CO2 : nos modes de vie inadaptés pour 66% des français

A la veille du sommet de Copenhague, l’Ademe dévoile son enquête annuelle portant sur les représentations de l’effet de serre par les Français et met en avant une analyse comparative effectuée sur 10 ans de résultats depuis la première édition.

Cette comparaison met en évidence la forte évolution de la perception des Français du changement climatique et leur prise de conscience de l’impact des activités humaines sur l’effet de serre.

Les Français ont en effet progressivement compris la nécessité d’agir pour limiter l’effet de serre et ses conséquences sur le climat : aujourd’hui, 50% des personnes interrogées affirment que l’effet de serre est la cause des désordres climatiques, contre 32% en 2001. 70% des personnes interrogées reconnaissent par ailleurs que l’effet de serre est une certitude pour les scientifiques, contre 60% en 2001.

Une évolution qui peut trouver des explications dans les épisodes climatiques exceptionnels des dernières années mais également dans l’impact des différentes campagnes de sensibilisation et d’incitation au changement de comportements mises en œuvre dans le cadre du Grenelle de l’Environnement.

Une prise de conscience progressive de la gravité de l’effet de serre

En 10 ans, l’ordre des priorités a changé : la lutte contre l’effet de serre est devenue la première préoccupation environnementale pour la majorité des répondants (28% en 2009 contre 19% en 2005 ), devançant depuis 2007 la lutte contre la pollution de l’eau et de l’air. Cette évolution s’explique entre autres par une meilleure, bien qu’encore modeste, compréhension de ce phénomène environnemental. En effet, si près d’un tiers des Français ne savait donner aucune définition (juste ou non) de l’effet de serre il y a 10 ans, ils ne sont maintenant plus que 10%. Le taux de réponse correcte à cette question reste cependant faible (moins de 20% des répondants) et certaines contrevérités persistent : par exemple, l’attribution erronée de l’effet de serre au trou de la couche d’ozone est depuis 2002 la première des explications données par les Français (environ 25%).

En 10 ans, les Français ont aussi pris conscience que le réchauffement climatique est lié à l’activité humaine, même si ce lien reste confus. Parmi les activités citées comme ayant le plus
fort impact , on trouve les activités industrielles (93%), les transports (89%), la destruction des forêts (90%). Mais 76% considèrent encore que les bombes aérosols ont un impact fort sur le réchauffement climatique (confondant ainsi l’impact sur la couche d’ozone et celui sur le réchauffement) de même que les centrales nucléaires qui sont citées, sans changement depuis 10 ans, par près de 60% des répondants.

Les Français se sont progressivement rendu compte que leur comportement quotidien avait un impact essentiel sur l’environnement : ainsi le chauffage des bâtiments est aujourd’hui cité par 70% des répondants comme l’une des causes de l’effet de serre, contre moins de 40% en 2000, et l’isolation des bâtiments est une solution aujourd’hui plébiscitée par 20% des Français (contre 8% en 2001).

Une mobilisation croissante pour limiter le réchauffement climatique

En 5 ans, les Français admettent de plus en plus qu’il faut agir pour limiter le réchauffement climatique : le taux de répondants considérant ce phénomène comme inéluctable et que l’on ne pourra rien faire pour l’enrayer reste stable autour de 10% depuis 2005 tandis que près des 2/3 estiment qu’il faudra modifier de façon importante nos modes de vie pour empêcher son augmentation. On note d’ailleurs une augmentation significative de ce taux entre 2006 et 2007.

En revanche, si les Français semblent réceptifs aux mesures mises en place par les pouvoirs publics pour limiter notre impact sur l’environnement, ils sont de moins en moins nombreux à estimer que c’est seulement aux États de réglementer au niveau mondial l’augmentation de l’effet de serre (18% en 2009, contre 25% en 2006) ou au progrès techniques (10% en 2009 contre 14% en 2000) d’enrayer ce phénomène.

Ces chiffres semblent souligner une mobilisation des Français autour de démarches individuelles de changements des comportements : c’est la mobilisation de tous les individus qui permettra d’atteindre des résultats.

Parmi les mesures que les Français pourraient accepter pour agir au quotidien contre le changement climatique, la limitation de la vitesse des automobiles dès leur fabrication, l’interdiction des 4×4 en ville et l’obligation pour les propriétaires de rénover et isoler les bâtiments arrivent en tête, avec près de 80% d’acceptation pour chacune de ces solutions.

A un niveau individuel, c’est leur comportement vis-à-vis des transports que les Français sont prêts à changer : ainsi l’utilisation des transports en commun plutôt que la voiture et l’achat de voitures consommant moins de carburant sont les deux actions jugées les plus efficaces pour réduire l’effet de serre. Viennent ensuite l’isolation du logement et l’utilisation d’appareils ménagers moins gourmands en énergie.

            

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
19 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
indianagrenoble

Ahhhh ! Enfin on y arrive !

traction0

Je vais reprendre simplement le texte que j’ai posté sur ce site il y a quelques temps car il est parfaitement en adéquation avec le sujet qui nous occupe aujourd’hui. Il tombe évidemment sous le sens que, nonobstant les efforts à faire pour trouver des sources d’énergies “propres”, la première chose à faire est de changer tous notre mode de vie désastreux pour notre environnement, notre planète et sans oublier notre santé ! Nous avons créé des besoins inutiles pour le plus grand profit d’une minorité. Ces besoins sont devenus “indispensables” et pourtant !! Il y a 50 ans, nous vivions encore de rien ou pas grand chose, nous étions heureux avec ce que nous possédions et une chose importante, nous mangions des produits locaux sains, bien sûr pas de fraises le 25 décembre, mais d’autres choses de saison, tout aussi succulentes, point de vacances à des milliers de km et surtout pratiquement pas de cancers et pas de chômage !! Alors oui, si vous voulez suivre les développements modernes qui nous tuent à petit feu, libre à vous mais, rappelez-vous que chaque chose a une fin et nous arrivons à la fin de notre civilisation de gaspillage alors, au lieu de mégoter sur des queues de cerises, commençons à réduire nos consommations inutiles et essayons de vivre, vivre enfin sans toutes les contraintes que le monde moderne nous impose, ce n’est certainement pas dans notre intérêt, nous n’en serons que mieux ! Un simple exemple, un véhicule à essence de +/- 60 CV est largement suffisant, il faut interdire la production de machines hyper puissantes, de toute façon légalement inutilisable tout au moins en respectant le code de la route. Je doute cependant beaucoup que les citoyens d’aujourd’hui soient prêts à faire ces efforts, il faudra, malheureusement encore beaucoup de catastrophes avant qu’ils ne prennent conscience et se décident enfin à agir !!

malines

Je suis tout à fait d’accord pour une meilleure gestion de l’énergie et surtout de la façon de la dépenser. Mais nos hommes politiques ne parlent que de CROISSANCE, pour sauver l’emploi, de faire plus d’enfants ???? la race humaine est en danger ????. Plus d’autoroutes, d’avion, de déplacements et j’en passe. Je crois qu’il serait temps de réduire tout à commencer par la quantité d’homme sur terre avant que cela n’explose, un humain de plus toutes les 2 secondes je crois. ON va où ??? à cette cadence ?? Combien de mort de faim à venir, 600 toutes les heures en ce moment….         Moi j’ai commencé, pas de descendant qui sera dans le caramel, à bon entendeur….. PS: on va sûrement me traiter de tout les noms, pas grave

ssebb

Il n’y avait pas de question à propos des mesures concernant l’alimentation qui permettent de réduire la production de CO2 ? Une source importante de CO2 est la production de viande de boeuf, et les produits laitiers. Rien non plus sur la relocalisation des activités pour réduire les transports inutiles ? L’important pour agir c’est quand même aussi et surtout modifier nos habitudes de consommation autant que les transports que nous empruntons ou nos rénovations d’habitat.

traction0

Pour la croissance démographique, une seule solution, l’éducation mais ce n’est pas pas pour demain alors que certains veulent conquérir le monde avec le corps de leurs femmes, ben, c’est simple nous sommes foutus !

dede29

Sur ces sujets un cycle de conférences intéressantes :

traction0

Hello, Les conférences c’est bien mais ce n’est pas avec du blabla que l’on va régler un problème aussi épineux que l’explosion démographique, si l’éducation ne suffit pas, une seule solution radicale…couic !!!

