inexorable intermittence de l’électricité éolienne. Il engouffre des fonds publics colossaux pour maintenir un marché artificiel lui permettant d’exister bien que techniquement toujours non rentable depuis plusieurs décennies. Messieurs les élus, posez-vous les vraies questions, n’agissez pas à court terme.

Lionel-fr

Je ne pense pas qu’il y ait besoin de pressions pro-éolien pour pousser une commune à considérer un projet qui va rapporter des centaines de milliers d’euros.. L’argent de l’éolien vient de l’electricité vendue à un tarif d’achat subventionné que certains dénoncent comme un scandale mais je rapelle que ce tarif n’est pas prohibitif et qu’il prend fin au bout de 15 ans. L’association des pro-éoliens est connue : , elle a ses entrées un peu partout et rédige même des communiqués repris par enerzine. Ensuite, lorsque les ennuis commencent, un projet éolien rémunérateur pour la commune se voit opposer des recours multiples. Et là, on ne sait pas trop comment les anti financent ces recours. On sait juste qu’ils le font systématiquement (économies d’échelles?) avec des arguments bien rôdés, des documents tout prèts et des portes voix probablement salariés mais on ignore tout de l’origine des fonds. L’équation est simple : L’éolien rapporte de l’argent alors qu’empècher les projets éoliens ne rapporte rien ou du moins pas officiellement. Si j’ai un projet rentable et que je veux le mettre en oeuvre, j’ai besoin d’un business plan, d’un expert comptable pour certifier les comptes et d’un juriste pour mettre en forme les contrats. Tout cela coûte de l’argent mais je peux dire que c’est de l’investissement puisque mon projet est rentable. Mais où est la rentabilité d’empècher des projets rentables ? Comment finance-t-on les dizaines de juristes assez compétents pour porter plainte auprès de l’UE, trouver les failles juridiques dans les lois votées par le parlement, porter plaintes devant les prefectures, les chambres de commerce, et tout ce que les collectivités peuvent compter d’autorités habilitées à recevoir des plaintes? Essayez de lancer une procédure contre une PME, une entreprise moyenne, parlez en à un avocat dans l’entretien gratuit qu’ils proposent et demandez lui combien ça va coûter … Maintenant imaginez que vous allez faire de même contre le gouvernement français auprès de l’UE, demandez le devis puisque les avocats ont l’obligation d’établir un devis gratuit , profitons-en.. D’où viennent ces sommes hallucinantes investies dans le seul but de faire perdre de l’argent aux collectivités partout sur le territoire ?

Lionel-fr

M Vent pire , s’est fendu d’un magnifique copié collé bien foiré qui forme un joli paté d’HTML et de CSS mixés à un peu de la prose ordinaire de l’antiéolien moyen.. On y dénonce une conspiration , une avanie technique , une inadéquation avec les besoins des braves gens et on termine sur un prétendu court-terme de l’investissement éolien. A ce sujet, il faut préciser que si les contrat d’acaht se terminent bien au bout de 15 ans, le revenu des communes , lui , dure éternellement puisque essentiellement basé sur la CFE (ex taxe professionelle) et que cette contribution est dûe légalement par toute entreprise qui gagne de l’argent sur le territoire de la commune, du departement et de la région Bref, le revenu durera aussi longtemps que les éoliennes produiront, ce n’est pas un contrat. Que quelqu’un me détrompe si j’ai raté un point mais le revenu local repose sur des taxes dûes chaque année d’exploitation sans limite de durée. Financièrement parlant , c’est donc une excellente affaire .. Ce serait encore mieux si il y avait un gardien par machine. En l’espèce, il n’y a qu’un gars par parc et des techniciens de maintenance qui passent régulièrement (et s’arrètent au resto du coin pour manger) Donc , il n’y a pas tant d’emploi local mais c’est aussi grâce à cela que l’éolien ne coute pas trop cher. En revanche , les cotisations des entreprises gestionnaires du parc tombent chaque année jusqu’à ce qu’on supprime les éoliennes.. Voilà le deal. Je ne vois pas en quoi un lobbie pro-éolien serait nécessaire, tout maire en bonne santé doit s’intéresser à une rentrée d’argent dans les caisses de sa commune.. C’est son job

Nolly001

Ne servent qu’à faire du fric…personne ne se demande combien va encaisser la famille du président de la communauté de communes de basse marche .Cherchez vous trouverez. ..

