De l’électro-solaire même après le coucher du soleil

L’incapacité à produire de l’électricité bien après le coucher du soleil est un argument souvent cité par les détracteurs de la technologie solaire. C’est pourquoi, la compagnie californienne SolarReserve envisage de construire à Santa Monica, une centrale solaire de 150 MW capable de stocker l’équivalent de 7 heures d’énergie sous la forme de sels fondus.

La centrale thermodynamique "Rice Solar Energy", sera construite dans le désert de Sonoran près de Palm Springs et "produira de l’énergie de manière constante pendant les heures de pointe".

La centrale comprendra 17.500 grands miroirs encore appelés héliostats (7,3 x 8,5 mètres) qui seront disposés en cercle autour d’une tour en béton de 164 mètres de hauteur. Cette dernière disposera à son sommet d’un récepteur de 30 mètres, où circulera un liquide “caloporteur”.

Aussi, quand les héliostats concentreront les rayons du soleil sur ce point focal, le liquide sera chauffé à une température supérieure à 560 degrés celcius. La vapeur dégagée fera tourner une turbine et générera au final de l’électricité.

Mais pendant la journée, le liquide réchauffera également le sel fondu, qui constituera une réserve de chaleur. Le soir venu et lorsque la demande en électricité se fera forte, l’échangeur travaillera dans le sens inverse, où le sel fondu restituera sa chaleur au liquide caloporteur.

 

De l'électro-solaire même après le couché du soleil

[ Cliquez sur l’image pour zoomer ]

En utilisant le sel à la fois pour la vapeur et le stockage, SolarReserve espère faire fonctionner la centrale plus efficacement et plus longtemps : jusqu’à 7 heures, hors ensoleillement.

SolarReserve négocie actuellement avec les fournisseurs californiens le rachat de l’électricité produite par le Projet "Rice" et prévoit une mise en service de la centrale solaire en octobre 2013.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "De l’électro-solaire même après le coucher du soleil"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Pastilleverte
Invité

en voilà une idée qu’elle est bonne ! Allez encore un petit effort et le solaire va réellement devenir intéressant en termes de rendement et coût du KWH (désert proche à disposition de préférence…)

falmer
Invité

Le solaire thermique explose le PV en terme de rentabilite. C’est juste dommage qu’un systeme “a la panneaux solaire”, ou l’on puisse simplement ajouter des elements les uns aux autres sans mains d’oeuvre qualifies, n’ait pas encore ete inventes.

Samivel
Invité

Le “coucher” du soleil, pas le “couché”! Vous dites bien “le petit-déjeuner”, pas “le petit-déjeuné”… Des fautes de francais dans le titre, même d’un article scientifique, ca fait pas très sérieux…

Denlaf
Invité

Et si on avait la bonne idée de faire plus simple et moins couteux…

andre
Invité

Une telle centrale certes moins puissante à fonctionné en France de 1983 à 1986 : Thémis à Targassonne. Actuellement les installations sont en train de revivre avec en vue production de photovoltaïque et projet Pégase pour porter la température du fluide de 500 à 1000°. Pourquoi aller chercher si loin une information qui existe chez nous!

marcarmand
Invité

Le redémarrage de Thémis est décrit dans Enerzine du 29/09/09. On ne peut pas comparer les 2 projets, car Thémis n’est qu’une installation d’étude prévue pour 2 MW, alors que le projet décrit ici est une installation opérationnelle de 175 MW

christian
Invité

Vous souvenez vous quel était le mélange de sels fondus utilisé dans Thémis ?

matv
Invité

@ Christian : Pour Thémis, le mélange de sels fondus utilisés était le Hitec : 40% NaNo2, 7% NaNO3 et 53% KNO3 (Gamme de température d’utilisation : 142 à 500 °C). Aujourd’hui les centrales thermosolaires (Andaol, SolarReserve…) privilégient un mélange de sels binaire : 60% NaNO3 et 40% KNO3 (Gamme de température d’utilisation : 250 à 600°C).

Momo
Invité
Ok pour ce projet , mais les 150MW ils sont thermiques ou electriques ” net to the grid ” ? Et pendant combien de temps (  i.e. combien de MWH / an ? ) Et de tte. facon , les 17500 heliostats ne pourront transferer a la chaudiere en haut de la tour que l’energie des photons que le soleil voudra bien lui envoyer , pas + ! Et c’est la repartition de cette quantite journaliere d’energie en X heures de production d’electricite , directement ou via son stockage court terme qui donnera la puissance finale utile fournie au grid Et… Lire plus »
wpDiscuz