Denlaf

“50% des personnes interrogées affirment que l’effet de serre est la cause des désordres climatiques“ Comment voulez-vous améliorer la compréhension des français sur ce phénomène climatique si vous leur parlez des dangers de l’effet de serre, alors qu’il faudrait leur parler des risques associés à l’augmentation de l’effet de serre? L’effet de serre n’est pas que bénéfique, il est même essentiel à l’existance de l’humain et de la grande majorité de toutes les autres espèces vivantes. C’est une trop forte augmentation qui posera problème. Il y a à peine 1 siècle, la température moyenne de la Terre dépassait à peine 14 degrés Celsius, aujourd’hui on parle de 15 degrés Celsius et avant la fin de ce siècle on pourrait dépasser 17 degrés Celsius (ce qui pourrait être un point de non retour). Certains scénarios du G.I.E.C. voient un avenir encore plus sombre, ce qui pourrait être catastrophique pour une grande partie de ce qui vit sur cette planète. N’oublions pas que sans effet de serre la température moyenne de la Terre serait de -18 degrés Celsius, alors donnons nous la peine de parler d’augmentation de l’effet de serre et non pas seulement d’effet de serre.

traction0

Hello, Tout à fait d’accord mais, je voudrais aussi ajouter, si vous le permettez, que lorsque nous analysons les cycles de variations climatiques depuis des millénaires, donc en l’absence de l’homme, on constate des modifications importantes du climat avec une alternance de périodes chaudes et d’autres glaciaires et que celles-ci sont de plus en plus rapprochées au fur et à mesure de l’avènement de notre époque, il serait alors bon de ne pas toujours culpabiliser le citoyen lambda, nous serions, peut être, dans une phase cyclique et normale d’une période de réchauffement, si je ne me trompe, le XVIIième siècle à connu une période “anormalement froide”. Je ne sous estime bien entendu pas l’action inconsidérée de l’homme depuis l’ère technologique, mais peut être sommes-nous, en plus, dans une de ces période de réchauffement naturelle, amplifiée par les actions inconsidérées de l’humanité ??

Dan1

Pour traction0 : Vous êtes assez radical en terme de solutions si la fameuse transition démographique échoue et que l’humanité continue à croître : couic ! Dans le même registre on pourrait alors considérer que le nucléaire (l’autre) sera finalement le salut de l’humanité en qualité de régulateur des populations potentiellement très puissant. Pourtant, il pourrait bien être détroné par un autre système qui a fait ses preuves récemment et qui a battu des records en rapport coût/efficacité : le génocide au rwanda a fait plus de 500 000 morts en quelques semaines ou mois avec de la propagande, une radio et des machettes. Là le nucléaire a du s’incliner !  Restons optimiste et parions sur la transition démographique avec un pic à 9 milliards puis une lente décroissance… de la population. Pour cela il faudra encore produire beaucoup d’énergie (même avec d’énorme mesure d’économie) et avec le moins d’effets collatéraux possibles.

traction0

Vous avez raison, c’est vraiment radical et c’est peu dire, pourtant je suis du genre à essayer de maintenir un bien être minimal aux populations de notre vieille terre, je ne suis plus très jeunes et je me suis souvent “battu” pour cet idéal mais c’est inutile, n’est pire sourd celui qui ne veut entendre, l’expérience de mon existence “réfléchie” depuis 1950 me désole de l’action des humains, ils ne tirent jamais les leçons du passé et pourtant il y a matière à réflexion ! Je ne vous cache pas que pour moi, c’est terminé, mais j’ai des enfants et je tremble pour eux, l’avenir est si sombre !!!

Dan1

Quand on dit que l’avenir est forcément sombre c’est que l’on ne veut voir que l’une des voies du possible. Or l’avenir n’est pas écrit et, s’agissant du long terme, on s’est tellement trompé dans le passé en matière de prédiction qu’il reste de l’espoir ! Ce qui est sûr c’est que ce sera sportif, mais pas forcément désespéré. Nos enfants auront probablement à réparer certaines de nos erreurs, voire à franchement nous maudire, mais ils ne sont pas parti de rien et, en même temps que quelques cadeaux empoisonnés, nous leur avons aussi légué des outils pour s’en sortir.

traction0

Vous avez raison une fois de plus mais, vous savez, l’optimisme est l’apanage de la jeunesse, normal, ils ont l’avenir devant eux et je souhaite qu’ils s’en sortent car nous leurs laissons un héritage empoisonné, comme jamais aucune génération n’a fait jusqu’à ce jour !

