Biocarburants 3G : Les secrets d’une micro-algue à cornes

Les micro-algues utilisent leurs réserves lipidiques pour faire face à des conditions environnementales difficiles. Des chercheurs ont analysé les réponses d’une micro-algue rencontrée dans tous les océans au manque de nutriments, et caractérisé plusieurs centaines d’espèces moléculaires lipidiques mises en jeu.

De nouvelles données pour les biocarburants de 3ème génération.

Températures extrêmes, pH variable, manque de nutriments, … les communautés de plancton sont soumises à différents stress auxquels elles savent s’adapter. Ainsi, les micro-algues, qui prolifèrent dans des espaces marins riches en phosphore et en azote*, développent des stratégies de survie lorsqu’elles viennent à en manquer. Dans ces micro-organismes (moins d’1 mm), les scientifiques observent une chimie complexe encore largement incomprise. Une équipe du CEA-IRTSV a analysé la réponse au manque de phosphore ou d’azote de Phaeodactylum tricornutum, une micro-algue modèle à deux ou trois « cornes ».

« Nous avons constaté deux phases dans la réponse de la micro-algue à une carence en phosphore, explique Eric Maréchal, chercheur au CEA-IRTSV. Tout d’abord, elle puise en elle du phosphore, dans différentes molécules qui en contiennent, notamment les phospholipides. Elle remplace ces dernières par des lipides chimiquement différents. Ensuite, lorsque le stress devient trop intense, Phaeodactylum tricornutum fabrique de l’huile et la met en réserve. »

Les biologistes ont recensé et caractérisé par spectrométrie de masse plusieurs centaines d’espèces moléculaires lipidiques mises en jeu lors de la première phase ! « Ce résultat, qui a demandé plusieurs années de travail, est riche d’enseignement pour la mise au point de biocarburants de 3ème génération** », souligne le scientifique.

La seconde étape reste un mystère. « On ne connaît pas encore l’utilité de cette nouvelle phase de résistance, reconnaît Eric Maréchal. L’accumulation d’huile peut être une forme de stockage d’énergie. Mais peut-être pas uniquement. En effet, la nature utilise l’huile de manières très variées : la baleine l’utilise comme ballast pour nager plus ou moins profondément, certaines plantes pour fabriquer des dérivés oxygénés qui permettent de lutter contre les insectes, etc

Les cornes de Phaeodactylum tricornutum n’ont pas encore révélé tous leurs secrets.

* Ce qui est le cas près des côtes en raison des activités agricoles et de l’eutrophisation qui en découle Production de biodiesel à partir de lipides fabriqués par les micro-algues.

** Production de biodiesel à partir de lipides fabriqués par les micro-algues

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz