• Informer
  • Participer
  • Professionnels
login
pass
lettre d'information ▼
    Exemple ?  
Pourquoi la France risque un "black-out" cet été ?
  
La sécheresse qui s'annonce très tôt cette année pourrait contraindre EDF à arrêter de nombreux réacteurs cet été, avec un risque de black-out électrique !

Ainsi, si la sécheresse se prolonge, 44 des 58 réacteurs situés en bord de rivière risquent d'être stoppés, menaçant alors la France de coupures électriques, prédit l'Observatoire du nucléaire dans une étude publiée la semaine dernière. "Seuls les 14 (réacteurs) situés en bord de mer sont à peu près assurés de pouvoir être refroidis correctement cet été."

En effet, les données dévoilées par le comité sécheresse montrent que les précipitations sont déficitaires par rapport aux normales saisonnières sur la majeure partie du pays, et que nous sommes dès à présent dans une situation de sécheresse. Pour le seul mois d'avril, les précipitations n'ont atteint que 29 % des normales. En conséquence, depuis hier, 28 départements ont déjà pris des arrêtés de limitation ou de suspension des usages de l'eau, pour adapter les prélèvements aux débits des cours d'eau et aux niveaux des nappes.

Alors que les pronucléaires font valeur l'argument de l'atome, "une arme de lutte contre le changement climatique", l'Observatoire indépendant présidé par Stéphane Lhomme affirme un point de vue diamétralement opposé : "le changement climatique induit des évènements naturels de plus en plus violents (tempêtes, froids intenses, canicules, etc) qui mettent en danger les installations nucléaires."

On l'a vu avec la centrale atomique de Fukushima, même mis à l'arrêt, les réacteurs ont toujours besoin d'un refroidissement liquide pour éviter une surchauffe de ces derniers. On peut donc se poser la question de la suffisance des barrages d'EDF, qui ont pour fonction d'assurer un débit minimal, en cas de sécheresse prolongée ?

Les principales centrales nucléaires menacées par un manque d'eau dans les rivières seraient les suivantes : Golfech (Tarn-et-Garonne, deux réacteurs), Civaux (Vienne, deux réacteurs), Belleville (Cher, deux réacteurs), Dampierre (Loiret, quatre réacteurs), Saint-Laurent (Loir-et-Cher, deux réacteurs), Chinon (Indre-et-Loire, quatre réacteurs), Chooz (Ardennes, deux réacteurs), Cattenom (4 réacteurs), soit 22 réacteurs au total.

D'autres centrales normalement approvisionnées en eau, ont (elles) l'obligation de respecter une certaine température dans les rivières, en dessous des 30° C. "Il existe des limites légales aux rejets d'eau chaude dans les rivières, afin de ne pas détruire irrémédiablement la faune et la flore." Si cette température est atteinte, la centrale doit réduire voire arrêter la puissance de ses réacteurs.

Toujours selon l'étude menée par l'Observatoire du nucléaire, sont concernées les centrales de Saint-Alban (Isère, deux réacteurs), Bugey (Ain, quatre réacteurs), Cruas (Ardèche, quatre réacteurs), Tricastin (Drôme, quatre réacteurs), Blayais (Gironde, quatre réacteurs), Nogent (Aube, deux réacteurs), soit 20 réacteurs au total.

Enfin, en temps normal, les centrales rejettent dans les rivières des effluents radioactifs et des éléments chimiques (zinc, phosphore, sulfates, sodium, chlorures, morpholine, cuivre, etc). En dessous d'un certain débit, les centrales doivent stocker leurs effluents dans des conteneurs, en attendant que le cours d'eau soit plus conséquent. Si rien ne change, (débit faible < 30 m3/s) les sites de stockages sont remplis et il faut alors stopper les réacteurs.

"Ces risques sont aggravés l'été du fait du moindre débit des rivières. Le problème est démultiplié en cas de sécheresse : ces produits chimiques sont rejetés dans des rivières au débit très faible, causant de fait de graves pollutions chimiques" conclut l'étude.

[ Illustration article ]

 Lu 4938 fois 
 Publié le 17/05/2011 à 07:30 
© Enerzine.com
 
Envoyer à un ami Envoyer Flux RSS Enerzine
Imprimer Imprimer
Pierrotb001


Invité



le 18-05-2011 11:24:33

Indépendance de observatoire du nuclaire.
En tous cas plus indépendant que l'ASN ou les experts qui y gravitent malheureusement... Force est de constater.

Un arret de réacteur à cause de la sécheresse, perso. Je demande à voir.

Mais aurait on imaginé qu'une catastrpohe nulcléaire se trouve dans le pays le plus sophistiqué de la planète, à savoir l'empire du soleil levant?

