Superprofits de Total : les réactions

L’annonce des profits historiques de Total a suscité de nombreuses réactions au sein de la classe politique.

Jeudi, le PDG de Total Christophe de Margerie a rendu public le bénéfice record de 13,9 milliards d’euros enregistré en 2008 par le groupe pétrolier. Total a notamment profité de la flambée des cours du baril au premier semestre 2008, avant de voir ceux-ci baisser au deuxième semestre. Les gains ont  largement bénéficié aux actionnaires, qui enregistrent une hausse de 10% des dividendes qui leur sera reversé, soit 2,28 euros par action.

Malgré une année 2009 qu’il attend plus difficile, le groupe prévoit de maintenir les investissements initialement prévus à l’horizon 2014-2015. 18 milliards d’euros seront notamment consacrés à son développement en Amérique du Nord, avec la possible acquisition du canadien UTS et le développement de l’exploration dans le pétrole lourd.

Le PDG a en outre réaffirmé son ambition de prendre part aux chantiers nucléaires, souhaitant participer à la construction du deuxième réacteur EPR.

Anticipant les critiques, Christophe de Margerie a mis en avant les 9 000 embauches réalisées par Total en 2008. "Nous entendons continuer à avoir une politique salariale et sociétale de première qualité : c’est normal quand on gagne de l’argent" a-t-il indiqué.

Depuis la publication des résultats, les réactions se multiplient :

Au micro de RTL, la ministre de l’Economie Christine Lagarde s’est réjouie "qu’il y ait des entreprises en France qui réussissent". "Toute la question qui va se poser maintenant, c’est quelle est la suite, est-ce qu’il va y avoir des investissements, des embauches ?"

"Je serai particulièrement attentive aux investissements", a-t-elle prévenu, tout en soulignant ne "pas  porter de jugement sur la répartition telle qu’elle est décidée par les actionnaires dans un groupe privé."

Sur France Infos, Martin Hirsch, Haut commissaire aux solidarités actives, s’est lui aussi posé la question des emplois : "14 milliards d’euros supplémentaires, combien d’emplois ça peut créer ?" s’est-il interrogé, estimant qu’en période de crise, "il ne peut pas y avoir que l’Etat, que les syndicats, que les gens en difficulté qui adaptent leur comportement."

En tant que porte-parole de la majorité, Frédéric Levebvre a pour sa part souligné que "13 milliards de bénéfices, ça veut dire 13 milliards d’impots sur les sociétés pour l’Etat". "La question, c’est maintenant de savoir comment [les profits] vont être utilisés. On attend qu’une part importante soit affectée à des investissements notamment dans les énergies propres, les énergies du futur".

Du côté de l’opposition, on insiste sur la façon dont les bénéfices pourraient être mis à profit pour lutter contre la crise.

Ségolène Royal était elle aussi interrogée par RTL: "J’attends de Total de la redistribution vers les consommateurs, et on pourrait très bien imaginer une prime à la cuve payée par Total pour que les français payent moins cher leur fioul". 

Elle propose que soient consacrés "un tiers pour les consommateurs sous forme soit de baisse de prix de l’essence, soit de prime aux consommateurs, un tiers à la recheà la pompe est une composante de la crise actuelle en DOM, elle estime que "Total a la possibilité de baisser immédiatement les prix de l’essence". 

Michel Sapin, secrétaire national du PS chargé de l’économie, trouve pour sa part "légitime" "que Total puisse contribuer, y compris par un prélévement exceptionnel, à limiter les effets de la hausse des cours du pétrole sur le pouvoir d’achat des français". Il propose que soit instauré "un chèque transport, une prime à la cuve plus importante que ce qui a été décidé."

Il préconise également que "Total investisse dans des recherches utiles à l’intérêt général des français, qu’il montre l’exemple en termes de dynamique de la politique salariale et qu’il fasse attention à ne pas récompenser abusisment les actionnaires alors que la hausse des prix du pétrole l’année dernière n’était pas due à la pertinence de sa politique."

Il propose enfin, au nom des socialistes, "que le taux d’impots sur les sociétés soit modulé en fonction de l’utilisation des bénéfices, notamment par la conclusion d’accords salariaux et des investissements."

Autre prise de position, celle de l’UFC Que Choisir : l’association dénonçait cette semaine la croissance des marges engrangées par le pétrolier sur le raffinage du diesel. Interrogé par Libération.fr, le directeur adjoint de l’Association François Carlier rappelait que "ce sont la hausse du prix du baril et les marges de raffinage qui ont permis ces superprofits alors que les consommateurs ont payé en 2008 des prix historiquement hauts".

Les profits "sont réalisés sur une rente", a-t-il critiqué, "pas grâce à des inventions ou des créations". Pour lui, il est nécessaire de procéder à un rééquilibrage : "les anglo-saxons ont une attitude pragmatique : quand il y a un gros désequilibre dans un secteur, ils considèrent qu’il faut une mesure de correction qui rééquilibre les choses."

Partagez l'article

 



            

Articles connexes

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Superprofits de Total : les réactions"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
yp
Invité
franchement pas la peine de chercher midi à 14h, déja un pti chèque de 2 millions d’euros aux restos du coeur ça devrait financer pas mal de repas 2 millions d’euros lol, après créer des ptites structures d’aide un peu partout en france, acheter/construire des gymnases pour loger les sans abris provisoirement ou des préfab, planter des forêts dans les cités, faire des parcs ds les villes, construire des petites maternelles, bordel avec 14 milliards, même en utilisant qu’une toute petite partie comme quelques centaines de millions d’euros, on peut générer une foultitude de “petites dépenses” avec un impact absolument… Lire plus »
Md
Invité
l’action total est, aujourd’hui, à 41 euros. Le dividende de 2,28 euros représente 5,5 %, s’il est maintenu plusieurs années, c’est un placement très correct, mais pas non plus extravagant. Il y a un an l’action total était vers 50 euros. Les actionnaires ont donc perdu un peu plus de 7 euros dans l’année. Mouais… c’est pas si rentable que çà d’être actionnaire chez total… Pour moi ce benef ils doivent l’investir dans la recherche d’energies nouvelles (champs pétroliers ou autres energies). De toutes façons, c’est pas au prix où est le pétrole ces jours cis qu’ils vont pouvoir faire… Lire plus »
La vipere noire
Invité
Quand je vois tous ces gens avides, prêts à se partager de l’argent qui ne leur appartient pas. La somme fait rêver, un peu comme une super cagnotte du loto, alors les fantasmeurs de tous poils s’en donnent à coeur joie pour imaginer ce qu’ils feraient avec une telle somme, mais comme pour le loto, ils ne verront jamais la couleur de cet argent. Pour réaliser ce bénéfice, TOTAL a dû investir beaucoup d’argent (18mds€ en 2008, soit plus que le bénéfice record de cette année, et la société investira encore autant en 2009), il est donc normal quand on… Lire plus »
Ahmed33
Invité

tout le monde il connaient que les sociétés de multi-nationnalité comme total elle doit etre unue conaliseme de hydrocabure sur tout a les pyer de tièrement puisque cette société il ne fait pas les conndition mondial de la fonctionnement des leur  emploieur qui a les fonctioner  

wpDiscuz