Un réacteur refroidi aux diamants

Les centrales nucléaires peuvent connaître de sérieux problèmes lorsque la chaleur du réacteur n’est pas évacuée assez rapidement de la base.

Cela peut survenir dans des réacteurs à eau pressurisée si l’eau du système de refroidissement du réacteur se met à bouillir, parce que la vapeur est un conducteur de chaleur bien moins performant que l’eau sous forme liquide.

Ces réacteurs ont un système de refroidissement à eau qui absorbe directement la chaleur du réacteur. Il est scellé sous haute pression afin d’éviter que l’eau ne bouille, et conduit l’eau vers un second système de refroidissement qui lui n’est pas scellé.

Mais ce système secondaire n’est pas à l’abri de tout risque d’ébullition. Si cela arrive, la chaleur s’accumule dans le système de refroidissement primaire, ce qui peut conduire à une fusion.

Ronald Baney et ses collègues de l’Université de Floride pensent qu’ils peuvent s’attaquer à ce problème grâce au diamant, l’un des meilleurs conducteurs de chaleur que connaît la science.

C'est maintenant !
Fournisseur Total direct énergie

10% de remise sur le prix de votre consommation d'électricité et de gaz !

Leur idée consiste à injecter des nanoparticules de diamant dans l’eau du système de refroidissement secondaire, de manière à améliorer de manière significative sa capacité à transférer la chaleur.

Barney et son équipe disent que ces nanoparticules sont chimiquement inertes et résistent aux rayonnements. Elles sont en outre peu susceptibles de s’agglutiner de manière à bloquer le système de refroidissement.

Un aspect n’a pas été pris en compte dans leur étude : combien pourrait coûter un fluide caloporteur à base de diamant ?

Partagez l'article

 

Articles connexes

Souscrire
Me notifier des
guest
5 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Wally

Et comment va-t-on protéger le corps de la pompe et les conduites de l’érosion due à ces “poussières de diamant”?

Beotien

L’incendie d’un réacteur à Winscale en octobre 1957 est dû à l’effet Wigner. En gros, le graphite utilisé comme modérateur dans ces réacteurs, à force de “bouffer du neutron”, accumule de l’énergie. Soit on désexcite le graphite en lui faisant subir un recuit contrôlé, soit, si on laisse faire, la masse de graphite se désexcite d’un coup et met le feu dans l’assemblage. Le diamant étant lui aussi composé de carbone, les mêmes causes peuvent-elles produire les mêmes effets ?

Andre

Je pense que cette information aurait du paraitre le 1er avril !

Oudina

 les problèmes rencontrés (risques) pour la pompe  et l’érosion des conduites sont similaire à celles des réacteur de Polymérisation alors sont minimes je pense que l’idée est réalisable.

Oudina

les problèmes rencontrés(risques) pour la pompe  et l’érosion des conduites sont similaires à celles des réacteurs de Polymérisation, alors sont minimes je pense que l’idée est réalisable.