Nolly001

Ne servent qu’à faire du fric…personne ne se demande combien va encaisser la famille du président de la communauté de communes de basse marche .Cherchez vous trouverez. ..

Lionel-fr

Comme vous dîtes, les éoliennes ne font pas que du courant, elles font aussi du fric et c’est plutôt une bonne nouvelle pour leur voisinage. De là à en conclure qu’un fonctionnaire ferait du détournement de bien social caractérisé, c’est bien joli mais je peux aussi accuser Nolly001 de (n’importe quel crime si possible bien glauque) Soit vous avez des éléments pour commencer à faire peser une présomption sur cette personne , soit vous êtes dans l’illégalité la plus complète. Il est en effet formellement interdit de pratiquer l’accusation calomnieuse sur un forum , fût-ce sous couvert d’anonymat. (c’est d’ailleurs interdit tout court même dans la vie réelle) J’ajoute que vous faites partager votre délit à tout le forum et qu’il n’y a rien d’autre à faire que d’alerter la modération qui jugera si oui ou non , votre délit justifie la suppression de votre post. Vous semblez persuadé qu’il suffit de balancer des accusations pour semer le doute mais je vous assure que la loi est bien faite sur ce point et que les accusateurs, anonymes ou non, risquent des peines de prison ferme ce qui est sensé les “sortir” de l’opinion publique, (vous perdez vos droits civiques et donc le droit de voter). Hormis cela, j’espère vraiment que la communauté de communes de la Manche (et pas de la marche) fera un max de fric avec ces éoliennes ce qui leur permettra d’embaucher des gens, aider des PME locales et assurer des prestations sociales. Comme vous dîtes, les éoliennes font de l’énergie et de l’argent et c’est bien pour cela qu’on les aime..

gaga42

Je cite Lionel: “Soit vous avez des éléments pour commencer à faire peser une présomption … accusation calomnieuse sur un forum” Je recite Lionel: “les anti-éoliens sont financés en fait par des lobbys (nuke I suppose) etc…” 1: J’attends les éléments “pour commencer à faire peser une présomption” sur les anti-éoliens 2: Si on suit le raisonnement, les associations à but non lucratif mais au “chiffre d’affaire” relativement élevé comme GreenPeace, MSF ou restos du coeur sont forcemment aux mains de lobbys commerciaux 3: J’ai lhabitude de faire l’hypothèse relativement crédible que la puissance de lobbying d’un secteur est sensiblement proportionnelle au chiffre d’affaires du secteur en question, le lobbying de l’éolien doit ainsi avoir une puissance de feu non négligeable. 4: Et vous, de quel secteur commercial êtes-vous le sous-marin?

Lionel-fr

Non je ne pense pas au lobbie nuke mais plutôt à un gros exportateur de fossiles très actif dans la propagande. Accuser une personne physique élue de toucher des pôts de vin est un délit caractérisé , càd que le procureur peut poursuivre même en l’absence de dépôt de plainte. La personne inquiétée dans ce cas est le responsable du site d’où mon signalement au modérateur. Le problème n’est pas l’argent manipulé par les intervenants mais la transparence sur l’origine des fonds. Les associations que vous citez sont des fondations habilitées à percevoir des dons et legs et pour celles qui ont un siège en France, chapeautées par la Fondation de France (c’est obligatoire) Par contre, je soutiens mordicus qu’il y a un énorme delta entre les moyens déclarés des associations anti-éoliennes et leurs moyens réels. Autrement dit , il y a un financement occulte, non déclaré, non motivé et probablement d’origine étrangère. Vous avez le droit d’émettre des hypothèses sur les lobbies, j’ai le droit de les trouver stupides.. Je ne travaille pas dans le secteur de l’énergie, j’interviens sur énerzine dans le domaine de l’opinion et j’essaye de respecter les lois européennes. De même j’évite absolument votre petit jeu de pervers narcissique qui consiste à copier une de mes phrases en échangeant le sujet et le complément.. Ce que vous faites , c’est du calembourre et rien de plus, votre prose n’a aucun sens, elle n’est pas drôle, elle ne recherche pas de vérité particulière elle ne vise qu’à destabiliser l’auteur Il ne resssort rien de nouveau à vous lire, on n’apprend rien, on ne comprend rien, sauf que vous vous trouvez plus beau que les autres, je ne vois pas l’intéret de discuter avec ce genre de gars

Sicetaitsimple

1/ Il s’agit bien de la Comcom de Basse-Marche, c’est dans le Limousin. 2. Pour être très clair, je n’ai aucun avis spécifique surtout dans ce cas précis, et je vous rejoins sur le refus d’insinuations publiques non fondées, il y a des tribunaux pour traiter ces problèmes et visiblement dans ce cas ça semble compliqué… Simplement le cas qui est souvent mis en cause ce ne sont ni les pots de vin, ni le fait que la commune décide et là aussi comme vous il me parait bien normal qu’une commune rurale essaie de trouver des revenus qui vont l’aider à faire des choses via des taxes sur l’activité, mais le fait que des élus prennent part à des décisions ( des votes) alors qu’ils sont à titre personnel propriétaires des terrains sur lesquels seraient implantées des machines et toucheraient donc à titre personnel des loyers ( et non les taxes qui vont à la commune ou la Comcom) ou que leurs proches pourraient être dans une situation similaire. Cà peut arriver, il serait peu réaliste de nier que les élus de petites communes rurales sont également souvent d’assez gros propriétaires terriens. Encore une fois c’était juste pour préciser le problème potentiellement “générique” , aucun avis personnel sur le sujet particulier évoqué.

Lionel-fr

Merci pour ces précisions 6ct, effectivement, il y aurait un problème dans ce cas, bien que l’élu soit comme son nom l’indique : élu , dans la mesure où il toucherait des loyers, une consultation supplémentaire devrait être diligentée C’est apparemment ce qui se passe .. S’il est vraiment “juge et partie” autrement qu’administré de sa commune, il reste à souhaiter que la procédure en cours apporte un point de vue suffisement indépendant pour lever le doute , si doute il y a Cependant je rappelle que les riverains d’éoliennes ne se manifestent pas de désaprobation formelle au contraire de ce que prétendent les associations. Personnellement je pourrais habiter à proximité d’une machine récente et bien entretenue si les impôts locaux sont effectivement intéressants. M’enfin , je ne vais pas rédiger une annonce “cherche maison proche d’une éolienne” non plus… Cela laisserait entendre que je veux discuter âprement son prix. Ce qui me gène dans les associations, c’est leur argumentaire copié collé, truqué comme les photos à grande focale ou les prétentions sur les conséquences sanitaires, leurs erreurs évidentes concernant la pertinence de l’éolien en tant que technologie. La quasi certitude qu’ils incarnent des intérets qui n’ont rien à voir avec ceux des riverains ni de la région ni même du pays. Ca fait beaucoup. On établira sans doute jamais formellement le lien avec leurs “généreux sponsors” mais on peut manifester un certain énervement concernant leur communication .. et se préoccuper de savoir jusqu’où ils sont prets à aller pour déstabiliser le pays..

Stephsea

Bien que encore trop théorique, trop détaché de la réalité scientifiquement vérifiée des éoliennes, de la réalité comptable aussi, le débat avance, les arguments arrivent. Il m’apparait à moi aussi comme plus que suspicieux l’omni présence des anti-éoliens. Ce que j’appelle simplement une sur activité juridique et sur représentation médiatique, sans commune mesure avec leur nombre, leur proportion dans la population, leur finacement déclaré, leurs objectifs déclarés. Il y a donc baleine sous menhir, un groupe de sponsors anti-enr encore bien discret, peut être. Je n’ai pas de témoignage précis ni les moyens d’enqueter mais j’attend avec impatience que ce travail commence, et/ou que des témoignages arrivent. Je trouve étonnant que les projets attaqués ne cherchent pas, ne trouvent pas cette faille, alors que l’insécurité devient systématique pour les developpeurs. Ils ont des moyens techniques et financiers pour éclairer un peu derrière le décors (mieux comprendre les bonnes intentions de anti-éoliens). Par ailleurs, je n’hésite pas a assimiler les farouches anti-éolien à une secte. Ils en ont en tout cas certaines caractéritiques : quelques leaders charismatiques portant un discours belliqueux, faiblement fondé en raison ou en science, populiste, alarmiste, ego-centré, utilitariste (nimby), prosélite, la pratique de l’exagération systématique, voire du mensonge, la manipulation des faits, le centrage sur des thèmes anxiogènes, la théorie du complot… Ce sont donc toujours les mêmes recettes qui, sans nous dévoiler le pourquoi, nous avertissent en creux que nous avons affaire à des intentions troubles. La question de leur succès et de leur puissance, donc du socle technique de ce mouvement me parait donc primordiale. Le projet dépasse d’ailleurs peut être les attentes puisque ces activistes exploitent et élargissent maintenant des clivages politiques qui traversent toute notre société. L’un des leaders, au moins, se présente en fervent conservateur réactionnaire, et tente visiblement de raccorder ses opinions politiques et sa lutte médiatique anti-éolienne. Un usage détourné de sa visibilité dans le but de faire carrière? Comme Nabilla… Quant aux promoteurs de l’éolien, je ne crois que l’on puisse décréter que leur action est totalement innocente et non criticable. Ce sont des acteurs économiques puissants qui ne reculeront pas devant quelques “détails ennuyants” : la légalité ou la moralité sont peut être parfois des sujets périphériques pour eux. Le rendement financier est leur seul sujet, soyons juste. Les communes, les élus et les citoyens doivent donc faire preuve de très grande vigilance, et de recul. Le marché et les procédures ne sont pas matures, ni la réglementation, ni la culture, ni les populations. Nous improvisons tous. Les bons conseils sont rares, les consultants peut être inaccessibles, trop chers, indésirables, ou faiblement crédibles. La mane financière ne peut tout justifier ni être le seul argument pour un projet énergétique et/ou immobilier. Sinon, pourquoi refuser un forage GS ou une déchetterie? Enfin, comme dans toutes les communes rurales, qui sont justement concernées par l’éolien, les prises illégales d’intérêt et les abus de pourvoir sont quasi systématiques. En parler localement, évoquer ce problème, souhaiter surveiller les dossiers, relever un conflit d’intérêt est le plus souvent tabou, impossible, à moins de prévoir un déménagement à court terme. Une petite commune est un système fragile sur le plan social et financier. Le vivre ensemble se fait au prix de certains compromis, aujourd’hui, et bien malheureusement pour tous les citoyens qui s’en accomodent. Tant que ces mauvaises habitudes ne changeront pas, un fait de culture bien ancré, nous seront tous exposés à ce risque de corruption “grise”, faiblement visible, faiblement active, mais bien présente. C’est là le terreau des pires dérives extrêmistes aussi… Pourquoi pas une commission indépendante, comme pour les supermarchés et d’autres infrastructures sensibles? Je sais qu’il n’est pas à la mode de confier notre destin à des institutions, et pourtant.

Nature

Les hommes d’argent imposent leur logique . mais on peut cependant s’étonner devant la rentabilité des éoliennes ,surtout si on la compare avec le Livret A !En fait elles ne font que transférer l’argent de tous dans les finances de communes exangues et aussi dans les portefeuilles des promoteurs .( Au fait ,combien rapporte une machine de 2 ou 3 MW ? ) Ces communes sont-elles propriétaires du paysage ? Et comment calculer la valeur d’un site et sa dénaturation ? Or cette valeur existe ,les professionnels du tourisme et de l’immobilier le savent . Pour tous ceux qui cherchent une information indépendante et des opposants et des promoteurs on peut signaler l’étude de Mme K.Grijol “La faiblesse du vent “chez F.Bourin .Mme G. est professeur de géographie à l’université de Perpignan. Elle ne pratique pas la polémique ni la vindicte trop souvent présentes dans les débats. (Je n’ai aucun lien avec cet auteur )

Stephsea

Il y a une nuance dont les partisans et opposants semblent ignorer l’existence. D’où le doute sur leurs intentions respectives, sur leurs motifs d’action. Les premiers serraient mus par le profit et le cynisme, les seconds par egoïsmes profond visant à protéger leur petit lopin contre l’intérêt général avec une esprit de croisade, à rapprocher du fanatisme religieux. Poser une question, c’est en chercher la réponse, ou du moins remttre en question un point de vue, en chercher les potentiels contradictions. Si la question est immédiatement suivie d’une conclusion, il y a un problème. Pour y voir claire, Il nous faut dépasser le niveau des opinions, et raffermie sa pensée. Un peu de rigueur… L’impact sur les paysages : Opinion totalement et fatalement subjective dans 99.9% des cas, ou alors il faut mettre la Tour Effeil et le viaduc de Millot et le Partenon et les pyramides et tout objet architectural visible à plus de 1km par terre. Comment faire la part du beau et du moche? Pourquoi exiger des paysages immuables? Qu’est ce qu’un paysage “naturel”? Y en a t’il encore en France? L’homme n’a t’il pas ou plus le droit d’agir sur le paysage? Le détournement d’argent public : Opinion là encore qui oublie que le subventionnement n’est pas un détournement, mais une politique de développement, qui oublie que tous les énergéticiens ont bénéficié de ce levier massivement, avec toutefois des effets indésirables d’une autre ampleur, que nos factures d’énergie et nos impôts ont toujours participer aux travaux d’infrastructures, y compris des infrastructures bénéfiques aux intérêts privés. L’inefficacité technique des éoliennes : opinion encore, du genre anti-scientifique du premier degré. L’efficacité d’une éolienne est connue. Les calculs sont accessibles à tous, à partir d’un niveau “fin de collège”. La production réelle par contre peut être décevante au cas par cas, en dessous des valeurs nominales. C’est là un problème d’implantation, ou d’installation donc de qualité du produit et non un problème de principe. L’énergie éolienne est non rentable : Opinion infondée puisque l’énergie est gratuite! Le problème est que le système de financement est peut être tordu et immature, mais une éolienne qui tourne est un objet d’une rare rentabilité, et pas seulement sur le plan strictement économique. Cette énergie est décarbonnée… La rentabilité n’est pas immédiate, c’est vrai, mais après amortissement, elle est très importante. Une éolienne, c’est comme une forêt, c’est un placement à long terme (tout est relatif). Il faut attendre que ça pousse. En attendant les anti toussent. Le danger physique des éoliennes : Opinion du même ordre que celle qui accorde des vertus médicales à l’homéopathie ou à l’acupuncture. Pure croyance appuyée sur l’irrationalité et parfois le sado-masochisme (le besoin de se faire peur), la société du spectacle et quelques cas particuliers d’incidents qui sont tellement rares et non moins spectaculaires qu’on voit toujours les même en boucle. Il n’y a pas d’industrie sans accident, et l’éolien en matière d’accident est plutôt discret. Il y a même des accidents mortels de fauteuil roulant, dont personne ne parle… Quand aux dangers pour la santé publique (infrasons…), là on hurle de rire, et on a pitié du colporteur. Les épandages agricoles sont un autre danger silencieux dont peu de gens s’émeuvent avec autant de bruit et de gesticulations. Et Le Nuke, le carbone, la chimie des plastiques, l’industrie lourde en général…? On peut toutefois relevé que les générateurs requièrent pour le moment des “terres rares”, dont la production est très problématique sur le plan environnemental, mais ce besoin n’est pas spécifique à l’éolien. Nos téléphones en contiennent aussi. La corruption des promoteurs et des élus locaux : Opinion, et même populisme dangereux. Il y a une pression financière corruptrice, c’est un fait logique, et probablement des faits avérés de corruption, et des projets aberrants ou illégaux qui émergent à cause de ces faits de corruption. Mais il est faut et carrément malhonnête de dire que tout le système est corrompu. Nous citoyens devons être vigilants mais pas extrémistes! Nous devons juger sur pièces et donc exercer une surveillance active de nos institutions et non condamner le principe en restant le cul vissé sur nos tabourets de bar au PMU. L’éolien implique le recours à des énergies complémentaires plus polluantes : Opinion du raccourci, opinion contradictoire. Les ENRs sont presque toutes intermittentes. Le problème n’est pas nouveau, il est bien réel. C’est un grand défi technologique qui se présente. Alors admettons que nous ne sommes pas matures sur ce plan, que l’industrie n’est pas encore en parfaite maitrise de l’intermittence, que cela implique un recours à des centrales plus polluantes que l’éolien parfois. Mais en disant cela je reconnais implicitement la force de l’éolien : lorsqu’il produit, il n’est pas polluant. Pourquoi se passer de cette production non polluante alors? Il est par contre complètement faux de dire que le recours à des énergie intermittentes augmente mécaniquement et systématiquement la pollution. C’est même un mensonge éhonté basé sur des exemples choisis. Cela n’est vrai qu’en Allemagne, et c’est transitoire, et c’est aussi du à la victoire des vendeurs de charbon qui semblent tout puissant. Plus il y a d’énergies intermittentes différentes, sur la base d’un réseau adapté, et plus le problème de l’intermittence s’estompe : une production en compense une autre. Il faut aussi accepter de s’adapter, de modifier nos besoins en fonction de ce qui est effectivement disponible. Quand le soleil se couche, nous dormons, et ce n’est peut être pas un hasard… Notre pouvoir technologique est limité, et nous n’avons nul part ou aller hors la Terre, alors faisons économe et durable. Qui veut aller loin ménage sa monture. Le pétrole nous a éloigné très artificiellement de ces réalités INCONTOURNABLES : l’énergie est chère et ne coule pas en un flot continue. L’éolien nous y ramène en douceur, et TANT MIEUX! Rêvons un peu aussi pour mieux penser : Imaginez un monde sans énergies fossiles… Juste un instant. Si vous supprimez le pétrole et l’uranium de l’équation, des échanges et des besoins impérieux, quel nouveau monde se propose à nous? Je vous laisse y réfléchir… Beaucoup de contraintes techniques, des paysages modifiés, c’est vrai, et peut être la paix aussi?

Luis

¤ L’augmentation transitoire (2012-2013) de l’utilisation du charbon et lignite pour la production d’électricité en Allemagne n’a rien à voir avec l’arrêt de huit réacteurs nucléaires (dont deux déjà en panne depuis trois ans), ni avec le développement des énergies renouvelables. La cause en est la différence du coût de production avec le gaz. Pour les années 2010 à 2014, la comparaison est la suivante pour la production d’électricité : Année . . . . . . : 2010 / 2011 / 2012 / 2013 / 2014 Charbon + lignite : 263 / 263 / 277 / 283 / 265 TWh Gaz + pétrole . . : 98 / 93 / 84 / 75 / 64 TWh En 2014, le niveau charbon + lignite est pratiquement identique à celui de 2010-2011. Pourtant, la production nucléaire a diminué de 44 TWh entre 2010 et 2014 et les renouvelables ont augmenté de 56 TWh, passant de 105 à 161 TWh.

21
0
Laissez un commentairex