Chine : des centrales à énergies des vagues en projet

SDE, une entreprise israélienne qui développe des technologies utilisant la force des vagues, a signé un accord avec la Chine pour la commercialisation et la construction de centrales électriques, financées par des investisseurs HongKongais et chinois.

Cet accord sera matérialisé par la formation de deux coentreprises à Hong Kong et permettra la création d’un projet pilote dans la province de Guangzhou en Chine méridionale.

Dans le cas où le modèle d’essai se révèle être un succès, le consortium envisage d’élaborer d’autres centrales électriques à vague dans toute la Chine. Le processus reste soumis à l’approbation du gouvernement chinois, dont l’objectif est de racheter l’électricité ainsi produite.

Des pénuries d’électricité en Chine demeurent un phénomène fréquent et les sources d’énergies actuelles restent problématiques pour plusieurs raisons. Les centrales nucléaires et hydroélectriques sont très sensibles aux dommages causés par les séismes et le pays est touché par plus de 4 typhons par an, ce qui rend la construction de parcs éoliens extrêmement difficile.

Selon SDE, "l’énergie des vagues a le potentiel de fournir 4 fois plus d’énergie par mètre carré que le vent, et pourrait couvrir plus de 500 fois les besoins en électricité de toute la population mondiale, offrant une solution à la grave pénurie mondiale d’électricité qui, selon les estimations coûtent plusieurs milliards de dollars".

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
6 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Prudent

L’énergie des vagues, de la houle et des courants marins est l’une des plus importantes aussi bien par la puissance disponible que par la régularité tout au long de la journée et de l’année. Nous sommes bien en retard dans ce domaine, partout dans le monde. En Chine, l’éolien se développe très vite dans les régions du nord, du centre et de l’ouest, régions où il n’y a pas de typhons. Cependant, rien n’empêche de construire des éoliennes dans les zones de cyclones ou de typhons, comme c’est le cas des éoliennes VERGNET : “Vergnet, inspiré par l’observation de la nature, a pensé ses éoliennes comme étant des roseaux, qui, face au vent, plient mais ne rompent pas. Comme eux, les aérogénérateurs Vergnet ont la capacité de s’abaisser au sol en cas de cyclone, afin de ne subir aucun dommage. ”  – En Chine, l’éolien se développe très rapidement (aux Etats-Unis aussi) et dépasse de beaucoup la croissance de toutes les autres formes d’énergie, à l’exception du solaire. 

Dan1

Effectivement dans l’absolu l’éolien se développe vite en Chine… puisqu’ils partent de rien !Seulement, par rapport à l’enjeu, cela ne représente pas grand chose.Selon le baromètre Observ’ER, l’éolien en puissance installée fin 2007 représente : Pour le monde : 93 678 MW dont Europe : 57 015 MW (Allemagne = 22 247 MW et 5 % de son électricité) dont Etats Unis : 18 588 MW (et environ 40 TWh ou 1 % de son électricité)  dont Chine : 6000 MW dont Inde : 8000 MWLa progression chinoise est extraordinaire entre 2006 et 2007 (de 2594 MW à 6000 MW ou + 131 %). Seulement tout progression géométrique à tendance rapidement à se transformer en progression arithmétique puis en plateau (voir le Danemark et l’Allemagne).Ce qui se développe le plus vite en Chine en valeur absolue, c’est le charbon et le pétrole (elle devrait rapidement rattraper les Etats Unis en TWh produits, aux alentours de 4000). La production électrique de la Chine sera donc encore essentiellement fossile pour des décennies, si rien ne vient enrayer la croissance.A titre indicatif, 6000 MW éolien à terre, représente au grand maximum 15 TWh sur les 2 200 que la Chine déclarait produire en 2005 (et probablement 3000 ou plus aujourd’hui). Cela représenterait donc environ 0,5 % de l’électricité.Si la presse relate les exploits des progressions des EnR en relatif, les exploits réels en absolu et en TWH de la production d’électricité sont réalisés par le charbon, le gaz, le pétrole et autre fossile, en Chine comme aux Etats Unis. 

Momo

Et si on compare ” per capita ” , on s’apercoit que ni l’Occident , ni l’Europe ni meme la France n’ a à rougir de ses productions d’electricite ” alternatives ” ni battre sa coulpe sur ce sujet , loin de là ! …. Et en + il vous a fallu developper et mettre au point les technologies , tout comme ds. le nucleaire , où Alstom comme Areva montrent le chemin et vendent des process mis au point en Europe il y a des annees ! Bon vent a tous ces developpeurs , en Chine comme en Inde , au Vietnam ou au Bresil

Prudent

La Chine peut très bien développer son énergie éolienne avec une croissance de 50% par an au cours des dix prochaines année. Cela représente une multiplication par 58 en dix ans, sur des bases assez modestes et soutenables sans problème à long terme. Même en partant de peu, cela commence à compter sérieusement. … Ce qui limite en partie l’éolien au Danemark et dans tous les pays plats, c’est l’absence de montagnes qui permettraient de réaliser des lacs de retenue pour le pompage turbinage, comme cela existe en France. Cette méthode permet de stocker (sous forme hydraulique et cinétique) de l’électricité aux heures creuses pour la restituer aux heyres de forte demande. Mais les échanges d’électricité enre pays sont aussi une forme de lissage des productions et des consommations, quelle que soit la source productrice.

Dan1

Pour pallier l’intermittence des EnR, la solution des STEP est séduisante. La France est d’ailleurs bien équipée. Attention toutefois, si on généralise cela à l’échelle de la Chine, ce n’est pas sans conséquence sur l’environnement. Voyez Grand-Maison chez nous, c’est 2 lacs de retenue, 2,2 km2 et 140 millions de m3 d’eau pour faire 1800 MW démarrables au claquement de doigt. On pourrait faire plus… mais où ? Pour des infos sur le stockage de masse voir le lien suivant : ;

Momo

C’est rigolo de voir tous les commentaires ” hors sujet ” que peut entrainer une breve indiquant qu’une entreprise Israelienne financee par des HongKongais ( entr’autres ) allait experimenter une installation de recuperation d’energie des vagues en Chine continentale Mais cela permet d’en apprendre beaucoup sur l’eolien ….. Cordialement a tous

6
0
Laissez un commentairex