Carrefour : De l’énergie “verte” dans le caddie

Avec Carrefour Energie EcoPlanet, Carrefour Belgique se lance dans la fourniture de gaz et d’ électricité dite "verte". Une première pour une enseigne de grande distribution.

L’électricité proposée est produite uniquement à partir de sources renouvelables : l’énergie éolienne (à 62,96%), la biomasse ou le biogaz (à 35,58%), la cogénération qualitative (à 1,38%) et l’énergie hydraulique (à 0,07%). "Chaque kWh consommé via Carrefour Energie signifie un kWh vert produit et injecté dans le réseau", assure un communiqué.

Pour autant, Carrefour promet qu’elle ne sera pas plus chère que l’électricité traditionnelle en garantissant un tarif fixe de l’électricité pendant la durée du contrat que le client aura choisie, soit sur 1, 2 ou 3 ans.

Carrefour Energie EcoPlanet a obtenu le soutien de la Commission Européenne dans le cadre de son programme « Energie durable pour l’Europe ».

"Maintenant, en allant acheter des pommes de terre, vous pourrez souscrire un contrat pour votre approvisionnement d’énergie avec un prix garanti sur un, deux ou trois ans", s’est enthousiasmé Ferran Tarradellas, le porte-parole du commissaire M. Piebalgs. Ce dernier espère "que l’exemple de Carrefour sera rapidement suivi par d’autres sociétés dans toute l’Europe, dans l’intérêt de tous les consommateurs".

Marc Oursin, Directeur Général de Carrefour Belgium affirme pour sa part que « Vert et pas plus cher » est devenu aujourd’hui une réalité. Prochaine étape : s’installer sur les marchés français, espagnol et italien.

Plus d’informations: www.carrefour.eu/energie

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
12 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Momo

Dan avait 100% raison de dire que la vente d’electricite n’etait plus du domaine des ingenieurs et techniciens , mais relevait maintenant du pur marketing ….. avec tout ce que cela va comporter comme ” bourrage de cranes publicitaire ” …Waouh , on vit VRAIMENT en Europe une epoque formidable ( de c……ies ? )J’ai hate de voir la suite ….

Dan1

Il suffit de l’affirmer : tout opération de marketing est faite dans l’intérêt du consommateur ! Sauf qu’avec l’énergie et plus particulièrement l’électricité : ça va être dur. En ce moment, le consommateur préférerait du concrêt plutôt que des effets d’annonce. La concurrence n’est pas la réponse à tous les problèmes, loin s’en faut. Il paraît que certain s’interroge sur le consensus de Washington !

Lu

C’est un marché ouvert maintenant … Oui il est bon de se casser un peu la tête pour choisir le meilleur fournisseur. Reste maintenant à mettre fin une bonne fois pour toute au règne totalitaire d’electrabel-suez!

Jpt

Même s’il faut etre un peu ‘avocat du diable’face aux reeles motivations de ces grandes enseignes de distribution (et aussi des positions de certains groupes pétroliers et énergetiques – BP, TOTAL, EDF, GDF etc) dans leur ‘marketing”developement durable’,leur grande potentiel est surtout dans les kilometres carrés de toitures ‘orphelines’ donc ils disposent sur leur centres commerciaux, entrepôts et centres logistiques etc capable de recevoir des installations photovoltaiques de grandes tailles. Certains se sont mis déja, et d’autres vont suivre, ceci est inevitable. Ils dispose aussi des possibiltés d’investissement ‘lourds’ pour que de tels projets existent que les ‘plus petits’ ont pafois du mal à ‘libéré’. L’important dans tous ça s’est de ‘faire ce qu’il a à faire’ dans les energies renouvelables, face aux défis de notre temps. Dans son temps (il ya 50 ans déja!), Buckminster Fuller (Bucky)disait, face au même questions des ces mêmes défis futures pour l’homme “on peut gagner de l’argent ou faire des choses ‘sensées'(pour la planète), mais les deux étaient ‘incompatibles'”. Peut être maintenant en rentre dans l’ere d’un ‘capitalisme écologique” proposé par certains, ou justement, non seulement ‘une approche écologie’ est absolutement nécessaire, mais aussi ‘profitable’, dans tous les sens du mot. Du ‘gagnant-gagnat’ si chers aux anglosaxons. – Un avocat du diable pramatique d’origine anglosaxon de la géneration 68 qui n’as pas perdu toute son ame au ‘commsumerisme débridé’.

Dan1

Quelques réflexions : Premier point : Carrefour n’a pas prévu de vendre l’électricité qu’il produirait avec ses quelques toits. Le mix est principalement éolien et on ne parle pas de photovoltaïque (il est plue intéressant de le revendre à tarif subventionné). Deuxième point : Voici le lien qui permet de comprendre le tarif : Faites une simulation avec votre consommation d’électricité, vous verrez la différence par rapoort à la France. J’ai essayé avec la mienne : 3600 kWh en 2007 dont 2400 en heures pleines et 1200 en heures creuses. Voici le résultat : avec EDF facture = 450 € avec Carrefour Belgique = 872 € (+ 94 %) Bien évidemment, la comparaison doit tenir compte que l’électricité en Belgique, avec ou sans Carrefour, n’est déjà pas au même tarif qu’en France. Cependant cela permet de fixer les ordres de grandeur. On s’aperçoit, qu’en France sur 450 €, je donne 130 € à EDF pour la consommation, 115 à RTE pour le transport et 92 € d’abonnement. Je donne aussi 16 € de CSPE et 93 € de taxes à l’Etat. En Belgique, avec Carrefour Energie, je donne 378 € à Carrefour pour la consommation (+ 190 %), 50 € d’abonnement, 393 € de distribution et transport et 50 € de taxe. Finalement, je préfère le système français, même si je donne plus à l’Etat. L’exemple de la Belgique est ce qui pourrait nous arriver au nom de la concurrence et de l’ouverture. Au fait, c’est quoi le meilleur fournisseur ? Est-ce que le monopole est vraiment aussi grave qu’on le dit ?

Guydegif(91)

L’analyse de Dan me semble très pertinente à tous points de vue. Merci pour l’analyse chiffrée très parlante! Primo, ce n’est pas le PV sur ses toits qui produit de l’énergie verte chez Carrefour-Belgium, car pas de PV ! Secondo, je ne savais pas que Carrefour possédait des éoliennes ou des installations Biomasse/Biogaz…donc ce n’est qu’un artifice de financier Achat/Revente de MW produits par d’autres…! On a un peu de mal à comprendre la démarche de Carrefour-Belgium et l’intérêt du consommateur dans tout çà! ça parait bien artificiel et peu éco-planète…Je rejoins Dan pour ses questions de fin: C’est qui le meilleur fournisseur? La solution d’un tarif réglementé ou d’un monopole est-elle si méprisable que ça et pour qui?…dans la mesure où c’est dans l’intérêt de tous les consommateurs et contribuables/citoyens… ! A méditer ! A+ Salutations Guydegif(91)

Jpt

En effet, dans ce cas précis il n’y est pas question de toit PV pour Carrefour Belgique, mais je faisait allusion aux projets de toits PV dans la grande distribution en génrérale tel que les projets Carrefour en France: , chez Google ou Wallmart au USA, et de nombreuses autres projets déja existantes ou en projet en europe. Je voulais juste situé le potentiel énorme de ces grandes ensembles de toitures pour des installations PV et l’intéret écologique, économique et ‘marketing’ que cela pourrait avoir pour de tels groupes ou propriétaires de locaux et batiments appropriés (centre commerciaux, entrepots, stade sport/foot,gare de chemin de fer etc), en ‘ajoutant’ dans ‘leur caddie’ d’activités et de service actuelles, la production et vente d’électricité PV et leurs différents ‘motivations’ pour le faire. JPT

Dan1

Faisons un petit retour sur l’investissement des magasins : On a déjà beaucoup “parlé” des toitures solaires PV et notamment pour les grands magasins. Voir à ce sujet l’article Enerzine “Des caddies à l’ombre des panneaux solaires” publié le 03 avril 2008. Le potentiel énorme du PV se heurte malheureusement à un coût d’investissement tout aussi énorme (s’il veut sortir de la figuration) et il nécessite des subventions de longue durée qui pourraient devenir astronomiques pour atteindre des niveaux de production de l’ordre de la dizaine de TWh/an. ce n’est donc pas demain la veille où l’on verra des grands magasins investir dan ds installations non subventionnées. Les projets actuels visent l’image de marque, pas l’efficacité énergétique globale. Pour y voir plus clair, je vous suggère de regarder ce qu’en dit l’INES qui ne peut pas être taxée d’être contre les EnR solaire. Voici le lien : Voir aussi la page 21 avec la prospective à 2030. Le PV pourra être généralisé si et seulement si une rupture technologique vient diviser le coût d’investissement par 20. Il restera tout de même à traiter l’intermittence.

Jpt

Certes Dan, une rupture technologique est nécessaire pour faire baisser encore le ‘coût’ du PV, comme pour toutes les énergies ‘nouvelles’, mais je n’ai jamais été très convencu par les calculs comparatifs du coût de production du Kwh exprimés en argent (€), quelque soit ‘énergie’ concernée, car jamais on semble intégrer ‘énergie grise’ employée en amont et en aval dans toute la procedure de manfacture ou construction/deconstruction par exemple d’un centre nucléaire. Combien de Kwh (ou TEP, ou BTU’s ou toutes autre unité de mesure énergetique) ont été dépensés pour créer ‘outil’ de production de l’énergie, combien de TEP ‘brulés’ par des norias de camions de béton (et pour produire ce même béton), pour fabriquer tous les équipments etc, avant que le premier Kwh rentre dans le reseau (pour etre perdu en partie en route)? Seul un tel analyse ‘énergetique’ du ‘cycle complet’ sur de la durée de vie de l’équipment (quel qui soit), du premier coup de crayon du dessinateur au recyclage complet de la technologie concernée, peut être pertinente. Combien de Kwh ont été ‘dépensés’ pour produire X Kwh total en fin de vie ? THAT is THE question. Et même aujour’hui, je suis convencu que le PV tient une position ‘honorable’ dans un tel analyse. Aussi, les grandes ‘ruptures technologiques’ se sont souvent fait, malheureusement, pour des raison militaires, et si le soleil (ou le vent)avez été une arme de guerre on aura tous des panneaux solaire sur le toit depuis au moins 50 ans ! L’autre ‘instigateur’ des ruptures technologiques est “émergence dans l’urgence”, et à entendre toutes ces voix qui disent “ca urge”, peut être ce moment est enfin venu ! JPT

Dan1

J’ai déjà répondu dans plusieurs articles sur les coûts comparés. Voir notamment l’article “Pénuries d’électricité en Allemagne à craindre dès 2012” publié le 28 mars 2008. En toute immodestie je me cite : “J’ai déjà indiqué que pour équiper de 2000 Wc (environ 17 m2) de capteurs PV, chacune des 15 millions de maisons en France, il fallait investir immédiatement au moins 270 milliards d’Euros (subventions d’investissement comprises). A cela s’ajouterait les subventions d’achat du kWh pendant le fonctionnement (prévoir 375 milliards de plus, sans actualisation en 20 ans).” Il faut lire tout le commentaire pour avoir une comparaison complète avec un réacteur EPR. En fait, on obtiendrait les mêmes ordres de grandeur avec des centrales à charbon. Ce que je voulais montrer c’est qu’il y a de très grosses différences entre les moyens de production de masse en base qui ont fait leur preuve (charbon, gaz, fuel, nucléaire) et les nouvelles EnR… très loin d’être gratuites dès qu’on veut les développer à l’échelle de la centaines de TWh (seule unité valable pour un pays comme la France avec ou sans Négawatt). S’agissant de la fiabilité des coûts : bien sûr il existe des analyses assez fiables car sinon les banquiers (qui adorent les chiffres et abhorrent les risquent) n’investiraient pas. Pour le nucléaire, c’est selon : quand cela arrange on l’accuse de coûter trop cher, et quand cela n’arrange pas on accuse EDF de bloquer la concurrence en produisant des kWh pas assez chers à cause du nucléaire. La vérité, c’est que les kWh nucléaires sont globalement (sur 40 ou 45 ans) les moins chers du marché et que beaucoup de nouveaux “vendeurs” d’électricité, qui n’ont rien construit, voudrait bien mettre la main dessus (voir les centrales virtuelles). Pour le béton, désolé je n’y reviens pas, lisez tout ce qui a été écrit dans les articles sur l’éolien. Après dites moi, si l’éolien a besoin de plus ou moins de béton par TWh que le nucléaire (1 EPR = 500 000 m3). Lisez aussi les ACV des éoliennes.

Danielteller

Bon c’est très simple j’ai aménager dans un belle appartement rénover au mois  de juillet  et figurer vous que je n’ai encore, reçu de facture oui du gaz mais avec une somme imaginaire alors j’ai réclamer pas de changement depuis et concernant l’éléctricité je me demande ce que je vais payer car la mon compteur n’est même pas encore agréer et nous sommes au mois de mars DONC BIENTÔT 9 MOIS  NEUF ?????  Quelle  rapidité merci Monsieur Dame. Va y avoir du sport pour les payement mais je ne vais pas me laisser faire. Daniel, TELLER

lion

Du pur greenwashing et rien d’autre. Que ne ferait-on pas pour attirer les gogos dans des hypermarchés situés à 10 km des lieux d’habitation?

12
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime