L’électronucléaire en France : 125 000 emplois directs

Dans une étude approfondie sur l’électronucléaire en France menée par PwC, mandaté par Areva, on apprend que le poids de ce secteur dans l’économie nationale reste très important : tant en termes d’emplois totaux (410 000 emplois directs, indirects et induits) que de valeur ajoutée totale (2 % du PIB).

Avec 78% de son électricité d’origine nucléaire aujourd’hui, la France a fait un choix technologique structurant pour son économie. Le pays s’est également doté d’un secteur électronucléaire qui est leader à l’échelle mondiale. Dans le contexte actuel où le défi de la maîtrise des émissions de gaz à effet de serre est devenu central, les activités de production électrique renouvelables sont l’objet de nombreuses études visant à chiffrer leurs impacts socio-économiques (nombre d’emplois, création de valeur).

PwC a évalué les impacts socio-économiques de l’électronucléaire en France en 2009. L’étude fine des entreprises parmi les fournisseurs des grands maîtres d’œuvre de l’électronucléaire a permis d’identifier plus de 450 entreprises françaises qui ont développé une spécialisation dans l’électronucléaire.

Le secteur a été décomposé en quatre maillons de la chaîne de valeur, l’Amont, la Construction, l’Exploitation & Maintenance et l’Aval, regroupant le retraitement et le démantèlement. Les plus grandes entreprises spécialisées travaillent dans l’ensemble des maillons. Le CEA, l’ANDRA et l’IRSN assurent des rôles centraux dans la R&D, la gestion des déchets et la radioprotection, l’ASN contrôle et régule les activités nucléaires sur le territoire. Les emplois dédiés correspondants sont intégrés dans le périmètre de l’étude.

Le poids social

L’industrie électronucléaire emploie directement 125 000 personnes en France.

La répartition de ces emplois entre les différents maillons de la chaîne de valeur est relativement homogène : chacun des maillons emploie directement au moins 20 000 personnes. Ils se répartissent également dans toutes les régions de France. Ces 125 000 emplois directs représentent presque 4% de l’emploi industriel total en France. « Le poids social de l’électronucléaire est équivalent à celui de la construction et de la maintenance aéronautique » précise Philippe Girault, associé PwC, responsable du secteur de l’énergie, en France. La prise en compte des effets indirects (les effets indirects sont calculés à partir des achats du secteur auprès d’entreprises hors du secteur en utilisant les coefficients multiplicateurs des branches d’activité concernées) et induits (les effets induits sont générés par les dépenses des employés directs et indirects) conduit à estimer à 410 000 le nombre d’emplois totaux dépendants de l’industrie électronucléaire en 2009, soit près de 2% des emplois en France.

Le poids économique

La valeur ajoutée cumulée des entreprises spécialisées dans le nucléaire (délimitée aux activités réalisées dans un des maillons de la chaîne de valeur) et des établissements publics dédiés s’établit à 12,3 milliards d’euros (milliards d’euros) en 2009, soit à 0,71% du PIB. La valeur ajoutée totale du secteur (directe, indirecte et induite) s’élève à 33,5 milliards d’euros, ce qui représente 2% du PIB.

L’étude comprend également une analyse des impacts socio-économiques en France d’un EPR. Les résultats varient suivant que l’EPR est construit en France ou à l’export.

Pendant la phase de construction, 2 700 emplois directs sont créés, puis 500 emplois directs pendant la phase d’exploitation et de démantèlement du réacteur. Ces emplois directs ainsi que les emplois indirects associés génèrent également des emplois induits en France. 8 350 emplois directs, indirects et induits sont ainsi générés en France pendant la phase d’études et de construction et 1 650 emplois sont ensuite générés en France pendant les 80 années suivantes correspondant à la période d’exploitation puis de démantèlement.

Un EPR construit en France génère une valeur ajoutée moyenne de près de 660 millions d’euros pendant les 7 années d’étude et de construction, dont environ 230 millions d’euros de valeur ajoutée directe annuelle par la filière électronucléaire. « Un EPR exploité en France génère une valeur ajoutée moyenne de près de 550 millions d’euros pendant les 60 années d’exploitation et la phase de démantèlement, dont ~200 m€ de valeur ajoutée directe chaque année pour la filière électronucléaire » explique Jeanne Lubek, économiste au département Valuation & Economics de PwC.

Un EPR à l’export fait appel aux compétences d’entreprises spécialisées françaises, même si une majorité des emplois générés sont localisés dans le pays dans lequel le réacteur est construit. 3 750 emplois sont cependant générés en France durant la phase d’études et de construction d’un EPR en dehors du territoire français, dont 1 200 emplois directs. Durant la phase d’exploitation de la centrale, le niveau de création d’emplois et de valeur ajoutée en France, est aussi évalué dans l’étude.

Un EPR à l’export pourra ainsi générer de l’activité pour les acteurs de la chaîne de valeur l’électronucléaire en France, dans une répartition qui dépendra des besoins exprimés par chaque opérateur/projet électronucléaire.

[ Credit illustration : Jean Jullien ]

Partagez l'article

 



Articles connexes

Poster un Commentaire

112 Commentaires sur "L’électronucléaire en France : 125 000 emplois directs"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
fredo
Invité

les ficelles habituelles sont de sortie, c’est de bonne guerre. C’est sûr 77% de français favorables à la sortie du nucléaire, c’est pas rassurant pour la filière, tant mieux, elle manque de gouvernance. quelques repères complémentaires: 78000, c’est l’effectif d’Areva, 15000, c’est l’effectif du CEA, dont une bonne partie pour les militaires et diversification telle énergies alternatives, chimie, … 90000, c’est aussi peu ou prou le nombre de personnes encore déplacées lors de la catastrophe de Fukushima, qui ne peuvent pas revenir chez eux. Juste pour situer. A suivre…

indianagrenoble
Invité

Ca fera 125 000 personnes qui vont enfin pouvoir travailler proprement, pour leur famille et pour les générations futures dans les énergies renouvelables par exemple, oui c’est possible … car “ce n’est pas par-ce qu’on trouve une montre qu’on gagne du temps”… dixit Antoine Citoyen

Axor22
Invité

Avec ce genre de raisonnement (le nucléaire génère beaucoup d’emplois), on aurait pu justifier le maintien des essais nucléaires dans le pacifique, la fabrication de produits en amiante, la fabrication de certains médicaments dangereux, etc etc… Mais il est vrai qu’en période de récession, et en période pré-électorale, l’argument peut faire mouche.

einstein30
Invité

salut Fredo ; peux-tu m’expliquer d’ou tu tiens le fait que ” 77 % ” de francais sont favorable a la sortie du nucleaire ; j’aimerais que tu precises l’origine des tes sources si eventuelement elles sont “fiables” ,qui ne veut pas dire pour ca qu’elles soient “officielles”; je doutes que 77 % des francais souhaitent payer le kwh 3 fois plus cher ;

Vinc33
Invité
125 000 emplois directs? c’est pas tant que ca si on le rapporte au kWh produit (78% de l’électricité produite en France). L’éolien, si la France atteint les objectifs grenelles, ce sont 60 000 emplois pour 10% de l’électricité produite. Le photovoltaïque ce sont 100 000 emplois pour 4% de l’électricité produite. Le calcul est vite fait. Le nucléaire c’est peu d’emplois. Ils sont de plus très spécialisés, et possèdent une part de risque réel. Les renouvelables, la maîtrise de l’énergie et les smart grid sont un gisement d’emplois réel, non délocalisables, pérennes et propres! A condition de vouloir y… Lire plus »
eilage
Invité

pour 60 GW d’apareil de production ça fait un bon rapport … Je comprend que les lobbyes s’accrochent à ce juteux marché !!! 🙂

Propv
Invité

Et oui, mettre tous ces oeufs dans le même panier n’est jamais une bonne stratégie ! Il faut qu’AREVA traduise cette étude en Allemand, en Italien et en Anglais pour faire comprendre au monde entier que c’est vraiment pas bien de sortir du nécléaire ! C’est bien connu, plus on centralise, moins y a d’emplois ! Et pendant ce temps, Siemens sort son éolienne de 6 MW (voir news Enerzine d’à coté) !!!!!

Fabio
Invité

Evidemment, que 125’000 emplois c’est une bonne affaire pour le patronnat. Imaginez qu’on doive produire exactement la même quantité d’énergie avec de l’éolien, du solaire et autres énergies renouvelables: il faudrait créer énormément plus d’emploi !! Et l’emploi, on n’en veut pas, ça coûte trop cher au patronnat!! Donc vive le nucléaire…

jeff_1982
Invité
Pour einstein30 : ” je doutes que 77 % des francais souhaitent payer le kwh 3 fois plus cher ” n’ai aucun doute là-dessus. Personne ne veut payer plus cher mais personne ne veut se faire avoir avec des frais cachés de fonctionnement. Payer 45€ du MWh produit en 2011 (avec 30ans de R&D offerts et un traitement des déchets laissé aux survivants) c’est sympa mais payer 3% de plus par an pendant 20 ans soit 82€MWh, c’est pas génial pour l’économie du pays. Ensuite, l’éolien coute aujourd’hui pas loin de 82€MWh tout compris (R&D, démantèlement et pédagogie en cadeau).… Lire plus »
De st gilles
Invité
Vrais prix du nucléaire Les couts exorbitants ,habilement caches du nucleaire Des les années 80,j’ai participé a la commission “d’information sur le Nuclèaire” presidée par Md Veil” largement subventionnée par nos impôts ,puis a de nombreux colloques,enquêtes et autes nombreux travaux de recherche sur la question émargeants Massivement aux budgets de l’éducation et de la recherche; Même opération de camouflage des coût pour les épineuses questions de la gestion des déchets ; deuxième coût caché pour des siècles et du démentellement de ces énormes poubelles de déchets toxiques que sont les vielles centrales (ou bout seulement de trente ans d’exploitation)… Lire plus »
Sakharov
Invité

A mon humble avis : lorsque l’on ne fait pas la différence entre kW et kWh, je ne crois pas que l’on est à sa place pour parler de stratégie énergétique. Et encore moins lorsque l’on confond Niger et Nigéria… Vous parlez également des coûts de stabilisation militaire des pays producteurs d’uranium : à comparer avec les pays producteur de silicium ou de pétrole par exemple.

Neutre
Invité

A voir les commentaires, le lobby des verts est aussi fort que celui du nucléaire. En regroupant tout le monde dans la meme pièce, on doit pouvoir brasser beacoup de vent et alimenter les éoliennes en cas de manque de vent !!!

Nicdeb
Invité

Voila venir le chantage à l’emploi … Et moi je demande que tout le monde se mette à fumer pour donner du boulot aux tabagistes !!

fredo
Invité
salut Einstein30, pas gentil de douter de chiffres à la méthodologie très sérieuse parus dans la presse et dont je me suis d’ailleurs étonné à plusieurs reprises sur ce forum qu’ils ne soient pas repris dans Enerzine, mais bon. en réponse à ta question donc, les 77% favorables à la sortie du nucléaire viennent du sondage paru le 5 juin dernier dans le Journal du Dimanche et réalisé par l’Ifop entre le 1er et le 3 juin. Ils sont la somme de ceux qui souhaitent une sortie rapide et de ceux qui souhaitent une sortie à 25-30 ans. La question… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité

On y voit quoi: qu’environ 15% souhaiteraient tout arréter tout de suite et à peu près autant continuer à l’infini. Mais qu’environ 60% se disent qu’arreter en 25 à 30 ans serait raisonnable. 25 à 30 ans , ça correspond en gros à la durée de vie résiduelle avec quelques investissements. Moi, j’en conclue que les francais demandent à voir, que bien sûr et comme tout le monde ils sont dans le principe pour les renouvelables et les économies d’energie, mais qu’ils se laissent du temps pour juger. Ca nous laisse encore quelques années de débat sur Enerzine!

Dan1
Invité
Attention à ceux qui voudrait minorer le nombre d’emplois induit par la filière nucléaire, car : Vous ne pouvez pas à la fois vouloir démontrer le coût exorbitant de la filière et en même temps dire qu’elle induit beaucoup moins d’emploi qu’on le dit; A moins restez cohérent avec votre objectif ! Car si la filière ne comporte que 70 000 emplois dont le coût moyen annuel serait de 60 000 Euros (tout le monde n’est pas payé comme Anne Lauvergeon ou henri Proglio), cela coûte donc 4,2 milliards d’Euros de masse salariale par an pour 420 TWh produits. On… Lire plus »
jihemnet
Invité
Une économie prospère crée des emplois, la création d’emploi génère de la croissance, diminue la charge liée au chomage, augmente les recettes des organismes sociaux et permet de diminuer le cout du travail, d’augmenter les salaires. Le libéralisme c’est aussi la pépartition plus juste des richesses ou tout le monde profite de la performance économique, pas uniquement quelques privilégiès, la création d’emploi n’est pas le but, mais le résultat d’une économie prospère. Plus la charge est répartie, moins elle est lourde à supporter. Il ne suffit pas de répéter des thèses ultra-libérales martelées par les sites d’écervelés pour quelles soient… Lire plus »
Dan1
Invité
Pour les champions de l’opinion publique : Savez-vous combien de Chinois sont pour la sortie du nucléaire : A mon avis, il doit y avoir quelques Chinois qui rigolent en ce moment et certains européens pourraient rire jaune après ! Dans les prochaines années vous aurez du nucléaire, pas forcément en Europe et pas forcément avec le niveau de sécurité dont vous avez rêvé, mais celui-là vous aurez beaucoup de mal à en sortir ! Je vous rappelle que les nuages n’ont pas de frontière. Des millions de morts en perspective donc. C’est d’ailleurs valable pour les nuages de polluants… Lire plus »
jihemnet
Invité

Ne considérer que les effets économiques directes.

Calimero
Invité

… et dire que cela pourrait représenter encore plus d’emplois en s’engageant vers le démantèlement.

Marshall
Invité
Ce qui est bien avec les personnes qui postent contre le nucléaire ici, c’est qu’ils ont un certain nombre de postulats auxquels ils croient dur comme fer: – lu nucléaire c’est mal (c’est encore une chose que je peux comprendre : on sait pas vraiment comment ça marche et comment c’est géré, on a un exemple où ça a fait indiscutablement beaucoup de mal) – le nucléaire est forcément plus cher que les énergies renouvelables, parce que le lobby nucléaire nous a forcément caché des coûts (de tte façon, une énergie aussi démoniaque porraît pas à la fois être décarbonée… Lire plus »
jihemnet
Invité

Procédons par ordre: Une balance commerciale équilibrée c’est plutôt une bonne chose ou pas? Un taux de chomage proche des 5% c’est plutôt mieux que 10% ou pas? L’augmentation du pouvoir d’achat par une baisse des charges c’est plutôt mieux que par la baisse des prix ou pas? Vous sortez de l’école maternelle? Vous cherchez à comprendre! Apprenez plutôt à lire!

zoziau
Invité
En tentative de réponse à vos questions: Q – Energie chère ou pas chère R – A son juste prix ! Les ressources de stock fossiles et fissiles que nous aurons consommées en quelques décennies n’étant pas estampillées “usage exclusif en cadeau pour les terriens des XXème et XXIème siècles” il faudrait intégrer une “contribution” au générations qui suivent, comme quand on va se servir au supermarché ; si on veut que les rayons se regarnissent il faut payer le prix permettant un réapprovionnement. A provisionner aussi les coûts des conséquences du relargage de carbone dans l’atmosphère (adaptation au dérèglement… Lire plus »
Dan1
Invité
Pour Marshall. Votre question : “à l’horizon 2050 faudrait s’en sortir qu’avec des énergies renouvelables (j’imagine que personnes qui sont à la tête des parties écolos sont sincèrement convaincus de l’absurdité de tels projets (que comptent-ils faire de l’intermittence et de l’absence de contrôle sur la production)” Pas si simple, et je prendrai l’exemple de l’éolien proné par Greenpeace, que je rappelais hier : Je reprends directement l’argumentaire issu du commentaire du 16 avril 2010 : “Nous n’avons jamais manqué de scénarios plus ou moins optimistes, mais nous manquons d’ingénieurs pour mettre en pratique ce que les scénarios promettent. Prenons… Lire plus »
Dan1
Invité

Pour Marshall : Vous écrivez : “Ce qui est bien avec les personnes qui postent contre le nucléaire ici, c’est qu’ils ont un certain nombre de postulats auxquels ils croient dur comme fer :” Je ne crois pas que la majorité des antinucléaires croient dur comme fer à un certain nombre de choses qu’ils professent. La plupart ne sont pas des ignorants (ils savent très bien comment fonctionne le nucléaire et ce qu’il coûte). En revanche, il faut faire croire dans un combat qui doit prendre l’apparence d’un débat.

jihemnet
Invité

Ultra-libéral, néo-libéral, ultra-conservateur… sont des synonymes, mais aucun d’entre eux ne peut être associé aux valeurs du libéralisme, si vous aviez lu attentivement mon post vous auriez compris. La grande différence, c’est la considération humaine, celle des libéraux, face à celle des conservateurs, qui considrèrent les ressources humaines comme variable d’ajustement.

Guydegif(91)
Invité
Une chose est sûre, il n’y a aura pas de pb de surproduction dans l’éolien ou le solaire: puisqu’on contrôle leurs contributions, il suffit de ”débrayer” les éoliennes si risque de surproduction et de ”masquer” les panneaux …ce n’est pas la peine de prévoir plus de grille-pain ou autre bouffeur de kWhs…. Comme dit ci-dessus dans un post de Dan1: “Nous n’avons jamais manqué de scénarios plus ou moins optimistes, mais nous manquons d’ingénieurs pour mettre en pratique ce que les scénarios promettent.”…et de volonté politico-industrielle pour se lancer sérieusement. Pour avoir l’avis d’un (ex)homme du sérail, Vous pouvez également… Lire plus »
Dan1
Invité
“Production et surproduction ! Une chose est sûre, il n’y a aura pas de pb de surproduction dans l’éolien ou le solaire” Rien n’est moins sûr et ce n’est pas le sens de ce que j’ai écrit plus haut, notamment à propos de l’éolien. Car si on équipe massivement un pays (ou l’Europe) à partir d’éolien, c’est bien pour vendre l’électricité, pas pour couper les éoliennes à chaque “bouffée de courant”. En effet, si on coupe trop souvent un parc éolien surdimensionné, on baisse drastiquement sa rentabilité économique et alors qui investira ? On peut d’ailleurs noter qu’il en va… Lire plus »
airsol
Invité

“Il n’y a donc pas eu de gabegie énergétique en France due au nucléaire, simplement des différences de vecteur énergétique ” L’usage de l’ectricité pour du chauffage correspond dans de nombreux cas à un gaspillage, puisqu’on est a 30 % de rendement en passant par l’electricité vous n’appelez pas ça un gaspillage?

Sicetaitsimple
Invité
Ces histoires de rendement me paraissent excusez-moi un peu obsolètes.. Ca permet juste à des gens de mauvaise fois ( je ne pense pas à vous) de s’envoyer des chiffres à la figure. Je m’explique: Une centrale c’est quoi? C’est une ressource ( gaz, charbon, uranium, soleil, vent….) avec un certain coût, c’est un process qui permet de transformer cette ressource avec un coût propre, et c’est au bout du compte un MWh qui sort avec un certain coût. Comme l’electricité est un bien marchand, il n’est pas idiot de comparer ce coût final quelque soit le rendement de transformation… Lire plus »
Dan1
Invité
Pour AIRSOL : “Il n’y a donc pas eu de gabegie énergétique en France due au nucléaire, simplement des différences de vecteur énergétique ” Je maintiens que l’antienne de la gabegie reste une antienne antinucléaire éculée. Car les faits montrent clairement que la France ne s’est pas mise à consommer plus en énergie finale que les autres pays européens : Si on compare à l’Allemagne, en 2009 : – l’Allemagne consomme 213,3 Mtep pour 82 millions d’habitants, – la France consomme 155,5 Mtep pour 63 milions d’habitants. Donc un Allemand consomme 2,6 tep, là où un français en consomme 2,47.… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
en complément, un autre exemple: si on envisage un déploiement significatif du PV, ce qui je n’en doute pas arrivera, avoir une production d’eau chaude sanitaire massivement electrique ( directe ou par pompes à chaleur) qui sera activée au milieu de la journée durant les mois de production significative est également un moyen de favoriser l’intégration et de réduire l’importation de fossiles. On pourrait également parler du véhicule electrique, c’est de la même veine. Bref, c’est en augmentant les usages de l’electricité et sa consommation qu’on favorisera la montée en puissance des renouvelables au profit d’une indépendance énergétique accrue vis… Lire plus »
Sicetaitsimple
Invité
En complément: le prix pour le consommateur d’un kWh livré , c’est le prix de l’énergie ( le kWh sortie centrale), le prix de transport et distribution, plus des taxes. Le coût du transport et de distribution est aux pertes près un coût fixe ( le coût d’entretien, de relève des compteurs, etc), bref un coût qui dépend très peu de la quantité transportée, et qui est un service régulé. Augmenter cette quantité fera mécaniquement baisser ce cout par kWh livré. Encore une raison de penser que l’électricité et son développement sont le meilleur vecteur d’intégration des renouvelables. La substitution… Lire plus »
Dan1
Invité
C’est pas 2,58. Je vais me hasarder à raisonner en énergie primaire malgré les remontrances de Chélya : Tout d’abord, il faut noter que les Français et les Allemands se tiennent toujours dans un mouchoir de poche en 2009 : – Allemagne = 3,98 tep primaire/habitant – France = 4,08 tep primaire/habitant Conclusion : pas de gabegie “primaire” à l’horizon. Il faut également noter que l’électricité allemande a été produite en 2010 à 83,3% à partir de FOSSILE + FISSILE, c’est à dire à partir de centrales thermiques gaspilleuses (ça réchauffe les oiseaux, la mer et les rivières). C’est tout… Lire plus »
Sicetaisimple
Invité

Une fois de pus, ce coefficient me parait être un débat d’un autre âge….

Sicetaitsimmple
Invité

Que se soit le quotidien d’un bureau d’études de par la loi n’empêche pas que ce soit d’un autre age….Si on se projette tout en étant très raisonnable vers 2020/2030, on se rendbien compte que celà n’a plus vraiment de sens… Consruire aujourd’hui des batiments bien isolés, bien sûr, discriminer leur mode de chauffage est une bétise.

jihemnet
Invité

Vous reprenez votre raisonnement simpliste, en avançant un chiffre erroné de surcroit, 20 à 30 milliard, rien que ça, pas étonnant que vous soyez aussi favorable au nuclèaire avec des chiffres aussi fantaisistes. C’est plus de la moitié du chiffre d’affaire d’EDF en production d’énergie. Encore un chiffre miraculeux. Au moins vous avez compris que vous étiez un conservateur, comme la plupart de ceux présent sur ce site,78203 prêt à inventer n’importe quoi pour soutenir vos théories fumeuses!

enerZ
Invité

Encore une fois, votre façon de procéder ne sert à rien sur ce forum. Le dénigrement est contre productif…. Vous êtes prévenus. Le modérateur

jihemnet
Invité
Le dénigrement est pratiqué en permanence par les quelques individus que vous semblez défendre de façon sytématique, dès qu’il s’agit d’écologie, d’ENR… je suppose qu’il vous alerte dès qu’ils sont un peu chahuté, c’est bien normal quand on affirme comme lion des mensonges en demandant aux autres de préciser leurs soucres ou comme panima des chiffres, qu’il ne défend pas, mais change de sujet en revenant à une situation antèrieure. Contrairement à eux je lis un post avant d’y répondre! Maintenant, je n’ai rien à faire d’un avertissement provenant d’un site à l’éthique douteuse, vous souhaitez soutenir la désinformation de… Lire plus »
jihemnet
Invité

N’om d’oiseau??? C’est quoi conservateur, si vous l’interprêtez ainsi, ouvrez votre esprit. Quand on qualifie toute une catègorie de personne d’abruti, on fait profil bas quand il s’agit de parler d’agressivité. Je le répète pour le modérateur je n’ai insulté personne.

jihemnet
Invité

N’om d’oiseau??? C’est quoi conservateur, si vous l’interprêtez ainsi, ouvrez votre esprit. Quand on qualifie toute une catègorie de personne d’abruti, on fait profil bas quand il s’agit de parler d’agressivité. Je le répète pour le modérateur je n’ai insulté personne.

Rice
Invité
… A l’attention du Gang des Grille-Pains Avez vous idée du coût de l’assurance d’une centrale nucléaire ? Du coût de l’assurance du transport des dechets nucléaires ? Du coût de l’assurance du stockage des dechets ? Probablement pas. Moi non plus d’ailleurs. Par contre je sais que c’est très “modestement” assuré : convention de PARIS + convention complémentaire de BRUXELLES + loi française = 322 M€. Prenons de petites maisons avec de petits contenus pour 200.00 € l’unité. Est-ce à dire qu’en cas de sinistres comme au Japon ou en Ukraine, seuls les 1610 premiers demandeurs seront indemniés ?… Lire plus »
jihemnet
Invité

