Alstom dévoile l’Oceade 18 une hydrolienne optimisée (1,4 MW)

Grâce à un retour d’expérience de sa turbine de 1 MW, Alstom a annoncé avoir amélioré davantage le design de son hydrolienne en proposant l’Oceade 18 – 1.4 MW, afin de la rendre plus performante, tout en optimisant les coûts et d’en faciliter la maintenance.

Avec un diamètre de rotor de 18 mètres, l’hydrolienne Oceade, d’une puissance nominale de 1.4 MW est équipée de trois pales à pas variable. Elle présente également la nouveauté d’être équipée de modules « plug-and-play » sur rails, facilement accessibles grâce à un système de trappe à l’arrière de la nacelle permettant un assemblage et une maintenance plus rapide. Cette turbine flotte, ce qui permet de la remorquer facilement vers et depuis le site d’exploitation.

Les coûts d’installation et de maintenance sont ainsi réduits, puisqu’il n’est pas nécessaire d’utiliser des navires et des plongeurs spécialisés. Cela permet également de réduire le temps d’installation ou d’enlèvement de la turbine. L’unité pivote selon un angle optimal pour faire face aux courants de marée et obtenir ainsi un rendement énergétique maximal.

L’Oceade est désormais prête à être déployée dans la ferme pilote hydrolienne qui sera retenue dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt lancé en septembre 2013 par le gouvernement français .

Alstom travaille actuellement au développement d’un concept de plateforme Oceade™ permettant de réduire le coût de l’électricité et de maximiser l’utilisation de la ressource hydrolienne en fonction des différentes conditions locales (vitesse de courants, profondeurs) .

Alstom dévoile l'Oceade 18 une hydrolienne optimisée (1,4 MW)

En janvier 2013, Alstom avait installé en mer avec succès une hydrolienne de 1 MW à l’European Marine Energy Centre (EMEC), site de test situé au large de l’archipel des Orcades, en Écosse. Alstom réalise actuellement des tests sur cette turbine, qui a déjà atteint sa puissance nominale de 1 MW, a démontré son fonctionnement en mode autonome et généré plus de 500 MWh d’électricité sur le réseau écossais, dans le cadre du projet de consortium ReDapt (Reliable Data Acquisition Platform for Tidal) mis en œuvre et cofinancé par l’Energy Technologies Institute (ETI).

Avec l’Oceade 18 – 1.4 MW, Alstom franchit une nouvelle étape dans le développement de solutions de production d’énergie marine.

« Cette nouvelle solution de production d’énergie hydrolienne représente une avancée. Le projet a pour objectif de faire la démonstration d’une nouvelle conception de turbine efficace et fiable avec un coût d’installation et de maintenance réduit, en vue de sa commercialisation » a déclaré Jacques Jamart, Vice-Président d’Alstom en charge des énergies nouvelles.

Alstom précise pour conclure qu’elle continue de développer un plus large portefeuille de solutions dans le domaine des énergies renouvelables.

[1] L’AMI prévoit l’implantation de parcs expérimentaux dans deux zones à fort potentiel : le raz Blanchard, à l’ouest de la pointe du Cotentin (Manche), et le passage du Fromveur, près de l’île d’Ouessant (Finistère).

[2] Le développement de la plateforme hydrolienne d’Alstom a recu le soutien de l’Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie), dans le cadre du programme des Investissements d’Avenir, et du FEDER (Fonds Européen de Développement en Région) en Pays de la Loire.

         

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
9 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Guydegif(91)

OK, YA+KA…. ”L’Oceade est désormais prête à être déployée dans la ferme pilote hydrolienne qui sera retenue dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt lancé en septembre 2013 par le gouvernement français .” ”…deux zones à fort potentiel : le raz Blanchard, à l’ouest de la pointe du Cotentin (Manche), et le passage du Fromveur, près de l’île d’Ouessant” (Finistère). Espérons une mise en place rapide dans l’un de ces 2 sites, histoire d’avancer… OpenHydro, DCNS et EDF tardant qq peu a montrer du concret en MWhs produits sur le réseau du côté de Bréhat !!!! YA+KA ! A+ Salutations Guydegif(91, 68 et 30)

Papijo

Une question: 500 MWh produits depuis le démarrage en janvier 2013 (18 mois) par une hydrolienne de 1 MW ? Si elle avait marché tout le temps à pleine puissance, elle aurait du en produire 13 000 ! Que s’est-il passé: les courants sont trop faibles ou les pannes trop nombreuses ? En tout cas, toutes mes félicitations au service “Chasse aux subventions” d’Alstom !

Pact

et letude d’impacts faune flore ? néant ?

Lord predator

Et le coût de la bêtise ? Parlés de production et de prix sur un prototype qui n’a jamais eu vocation à fonctionné ni tout le temps, ni à faire chuté le cout du Kwh hydroliene mais juste à démontré la faisabilité en terme de maintenance, de production, et de fiabilité, est au moins débile, au pire vraiment malhonnête … Que se passe-t-il Papijo ? Votre cerveau a un courant trop faible ou des pannes trop nombreuses ? et vous le ferez fonctionné quand, vous votre cerveau tout le temps ? Quand à la blague des subventions … vous êtes le stéréotype du français moyen raleur et sans perspective aucune. Cordialement,

Lord predator

Il me sembles avoir vu (il y a un moment certes, et sans pouvoir vous donnés les sources) que les pales tournant relativement lentement ne gênés pas la faune dans l’absolus, il semblerait qu’en se qui concerne la flore, le courant marin concentrés par l’hydrolienne aspire légérement les sédiments devant elle pour les accumuler derriére elle, mais cela encore, de maniére toutes relative est extrémement localisé à la machine, il n’empêche que des études doivent se poursuivre et je ne doute pas qu’Astom accumule les données, pas seulement pour sa machin mais pour sont environnements immédiat également. Cordialement,

Papijo

“Parlés de production et de prix sur un prototype qui n’a jamais eu vocation à fonctionné ni tout le temps, ni à faire chuté le cout du Kwh hydroliene …”. Un prototype qui n’a marché que l’équivalent de 500 heures (3 semaines) à pleine charge en 18 mois, et j’imagine avec tout un tas de techniciens autour … ça vous semble une technologie mâture ? à moi: non ! Par contre, je reconnais la performance en ce qui concerne la captation des subventions: l’ADEME, le FEDER, l’ETI … et il y en a sûrement d’autres, (et peut-être aussi des dégrèvements fiscaux). Et tout çà pour un coût attendu du kWh de combien ? Vous ne croyez pas qu’il y a des manières plus intelligentes de dépenser notre argent ?

Samivel51

Oui, subventionner le developpement de l’energie hydrolienne est une bonne facon de depenser l’argent public. Pour l’environnement et pour l’industrie francaise qui pourrait ainsi acquerir une technologie exportable.

Inge_sys_res

@Papijo Juste une petite chose, “Parlés de production…” est grammaticalement incorrect. Il eût fallu écrire : “Parler de production”… De même, “mâture” se rapporte au gréement d’un navire. Mature (sans accent circonflexe sur le a) est là synonyme de mûr(e), abouti… Peut être quelques subventions, pour la sauvegarde de la grammaire et de l’ortographe françaises, seraient-elles aussi les bienvenues. Plus sérieusement, effectivement, l’hydrolienne d’Alsthom n’est pas forcément une technologie mature, en connaissez vous une qui l’ait été dès sa conception ? Il y a toujours une phase de test et de mise en place. Il faut essayer pour résussir. Et quand bien même, la technologie employée n’aboutirait pas, elle aura servit à apprendre et peut être aura certaines applications possibles dans d’autres domaines. Comme vous l’a répondu Lord Predator : “vous êtes le stéréotype du français moyen raleur”, individualiste et égocentrique. Vous ne voulez pas “payer” mais êtes bien content d’être payé (d’une façon ou d’une autre). Sans les avancées de la science et de la technologie, avec ses réussites et ses ratés qui sont inhérents à toute tentative d’innovation, vous en seriez encore à vivre dans une grotte et à vous réchauffer auprès d’un feu de bois. Alors oui ! Je n’aime pas trop, comme tout le monde, quand mon avis d’imposition arrive mais sans subventions pour des projets dont le but est d’améliorer la qualité de vie, où en serions nous ? Vous dites : “Vous ne croyez pas qu’il y a des manières plus intelligentes de dépenser notre argent ?”, c’est fort possible… Lesquelles ? Citez les de façon concrête, intelligente et de manière réalisable. Critiquer et critiquer encore, sans rien proposer de concret n’apporte rien. Pour personne ! Sans liberté de blâmer, il n’est pas d’éloges flatteurs, écrivait Beaumarchais, encore faut-il blâmer à bon escient et de manière constructive, car “La critique est aisée mais l’art est difficile”. Il faut arrêter un peu de taper sur tous ceux qui innovent, sous le pretexte qu’ils touchent de l’argent de l’état. Heureusement qu’il y en a pour tenter de construire l’avenir. Cordialement P.S. Je précise que je ne travaille pas pour Alsthom, ni ne suis lié d’aucune façon à leurs activités.

Herve

Avant de critiquer un concept, il y a trois choses à voir: – Son potentiel réel (Production Espérée en fonction des contraintes) – Son Interet (utilité du courant produit, nécessité de stockage…) – L’estimation du cout final (produit en série, posé, entretien, couts des dispositifs de backup…). C’est peut être le plus difficile! A partir de cela, on peut estimer si la technique sera viable ou pas et à quel ordre de prix. Si elle a de bonne chances de l’être, l’étape suivante est la réalisation du demonstrateur. ça coute cher, et au début il est normal qu’il ne produise pas beaucoup , on monte on démonte,… mais ça permets de vérifier les calculs, corriger les erreurs, améliorer ou abandonner si ça n’a pas marché. Maintenant, là ou Papijo a raison, c’est dans le cas ou on lance une technique que l’on sait déja à l’avance par les calculs que ça ne le fera pas. Qu’elle va contribuer à augmenter la pollution, les prix… et/ou que son succés avenir dépendra de technologies pas encore inventées. Dans ce cas on peut effectivement se poser des questions sur le bienfondé de l’opération. Aprés, lancer une inovation est toujours un pari, de toute façon. Je ne sais pas ou se situe ce projet, mais pour suivre depuis longtemps ce que fait Alstom, je pense que ce qu’ils font est pesé, et il y a quelques chances qu’il y ait des débouchés à cette machine s’ils parviennent à la mettre au point à un cout global acceptable.

9
0
Laissez un commentairex