Alimentation : Les biocarburants au banc des accusés

"Le temps du verbe est largement dépassé. Le moment de l’action est venu" a averti d’entrée de jeu le Président de la FAO Jacques Diouf, à l’ouverture du sommet international à Rome.

Depuis mardi, une cinquantaine de chefs d’Etat et de gouvernements sont réunis à Rome. Initialement, le sommet devait être consacré à la question des biocarburants et au changement climatique. Mais la situation internationale a replacé la question de la sécurité alimentaire mondiale au premier plan des discussisons. Et c’est donc à travers la pression sur les prix alimentaires qu’ont été abordés les carburants agricoles.

"Personne ne comprend que des soutiens de 11 à 12 milliards de dollars en 2006 aient été utilisés pour détourner de la consommation humaine 100 millions de tonnes de céréales pour notamment étancher la soif de carburant des véhicules" a pointé du doigt M. Diouf dans son discours d’introduction.

"Le problème de l’insécurité alimentaire est de nature politique. C’est une question de priorités face aux besoins humains les plus fondamentaux. Et ce sont les choix des gouvernements qui déterminent les allocations de ressources", a-t-il ajouté.

Parmi les premiers chefs d’Etat à prendre la parole, le président égyptien a abondé dans son sens, appelant les dirigeants à "mettre un frein à la production de biocarburants", et à engager un dialogue entre les pays producteurs et les pays consommateurs de produits alimentaires et énergétiques.

Le Brésil défend son éthanol

En tant que chef d’Etat du deuxième producteur mondial d’éthanol, le Président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a pris la défense des biocarburants, soulignant la faible surface qu’occupent la culture de canne à sucre : sur 340 millions d’hectares de terres arables que compte son pays, 3,6 sont destinées à la production d’éthanol, a-t-il avancé.

Face aux accusations inflationnites dont sont l’objet les biocarburants, Lula a rappelé l’importance des prix du pétrole dans la production alimentaire. "Un […] facteur essentiel dans la hausse des prix alimentaires est le prix élevé du pétrole. Il est curieux que beaucoup parlent de la croissance des prix de l’alimentation mais passent sous silence l’impact des prix du pétrole sur les coûts de production agricoles."

"Au Brésil, pour chaque haricot, chaque grain de riz, de maïs ou de soja, ou pour chaque litre de lait, le pétrole représente 30% du coût final.""Et il s’agit du Brésil, où le pétrole ne représente que 37% de notre bouquet énergétique. Dans mon pays, plus de 46% de notre energie provient de ressources renouvelables, comme la canne à sucre et les centrales hydroélectriques. Même dans ces conditions, le pétrole pèse lourd dans le coût des cultures au Brésil."

Pour lui, les biocarburants peuvent  au contraire jouer un rôle "décisif dans la lutte contre le réchauffement planétaire, et peuvent jouer un rôle important dans le développement économique et social des pays les plus pauvres."

 

[correction apportée le 05/06/08 à 09h38, cf parivisa]

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
11 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
filvert

Cent millions de tonne de céréales permettent de nourrir 300.000.000 personnes (333 gr de céréales + 700 gr d’eau pour la cuisson par personne et par jour). C’est ce que prennent les biocarburants.Sur terre il est possible de nourrir facilement 12 milliards d’homme en élevage industriel avec une bonne gestion des ressources alimentaires.Est-ce l’objectif ?Pour l’élite américaine et son Nouveau Ordre Mondial représentée par Nick Rockefeller (Voir interview de Aaron Russo sur internet, CFR et Bilderberg) il est important de réduire de moitié la population mondiale pour diminuer la pression sur les matières premières dont ils ont besoin. Pour l’instant ils cherchent comment réduire la population. La production de biocarburants est une bonne méthode pour affamer le monde et c’est sûr qu’ils n’y renonceront pas. De plus l’élite bénéficie des subventions de cette filière.Lorsqu’on approfondit les différents intérêts et les pouvoirs obscures de la finance on voit que les intérêts de certains ne vont pas dans le sens du partage des ressources entre tous. L’élite américaine a bien sacrifié 3000 américains (des serfs selon l’élite et Rockefeller !) et beaucoup plus d’irakiens pour ses intérêts pétroliers et faire tourner son système militaro-industriel (Voir sur internet : “Twin Towers : à qui profite le crime”, “(Twin Towers) La vérité sur le 11 septembre” et plein d’autres reportages).La faim dans le monde n’est pas prête de s’arrêter !!!!!