marcob12

Nos modes de vie inadaptés pour 66% des français (vis-à-vis des des émissions de CO2) ? Ils ne croient pas si bien dire. Mais le français moyen ne semble pas conscient ni des causes ni des effets… Prenons nos habitudes alimentaires fortement carnées qui nous obligent à utiliser entre 5 et 10 fois plus de terres arables qu’il n’est nécessaire pour nous nourrir (or une étude récente montre l’impact sur l’albedo terrestre sans parler de la mise à mort de la biodiversité). Cette seule habitude décuple nos besoins en eau, sans parler de la consommation énergétique supplémentaire induite et les émissions afférentes. “L’isolation des bâtiments est une solution plebiscitée par 20% des français”. Un plebiscite à 20% ? On n’est pas sortis de l’auberge à ce tarif quand on sait l’énergie consacrée inutilement au chauffage (et à la clim) des locaux d’habitation et autres. Qui va remettre en cause la mondialisation qui a banalisé (entre autres) le port de chaussures qui ont fait plus de km dans les transports que nous n’en feront jamais avec elles ?… Voyez l’accélération prodigieuse des “miles travelled” par cette foultitude de marchandises qu’on aurait pu produire en local et qu’il est plus “rentable” (pour qui d’ailleurs) de faire traverser la moitié de la planète plutôt que produire en local. J’ai vu passer il y a quelques jours 2 palettes de cartons de photocopies “made in brazil” et la forêt amazonienne qui part en papier qui finira à l’incinérateur local à bref délai. Nous marchons sur la tête dans tellement de domaines que les énergies vertes sont clairement “à côté de la plaque” si on ne réforme pas un système fondamentalement conçu pour transformer au plus vite un maximum de ressources naturelles en montagnes de déchets pour le  bénéfice d’une infime minorité (actuelle, ne parlons même pas des générations à venir) de la population humaine. Les Chinois vont faire exploser le système car une Chine ayant le même comportement que les membres de l’OCDE, la planète vole en éclats… Dans tous les domaines (énergie, nourriture, eau, etc) il faut quasiment revoir de A à Z nos façons de faire. Voyez la façon dont nous évacuons pipi et caca dans des torrents d’eau potable au lieu de faire du biogaz et du compost. Voyez nos maisons “passoires énergétiques” quand elles pourraient (pour beaucoup) produire plus d’énergie qu’elles n’en consommeraient. Ce n’est pas le taux de CO2 qui est la priorité, c’est d’arrêter notre délire collectif dans tous les domaines.

Pastilleverte

@marcob : je vous cite : “Ce n’est pas le taux de CO2 qui est la priorité, c’est d’arrêter notre délire collectif dans tous les domaines” et je dirais même plus comme disaient le Dupondt : commençons par éliminer tous les gaspillages et gâchis, recyclons à condition de le faire sur ces circuits courts, “cogénérons” à donf  et surtout : “1 € dépensé dans l’éducation, sera plus bénéfique pour l’environnement (le climat ?) que 10€ dépensés dans (rayer les mentions inutiles : capture/séquestration de carbone, des conférences climato-médiatisées, la mise en place et le controle de taxe carbone, un quarteron de bureaucrates bruxellois, un film de YAB ou de NH oude Al G, un grenelle de l’environnement, des subventions à Greenpeace), c’est pas de moi, même si la fin de la phrase n’était pas exactement identique…

marcob12

Je pense comme vous que l’éducation est La priorité, mais il faudrait commencer par la nôtre, même si l’éducation des jeunes femmes dans les pays émergeants est aussi cruciale. Comparez seulement le budget militaire US à leur aide au développement (je ne parle pas de l’aide pour favoriser les entreprises US). Ce pays présenté par les journalistes comme la “plus grande démocratie” du monde est dans un tel état de délabrement et de barbarie (nous ne valons guère mieux) qu’il est difficile de discerner d’où pourrait provenir l’impulsion salvatrice sinon de l’annonce d’un péril hypothétique commun pour l’humanité entière. Nous avons sciemment laissé crever les 2/3 de la planète et la déforestation et la démographie galopante sont les nôtres. Si j’étais “Bruce Willis” dans “Armaggedon” je ne suis pas sûr que j’aurais assez d’amour pour le genre humain pour appuyer sur le détonateur. Je crois que je partirais plutôt pour être sûr que personne ne percute la charge… Nous sommes tombés bien bas (au point de réduire notre dimension à un équivalent-CO2 dérisoire). Puisse “Copenhague” relever le niveau. J’ai renoncé à y croire.

guignol07

Pastilleverte : “c’est pas de moi, même si la fin de la phrase n’était pas exactement identique… ” Traction0 : ” Il sera quand même trop tard, “le jour ou l’homme se prendra pour un Dieu, ce sera sa fin”, ce n’est pas de moi, mais je pense de même !” Traction0 qui ne proposant rien de moins qu’une “solution finale”, il semblerait plutôt que ce soit lui qui se prenne pour Dieu !!! Sérieusement, ce qui serait un bon début, et surtout pour ceux qui refont le monde et donnent des leçons aux autres tous les jours, ce serait que les gens pensent par eux-mêmes, et s’expriment d’eux-mêmes sans que le matraquage médiatique anxiogène ne leur bourre la caisse. En effet, il apparait régulièrement, pour ne pas dire systématiquement, que les conseilleurs ne sont pas les payeurs. A bon entendeur…

traction0

Tu te prends pour qui mec ?? Avant d’accuser, réfléchis, ce ne me parait être ton fort ! Apprends à lire aussi, non pas lire bêtement, non, lire en comprenant l’assemblage de lettres qui s’accumule devant toi ! Je vais t’expliquer une chose mon gars, par rapport à moi, tu dois être très jeune, tu as l’avenir que tu te traces devant toi et n’essaie pas de remettre ça sur le dos des plus vieux, je ne me prends pour rien, une poussière dans l’océan de vide qui nous entoure, ce que je suis, tout comme toi mec, attends, moi ma vie est finie, je te souhaite la tienne pleine de plaisirsss et s’il doit y avoir selution finale elle viendra de toi et des types dans ton genre qui sous prétextes de se prendre pour un modèle, ne font que planter de plus en plus la planète ! A bon entendeur mec !!

Lutine

Bonjour à tous, Je suis d’accord avec vous, mais pas vraiment avec l’article qui commence très mal à mon sens: “aujourd’hui, 50% des personnes interrogées affirment que l’effet de serre est la cause des désordres climatiques, contre 32% en 2001.” Alors là, excusez-moi mais je me bidonne! pour un article qui dit que les francais ont enfin compris ce qu’il fallait comprendre sur le climat, c’est à dire effet de serre = cause des désordres climatiques … Warf warf! l’effet de serre nous protège du froid de la galaxie et nous permet de ne pas avoir des température lunaire en surface, c’est à dire d’exister tout bonnment. Que l’espèce humaine par son activité augmente cet effet de serre et que cela ait des répercussions sur le climat , soit! Mais formulons bien les choses! Cela ne m’étonne pas que les gens amalgament le trou dans la couche d’ozone et le phénomène d’effet de serre si des articles si peu clairs et pédagogiques leur expliquent le fonctionnment des choses. @marcob12: je me permet de vous citer au sujet de l’augmentation de population (c’est un sujet brulant et tabou, je sui d’accord) mais dire que la solution passe par ” l’éducation des jeunes femmes dans les pays émergeants est aussi cruciale.”  c’est quelque chose que j’ai du mal à entendre. Je suis une femme, et donc bien placée pour savoir que si aujourd’hui j’ai le pouvoir de réguler ma capacité de procréation ce n’est pas parce qu’on m’a “éduquée” seuleument!!! c’est SURTOUT parce que je peux avoir accès à des moyens de contraception. Et ca c’est grace à mon niveau de vie et à la société (moins mysogyne qu’avant, même si…) qui me permet depuis à peine quelques décennies grace au combat acharné de pas mal de gens. Les jeunes filles des pays à forte croissance démographique n’ont pas tant besoin d’éducation que d’un accès concret et réel à des moyens de contraception… parce que comment ca marche les enfants elles le savent bien mieux que beaucoup: quand à 18 ans, que tu as déjà 4 bambins dans les pattes et que tu es à nouveau enceinte , tu sais comment ca marche les bébés, pas de souci! Par contre ce que tu n’a pas c’est le moyen d’agir sur ta fertilité. Et tu sais aussi que tu as de grandes chances de voir ta vie écourtée par des grossesses à répétition et l’absence de soins gynécologiques… On peut toujours vouloir les “éduquer”, si il n’y a rien de concret à coté on continuera à se multiplier! Donner plus de pouvoir aux femmes c’est une partie de la solution, mais quand on voit les effort et les siècles que cela a demandé en occident, on peut se poser des questions…

19
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime