• Informer
  • Participer
  • Professionnels
login
pass
lettre quotidienne d'information ▼
    Exemple ?  
Quand le phytoplancton vient au secours de nos immeubles
  
La société française Ennesys a conçu un système de culture de phytoplancton naturel permettant de produire de l'énergie tout en dépolluant les eaux usées et en récupérant le CO2 : grâce aux micro-algues, c'est 80% des besoins énergétiques d'un bâtiment qui pourraient être couverts !

Du phytoplancton

"Les algues ont à peu près la même valeur énergétique que le charbon", expliquait il y peu, Jean-Louis Kindler, directeur scientifique chez Ennesys, en précisant qu'une grande partie du pétrole découvert provenait des algues fossilisées.

Le système utilise la lumière du jour pour cultiver du phytoplancton dans des bassins fermés installés sur les façades et les toitures des bâtiments. Par exemple, 10.000 m2 de panneaux d'Ennesys permettent de produire environ 150 tonnes d'algues par an, soit au final 70 tonnes d'huile.

En plus du CO2, le phytoplancton est alimenté par des engrais naturels venant des eaux usées. Après une certaine période, d'environ 24h, le phytoplancton est récolté puis valorisé en plusieurs sources d'énergie (gaz, hydrogène, huile végétale, biomasse maigre). Ces combustibles liquides et solides pourront être ultérieurement transformés en énergie thermique et énergie électrique. Ce système permet ainsi aux bâtiments de bénéficier d'une autonomie en énergie et de réduire leur consommation d'eau.

Quand le phytoplancton vient au secours de nos immeubles


Un régulateur thermique

Dans le concept du « Mur Neutralisant », imaginé par Le Corbusier dans les années 30, un fluide (dans la conception du Corbusier, de l'air) passe à travers deux panneaux de verre, le long de la façade de l'immeuble, formant ainsi une couche isolante et assurant naturellement la régulation thermique de celui-ci. Ce dispositif absorbe l'énergie solaire irradiante en été et l'empêche de se diffuser à l'intérieur de l'immeuble, et assure en hiver une certaine protection contre les grands froids.

Plus récemment, les façades végétales, aussi appelées « Mur Vert » suscitent beaucoup d'intérêt en environnement urbain, où ils contribuent à réduire la température globale des immeubles. Contrairement au béton, à l'asphalte ou bien d'autres surfaces inertes, La température des plantes s'élève rarement plus haut de 4 ou 5°c de plus que la température ambiante. Ces murs verts permettent de maintenir une température fraiche en été et sont de bons isolants en hiver.

Les photobioréacteurs chargés en phytoplancton et placés sur la façade des immeubles combinent les avantages de ces deux concepts, tout en assurant la production de biomasse, source d'énergie utilisable pour le bâtiment sur lesquels ils sont placés.

Dans ce cas, l'eau, bien connue et largement utilisée pour ses propriétés de transfert de chaleur, remplace l'air comme fluide de refroidissement et circule à l'intérieur des photobioréacteurs, dont le matériau a été choisi pour sa résistance mais aussi pour ses propriétés thermiques. Le phytoplancton assure de plus sa fonction de clarification de l'eau tout en absorbant beaucoup plus de CO2 que les murs ou toitures végétalisées.

Quand le phytoplancton vient au secours de nos immeubles

[ Illustration d'un projet de bâtiment vert à Nanterre, près de la Défense ]


La chaleur capturée par ce système est transformée en énergie soit pour être utilisé pour les installations des immeubles ou pour le système lui-même. Si besoin est, le système peut être inversé pour évacuer l'excédent de chaleur. L'ensemble du système est utilisé comme un régulateur thermique de chaleur.

Un marché d'avenir

Ennesys vise à terme le marché de l'immobilier neuf, car à partir de 2020, tous les nouveaux bâtiments auront pour obligation de produire plus d'énergie 'primaire' qu'ils n'en consomment. "C'est un casse-tête pour les promoteurs et, vu les délais de construction de plusieurs années, ils doivent s'y prendre aujourd'hui pour être aux normes, sinon ils ne pourront jamais revendre leurs bâtiments", a conclu Christine Grimault, directrice du développement, chez Ennesys.

[ Illustration article ]

 Lu 2028 fois 
 Publié le 25/01/2013 à 08:20 
© Enerzine.com
 
Envoyer à un ami Envoyer Flux RSS Enerzine
Imprimer Imprimer
Pfff


Invité



le 25-01-2013 10:15:53

Soyons sérieux
La filière microalgues européenne est suffisamment à la traine par rapports aux mastodontes américains pour se faire décrédibiliser par des communications aussi farfelues...

Akm


Invité



le 25-01-2013 17:43:54

Honnêteté
80% des besoin c'est complètement utopique pour le moment. Les chiffres de rendement d'huile paraissent eux aussi complètement démesuré.

Mais l'idée paraît bonne et ces chiffres pourront certainement être atteignable à moyen terme.

J'ai appris que c'est la société ESETA qui a conçu l'installation pour Ennesys.

 
  Pseudo  
  Email (facultatif)   
  Titre   
 

Avertissement !

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'éditeur ou de ses représentants.

En appuyant sur le bouton 'ajouter votre commentaire', vous déclarez avoir lu, compris et approuvé (la charte) d'enerzine.com

Un commentaire abusif ? Signaler le ici 

En mode invité : il faudra attendre 3 minutes avant que votre commentaire soit publié.
Conseil : pour laisser une ligne blanche entre 2 paragraphes, appuyez 2 fois sur Entrée

  Code de validation :   34114
  Recopier le code ci-dessus   

Pas encore membre ?
1 minute suffit pour le devenir
et poster votre 1er commentaire ...

login pass
J'ai perdu mes identifiants 

Etre un membre connecté vous permet :
  • de réserver son 'pseudo',
  • d'être reconnu auprès des autres membres,
  • de voir les signatures et les profils,
  • de vous envoyer des messages privés,
  • d'accéder sans limitation au forum,
  • et bien d'autres fonctions encore ...
  
 
Retrouver Enerzine.com sur ...
S'abonner au rss
S'abonner à Twitter
S'abonner à Facebook
S'abonner à la newsletter
S'abonner à Youtube
S'abonner à Google+