Kati


Invité



le 18-05-2011 12:16:14

Taux de charge nucléaire
Crustulu, vous avez le taux de charge de superphenix ? et celui des réacteurs de Fukushima ou Tchenobyl pour les prochains mois ?

Pour nos 58 bouilloires qui fonctionnent (quand il ne fait pas trop sec) je crois que c'est en dessous de 80% et que ça se dégrade d'année en année.
Il en faut 5 pour produire le combustible, 3 ou 4 pour compenser les pertes sur le réseau, et on fait partir en fumée plus de 60% d'énergie sur ce qui reste.
Belle performance !

Mais soyons honnête il y a aussi des avantages à cette technologie qui permet d'obtenir de jolis déchets résitant de façon admirable aux assauts du temps.

Dan1


Invité



le 18-05-2011 14:07:37

Petit "en k"

Pour le taux de charge nucléaire c'est au K par K

http://www.enerzine.com/forum2s/37-deba … 3#go_37580

Mais justement le cas des réacteurs français semble s'améliorer car le K remonte !

D'autre part les pertes du réseau de transport (que l'on pourrait en partie, et en partie seulement imputer à la taille des centrales) ne représentent qu'un peu plus de 2% ou encore un peu plus de 11 TWh.
Les pertes de distribution (deux fois plus importantes) existe partout et ce n'est pas la taille des centrales qui en est responsables.

Donc en résumé, on ne peut au maximum maximorum considérer que ces 11 TWh qui représentent la production d'un peu moins de 2 réacteurs de 900 MW ou 1,3 fois la production d'un réacteur de 1 300 MW ou 1 fois la production d'un réacteur de Civaux.

Et si on met massivement des EnR aléatoires dans le réseau, il faudra le renforcer et on va accroître les pertes par les transferts obligatoires et pas forcément souhaités.

Je ne vois pas où peuvent être les 5 réacteurs qui produisent le combustible nucléaire (deux à Tricastin d'accord). De toutes façon avec GB2 ce ne sera plus deux mais 0,05 !   

Enfin pour les 60% ou 66% qui partent en fumée (de vapeur d'eau) ce n'est pas brillant.
Mais que font les autres ?

Pouvez-vous me dire ce qui part en fumée (réelle et supposée) en Allemagne qui, selon l'ENTSO, a produit, en 2010, 83,3 % de son électricité à partir du fossile (344,3 TWh) et du nucléaire (133,4 TWh).

Si 478 TWh allemands on été produits selon les principes de Carnot, combien de TWh sont partis en fumée (avec en prime des fumées dignes de ce nom) dans la campagne et dans les rivières allemandes.

Est-ce que les rivières allemandes chauffent ?

Et enfin, où ont été enterrés les déchets (tous les déchets) issus de la combustion ?   
   

oeildecain


Membre
depuis le 19-01-2011
le 18-05-2011 16:59:51

Le nucléaire n'est pas mort, mais bien fatigué ...
Le nucléaire hexagonal repose sur 4 pieds :

   * la fourniture d'une énergie indépendante des fluctuations éxagérées des pays pétroliers ......

   * la fourniture de la matière première pour les militaires ......

   * l'opacité du système français ......

   * la matière première était hexagonale ......


Le 4ème pied est d'ors et déjà out ......et le 3ème se lézarde bien .......

Si l'on considère que les moyens supplétifs sont techniquement là, il ne manque plus que la volonté politique pour que ce système bascule .......

Et même si 4 ou 5 pays semblent faire de la résistance, par peur de la compétition où ils ont pris du retard, le mouvement de fond est déjà amorcé au niveau mondial ...... d'ailleurs notez bien que seul EDF a réussi à acheter les grands électriciens nucléaires à vendre ces dernières années ......

Pour qu'on laisse les français faire, il y a de grandes chances que la planche soit pourrie ......




Dan1


Invité



le 18-05-2011 17:51:54

Contre-pied

Le 4ième pied étant "OUT", j'apporte une béquille.

L'uranium pour les réacteurs de 2ième et 3ième générations vient de l'étranger, soit.

Ceci dit, nous avons déjà de la réserve en années et non en mois comme avec les combustibles fossiles, nous sommes donc moins prisonniers des approvisionnements.

Mais les 2G et 3G ne représentent pas l'avenir à long terme.

Si on passe à la 4ième génération, il se pourrait bien que nous soyons à peu près autosuffisants avec notre stock d'uranium appauvri qui se monte déjà à plus de 250 000 tonnes et devrait avoisinner les 450 000 tonnes en 2030 (voir page 32/33) :

http://www.andra.fr/download/site-princ … re/352.pdf

Cela devrait permettre de produire 600 000 TWh (plus 1000 ans de consommation actuelle) avec un parc français uniquement composé de RNR selon les projections réalisées par le CEA.
       

 

Reivilo


Invité



le 18-05-2011 21:40:35

Dan 1 président
A une époque ou le monde se creuse la cervelle sur notre avenir énergétique et climatique et ou certains agitent bêtement des moulins à vent en guise de solution, comment peut-on encore laisser Monsieur Dan 1 dans l'ombre des débats lui qui a la solution universelle à tous nos problèmes.

Quand on pense à ces pseudo experts qui n'ont même pas lu les projections du CEA et qui n'ont pas la moindre idée des possibilités magiques de la "4ème génération" et ses 1 000 ans de consommation quasi gratuite, franchement on se demande de qui on se moque.

Vite maintenant : Dan 1 président !

airsol


Membre
depuis le 19-11-2010
le 18-05-2011 22:06:14

La sècheresse, on a déjà connu ça
EN 2003 ça a donné quoi?
Y a des données disponibles?

luxeole


Membre
depuis le 23-12-2010
le 19-05-2011 12:06:19

Quelle solution de refroidissement alternative à l'EAU ?

luxeole


Membre
depuis le 23-12-2010
le 19-05-2011 12:15:10

[ pour raoul31 ]
Le réchauffement climatique est un constat, dont chacun est désormais bien conscient. L'OR blanc se rarifiant, y compris en France, c'est une question de temps où avec chaque nouvelle sécheresse, il deviendra de plus en plus compliqué de refroidir toutes ces centrales... je me demande comment on fera, si dans un futur proche, l'eau ne suffisait plus et qu'il faudra trouver un autre moyen de refroidissement... Comme Raoul31, j'ose espérer que l'on a commencé à y travailler, que les moyens seront prêts et surtout mis en oeuvre pour pouvoir réagir à temps en situation de crise...

Devoirdereserve


Invité



le 19-05-2011 14:08:09

Souvenirs de 2003...
Le texte de l'arrêté relatif aux conditions exceptionnelles de rejet d'eau des CNPE était paru en toute transparence au Journal Officiel.

Pour vous donner une idée de l'impact, reportez-vous à la page Wikipedia de Cattenom par exemple : la dérogation n'avait finalement pas été utilisée, mais un dépassement ultérieur (hors canicule) avait été déclaré comme écart par l'ASN et classé au niveau 0 INES...

Il y avait aussi eu des dérogation en 2006 (note d'information de l'ASN) : les analyses ne sont donc pas nouvelles, et ce n'est pas du tout une surprise. L'ASN, en toute indépendance, vient de redemander à EDF de préciser quels enseignements ont été tirés des événements précédents.

Vous pouvez aussi rechercher sur le site d'EDF, CNPE par CNPE, les arrêtés d'autorisation pour connaître les conditions précises nominale de chaque centrale, ainsi que les résultats des mesures... Exemple à Gravelines, pour Avril 2011. C'est pas transparent ?

Dan1


Invité



le 19-05-2011 16:25:18

Présidence
Pour Reivilo :

Comme d'habitude, je vais être transparent avec vous.

Je vous indique donc clairement que je ne serais pas candidat à la présidence de 2012 et que je ne participerai pas aux primaires du PS.

Nota :
Et comme vous ne savez pas qui je suis, je vous indique également que je ne suis pas Dominique Strauss Kahn : possible futur candidat empêché temporairement par un cas de force majeur.

Dan1


Invité



le 19-05-2011 16:36:37

2003 annus horribilis

Les effets a sécheresse sont connus et on peut en chercher les traces dans les aléas de production d'EDF.

Je vous recommande donc de télécharger les publications de RTE afférentes à 2003 :

http://www.rte-france.com/uploads/Media … s_2003.pdf

et 2006 :

http://www.rte-france.com/uploads/Media … e_2006.pdf

Notez-vous un effondrement de la production nucléaire en août et juillet ?

Dan1


Invité



le 19-05-2011 16:51:03

A l'eau

Puisque le manque vous passionne, pourquoi ne pas répondre à ma question (préoccupante) à propos des CSP :

http://www.enerzine.com/forum2s/37-deba … 1#go_44947

A mon avis c'est pire que le nucléaire.

Dan1


Invité



le 19-05-2011 16:55:37

Manque d'eau

Il manque effectivement de l'eau... au moins dans le commentaire !
Lire : Puisque le manque d'eau vous passionne...

 
  
 
Retrouver Enerzine.com sur ...
S'abonner au rss
S'abonner à Twitter
S'abonner à Facebook
S'abonner à la newsletter
S'abonner à Youtube
S'abonner à Google+
Les offres d'emploi
Documentation