Enerzine

Contrat d’1,3 milliard pour Alstom en Afrique du Sud

Partagez l'article

Alstom a remporté un contrat de plus de 1,3 milliard d’euros auprès d’Eskom, la compagnie sud-africaine d’électricité, portant sur l’équipement d’une centrale à charbon de 4740 MW située dans la province de Mpumalanga, à l’est de Johannesburg (Afrique du Sud).

Il s’agit du deuxième contrat d’importance conclu en l’espace de quelques mois entre les deux sociétés, Alstom ayant déjà obtenu en novembre 2007 un marché similaire pour la centrale à charbon de Medupi, située dans la province de Limpopo, au nord-est du pays.

Aux termes de ce contrat, Alstom fournira six groupes de turbines à vapeur et turboalternateurs d’une puissance de 790 MW chacun pour la centrale à charbon pulvérisé supercritique de Bravo. Le contrat porte sur six turbines à vapeur et six turboalternateurs, six condenseurs refroidis par air, les équipements auxiliaires et les services associés d’installation et de mise en service. Le contrat sera enregistré au carnet de commandes du premier semestre de l’exercice 2008/2009.

Grâce à ce contrat, Alstom va de nouveau contribuer de manière importante au programme d’expansion capital engagé par Eskom pour augmenter les capacités de production d’électricité”, a déclaré Philippe Joubert, Vice-Président Exécutif d’Alstom et Président du Secteur Power Systems. “Notre matériel équipe environ 80% des centrales électriques d’Afrique du Sud; nous disposons donc d’une expérience cruciale au plan local ”.

Depuis la fin des années 1990, l’Afrique du Sud a connu une forte croissance économique qui a engendré une augmentation des besoins en électricité. En réponse à cette demande, Eskom a lancé un programme visant à accroître la capacité installée de ce pays, faisant d’Alstom son fournisseur privilégié.

En octobre 2006, Alstom a remporté un contrat pour la modernisation de la centrale à charbon d’Arnot (2100 MW), permettant un accroissement de sa production d’électricité de 300 MW d’ici à décembre 2010. Alstom est également en train de remettre en service deux installations, précédemment mises en réserve, Grootvlei et Komati, qui, à elles deux, apporteront au réseau 2161 MW supplémentaires d’ici à 2010.


Partagez l'article

 



    Articles connexes

    Poster un Commentaire

    14 Commentaires sur "Contrat d’1,3 milliard pour Alstom en Afrique du Sud"

    Me notifier des
    avatar
    Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
    Tthithi
    Invité

    Et voilà c’était pas la peine Mr JOUBERT de fermer ALSTOM POWER BOILERS de Vélizy (ex STEIN INDUSTRIE) qui a déja fourni les 6 chaudières en 1981 pour la centrale de Matimba (6 x 600 Mw) dans ce même pays. Au fait qui fait les chaudières ?????

    J-Claude
    Invité

    Est-il vrai que les mines de platine et d’or en Afrique du Sud ne fonctionnent pas correctement, par manque d’electricité, au moins pour trois à quatre ans, ce qui entraîne et entraînera l’emballement des cours de ces métaux, et aussi la baisse de la croissance dans tous les pays environnants concernés par les accords commerciaux avec le producteur Eskom qui vient justement de signer un accord « important » avec Alstom ? Les populations vont encore « trinquer », comme d’habitude…

    Pascal
    Invité
    Le père Noël (le gouvernement) Sud-Africain a maintenu un prix trop faible de l’électricité, la consommation s’est emballée et les producteurs n’ont pu investir. D’où coupures d’électricité. Quand à la croissance, une croissance de 7%/an correspond à un doublement tous les 10 ans, une multiplication par mille chaque siècle. Ce qui signifie épuisement accéléré de toutes les ressources. Plus de charbon, donc plus d’acier, donc plus de tracteurs. Plus de gaz, donc plus d’engrais. Plus de pétrole, donc plus de diesel, donc plus d’agriculture, donc plus de nourriture, donc plus de population. Quel beau cadeau que de l’électricité pas chère… Lire plus »
    Dan
    Invité
    Je ne suis pas spécialiste de l’Afrique du Sud. Il est possible, qu’ils aient un problème particulier ? chaque pays doit être analysé différemment du point de vue de l’énergie. En Europe, les solutions pour la Norvège, la France ou l’Allemagne ne peuvent être dupliquées à l’identique. Ce qui me chagrine, c’est la conclusion : « Il est donc urgent que le prix de l’électricité sud-africaine augmente drastiquement pour contraindre à l’efficacité énergétique et rendre l’éolien rentable » ! Est-ce que l’Afrique du Sud peut faire fonctionner son économie avec de l’éolien ? Si c’est le cas, il est effectivement extrèmement urgent… Lire plus »
    Pascal
    Invité
    dixit Dan: Je ne suis pas spécialiste de l’Afrique du Sud. Il est possible, qu’ils aient un problème particulier ? Je ne suis pas un spécialiste de l’Afrique du Sud, mais je sais faire une recherche sur Internet. Voir article « Crise énergétique en Afrique du Sud » sur AOL: Mbeki a admis l’existence d’un profond mal être quant à l’avenir du pays Johannesburg, la capitale économique, est la plus touchée, avec des pannes de courant quasi quotidiennes M. Mbeki a attribué cette crise à une « hausse significative » de la demande Voir article « Afrique du Sud : quelles solutions à la crise… Lire plus »
    Pascal
    Invité

    Correctif post précédent: voir article « Les métaux en manque d’énergie » sur l’Usine Nouvelle:

    Dan
    Invité
    Je confirme, je ne suis pas spécialiste de l’Afrique du Sud, les pays que je connais un peu sur ce continent sont plus au nord et à l’ouest. Je sais chercher sur Internet, même si j’essaie de ne pas en faire une exclusive. Effectivement, j’ai trouvé l’essentiel de l’information nécessaire, d’ailleurs relayée par la presse écrite. Je ne conteste nullement le constat, ce qui me chagrinait, c’était le lien entre l’énergie chère et l’éolien rentable. Sur ce point, j’ai une partie de la réponse : l’Afrique du Sud ne peut faire tourner son économie avec de l’éolien. Pour ce qui… Lire plus »
    Pascal
    Invité
    dixit Dan: Que la hausse du prix soit la solution unique et évidente, j’en doute. Tu préfères peut-être qu’un soviet suprême décide ce que chacun doit faire et peut consommer? Regardes l’Iran. L’état dépense un quart de son budget à subventionner l’essence puis établit un rationnement par carte électronique. Le prix est la seule chose qui soit universellement comprise. Aux États-Unis, les carburants sont deux fois moins chers qu’en Europe, et chaque américain en consomme le double d’un européen. Aucune loi n’a été nécessaire pour convaincre les européens des mérites des petites voitures et des transports en commun. Une douleur… Lire plus »
    Dan
    Invité
    On s’éloigne un peu du sujet premier, mais l’énergie est u enjeu majeur qui façonne une société. Non je ne suis ni admirateur ni nostalgique du socialisme, de l’économie administré et du Gosplan. Cependant, je pense que la concurrence libre et non faussée (qui ne l’est jamais vraiment)de notre système capitaliste ne pas avoir réponse à tout tout le temps. Je reconnais que le capitalisme est un excellent système de production de richesses matérielles et que la concurrence est un aiguillon essentiel pour le progrès matériel. Je dis simplement que dans certains domaines il présente peut être plus d’inconvénients que… Lire plus »
    Pascal
    Invité
    dixit Dan: Cependant, je pense que la concurrence libre et non faussée (qui ne l’est jamais vraiment)de notre système capitaliste ne pas avoir réponse à tout tout le temps. Je suis tout à fait pour l’économie de marché, mais j’ai bien demandé une intervention de l’état. Je précise. Les ressources fossiles sont limitées et gaspillés. Il faut donc augmenter le prix de ces ressources fossiles pour contraindre à l’efficacité. Le kérosène est totalement détaxé. Nous importons par avions des haricots verts du Kenya. Est-ce raisonnable? Par contre nous vivons dans la fiction que l’on peut taxer sans retenue l’entreprise puisque… Lire plus »
    Dan
    Invité
    Il est bien sûr urgent d’augmenter l’efficacité énergétique et de favoriser les économies (je suis passé d’une chaudière à fuel de 25 ans à une chaudière gaz condensation, il n’y a pas photo et merci le crédit d’impôt de 40 % !). Oui les contraintes rendent intelligent, à tel enseigne que l’Etat à longtemps oublié les économies d’énergie pour ses installations puisque l’annualité budgétaire et l’absence d’incitation par crédi d’impôt poussait à maintenir en service des systèmes obsolète (il fallait investir tout de suite sur le budget annuel pour gagner de l’argent plus tard sans bénéficier du retour sur investissement).… Lire plus »
    Dan
    Invité
    Je crois qu’un parallèle Iran-France est peu pertinent. Voici l’extrait d’un article de André PERTUZIO disponible sur le site strategicsinternational.com : « L’autre est un système qui contribue à la création de ces déficits budgétaires ou au moins d’un lourd fardeau : il s’agit en effet d’un système de subventions applicable à tous les produits énergétiques qui a pour effet de vendre ces derniers sur le marché intérieur à des prix bien inférieurs à leur prix de revient. C’est ainsi que la différence va de 62% pour l’électricité et 63% pour l’essence jusqu’à 90% pour le diesel et 93% pour le… Lire plus »
    Pascal
    Invité
    dixit Dan: 63% pour l’essence jusqu’à 90% pour le diesel ! Ces subventions représentent 10% du PIB. Leur objectif était de nature sociale pour aider les nombreux défavorisés Les défavorisés n’ont pas de voiture. Les biens de consommations subventionnés profitent aux gros consommateurs donc aux riches. dixit Dan: revenons aux subventions pour les EnR : il s’agit bien de contraindre le marché libre. Est-ce la bonne solution ? Le problème est le pic du pétrole, l’épuisement des ressources fossiles. Le but n’est donc pas d’augmenter la consommation d’énergie renouvelable mais de diminuer la consommation d’énergie fossile. Par exemple détaxer l’éthanol… Lire plus »
    Dan
    Invité
    Pour ce qui de l’Iran, il s’agit d’une citation d’un document qui décrit, sous forme de synthèse, la situation d’un pays qui a vécu d’une rente pétrolière. Je voulais juste montrer que les situations face à l’énergie sont très contrastées et qu’elles sont le produit de l’histoire et de la géographie, voire de la géologie. En conclusion, on ne peut pas généraliser les solutions. Rendre l’énergie plus chère est une solution sûrement bonne pour les pays riches (on pourrait commencer par tripler le prix du carburant aux Etats Unis, en plus ils nous achèteraient des petites voitures !) car pour… Lire plus »
    wpDiscuz