Batteries Li-ion : Saft prend le contrôle du site de production de Nersac

Saft, le fabricant français de batteries de haute technologie pour l’industrie, a annoncé lundi avoir acheté l’unité de production de batteries Li-ion à Nersac, près d’Angoulême en Charente à la société Johnson Controls.

Cette acquisition en date du 1er janvier 2013 intervient suite à l’accord conclu avec Johnson Controls le 30 septembre 2011 relatif à la cession de la participation de Saft dans la coentreprise Johnson Controls-Saft pour un montant global de 145 millions de dollars.

Cette usine, qui emploie aujourd’hui 90 personnes, va permettre au groupe Saft de disposer en Europe d’une unité de production de batteries Li-ion complémentaire pour ses différents marchés. Elle a d’ailleurs déjà été qualifiée pour le marché automobile et produit des batteries Li-ion pour les véhicules hybrides et électriques depuis 2009.

D’une capacité actuelle de 60 MWh, pouvant être doublé avec un investissement complémentaire limité, elle est équipée pour produire les mêmes éléments que l’usine Saft de Jacksonville.

"La reprise de l’usine Li-ion de Nersac, et l’augmentation de nos capacités de production en Europe, s’inscrivent dans la stratégie de Saft d’accélérer notre croissance et de déployer nos technologies Li-ion sur les marchés à fort potentiel tel que le stockage d’énergie et les véhicules, ainsi que sur nos marchés traditionnels" a déclaré John Searle, Président du directoire du groupe Saft.

C'est maintenant !
Fournisseur Total direct énergie

10% de remise sur le prix de votre consommation d'électricité et de gaz !

Partagez l'article

 

            

Articles connexes

Souscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Rickobotics

D’une capacité actuelle de 60 MWh … annuel, mensuel, quotidien ? Ca représente 2500 VE, si c’est annuel, ça fait pas lourd … en mensuel on arrive à 30000 VE/an.

Lustucru

. Sa capacité de production est de 60 mégawattheures par an et peut être doublée “avec un investissement complémentaire limité”, affirme le français.