“Le syndrome de Tchernobyl semble toucher les gouvernements successifs”

En séance à l’Assemblée nationale mardi, la ministre de la Santé Marisol Touraine a jugé non concluante une récente étude italienne qui fait état d’une forte augmentation des maladies de la thyroïde, dont des cancers, en Corse après le passage du nuage radioactif de Tchernobyl en 1986.

Le lendemain, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) lui emboîtait le pas, jugeant que les données de base utilisées et les méthodes d’analyses paraissent approximatives et mal décrites.

Le déni continue donc 27 ans après la catastrophe de Tchernobyl, une position jugée irresponsable par l’eurodéputée Michèle RIVASI, fondatrice de la Criirad (Commission de recherche et d’information indépendante sur la radioactivité), qui soutient depuis le début cette étude effectuée sur la base de 14.000 dossiers médicaux archivés et plus particulièrement sur 5.500 dossiers "complets" concernant des patients ayant consulté avant et après l’accident de la centrale nucléaire ukrainienne du 26 avril 1986.

"Ce qui m’étonne le plus, c’est la rapidité et l’aplomb avec lesquels l’IRSN rejette une telle étude, confiée pourtant à une équipe scientifique aussi crédible que compétente, suite à un appel d’offres européen. Les données utilisées sont suffisantes et crédibles. Le vrai problème est que l’IRSN a toujours refusé de reconnaître la dangerosité des faibles doses d’exposition à la radioactivité, s’entêtant – comme il vient de le répéter – à ne juger cette étude qu’en l’état actuel des connaissances sur les effets des expositions aux rayonnements ionisants.Reconnaître les dangers des faibles doses ce serait remettre en cause l’ensemble des normes de radioprotection et donc condamner définitivement le nucléaire pour raisons sanitaires".

"Actuellement au Parlement européen, nous débattons de la future directive européenne sur la radioprotection, une occasion inédite de remettre en cause les normes actuelles pour les améliorer, ce à quoi je m’emploie. Je vous le dis franchement, d’un point de vue cynique nous conservons de telles normes pour éviter de payer trop cher en indemnisations en cas d’accident nucléaire. C’est le seul moyen d’éviter un krach économique complet suite à une catastrophe nucléaire majeure. Bref, une telle attitude démontre que l’on s’attend donc à avoir un accident, ce qui est inacceptable pour tout un chacun".

"Cette analyse de l’IRSN contredit pourtant des études officielles de l’Institut national de veille sanitaire (INVS), qui ont démontré que l’incidence des cancers de la thyroïde en Corse est parmi les plus élevée de France…puisque la Corse a été la région la plus affectée par les retombées radioactives. CQFD".

"Le syndrome de Tchernobyl semble toucher les gouvernements successifs, empêtrés dans une dépendance au nucléaire qu’ils n’ont su résoudre. Avec cette étude, la gauche avait enfin l’opportunité de reconnaître un des plus graves mensonges de la Vème République, je suis extrêmement déçue".

"Depuis des années les victimes de Tchernobyl attendent une reconnaissance officielle des maladies qui les affectent. Je ne peux que m’indigner d’une telle irresponsabilité pour protéger les intérêts de l’industrie nucléaire: au final, le mensonge initial oblige à sa répétition pour ne pas mettre à mal la crédibilité de l’Etat en matière de responsabilité nucléaire. Le seul moyen de sortir d’un tel cercle vicieux est de sortir du nucléaire".

Partagez l'article

 



         

Articles connexes

Poster un Commentaire

117 Commentaires sur "“Le syndrome de Tchernobyl semble toucher les gouvernements successifs”"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Tom
Invité

“s’entêtant à ne juger cette étude qu’en l’état actuel des connaissances” Celle-là est belle ! Evidemment qu’on n’analyse un problème qu’en l’état de nos connaissances… Vous jugez comment vous ? En fonction des connaissances d’hier ? Pas mal… De celles de demain ? Oui oui ! C’est sûr que si vous jugez avec les connaissances de 2100, je ne peux que respecter votre analyse…

Teredral
Invité

Qu’attend-on pour remplacer des organismes tels que la CIPR (Commission Internationale de Protection Radiologique), l’IRSN et même l’OMS par la CRIIRAD de Mme Rivasi, seule détentrice de la vérité scientifique ?

Marie masala
Invité

Puisqu’on en est à parler de déni, on peut s’interroger sur qui fait un déni: la plus grande partie de la communauté scientifique qui répète inlassablement que les conséquences de Tchernobyl sur la santé des Français sont marginales ou Madame Rivasi et les antinucléaires qui disent l’inverse ? Les premiers justifient leur position sur des bases vérifiables, les seconds beaucoup moins… –

Temb
Invité

Allez hop, la dose de Rivasi pour énerver les pro-nucléaires et les souder face à l’ennemi commun : l’abject écologiste.

Tom
Invité

“Allez hop, la dose de Rivasi pour énerver les pro-nucléaires et les souder face à l’ennemi commun : l’abject écologiste.” C’est simplement une question de rigueur scientifique et intellectuel ! Elle justifie sa position grâce à une hypothèse qui n’est pas, je cite, “l’état actuel des connaissances”. En gros, elle – et d’autres – invente une théorie qui lui convient dans le seul but de démontrer son idéologie. Pro-nucléaire est souvent associé à mensonge dans la tête des français, on appelle comment ce genre de raisonnement tenu par la CRIIRAD ?

Bc
Invité

Les Tom, Teredal, lion, Temb, Marie … : vous me faites honte ! Pas un mot pour toutes les personnes atteintes d’un cancer, ni un mot doux pour les familles de décédés ! Vous vous croyez certainement que votre raisonnement est bon. Pour ma part vous n’êtes que des arriérés et assassins en puissance. Allez donc nettoyer Fukushima si le nucléaire est si bon pour la santé. Salut.

Temb
Invité
Moi perso je ne suis pas chaud pour aller m’occuper de Fukushima, c’est la m… de Tepco et des autorités de régulation mondiale de l’énergie, c’est aussi un peu la m… d’Areva qui vend n’importe quoi à n’importe qui sans s’assurer que ses clients ne font pas n’importe quoi. Qu’ils se débrouillent. D’ailleurs la note pour la seule décontamination vient d’être multipliée par 5, on en est à 44milliards. Cout de fukushima : plus de 150milliards d’euros pour l’instant, belle perf. Côté morts, qu’on se rassure, le directeur de la centrale, les journalistes, agriculteurs, riverains, patients des hopitaux mal évacués… Lire plus »
juanasol
Invité
Qui peut encore croire à la sûreté et la rentabilité du nucléaire au XXIème siècle, à part une poignée de Gaulois bornés ? A courte vue, le nucléaire est économique, mais les centrales nucléaires vieillissent et leur dangerosité et leur coût augmentent considérablement avec le temps. Il y aura d’autres accidents, et plus graves encore, si on persiste. Arrêtons de nous entêter avec cette source d’énergie éminemment pernicieuse ! Il est IMPOSSIBLE de limiter le risque nucléaire. Un seul accident peut tuer des millions de personnes. Et les accidents se multiplient ces dernières années ; ça va continuer si on… Lire plus »
Nicias
Invité

Le déni continue donc 27 ans après la catastrophe de Tchernobyl Le journalisme, ce n’est pas prendre parti. C’est fournir une information balancée et critique. En l’occurrence, l’article gagnerai en donnant un peu plus de place à l’IRSN et au Ministre de la santé plutôt que de se faire le petit télégraphiste de Mme Rivasi. Le CP de l’IRSN:

moise44
Invité
Le télégraphiste (je cite Nicias parce que je trouve que ce qualificatif est tout fait juste pour qualifier l’auteur de cette publication) nous dit : “Le vrai problème est que l’IRSN a toujours refusé de reconnaître la dangerosité des faibles doses d’exposition à la radioactivité, s’entêtant – comme il vient de le répéter – à ne juger cette étude qu’en l’état actuel des connaissances sur les effets des expositions aux rayonnements ionisants.” Pourtant, déja il y a des decennies : Radiophobie, fantasmes et réalités – Afis – Association française pour l’information scientifique Extrait : “Pour des raisons techniques et politiques,… Lire plus »
Homer
Invité
Votre raisonnement est un raisonnement émotif et ne peut donc pas être crédible. On ne prend pas des décisions rationnelles sur le cou d’une émotion. C’est malheureusement ce qu’a fait l’Allemagne suite à Fukushima pour sortir du nucléaire. Le problème avec le nucléaire c’est que lorsqu’un accident arrive il est impressionnant cependant il arrive très rarement et sont impact sur la santé et l’environnement est donc très faible. Vous semblé être perturbé par les quelque mort qui seront lié à Fukushima mais les dizaines de millier qu’il y a chaque année à cause du charbon et j’en passe cela ne… Lire plus »
Bc
Invité

L’émotion c’était en 86 et en 2011. Le coup de l’émotion est maintenant passé, merci. Le problème du nucléaire ce sont ses couts, ses dangers, ses déchets radioactifs et ses fanatiques civils ou militaires. Je ne suis d’accord avec vous que sur le charbon. Heureusement, il me semble qu’il y a aujourd’hui la possibilité d’envisager un autre mix énergétique.

Temb
Invité

L’Allemagne n’a pas décidé de sortir du nucléaire suite à Fukushima. La décision avait été prise 10ans avant, Merkel 1an avant Fukushima avait décidé de retarder un peu la sortie, et suite à Fukushima elle n’a fait que revenir au point de départ : sortie en 2023. Ils ont fermé 8 réacteurs (la moitié) et cela n’a posé aucun problème particulier de sécurité d’approvisionnement.

Homer
Invité
Le danger ? Vous serez gentil d’argumenter car pour le moment les chiffres ne sont pas en votre faveur. Une industrie qui fait moins de mort en 15 ans sur l’ensemble du monde que le nombre de tué sur les route en France pendant une année … “Heureusement, il me semble qu’il y a aujourd’hui la possibilité d’envisager un autre mix énergétique” On vous écoute ? Quel mix permet aujourd’hui de se passer à la foi du gaz du charbon du pétrole et du nucléaire ? Et je dis bien aujourd’hui car apparemment c maintenant que vous voulez sortir du… Lire plus »
moise44
Invité
Votre raisonnement est un raisonnement émotif et ne peut donc pas être crédible. On ne prend pas des décisions rationnelles sur le cou d’une émotion. C’est malheureusement ce qu’a fait l’Allemagne suite à Fukushima pour sortir du nucléaire. et Le problème du nucléaire ce sont ses couts, ses dangers, ses déchets radioactifs et ses fanatiques civils ou militaires. Concernant les décisions sous le coup de l’émotion et surtout celle de l’allemagne, ou de Mme Merkel en premier Lieu : Idée reçue n°36 : “C’est l’émotion engendrée par Fukushima qui a convaincu Mme Merkel de sortir du nucléaire” | Quelques idées… Lire plus »
Homer
Invité

J’ajouterai que la technologie nucléaire française (donc les REP) n’a jamais connu un d’accident grave avent rejet significatif de radioactivité dans l’atmosphère. Donc le REX semble réellement contre vous

moise44
Invité
Les déchets Nucléaire ou biologie de synthèse: débats impossibles ? ” L’annulation d’une de ses réunions, voire de toutes celles qui sont prévues si les opposants à la tenue de ces débats s’y déplacent et y font obstacle physiquement, serait le signe de ce que ces opposants ne souhaitent pas l’échange d’opinions sur le sujet. Que ce soit par crainte de ne pas emporter la conviction des participants ou par tactique rhétorique – empêcher un débat de se tenir pour pouvoir continuer à dire qu’ils ne sont pas écoutés.” “Enfin, le discours opposé à l’électro-nucléaire souhaite répéter l’argument “il n’y… Lire plus »
moise44
Invité

Les fanatiques militaires non plus Fukushima Fallout Threat and Cover Up Continues | Veterans Today Lisez bien la fin autant que le début de cet article. Bien documenté mais comme toujours orienté, voir avec un ton légèrement conspirationniste, ou anti fédéral, comme les étasuniens savent en être ..

hach
Invité

Pour info sur les alternatives au nucléaire: Bonne lecture

Zezep
Invité
Un des gros problème du débat entre pro et anti vient de la confusion entre iradiation et contamination. Il est très probable que les faibles doses d’iradiation ne causent pas de gros problèmes de santé. En revanche la contamination de l’air et, surtout, des aliments concentrent les radio-isotopes dans l’organisme ce qui est beaucoup plus néfaste. De plus, un grand nombre d’éléments radioactifs (cesium, strontium…) ont une demi-vie assez longue pour qu’ils s’accumulent au fil des ans dans la chaîne alimentaire. D’ici quelques années il sera plus riqué de manger un thon pêché au japon que de se promener dans… Lire plus »
Tech
Invité
à homer , c’est sur que si vous comprenez aussi bien que vous écrivez, il y a un gros problème pour ceux qui vont réagir à l’attaque orthographique, oui je fais aussi des fautes, mais au niveau d’homer, c’est pathologique;o) si vous lisez bien votre lien vers le huff post et le rapport en anglais, vous comprendrez que parler d’une dizaine de morts à tchenrnobyl, est plus que simpliste: dans ce que vous essayez de faire croire, vous oubliez que l’on peut être très malade avant de mourir, une leucémie peut durer, une cataracte n’est peut être pas mortelle, mais… Lire plus »
irisyak
Invité
Si l’énergie nucléaire était aussi sûre qu’elle le proclame, comment expliquer que les normes ont été changées du fait de l’accident de Fukushima. Changer de thermomètre après un accident …!!! Ensuite, en plus des morts regrettables il y a tous les enfants aux multipathologies. Les personnes en âge de se marier considérées commes des pestiférées; Les enfants nés malformés, les plantes complètement déformées, les mensonges sur la manière dont ont été traités les employés à Fukushima. Les directeurs sont restés dans leurs bureaux (pour la plupart) et ont laissé les ouvriers se débrouiller dans le plus grand désordre. On n’en… Lire plus »
Homer
Invité
@Tech Vous êtes pitoyable comme vous savez vos argument faux vous essayez de me décrédibilisé sur mon orthographe. Oui en effet c’est pathologique car je suis dyslexique cela ne m’a pas empêcher à force d’acharnement de faire prépas et de devenir ingénieur. Des personnes comme vous qui se croient supérieur j’en ai rencontrer et elles ont toutes fini par passer leu chemins en baissant la tête. Pour Tchernobyl vous semblez vous ne pas savoir lire. Je vous redonne ma phrase :”Même si dans leur hypothèse le nombre de mort issu du nucléaire peut être critiqué” . Cela veut bien dire… Lire plus »
Dan1
Invité
Voici une traduction partielle du rapport de l’UNSCEAR de 2008 : Il fait le point sur les conséquences directes connues de la radioactivité. Voilà les conclusions in extenso : “76. Bien qu’un nombre considérable de nouvelles données soient devenues disponibles, les principales conclusions en ce qui concerne l’ampleur et la nature des conséquences de santé de l’accident de Tchernobyl sont essentiellement les mêmes que celles des rapports antérieurs de 1988 et 2000 du Comité. Ces conclusions sont les suivantes: (a) Un total de 134 employés de l’usine et les travailleurs d’urgence ont reçu des doses élevées de radiations ayant abouti… Lire plus »
Bafigue56
Invité

Lire cet article édifiant pour plus de précision :

Fra
Invité

Le nombre de cancers de la thyroïde a augmenté en France Ce , depuis la montée en puissance de méthodes de dépistage plus performantes ;qui remontent justement AUX ANNEES 80 Je crois que la courbe de l’incidence est arrivée à un plateau dès que la technique s’est généralisée , mais je n’ai pas vérifié depuis un moment