parisvisa

Il est curieux que beaucoup parlent de la croissance des prix de l’alimentation mais passent sous silence l’impact des prix du pétrole sur les coûts de production du pétrole.” “Il s’agit de coûts de production agricole et non production du pétrole”

Guydegif(91)

J’aimerais préciser qq points à ce sujet: ne pas tous les mettre dans le même panier svp ! – 1) Autant je suis d’accord de condamner certains ou les biocarburants de 1ère génération car empiètent souvent sur les ressources vivrières. Ceci est vrai pour le blé et le maïs transformés en biocarburants, privant des populations de manger le pain et galettes pas faisables car blé/maïs trop cher ou manquant ! ==> Mais je voudrais souligner, car évoqué ces jours-ci à la conf. FAO en Italie, que le riz à triplé de prix sur 2008, alors qu’on ne fait pas (encore…) de biocarburant à partir du riz ! Donc on ne peut pas tout mettre sur le dos du bioéthanol ! – 2) le biocarburant / bioéthanol fait à partir des excédents de sucre (betteraves & cannes) car surproduction et quotas, a sa place car résoud des problèmes pour les cultivateurs de betteraves et de cannes dans les DOM-TOM. cqfd -3) il faudrait activement lancer le bioéthanol fait à partir du manioc amer, ce qui donnerait du taff à certains pays et cultivateurs africains, asiatiques et autres, sans empiéter sur les cultures vivrières car variaté ”amère”. C’est la variété ”douce” qui se mange ! -4) stimuler biomasse terrestre copeaux de bois –> biogaz –> BtL avec méthanisation + Fischer Tropsch (biomasse to Liquid: biodiesel quasi sans nuisnaces: particules, Soufre, CO2 équivalent-pousse,…) –voir site CHOREN en guise de savoir-faire…- Du ”bois de pousse rapide” qui donne du taff à des agriculteurs tout en valorisant des terres impropres à cultures vivrières… -5) stimuler biodiesel fait avec jatropha cultivé dans zones ingrates et semi-arides….voir site D1_oils ou BP en guise de savoir-faire…. -6) explorer d’autres pistes, mais CONCRETEMENT, algues, micro-algues, etc… A bons entendeurs, A+ Salutations Guydegif(91)

Momo

Vous ne pensez pas que les Mugabe , Kim il Sung et fils + qq. generaux Birmans ” anonymes ” sont INFINIMENT + efficaces que M. Rockfeller et Cie pour faire crever de faim leur(s) propre(s) peuple(s)….il faut dire que Staline et Mao s’y sont aussi tres tres bien exerces et y ont tres tres bien reussi en leur(s) temps , et sans meme savoir produire les agricarburants de leurs Mercedes ou Zil et autres carosses motorises …. tjrs. le meme probleme d’echelle entre les crimes ( reels ) des democraties et ceux des dictatures ( hors cameras , c’est + sur ! )

j_audouin

Le principal défaut des agro-carburants est qu’ils se font au détriment des cultures vivrières, de façon “sale” (à renfort d’intrants de l’industrie chimique, déforestation, mono-culture extensive), ponctionnant d’énorme ressources en eau et surtout qu’ils perpétuent la croissance du nb de véhicule circulant. Même en envisageant que ces véhicule ne soient pas polluants, ils restent un parasite environnemental (détruction des espaces et de la biodiversité), et sanitaire (obésité, maladie cardiovasculaire). Par ailleurs, il est normal qu’un diminution de l’alimentation vivrière par ponction des productions ou simplement des surfaces agricoles, fasse monter les prix…même du riz.

j_audouin

A la décharge de Filvert c’est que dans l’exemple Nord Américain, le président ne souhaite pas qu’on le considère “dictateur” ayant droit de vie et de mort… Dans les exemples de Momo, ils l’assument tous… Dans ce monde certains “méchants” n’ont pas honte de leurs actes…

Brad

je partage la mèmeme idée que le président brésilien sur la mise en valeur des biocarburants et plus particulièrement le jatropha curcas qui en plus de la production de l’huile(utilisée comme carburant dans les moteurs diesel);il protège l’environnement et accroit la production avec l’utilisation de son tourteau comme engrais dans les champs.

Francis

En ce qui concerne les “biocarburants” ,le jatropha est une solution pour les pays du sud ,et c’est un carburant “propre” (pas comestible ,pas sur des terres cultivées,pas de déforestation,pas de pesticides chimiques,pas d’intrants issus du pétrole et peu d’eau ! )d’accord donc avec Brad .Le jatropha a bien d’autres utilisations . Sur les questions de malnutrition et de famine ,ne faut-il pas prendre en compte qu’une alimentation un peu plus végétarienne dans les pays “riches” améliorerait la situation ? Songez que c’est en grande partie avec des céréales et des légumineuses produites au “sud” qu’on fait tourner les élevages industriels du “nord” ! Avec celles-ci on peut nourrir sept fois plus de personnes ,et correctement!(je suis végétarien depuis 27 ans déjà et me porte très bien :il faut sortir des carcans de pensée qui nous sont imposés pour trouver des solutions valables !) Qu’en pensez-vous ? FG.

christophe1007

Si une taxe carbone était établie, l’élevage industriel serait condamné à terme. La viande produite avec des céréales d’outre-mer serait hors de prix! Et les légumes de producteurs locaux très abordables. On peut rêver; l’industrie porcine est encore assez puissante pour s’opposer à cette taxe. Les cultures pour l’exportation(genre palmier à huile) enrichiront longtemps quelques profiteurs dans les pays pauvres d’Afrique ou d’Asie.

Phigoudi

Enfin des réactions positives dans ce domaine, et pas empruntes de diatribe politicienne (sauf pour Filvert .Il me semble que Parisvisa, Guydegif(91), Brad, Francis & Christophe1007 ont un bon jugement.Beaucoup, beaucoup moins de viande dans nos assiettes ferait faire un grand progrès. Mais ça, c’est illusoire. Allez demander aux gens de ne plus manger leur satané steack qu’une fois par semaine ! Faudrait une bonne campagne de sensibilisation. Là, je n’y crois pas.Et les biocarburants sont une bonne solution si la matière première est bien choisie (jatropha, pailles, touteaux…). Car nous lisons dans ces rubriques, chaque jour, une évolution des recherches  en biocarburants. Rouler moins, voyager moins ? N’y crois pas non plus. Reste plus qu’a produire des moteurs propres (biocarburants, hydrogène, électricité, Pantone…).Merci pour les commentaires positifs.

Francis

A phigoudi et à d’autres ! En ce qui concerne le végétarisme ,j’ai fait ce choix (politique !! )tout seul à partir du moment oû j’ai compris que c’était une bonne solution à pas mal de problèmes ! (j’avais lu des livres ,dont ceux de Claude AUBERT )D’autres que moi peuvent aussi arriver à cette conclusion ; j’en parle mais je ne suis pas le seul !François Couplan pense meme que manger de la viande est une mode ! Pour le jatropha ,je suis investi fortement dans un “projet” (en cours) en Côte d’Ivoire ! Mais je pense qu’utiliser des déchets est aussi une bonne piste ! A +

11
0
Laissez un commentairex