Renault Trucks et Oleo100 : une transition énergétique « 100 % française »

Le constructeur de véhicules industriels Renault Trucks et le carburant 100% colza Oleo100, tous deux français et dont la production est localisée dans l’hexagone, entament une collaboration visant à faciliter l’accès du carburant alternatif durable aux flottes de poids lourds, sur les anciens modèles de véhicules de la marque, dont certains peuvent être mis à jour, comme sur les véhicules plus récents. Leur objectif ? « Décarboner » les camions des routes de France.

« Décarboner » les routes de France, telle est l’ambition de Renault Trucks France et Oleo100, le B100 100% colza français de Saipol, filiale du groupe Avril.

Au terme des échanges qui débuteront cet été, le constructeur français et Oleo100 engagent une collaboration qui se concrétisera par un accord de partenariat fin septembre. Il aura pour but de démocratiser l’usage d’Oleo100 en facilitant l’adoption de cette énergie alternative immédiatement substituable au gazole, notamment en levant les potentiels freins techniques et financiers qui pourraient ralentir l’accès de leur clientèle à cette énergie de transition.

Il s’agit d’une étape importante afin d’accompagner les transporteurs dans une transition énergétique simple et rapide.

Oleo100 : le carburant alternatif durable

C'est maintenant !
Fournisseur Total direct énergie

10% de remise sur le prix de votre consommation d'électricité et de gaz !

La commercialisation du B100 à destination des flottes captives de poids lourds étant autorisée par décret depuis fin 2018, Saipol a pu développer à la suite de cela un B100, Oleo100, garantissant une réduction de 60 % des émissions de CO2 et jusqu’à 80 % des émissions de particules fines, tout en soutenant l’économie locale grâce à un colza d’origine française 100 % biodégradable. La compatibilité immédiate avec les moteurs poids lourds, sur les moteurs Euro 1 à 5 et sur homologation sur les Euro 6, est un avantage majeur d’Oleo100.

Grâce à des cuves connectées, gracieusement mises à disposition par Oleo100 pour chacun de ses clients, les ravitaillements sont pris en charge et adaptés selon la consommation constatée. L’accompagnement des équipes commerciales, techniques et communication d’Oleo100 garantissent une rapidité et simplicité de mise en place de cette énergie de transition qui a déjà conquis plus d’une centaine de clients satisfaits.

La technologie Renault Trucks

« Grâce à des capteurs qui identifient le type de carburant, le camion Renault Trucks adapte les réglages moteurs, garantissant ainsi une performance identique au gazole » explique Olivier Metzger, directeur des énergies alternatives chez Renault Trucks France.

Tous les Renault Trucks des gammes T High, T, C et K 13 litres 480 ch Euro VI à partir de la step D sont compatibles à Oleo100. Et ce, qu’ils soient sortis d’usine ou convertis en atelier (mise à jour en atelier).

Les autres moteurs compatibles Oleo100 sont les moteurs 5 et 8 litres en 240 ch et 320 ch des Renault Trucks D, D Wide et C. Cela est possible soit sur les véhicules sortis d’usine soit, en atelier, après mise à jour du logiciel et pose du capteur pour les véhicules Euro VI Step D et Step antérieures.

Un partenariat 100 % Français

La collaboration entre Renault Trucks France et Oleo100 visera à proposer une offre qui intégrera leurs exigences actuelles en termes de qualité et d’efficacité, appuyées par des certifications reconnues.

Renault Truck France est le seul constructeur dont les camions sont certifiés depuis 2014 par le label « Origine France garantie ». Oleo100, quant à elle, est la seule énergie à pouvoir tracer du champ à la roue le colza français à l’origine de son B100, de sa culture jusqu’à sa transformation dans les usines de Saipol. Cette traçabilité permet de préciser pour chaque commande d’Oleo100 le pourcentage précis de réduction des émissions de gaz à effet de serre, avec pour minimum une réduction de 60 %*.

Par ce soutien concret à l’emploi français en en mobilisant les savoir-faire agricoles et industriels, Renault Trucks France et Saipol pavent la route d’une véritable transition énergétique « 100 % Française ».

*La méthode de calcul faite par Saipol est certifiée, et cette certification est renouvelée chaque année par Bureau Veritas, mandaté par l’ADEME et reconnu par la Commission européenne.

A propos d’Oleo100

Lancée en 2018 à l’initiative du groupe Avril et produite par sa filiale Saipol, Oleo100 est une énergie issue du colza français et destinée aux flottes captives de poids lourds. Avec des performances similaires au gazole fossile pour un niveau de coût compétitif, l’adoption d’Oleo100 est particulièrement simple et n’engage aucun surcoût pour les opérateurs de flottes captives souhaitant mettre en place leur transition énergétique de façon rapide et concrète, grâce à une réduction de 60% des émissions de gaz à effet de serre.
Partagez l'article

 

[ Communiqué ]
Lien principal : www.renault-trucks.fr

Articles connexes

Souscrire
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Lespieg

En 2018, les véhicules lourds (poids lourds, bus et cars) ont consommé 10,5 millions de m3 de gazole en France, dont environ un tiers pour les PL étrangers. Cela correspond à une énergie 377 PJ (pétajoules) ou 105 TWh (térawatts-heures). Pour remplacer les 10,5 Mm3 de gazole consommé par les poids lourds, il faudrait 10,9 Mm3 d’huile de colza. Une petite adaptation des moteurs serait nécessaire, comme le font certains agriculteurs pour leurs tracteurs. En moyenne sur plusieurs années, un hectare de colza donne 1.560 litres d’huile végétale. Le contenu énergétique d’un litre d’huile végétale pure (HVP) est de 34,6… Lire plus »

Lespieg

Rectificatif. Avec une orientation est-ouest et une inclinaison de 10 à 20 degrés, les panneaux photovoltaïques produisent un peu moins que dans le cas d’une orientation optimale. Mais celle-ci oblige a écarter les rangées de panneaux pour éviter les ombres lorsque le soleil n’est pas très haut sur l’horizon, ce qui n’est pas le cas lorsque les panneaux sont accolés dos à dos dans chaque rangée, les uns tournés vers l’est, les autres vers l’ouest. C’est un peu comme si les panneaux étaient posés à plat pour ne pas se faire d’ombre les uns aux autres. Mais en fait, il… Lire plus »

Lionel_fr

Excellentes interventions de Lespieg, merci pour ces calculs de conversion entre l’énergie tirée de cultures oléagineuses et panneaux solaires à unité de surface égale. Le monde réel est bruité, il y a un delta entre un hectare de colza produisant 1600 litres d’une huile stockée pour plusieurs années et la production de panneaux sur une même surface que j’arrondirais à 1 GWh/ha/an, accessible à toute machine connectée au réseau. Il s’écoule bien moins d’une milliseconde entre la production électrique et l’utilisation de cette électricité. Le service rendu n’est donc pas le même, d’autant que les tourteaux de colza après extraction… Lire plus »