• Informer
  • Participer
  • Professionnels
login
pass
lettre quotidienne d'information ▼
    Exemple ?  
Appel à manifestations sur les véhicules routiers à hydrogène
  
Le gouvernement a procédé mardi au lancement d'un appel à manifestations d'intérêt piloté par l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie (ADEME) et dédié aux véhicules routiers à hydrogène, dans le cadre du Programme d'Investissements d'Avenir.

Le postulat est le suivant : le secteur des transports est le secteur le plus consommateur de pétrole en France (70 % de la consommation totale) et le plus grand émetteur de dioxyde de carbone (34 %). Aussi, des solutions alternatives sont aujourd'hui nécessaires afin de réduire la dépendance énergétique de la France et de diminuer ses émissions de polluants. L'hydrogène constitue l'une de ces solutions.

La technologie des piles à combustible, en associant de l'hydrogène avec de l'oxygène, permet de produire de l'électricité pour propulser des véhicules électriques ou en prolonger l'autonomie. L'hydrogène peut également être utilisé comme carburant pour des moteurs thermiques à combustion interne.

L'appel à manifestations d'intérêt soutiendra les projets permettant :


· d'augmenter les performances technologiques et économiques des véhicules routiers à hydrogène (par exemple, optimisation du rendement des piles à combustible et des systèmes de stockage, optimisation de la durée de vie et du coût),
· de valider les performances obtenues en conditions réelles de fonctionnement,
· d'optimiser les aspects sécurité et sûreté de fonctionnement des solutions proposées.


Avant un déploiement à grande échelle de ces technologies, une phase préindustrielle est nécessaire. Ainsi les projets présentés devront notamment :

· s'assurer de la faisabilité technique et économique des solutions en les testant en situation réelle,
· confirmer leurs bénéfices énergétiques et environnementaux,
· préparer la phase d'industrialisation en travaillant en particulier sur les coûts de conception et de fabrication des piles à combustible,
· structurer les compétences des acteurs industriels sur le territoire en vue d'un déploiement international.

Appel à manifestations sur les véhicules routiers à hydrogène


Sont inclus dans cet Appel à Manifestions d'Intérêt (AMI) :

· les véhicules routiers, du cyclomoteur jusqu'au camion,
· les véhicules équipés d'une pile à combustible,
· les travaux portant sur le système de piles à combustible dédié au véhicule ainsi que sur les composants nécessaires à son alimentation en hydrogène (réservoirs, conduites, vannes, connectiques, etc.),
· la production embarquée d'hydrogène,
· les travaux portant sur les moteurs à combustion interne utilisant l'hydrogène comme combustible, ainsi que sur leur environnement (réservoirs, alimentation, etc.).


Cet AMI complète et prolonge deux AMI déjà lancés par l'ADEME :

· l'AMI Hydrogène et piles à combustible, dont l'axe thématique n°2 concerne l'expérimentation de flottes captives (loueurs, grandes entreprises et sociétés de services) utilisant l'hydrogène comme source énergétique (permet de minimiser les coûts d'infrastructures d'approvisionnement),
· l'AMI Chaîne de traction électrique, dont l'axe thématique n°1 concerne l'utilisation de piles à combustible comme prolongateur d'autonomie.



La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 12 juillet 2012.

[ Illustration article ]

 Lu 984 fois 
 Publié le 17/02/2012 à 07:21 
© Enerzine.com
 
Envoyer à un ami Envoyer Flux RSS Enerzine
Imprimer Imprimer
Pecor


Invité



le 17-02-2012 08:50:22

Hydrogène liquide fausse solution
J'ai travaillé avec de l'hydrogène et je n'en veux pas dans la voiture qui transporte ma famille. C'est exessivement dangereux : un mélange de seulement 4% avec l'air est explosif. C'est pour cela qu'on l'utilise dans les fusées, et c'est aussi à cause de cela qu'elles explosent parfois malgré les infinis précautions prisent par les ingénieurs. D'ailleur les camions qui transporte ce gaz ont de grosses restrictions de circulation. Il faudrait plutôt créer un carburant liquide avec l'hydrogène gazeux. Les piles à combustible peuvent fonctionner par exemple avec du  méthanol. C'est beaucoup moins dangereux. Des procédés économiques ont été mis au point pour fabriquer du carburant liquide à partir d'hydrogène. Fabrication de carburant de synthèse GTL : http://www2.ademe.fr/servlet/list?catid=13683.

michel123


Membre
depuis le 13-10-2009
le 17-02-2012 09:23:48

La solution?
elle existe déja ,

c'est l'absorption sur des hydrures métalliques, le procédé macphy est déjà en phase de test pré industriel avec un rendement tout à fait convenable. et une garantie de sécurité.

Pecor


Invité



le 17-02-2012 10:51:25

@ michel123
Je connais cette solution. Autant faire fonctionner des centrales électriques avec de l'hydrogène et recharger des véhicules électriques avec. L'allemagne semble s'orrienter dans cette direction : production d'hydrogène par éolienne ou photovoltaïque alimentant les gazoducs. La filiaire de production et de distribution serait moins couteuse et plus sûr que de disséminer des réservroirs d'hydrogène un peu partout. L'avantage du GTL, carburant synthétique pure, serait qu'il pourrait aussi être utilisé dans les avions, les camions, les véhicules agricoles, les navires qui ne pourraient se satisfaire de batteries électriques. Aucun rejet toxique dans l'atmosphère du fait de la maitrise des composants.

Tech


Invité



le 17-02-2012 15:26:46

@michel123
oui nous avons la chance d'avoir la société MC PHY, qu imalgré son nom est bien Française et  installée  dans la Drome.

mais bizen que le stockage sur hydrure est meilleur en volume, il est moins intéressant en poids! et donc difficile à envisager pour les transports.

par contre pour le stockage des ENR en combinaison avec quelques batteries cela semble un excellent cheval.



à pecor, ne pas oublier que l'hydrogène est très volatile, atteindre de fortes concentrations ambiantes, n'est pas simple, il faut vraiment une combinaison de facteurs peu frèquente. et malheureusement oui il y a encore des brulés par l'essence ou le GPL des véhicules et encore plus rare, par l'acide des batteries!

et oui je cuisine au gaz comme beaucoup de français, et espère bien ne pas oublier le robinet ouvert!

l'hydrogène n'est pas sans danger, mais pas plus que d'autres gaz, allez donc lire ceci:

http://www.cea.fr/energie/l_hydrogene_l … e_sans_fai



l'air liquide à fait de ce gaz , l'un de ses produits phare, et  n'a pour autant pas plus d'accident que d'autres.

le mix en stockage dans les conduitse de gaz me parait également une solution élégante de stockage d'énergie ENR/H2

Pecor


Invité



le 18-02-2012 09:14:01

@ tech
L'hydrogène gazeux reste beaucoup plus dangereux que le GPL, et le GPL n'a pas fait beaucoup d'adeptes en France. L'hydrogène se contente d'une simple décharge électrostatique pour s'enflammer. L'hydrogène pose aussi un problème d'étanchéité pour le stockage car il a tendance à attaquer le métal et s'infiltre partout. Pour qu'il soit plus stable et plus docile, il faut associer l'hydrogène avec d'autres molécules. C'est le carburant liquide à température ambiante qui est le plus stable. Certains laboratoire ont réussi à associer l'hydrogène avec le CO2 de l'atmosphère pour former un carburant. Cette technologie fait d'une pierre deux coup : sécuriser et faciliter l'utilisation de l'hydrogène, et recycler la pollution du CO2.

Pour que l'hydrogène soit sans danger pour les gazoducs, on ne peut pas dépasser 15% de mélange avec le gaz naturel :

http://www.enerzine.com/12/12981+enr--- … ducs+.html

http://www.enerzine.com/10/7626+carbon- … -co2+.html

Avec du carburant synthétique, on arriverait à réaliser une transition douce vers la pile à combustible et l'électrique. Si la technologie hydrogène était mature, les centrales électriques fonctionneraient déjà avec ce gaz.

michel123


Membre
depuis le 13-10-2009
le 18-02-2012 11:49:13

Le problème des carburants liquides  reconstitués genre méthanol c'est que le co2 s'il a été recyclé une première fois va finir dans l'atmosphère aprés combustion et ce de façon définitive.
l'absorption de l'hydrogène sur hydrures donne à peu prés le même poids/masse d'ydrogène  qu'un réservoir à 700 bars renforcé qui est certes relativement lèger mais dont la quantité d'hydrogène stocké est finalement assez faible alors que les hydrures arrivent à 7 ou 8% d'hydrogène/poids de métal.
Les deux solutions sont à peu prés équivalentes avec cependant un problème d'échauffement et de chaleur à gèrer voire à stocker sur la solution mac phy.
Ce sera intéressant sur les camions , les bateaux , les trains, et peut être les voitures.....

Marcel5


Invité



le 20-02-2012 14:02:36

H2 vecteur énergie : faut pas rêver !
Pas croyable comme les gens peuvent être naïfs à propos des véhicules à hydrogène, gaz qui est seulement un vecteur énergétique et que l'on ne trouve pas en faisnat des trous dans des gisements du carbonifère.

"Aux Etats-Unis, le remplacement du carburant des véhicules à moteur par de l'hydrogène demanderait la production annuelle de 136 millions de tonnes d'hydrogène, selon la Nuclear Energy Agency (AEN/NEA), en se basant sur un rendement de 75% des électrolyseurs (sans préciser si les éléments auxiliaires sont pris en compte). Une tonne d'hydrogène nécessiterait 52.000 kWh d'électricité pour sa production."

"Ainsi, 7.100 TWh d'électricité seraient nécessaires pour produire l'hydrogène utilisé chaque année par les transports des Etats-Unis. Cela correspond à plus de neuf fois la production d'électricité nucléaire de ce pays (787 TWh obtenus avec une puissance nucléaire installée de 99 GW). Neuf cents réacteurs de 1.000 MW devraient être construits pour satisfaire la demande en hydrogène des transports. "

Source : futura24.voila.net

En France, il faudrait entre 120 et 150 réacteurs nucléaires de 1.000 MW fonctionnant en permanence pour produire l'hydrogène nécessaire aux véhicules routiers, selon que l'on utilise l'hydrogène comprimé ou l'hydrogène liquide.

Faut pas rêver.

Nicocharp


Invité



le 08-03-2012 15:41:15

Recherche
Calmez-vous messieurs,

il me semble que nous sommes encore au stade de la RECHERCHE de solutions.

Les progrès sont donc possibles à tous niveaux.

Par ailleurs (Marcel5), il me semble qu'il faudra beaucoup d'énergie et quelque soit le vecteur, pour remplacer le pétrole dans les transports, sans oublier la démarche negawatts.

La question est effectivement de trouver le meilleur vecteur (rendement énergétique et cout environnemental)...

rouget


Membre
depuis le 11-05-2011
le 08-03-2012 16:38:52

Entre thermique, électrique et hydrogène, la voiture à H2 est la moins efficace et de loin.


Entre la pile à combustible, le stockage et la production c'est une chaine de valeur à mettre en place qui est extrêmement lourde...

 
  Pseudo  
  Email (facultatif)   
  Titre   
 

Avertissement !

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'éditeur ou de ses représentants.

En appuyant sur le bouton 'ajouter votre commentaire', vous déclarez avoir lu, compris et approuvé (la charte) d'enerzine.com

Un commentaire abusif ? Signaler le ici 

En mode invité : il faudra attendre 3 minutes avant que votre commentaire soit publié.
Conseil : pour laisser une ligne blanche entre 2 paragraphes, appuyez 2 fois sur Entrée

  Code de validation :   8198
  Recopier le code ci-dessus   

Pas encore membre ?
1 minute suffit pour le devenir
et poster votre 1er commentaire ...

login pass
J'ai perdu mes identifiants 

Etre un membre connecté vous permet :
  • de réserver son 'pseudo',
  • d'être reconnu auprès des autres membres,
  • de voir les signatures et les profils,
  • de vous envoyer des messages privés,
  • d'accéder sans limitation au forum,
  • et bien d'autres fonctions encore ...
  
 
Retrouver Enerzine.com sur ...
S'abonner au rss
S'abonner à Twitter
S'abonner à Facebook
S'abonner à la newsletter
S'abonner à Youtube
S'abonner à Google+