Tech
Invité
à homer, je ne change pas le diagnostique, mal comprenante aigüe, avez vous lu le lien que je vous proposait, vous restez sur des positions de “brain washed ” de l’industrie nucléaire, et ne considérez que les documents qui sembleraient vous donner raison, mais ces documents sont du camouflage, exemple: d’après la traduction donnée par DAN1: pour la phrase suivante aucun mort comptabilisé, mais le dol est patent: ” Les blessures de la peau et des cataractes liées au rayonnement figurent parmi les principales séquelles des survivants aux syndromes aîgus de radiation. et celle là: “(f) Une augmentation substantielle de… Lire plus »
Homer
Invité
Vous refusez de faire les opération vous même et manquez certainement de sens critique. Je vous ai déjà dit que même si on multipliai le nombre de mort issues du nucléaire par 100 (et pas seulement pour Tchernobyl) on était encore largement en positif. De plus je vous ai dit que ont était en positif de 1,3 millions. Cela signifie que même si pardessus cette marge de sécurité (fois 100 tout de même) vous rajouté encore 1 millions de mort supplémentaire pour Tchernobyl, Le nucléaire aurait encore sauvé 300 000 personnes. Mais ça vous vous gardé bien de le vérifier… Lire plus »
Salarieieg
Invité
Bonjour, Je crois effectivement que l’impact “émotion” d’un incident nucléaire est tel qu’il conduit parfois à oublier que le charbon est lui aussi responsable de maladies, et malheureusement de morts… Pour autant, il faut cesser le dogmatisme EnR contre Nucléaire ; il faut probablement réduire la part de la production nucléaire dans le mix français, à condition de maitriser le taux d’émission de GES en développant les ENR, car les exemples de communication autour des énergies vertes sans regarder le CO2 existent malheureusement aussi. L’Allemagne devient un exemple plus qu’un modèle. Ainsi, le juste équilibre nucléaire/ENR/Hydro/thermique/Economie/GES est nécessaire pour assurer… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Je ne suis pas sûr d’avoir tout compris: -quand vous dites “il faut probablement réduire la part du nucléaire”, vous parlez de quel horizon? Maintenant, ou à l’horizon de la fermeture “naturelle” des premières centrales qui ne devraient pas être remplacées MW nucléaire pour MW nucléaire? – quand vous parlez de “pertes de synchronisme ou de tension” et de niveau de risque”, pouvez vous préciser? Quand vous parlez de 0,1%, j’imagine que vous faites référence au seuil de 3h/an “d’espérance de défaillance” inscrit dans la loi, mais je voudrais bien en être sûr.

Salarieieg
Invité
Bonsoir, Pour vous répondre rapidement, j’évoque ici des scénarios Grenelle 70%, Hollande 50%, et Négawatt: – une réduction “naturelle” de la part du nucléaire s’inscrit dans la trajectoire des 3 scénarii peu importe le pouvoir en place (UMP, PS, EELV…), je n’ai pas d’avis sur la question, l’équation est la suivante: “coût pour le client/sureté/bilan CO2/stabilité du système électrique”, il n’y a ici aucune réponse absolue => nucléaire versus carbone, ENR versus stabilité système, etc… – seul le renouvellement du bati pourrait permettre de réduire l’impact chauffage électrique en hiver et avoir des incidences sur la consommation, avec des résultats… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Merci en tous les cas de ces explications; même si je ne comprends pas vraiment si la réduction “naturelle” du nucléaire est une réduction en production ( là je comprends bien que ça puisse être le cas compte-tenu de la situation globale en Europe) ou en puissance installée ( ce que je comprends beaucoup moins bien sauf à préciser l’horizon).

Salarieieg
Invité
Pour vous répondre, il s’agit effectivement d’une réduction en production (MW / MWh), le dimensionnement en puisssance raccordée ne peut pas s’apprécier de façon aussi macro. Sur les aspects “nucléaire” dans le mix: Bien évidemment, le cadre s’inscrit dans une vision interconnectée, à tous les niveaux, et donc au niveau européen (j’entends “le système” sur une gestion de la fréquence). La trajectoire temporelle dépend de choix politiques, et d’éventuelles inflexions liées soit à des évenements endogènes (black out, sureté mise à mal sur un site en exploitation en dehors d’autres phénomènes), aux exogénes, en lien indirects avec l’électricité (Tsunami, réactions… Lire plus »
Salarieieg
Invité
Bonjour, La complémentarité des réseaux est bien évidemment étudiée, c’est le cas des programmes européens dans lesquels les gestionnaires de réseaux sont impliqués et dans lesquels les modèles de planification sont étudiés. Des travaux entre ERDF, GrDF, les ELD, les gestionnaires de réseaux de chaleur ont démarré dans les grandes agglomérations. Mais c’est plutôt le cas à des mailles locales: Le cas des sites de consommation type industriels et tertaires n’y est que peu instruit par exemple. Le transport urbain également. Le développement du véhicule électrique pose des questions également. Ma précédente réponse apportait d’ailleurs des éléments quant à la… Lire plus »
Pas naif
Invité

15000 lecteurs et seuls une poignée d’irréductibles avec leurs énormes erreurs techniques. Pourquoi leur répondre? Je vous suggère de ne plus les lire et de se consacrer à expliciter techniquement les articles intéressants afin d’éclairer ceux des lecteurs dont les compétences techniques sont dans d’autres domaines (droit, littérature, commerce, ect..). Pour vous, je vous suggère le site international de Wna. Amitiés

Lionel_fr
Invité
Si un petit hydraulique au fil de l’eau peut vendre sa production alors n’importe quel stockeur “diffus” peut le faire aussi. Il répond aux mêmes messages de flux, mais il est moins contraint qun petit hydro car c’est par définition son job de stocker et déstocker. il rend deux services distincts quoique.. vraiment différents ? Bon, vous me rappelez un peu l’urssaf avant qu’ils aient un site internet, leurs formulaires battaient tous les records de complexité, vos questions aussi. Vous n’avez pas besoin de savoir tout ça, ouvrez le marché et laissez les PME-PMI s’organiser, se financer, manager leurs ressources.… Lire plus »
Lionel_fr
Invité
Merci chelya, j’ai compris 70% de votre post mais cela répond à nombre de mes interrogations. Effectivement, il faut revoir la génération Edison, plan Marshall et .. CdG d’ après guerre sans détruire les principaux acteurs mais recentrer leurs activités. Cela risque de provoquer trois guerres civiles mais il est clair que les acteurs actuels ne peuvent plus que bloquer l’innovation. La fuite vers un modèle tout nuke n’est pas motivée par l’intéret général , même pas financier , mais par l’incapacité à réformer le modèle. Le question que je me pose est : que va-t-il se passer lorsque le… Lire plus »
jmdesp
Invité
Je pense bon de rapeller que l’INVS (Institut National de Veille Sanitaire, qui pour le coup n’a vraiment absoluement aucun lien ni avec les radiations, ni avec l’industrie nucléaire) a travaillé pendant des années sur ce sujet du cancer de la thyroïde (probablement de manière disproportionné par rapport à l’impact sanitaire, très faible, alors que celui des maladies liées au tabac ou à l’alcool se compte en dizaine ou centaines de milliers de morts par an). Ca a donné un premier rapport en 2006, qui concluait à l’absence de lien avec Tchernobyl mais au besoin d’études complémentaires pour être vraiment… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
On rappelera pour la Xième fois que le Danemark est une crotte de mouche electrique super bien interconnectée avec ses voisins. En 2012, ils ont: – produit 29037GWh – consommé 34251GWh – importé 15920GWh – exporté 10706GWh Comme on le voit, “Le Danemark qui a décentralisé 50% de sa production” serait quand même un peu dans le caca s’il lui fallait uniquement compter sur des smart grids….. Je vous laisse faire les calculs équivalents pour la France, sachant que la consommation est environ 12 fois plus importante. Il y a de l’avenir dans les interconnexions “bestiales” ( et non “smart”)… Lire plus »
Salarieieg
Invité

Je partage l’idée de créer des réseaux de distribution fort, de travailler à la mutualisation des réseaux, mais en convervant des couts d’acheminement acceptables ! La péréquation doit être conservée. Les stadtwerk sont un exemple d’intégration…économiquement pas intéressant, c’est pourquoi il me semble qu’il faut créer un espace de discussion local qui ne s’oppose pas au global, avec une articulation PCET, SCOT, SRCAE, etc…dans une logique péréquée. Bonne soirée.

jmdesp
Invité

Ca va peut-être péter en premièr en Allemagne qui constate qu’en pleine vague de chaleur, alors que la conso des climatiseurs grimpe autant qu’en France, 500MW par degré, ils n’ont plus de vent, les cycles combinés doivent réduire leur production jusqu’à 100 MW par unités, le charbon lui aussi réduit de 200 MW, et seul le nucléaire produit sans encombre ? Cf German Heat Wave Zenith Set to Extend Power Price Rally

jmdesp
Invité

Dites vous êtes sûr que c’est adéquat de laisser sans réagir quelqu’un dire que chez vous le principal capteur de ce qu’il se passe sur le réseau est le téléphone de l’usager ? Vous avez vraiment l’impression qu’il comprend et qu’il respecte le travail que vous faites ? Ou bien n’est-il pas plutôt prêt à en faire n’importe quelle caricature tant que cela soutient ses thèses ?

