Air liquide ouvre sa 1ère station d’hydrogène grand public en Allemagne

Alors que le secteur automobile a annoncé la commercialisation de véhicules alimentés à l’aide de piles à combustible d’ici 2015, l’industriel Air Liquide entend bien contribuer à l’émergence de l’hydrogène dans le secteur des transports en accompagnant le déploiement des infrastructures de distribution.

Le groupe français a annoncé vendredi dernier avoir ouvert officiellement sa première station de distribution d’hydrogène accessible au grand public pour les voitures particulières en Allemagne, dans la ville de Düsseldorf.

Et ce n’est qu’un début ! 10 nouvelles stations de distribution d’hydrogène seront conçues, construites et déployées au cours des trois prochaines années a ajouté Air Liquide, dans le cadre d’un projet de démonstration de grande envergure mené par le gouvernement allemand. D’ici 2015, l’Allemagne sera dotée d’un réseau d’approvisionnement d’au moins 50 stations publiques de distribution d’hydrogène.

Ces développements sont en ligne avec l’annonce du Groupe faite en octobre 2011 portant sur l’investissement dans 20 nouvelles stations en Europe.

Par ailleurs, Air Liquide a récemment installé deux autres stations : "une à Oslo, en Norvège, et une en Suisse, dans la ville de Brugg."

Au Japon, le gouvernement considère l’hydrogène comme une source d’énergie majeure et prometteuse pour le futur de l’automobile et envisage d’installer environ 100 stations de distribution d’hydrogène pour les véhicules à pile à combustible d’ici 2015. Air Liquide Japon devrait en conséquence assurer la construction d’un grand nombre de ces stations et, dans cette perspective, a récemment mis en place une équipe spécialisée dédiée au marché de l’hydrogène. Le Groupe a déjà installé 3 stations d’hydrogène à ce jour, à Tokyo, Kawasaki et Saga. D’après Air Liquide, l’une de ces stations a permis de démontrer la faisabilité d’une chaîne complète d’« hydrogène bleu » à partir de copeaux de bois permettant ainsi ‘une mobilité propre’.

Une centaine de stations d'hydrogène attendue en Europe et au Japon

« Air Liquide est fier d’accompagner ces initiatives gouvernementales. Ces nouveaux développements illustrent l’engagement du Groupe à participer au déploiement de l’infrastructure hydrogène énergie à travers le monde. L’hydrogène compte parmi les solutions innovantes qui contribuent à la préservation de l’environnement en apportant une réponse à court terme aux défis posés par la mobilité durable : réduction des gaz à effet de serre, pollution des villes et dépendance aux hydrocarbures » a déclaré François Darchis, Directeur de la Société et membre du Comité Exécutif d’Air Liquide.

A ce jour, environ 60 stations de distribution d’hydrogène ont été conçues et livrées par Air Liquide dans le monde.

[ Air Liquide ] – La pile à combustible arrive !

[ Lien ] – partager cette vidéo dai.ly/Rj0L6k

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
13 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Lionel_fr

C’est vrai qu’avec un nom pareil…. Bon Air liquide installe des stations à tout va chez les autres sans donner de précision technique : tout juste distingue-t-on une signalétique sur l’illustration qui laisse entendre que l’hydrogène est produit sur place à partir d’EnR en de biométhane. Nous voilà rassuré , ce n’est pas une installation qui reforme du gaz de mine, ouf ! Maintenant qu’on est rassurés, on aimerait bien sûr voir nos amis français mailler leur territoire de stations H2. Quel est donc l’obscur lobbie tapi dans l’ombre qui flingue tout ce qui ne relève pas de son business ? Bon voyons les choses du bon coté, l’allemagne crée, invente, teste en suivant une logique formelle qui a tendance à provoquer des réussites commerciales impressionantes. Pendant ce temps , la voisine française abandonne les EnR, abandonne le GNV et accuse les chinois de toutes sortes de maux qu’elle s’est pourtant largement auto-infligé… Le fait que tout ceci ait lieu en allemagne prélude une réussite impossible à espérer en france. Une fois que tout sera en place, Marianne sera peut-être dans de meilleures dispositions pour accompagner le phénomène et lui ajouter de bonnes idées … à défaut d’en avoir eû plus tôt…

s. lang

Je dois être un peu stupide, mais annoncer qu’une première station est disponible, et dans le même temps que les véhicules à pile à combustible (donc consommant de l’hydrogène – enfin, on l’espère, vu que quantité de piles à combustible utilisent du méthane) seront dispos en 2015, ce n’est pas mettre la charrue avant les boeufs? Par ailleurs, une bonne fois pour toutes: NON, l’hydrogène n’est pas une source d’énergie. Il n’y a aucun gisement d’hydrogène… C’est un vecteur énergétique, comme l’électricité, l’air comprimé (coucou à M. Guy NEGRE).

De passage

pour trouver un moyen de compenser les pertes fiscales TIPP actuelles qui ne seraient plus payées par les véhicules H²… Une fois trouvé le moyen, on devrait démarrer l’installation de “pompes H²” pour une ville pilote et ses véhicules de transport en commun

Lionel_fr

Ah ! voilà donc l’explication de l’extinction synaptique française dés qu’il s’agit d’hydrogène : M S.Lang et son maître JM Jancovici nous rappelles à l’envi que l’H2 n’est pas une source d’énergie car indosponible chez mère nature à l’état natif. Contrairement au SP95 qu’on obtient en trayant des vaches transgéniques, au kérozène extrait du guano de condor accouplé à un B747, l’électricité qui pousse sur le Salum Electricum dont le fruit offre une connection au réseau phréatique, l’hydrogène nest pas produit naturellement en grandes quantités ce qui nous oblige à l’extraire. Comme il ne constitue que 95% de la masse de l’univers, il est évidemment très difficile d’en trouver. Il est notoirement nécesaire d’être diplômé de l’école des mines pour savoir où il se cache mais je vous donne le truc en exclu pour enerzine : on l’extrait du lait de baleine, voilà vous savez tout Parlez en à Jancovici , vous verrez , il sera sur le cul Plus sérieusement : comme toute les sources d’énergie moderne , l’hydrogène doit être extrait via un processus très simple mais son stockage est plus délicat quoiqu’à peu près équivalent à celui du gaz naturel sous pression. Cela nécessite une logistique de fabrication et de distribution à l’instar de tout ce qu’on utilise dans nos pays riches de moyens mais pas d’idées. Une fois cette infrastructure en place, on oublie , comme on le fait pour l’eau, le gaz, l’electricité ou la pizza surgelée.

Tech

on a eu le PC personal computing il nous faut du PE personal energy. pourquoi devoir passer par la “station services” si ce n’est comme l’a dit un intervenant pour payer des taxes! il faut l’équivalent du groupe électrogène, mais à l’envers! avec un peu de stockage! vous avez une installation perso qui peut produire de l’électricité (éolienne, solaire, hydro, biomasse, etc, etc,..) un peu d’hydrolyse et hop “votre” énergie en boite, plus besoin d’aller chercher du “carburant” vendu par des quasi monopoles multinationales avec taxes et guerres associèes. bien sur votre véhicule ou votre utilisation électrique supérieure à votre production sera alimenté via une pile à hydrogène! quelque chose dans la veine des compresseurs de gaz naturel pour véhicules

moise44

@Lionel_fr Vous semblez insinuer que les nucléocrates ne souhaitent pas que ces technos se développent, mais je vous rappelle que AREVA est un des partenaires de La plateforme MYRTE en Corse. Plateforme que Mr Mestrallet (PDG de GDF-Suez) a dit observer de près pour plusieurs raisons. Car il compte bien en faire un vecteur de stockage couplé a des centrales éoliennes et aux réseaux de GAz naturel ou industriel. Avec une réaction de Sabatier pour le stocker éventuellment dans SON reseau de gaz. On comprend mieux dans ce contexte le point de vue de JMJ qui parle de vecteur énergétique et non de source d’énergie. Mais comme vous l’a rappelé S.Lang, pour l’instant Air Liquide fait son hydrogène avec du méthane ou du charbon, donc rien a voir avec l’électrolyse qui a un rendement trop bas pour être économique dans le contexte de concurrence actuel. Il y a aussi un autre moyen de faire de l’hydrogène : la pyrolyse. Et cette réaction peut se faire aussi avec du nucléaire ! Ne vous en déplaise ! Réacteurs de 4ème génération : produire de l’hydrogène avec le nucléaire Autre pb : le contenu énergétique de l’hydrogène est faible (le tiers du méthane par exemple !) Mais aussi, dangereux (plus que le GPL !) car stocké a haute pression et très très inflammable. Mon avis est qu’il y en aura mais pas dans des proportions miraculeuses et je doute franchement que ce sera le transport qui sera privilégié. Il me parait plus prudent de le diluer dans les réseaux de gaz naturel, mais quid de l’augmentation (ou diminution ?) du bilan énergétique/calorifique/thermique par unité de masse et de volume du gaz alors obtenu dans le chauffage urbain ? Certains parlent aussi du stockage sous forme d’acide formique (EPFL) mais alors quid du bilan synthèse-reformage dans le bilan énergétique globale ?

Lionel_fr

Comme vous , j’ai fait le tour de l’aspect technique, gloire et misère incluses. Sans doute au delà car il m’arrive de gonfler des ballons avec de l’aluminium (attention) et bidouillé un circuit HHO optimisé qui permet à un moteur de tondeuse de tourner 5mn25 avec le contenu d’un ballon de baudruche . Première chose : l’électrolyse peut dépasser 90% de rendement (force chaleur confondues), c’est une affaire de PWM et de design. Mais tout cela n’a pas grand sens. Ce qui a du sens en revanche , c’est le contexte géopolitique. Soit on garde le nez dans les bouquins : Sabatier, Fischer-Tropsch, Acid formique, ammoniac et l’interminable listes de catalyses qui datent du début du XXeme siecle. Soit on met le curseur sur 2012, 4eme choc pétrolier, crise systémique mondiale, crise iranienne armée, BRICS, … et on repense la question à la lumière de ces données. Je pense que les français sont en train de commencer à le faire. Les Allemands sont au stade du screening (recherche statistique appliquée), les japonais terminent les unités de fab robotisées.. Ce n’est pas vraiment une question de qui en sait le plus ou même qui a le meilleur QI, c’est plutôt une affaire de management et d’optimisation des délais de mise en production à grande échelle. MYRTE est pas mal et son petit frère en PACA aussi mais je vous fais remarquer que j’ai vu une video sur youtube ou un particulier américain avait fait l’équivalent de 40 MYRTE dans son jardin alors voilà le deal : Vous continuez à faire des démonstrateurs pour briller en société, et nous on continue à bosser sur les produits que vous nous achèterez quand vous ne pourrez plus rien faire d’autre … voilà Je ne vous propose pas d’en discuter car je sais que vous achèterez, je ne vois pas vraiment l’intéret de négocier.. Notre prix sera le vôtre et nos conditions de paiment sont : virement A LA COMMANDE, ok, pour les paiments à 60 jours , MYRTE les acceptera sans problème

Sicetaitsimple

“prodiuit sur palce à patir d-enr et de biométhane”. C’est biarre, je n’apercoi pas les digesteurs dans le fond.. Pourtant, normalement ça se voit.

Autonome

Je vous fai entendre ,que l’énergie des vagues est une productions naturellement en grandes quantié est produit sur place. Une habitations pouvent navigué dans le monde entier. Pouvent fuire les catastrofes avec toute sécurité. Pas d’intervenent pour payer des taxes.

Rectificator

En effet l’hydrogène est utilisé par toutes les étoiles lors de la fusion nucléaire ce qui nous donne l’énergie “solaire” entre autres disponible sur notre planète. Alors quand on parle d’hydrogène, il faut être précis et ne pas croire tout savoir alors quon ne sait pas grand chose (à priori) (re coucou à Guy Negre) De plus il y a déjà de nombreuses voitures, bus et autres véhicules spéciaux qui roulent à l’ hydrogène en Europe; en France il n’y en a qu’un seul immatriculé: la F-city de Famauto avec pile à combustible Michelin

Lionel_fr

@lion : Depuis quand on résout les problèmes en réfléchissant, fut-ce judicieusement et en faisant des expériences de potache ? Le problème reste entier. Toujours pas d’hydrogène disponible à la station du coin et encore moins de véhicules ou engins capables de l’exploiter, même si on peut bricoler tout cela, ça ne résout rien. On a 50 MTEP de pétrole à substituer et vous pensez qu’on va régler ça dans la textarea du forum d’énerzine ? @rectificator Environ 3,4×1038 protons (noyaux d’hydrogène), soit 619 millions de tonnes d’hydrogène, sont convertis en 614 millions de tonnes d’hélium chaque seconde dans le soleil, libérant une énergie correspondant à l’annihilation de 4,26 millions de tonnes de matière par seconde, produisant 383 yottajoules (383×1024 joules) par seconde, soit l’équivalent de l’explosion de 91,5×1015 tonnes de TNT. (wiki) Cela dit faudrait pas confondre fusion de l’hydrogène et combustion d’HH en présence d’oxygen. Le bilan énergétique est à une autre échelle quoique réversible dans notre cas et c’est bien pour ça qu’on s’y intéresse. Aucune étoile ne convertit l’helium en hydrogène bien qu’une théorie prédise que le refoidissement de l’univers y pourvoirait dans les 60 milliards d’années qui viennent. Et finalement : heureusement que l’hydrogène est compliqué à stocker car il va être difficile de le vendre et encore plus de le taxer !! Le seul service que l’état pourra vriment taxer , c’est l’infrastructure de transport et de stockage et sans doute pas au taux de l’actuelle TIPP car il serait trop facile de le produire par soi même, il faudrait taxer les énergies primaires qui permettent de générer l’hydrogène ce qui semble impossible. En revanche la compression à 200bar n’est pas à la portée de l’automobiliste moyen. Actuellement je ne vois pas comment le faire à moins de 5000€ pour la pompe et 2 ou 3 k€ pour les bouteilles.

Sicetaitsimple

“La compression à 200bar n’est pas à la portée de l’automobiliste moyen…Pas comment faire à moins de 5000€ pour la pompe et 2 ou 3 k€ pour les bouteiles” Bah alors? La production et le stockage d’hydrogèene sont pourtant des technos éprouvées , non? C’est exact, pour les gens (raffineurs, etc) qui ont besoin de molécules d’hydrogène.Ils en payent le prix car c’est nécessaire à leur activité. Pour les gens qui ont juste besoin d’énergie ( d’un combustible), c’est forément moins vrai ….

Lionel_fr

Solutions H2 éprouvées en B2B !. Les raffineries en utilisent des millions de m3 pour désufuriser le pétrole notamment. La métallurie en utilise aussi des quantités industrielles, sans parler du spatial, mais pour nous autres les rampants, pas grand chose. Je ne parle pas de matériel conçu pour un autre usage comme les bonbonnes de gaz ou les bouteilles de plongée. Le matériel de génération postérieure à 2015 sera prévu pour le grand public et certifié par divers organismes, en particulier les mines pour les transports routiers. Sinon les véhicules au GNV fonctionnent très bien et les modifications pour l’hydrogène sont minimes si on utilise l’hydrogène comme additif et non pas comme carburant principal. C’est ce qu’a fait GDF avec Hytane , mélange de gaz naturel et d’hydrogène, une excellente idée apparament restée lettre morte en france , faute de stations équipées et de poursuite du GNV… Maintenent , il faudrait arrèter de chercher dans le passé des solutions pour les transports d’après 2015. Je ne vais pas m’apitoyer sur le sort pathétique de l’économie française si celle-ci préfère sacrifier 5% de son PIB en matière premières pour satisfaire ses lobbies. La migration du parc auto mondial vers l’hydrogène n’a que faire de la position française. La population suivra sagement ce qu’on lui dicte que cela me plaise ou non. L’hydrogène se fera avec du matériel conçu pour l’utiliser et pas que des moteurs, des fuel-cells ou des bonbonnes composites certifiées par les mines , mais aussi des détendeurs, de la tuyauterie, des stations de recharges munies , elles mêmes de cuves de grande capacité …. Si vous voulez que je bidouille une bagnole pour faire un paris-berlin à l’hydrogène, sous réserve de trouver un véhicule GNV, je ferai rouler facilement la bagnole et je peux même bricoler une station de recharge avec du matériel de plongée (justement j’ai un compresseur disponible) Mais pour faire le plein sur l’autoroute à Reims et à Strasbourg, là je serai à oilp et à moins d’embarquer un compresseur dans le coffre et un attirail de chimiste pour faire réagir de l’aluminium, je me retrouverai en panne sèche. Maintenant si vous pensez que le monde entier va renoncer à l’économie de l’hydrogène juste pour être poli avec le lobbie nuke français, je crois que vous vous mettez le goigt dans l’oeil. Ils feront semblant de rire sous les quolibets pas drôles du tout de nos ultra-conservateurs de l’énergie mais sur le terrain , ce sera très différent. Air Liquide l’a parfaitement compris et je félicite son management pour avoir développé ce business 100% à l’export. Et je veux bien m’amuser à vous écouter clamer que “ça ne marchera jamais” ou que c’est de la science-fiction. Cela en dit plus long sur vos source d’info que sur la situation mondiale des carburants automobile soit dit sans chercher à vous blesser Peut-être que mes sources d’info sont plus exhaustives et moins manipulées par le pouvoir que les vôtres. Quand on voit 10 des 50 plus grosses industries mondiales investir 110% de leur budget recherche sur une seule technologie, il n’est pas très dangereux de s’avancer sur son déploiment.

13
0
Laissez un commentairex