La plus grande installation de pisciculture industrielle d’Europe

Le 12 septembre 2012 marquera l’inauguration de l’installation industrielle d’Europe la plus vaste et la plus moderne, consacrée à la « production » de poissons, soit environ 1.200 tonnes de tilapias par an.

Le site basé en Pologne qui s’étend sur plus de 8 000 mètres carrés sera inauguré par l’entreprise israélienne spécialisée dans la construction et la gestion de sites de pisciculture industrielle, AquaMaof Aquaculture Technologies, en charge de la conception et de l’exploitation de l’usine.

Le coût de la construction, qui s’élève à environ 12 millions d’euros, devrait être amorti en 5 ans d’activités.

La demande mondiale pour des installations de pisciculture s’explique par une offre à la baisse des poissons d’eau de mer, qui trouve sa cause dans les activités de pêche commerciale intensive et non règlementée et par le fait que l’industrie traditionnelle des poissons d’élevage ayant recours à des bacs ouverts ne parvienne plus à satisfaire la demande. Ainsi, pour faire face à cette demande qui ne cesse d’augmenter chaque année, un groupe de spécialistes israéliens et américains ont développé une technologie innovante brevetée pour industrialiser la procédure.

Le système présenté est en mesure de produire une qualité et une quantité prédéterminées de poisson, parfaitement maîtrisées par les opérateurs de l’usine.

Cette nouvelle méthode permet selon ses concepteurs "d’élever des poissons sous température contrôlée pour tout type de conditions météorologiques, de pays et tout au long de l’année, indépendamment des facteurs externes." Bien que cette méthode implique un élevage sous serre dans des réservoirs, un autre système breveté pourra faire réaliser des économies d’énergie et de main-d’œuvre de plus de 70 % par rapport aux autres installations d’élevage du monde.

La nouvelle usine permet d’élever des poissons de même taille grâce à un système de sélection automatique qui évalue et compte les poissons présents dans chaque réservoir, en les transportant d’un bac à l’autre et en veillant à ce que les poissons élevés dans chaque réservoir soient de la même taille.

Plusieurs projets sont actuellement en cours de développement : un projet à proximité de Moscou, en Russie, qui consiste à produire 500 tonnes de truites par an et qui sera inauguré en 2013, et un autre projet en Roumanie pour l’élevage d’esturgeons dans le cadre de la production de caviar, entre autres.

AquaMaof Aquaculture Technologies a signé plusieurs accords avec un certain nombre de groupes d’investisseurs pour construire d’autres sites en Israël, en Afrique et en Asie du Sud-Est, et est actuellement en pourparlers avec des organismes publics et privés pour construire des installations du même type dans plusieurs pays d’Europe, d’Extrême Orient, d’Afrique et d’Amérique du Nord. Les coûts de construction de chacune de ces fermes d’élevage industriel de poissons se situent entre 4 et 150 millions d’euros.

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "La plus grande installation de pisciculture industrielle d’Europe"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Samivel51
Invité

Et comment ces poissons seront-ils nourris? Par des farines de poisson peches en mer? (Pour finir de vider la mer de toute vie) Par des farines de viande? (sans encephalite spongiforme bovine, of course). Ces poissons sont carnivores: je ne crois pas qu’on puisse leur donner des tourteaux de soja. Et surtout: que deviennent les eaux usees gavees d’ammoniac? Et d’ou provient l’eau propre?

Lionel_fr
Invité

Le zooplancton se cultive comme les proies qui s’en nourrissent, l’ammoniac se filtre… Et surtout, on a réussi à vider les océans des poissons et vous dénigrez une filière industrielle conçue pour résoudre ce problème ? Décidément , je ne vous comprends pas Le potentiel de la pisciculture est énorme, et les problèmes résolus méritent l’appellation de cataclysme. Avez vous une meilleure solution ? Ou detestez vous l’innovation d’où qu’elle vienne ?

Samivel51
Invité
La pisciculture n’est pas franchement une innovation! Elle est effectivement sensee prendre le relai de la peche, et deja plus de 50% des poissons manges dans le monde provienne de la pisciculture. Sauf qu’un bonne partie de ces poissons sont nourris avec des farines d’autres poissons! S’il s’agit de tetes de cabillaud dont personne ne veut, je veux bien. Sauf que de plus en plus on peche du tout venant (qui avant etait rejete a la mer ou pas peche du tout, faute de valeur commerciale) pour faire ces farines. (50% de la consommation mondiale, ca fait du volume!) Donc… Lire plus »
perca57
Invité
Samivel51, C’est la première fois que je poste sur un forum, mais là j’en peux plus. Avant de débattre sur l’aquaculture rensignez-vous. La pisciculture n’est pas une innovation elle date de milliers d’années (pici étang chine). La place de la pisciculture est de plus en plus importante mais seulement 5% des poissons produits danas le monde sont carnivores, les autres sont omnivores. Le problème des farine animale est connu. 80 % dy cycle de production peut être fait avec un aliment végétal, la finission avec un aliment tradditionel. Pourquoi, on dira rapidement baisse de la qualité organoleptique du poisson et… Lire plus »
Jean r 22
Invité
@ tous : Je rejoins Perca57 dans ses propos. On dénigre beaucoup la pisciculture et l’aquaculture au sens large pour plusieurs raisons : Les techniques d’élevage sont peu connues du grand public car nécessitent des compétences nombreuses et vastes traitant de tellement de sujets différents, passant de la biologie, écologie, pathologie, physique-chime de l’eau, écosystémie, ingéniérie… bref j’en passe de nombreuses ! Donc les gens (principalement dans le monde occidental et notre société de surconsommation) critiquent ce qu’ils ne connaissent pas sous prétexte de s’intéresser à l’environnement. L’aquaculture comme toute activité humaine a des impacts sur l’environnement. Je dirai que… Lire plus »
Lionel_fr
Invité
Moi je vous crois, je suis enthousiaste sur une filière qui s’améliore, qui parvient à rationnaliser son déploiment avec un diagnostic constant de ses effets indésirables, non pas pour dénigrer mais pour résoudre les bugs ! On ne peut pas gagner un pari de cette ampleur sans accidents qu’on peut toujours imputer à dieu sait quel satan, grand capital, aquaculteurs ou autres. Mais tous ces efforts couronnés ou non, constituent un meta-effort dont le but est de concurrencer la folie qui a stérilisé les mers. Je rends grace à Perca et à Jean qui savent de quoi ils parlent et… Lire plus »
wpDiscuz