Je comprend que vous n’ayez pas l’intention de défendre vos chiffres fantaisistes. Juste pour votre calculette, 400 terawatt, en reprenant l’estimation haute de Proglio, soit 45 euros le mégawatt, il me semble que cela représente 18 milliards d’euros, vous avez raison de solliciter l’intervention du censeur en chef et de vous offusquer du ton, parce qu’un tel flagrant délit de déni de réalité, cela doit laisser perplexe tous ceux qui vous lisent…

Dan1
Invité
“Avez vous idée du coût de l’assurance d’une centrale nucléaire ? Du coût de l’assurance du transport des dechets nucléaires ? Du coût de l’assurance du stockage des dechets ?” Généralisons la question : avez-vous une idée du coût de l’assurance d’une centrale à charbon ? Et surtout du coût des déchets rejetés dans l’atmosphère ?? Probablement pas. Moi non plus d’ailleurs. Tout le monde sait qu’aucune filière ne paie la facture pour ses externalités et que c’est la société qui prend en charge. Finalement, le nucléaire paye plus pour ses déchets que ceux qui les jettent directement dans la… Lire plus »
Sietaitsimple
Invité
Pamina répondra et completera. D’abord, parlons de MWh et pas de MW.. C’est du purisme, je sais, mais ça prouve au moins que vous ne savez pas vraiment ce dont vous parlez… L’estimation haute de M. Proglio (les 45€/MWh), c’est pour du nucléaire historique payé il a longtemps et déjà largement amorti, même s’il faut continuer à investir en dépenses de maintenance. Si vous voulez le remplacer par du cycle combiné, du charbon ou de l’éolien onshore, on est bien pour un nouveau moyen de production entre 80 et 90€/MWh. Soit le double. Si on est sur de l’éolien offshore… Lire plus »
Rice
Invité
… @ les membres du GGP Pas d’accord sur les coûts que vous nous ressassez à longueur de post. Vous n’intégrez que les coûts… que vous connaissez ! (cqfd). Sans vouloir engager une “nième” polémique sur les chiffres communiqués ici par les uns ou les autres, selon qu’ils sont pour ou contre, le vulgum pecus que je suis, ne sais plus à quel saint se vouer…. Par contre, les coûts “masqués” comme l’assurance, le démantelement, le stockage ou les provisions d’investissement… ne sont jamais évoqués. Vous nous parlez toujours de “coût historique”. OK, dont acte. Bravo et merci pour le… Lire plus »
Dan1
Invité
Je crois bien qu’il n’y a pas que les coûts qui sont masqués ! Là, vous intervenez en “mode philosophique” sans avancer d’arguments chiffrés et de source. C’est pratique, vous ne vous mouillez pas. En revanche, je vous signale que les coûts du nucléaire historique et ses conséquences à venir ont déjà été largement exposés sur Enerzine avec de très nombreuses références. Affirmer : “Par contre, les coûts “masqués” comme l’assurance, le démantelement, le stockage ou les provisions d’investissement… ne sont jamais évoqués. Vous nous parlez toujours de “coût historique”.” s’avère donc être de la pure propagande ou de l’ignorance… Lire plus »
Rice
Invité
… @ dan1 Vous ne répondez toujours pas à ma remarque sur le coût de l’assurance. Auriez-vous quelques difficultés à nous expliquer que, si l’on devait assurer les centrales il faudrait augmenter les tarifs et on ne pourrait plus vendre d’électricité à personne ?????? Peut-être avez vous une voiture ? imaginez vous un instant rouler sans assurance ? La pression que “les gens” (si j’en crois les sondages… en gros les 3/4 de la population française !), mettent désormais sur le nucléaire rend votre position insoutenable dirait-on. Je remarque d’ailleurs au fil de vos commentaires que Vous devenez (encore plus… Lire plus »
jihemnet
Invité
Oh mon dieu! J’ai oublié le h, ca prouve que je ne sais pas de quoi je parle! Cela fait des années que je lis ce forum, je m’attendais bien à lire ce type de reflexion de technicien, vous êtes apte à provoquer des polémiques stériles, mais ça ne prouve rien. Si vous souhaitez vraiment être crédible, employez vous plutôt à vulgariser plutôt qu’a vous focaliser sur des termes techniques. Sinon ce n’est pas le tout de vous y mettre à plusieurs pour me répondre, mais il faudrait accorder vos violons, on parle de passé, de présent, de futur. Cela… Lire plus »
Reivilo
Invité

Visiblement on peut assurer un barrage. Allez hop je demande un devis pour disons 500 MW.

wpDiscuz