jmdesp
Invité
Je voudrais encore réagir sur le “réduire de 25% ses émissions” pour l’Allemagne. Je crois que le pourcentage est plutôt moins élevé en 2012. Surtout quand on regarde uniquement le secteur électrique en page 4 du document ici : on est revenu à 317Gt de CO2 émis en 2012, soit autant qu’en 1997. L’historique des émission du secteur électrique en Allemagne, c’est une descente jusqu’à 310 Gt en 1999 alors que les EnR installés étaient très modeste, suivit d’un dérapage montant même jusqu’à 339 Gt en 2007, suivi enfin d’un descente significative avec un record absolu touché en 2009 aidé… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
Très honnêtement, je ne sais pas répondre à votre question. La réforme de l’EEG en Allemagne, qui n’arrivera qu’après les elections, sera peut-être une amorce de réponse. J’imagine que vous suivez également un peu ce qui se passe en Espagne, la note (des renouvelables) est très salée et le paiement des arriérés va faire des dégats. On n’entend pas trop parler de l’Italie, je ne sais pas trop comment ça fonctionne aujourd’hui, mais visiblement il n’y a que très peu de nouveaux projets. En France, bah nous avons un débat, donc nous verrons bien ( après le blabla qui vient… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

Faut pas criser avec Chelya, vous n’êtes peut-être pas encore habitué… Une bière fraiche à cette époque et à cette heure et vous verrez ça ira mieux. Le problème c’est que c’est un homme du 21eme siècle, et qu’effectivement il a juste oublié que l’Allemagne s’était réunifie juste avant l’année de référence du protocole de Kyoto, cf un debat déja un peu ancien ici: Ceci dit, il y a un petit problème effectivement, c’est d’hier:

Lionel_fr
Invité
Vous devriez vous faire mandater par votre boite pour aller visiter des sociétés danoises 6ct. Juste parce que c’est intéressant, je ne dis pas que vous y trouverez le graal, c’est plus subtil. La scandinavie a le pouvoir de vous faire comprendre que vous aviez toujours eu le graal dans votre poche droite. Il suffisait de le savoir.. M’enfin, cela n’a aucun sens si vous n’y allez pas. J’ai bossé avec une boite danoise il y a deux ans et finalement découvert que le business s’étendait sur 4 continents et pesait à peu près le tiers de l’electricité française .… Lire plus »
Sicetaiysimple
Invité
Vous nous parlez de l’electricité comme si c’était un produit de haute technologie! Bah non, c’est un produit très basique, la meileure preuve c’est qu’un “monopole ” absolument antédiluvien arrive à la fournir depuis 1946 (ça marchait aussi avant) avec une qualté de service certes toujours perfectible mais quand meme pas si mauvaise que ça. Le benchmark, il est là: ça marche à moins de 150€/MWh all inclusive ( production, transport, disrtibutions et taxes) pour un particulier. Donc pas de problème pour tous les systèmes qui peuvent faire moins (all inclusive aussi).d’autant que le monopole en question est quand même… Lire plus »
Pas naif
Invité

… ou tout simplement réalisme scientifique? On peut se poser la question malgré l’esbrouffe

Salarieieg
Invité
Je reviens rapidement sur quelques éléments, le Danemark peut introduire un taux d’ENR conséquent grâce aux interconnexions avec ses voisins, ET graces aux formidables STEP de la Norvege, sans ces deux éléments, il ne serait pas possible d’assurer l’équilibre production consommation. La France bénéficie du tarif d’acheminement le plus bas d’Europe (étude McKinsey), libre à vous de contester la qualité, l’organisation centrale, etc…il me semble que c’est plutôt une bonne nouvelle pour les acteurs dérégulés. Le réseau ne représente pas une valeur spéculative ! Ce n’est pas une boite de pandore, à ma connaissance, le tarif régulé suit péniblement l’inflation,… Lire plus »
Bachoubouzouc
Invité
Voici l’analyse de l’IRSN : L’IRSN précise notamment : “Sur la base des estimations de doses réalisées en 2002 par l’IRSN, et en l’état actuel des connaissancesn sur les effets des expositions aux rayonnements ionisants, on ne s’attend pas à ce que les retombées de Tchernobyl puissent entrainer une augmentation observable de la fréquence de certaines pathologies en Corse.” Par la suite, l’IRSN réalise une critique méthodologique complète de l’étude italienne (trop longue pour être copiée-collée ici), qui explique ses conclusions. Michèle RIVASI pratique donc une nouvelle fois une opération d’enfumage pour essayer de protéger une pseudo étude scientifique qui… Lire plus »
wpDiscuz