Deux premières piles à combustible en maison individuelle en France

GDF Suez a installé récemment 2 piles à combustible en maison individuelle dans l’est de la France, dans les villes d’Hagenau et de MunschHausen, une première en France pour ce type de logement.

Le Groupe prévoit d’en installer une trentaine en France, principalement en maison individuelle et dans des locaux tertiaires d’ici mi-2015.

Pile à combustible Baxi Innotech

Le projet européen Ene.field, dont GDF Suez est partenaire au sein d’un consortium de fabricants, d’énergéticiens et d’universitaires européens, va expérimenter 1.000 piles à combustibles dans 12 pays d’Europe. L’objectif est de démontrer le potentiel technique de cette technologie dans les bâtiments résidentiels et tertiaires et d’analyser les avantages énergétiques et environnementaux par rapport à une solution classique en termes d’efficacité énergétique et environnementale.

La pile à combustible est une technologie qui transforme, par une réaction chimique, du gaz en électricité de manière décentralisée, directement dans la maison, sans bruit ni émissions de polluants, avec un rendement électrique en moyenne de 35 à 40%, pouvant même atteindre, pour les plus performantes, 60%. Plus simplement, elle permet de produire de manière autonome, dans la maison, l’électricité et la chaleur pour le chauffage et l’eau chaude.

Les 2 premières piles à combustible, du fabricant BAXI (groupe BDR Thermea), ont été installées dans des maisons récentes avec l’aide de De Dietrich Thermique pour l’installation et la maintenance. 3 autres installations sont prévues dans les semaines à venir dans des maisons neuves cette fois-ci.

Déjà commercialisée à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires au Japon pour les maisons individuelles, la pile à combustible représente une solution technologique performante répondant aux enjeux énergétiques des bâtiments de demain.

GDF Suez est par ailleurs impliqué dans d’autres collaborations de développement avec différents fabricants pour favoriser le développement de cette technologie et pour préparer la filière à cette nouvelle solution.

La micro-cogénération résidentielle au gaz naturel

Une pile à combustible qui convertit, sans bruit ni émission de polluants, le gaz en électricité ou en chaleur : c’est le principe de l’écogénérateur, un nouveau produit qui arrive sur le marché européen. Les 27 membres du consortium ENE FIELD l’ont compris. Les écogénérateurs se présentent comme des solutions gaz naturel particulièrement performantes. L’objectif du projet est d’installer 1.000 systèmes de micro-cogénération de ce type en Europe.

Deux premières piles à combustible en maison individuelle en France

Lancé en 2012 pour une durée de 5 ans, ce programme permettra d’évaluer les performances de la micro-cogénération dans le secteur résidentiel, d’en accélérer la commercialisation et d’en réduire les coûts de production.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
16 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Tech

gdf organise la dépendance au gaz! il faut la même chose, mais en H2 avec connection à ENR locale.

Lionel-fr

Evidemment un projet financé par la collectivité a un coté consumériste et vendeur de bretelles… mais… Il faut aussi tenir compte de la création d’un marché pour l’HH qui n’existe pas actuellement. On ne peut pas produire de l’hydrogène pour seux maisons , il faut que tout le village soit équipé or actuellement c’est zéro C’est l’histoire de l’oeuf et de la poule. HH attend des débouchés, les cosommateurs potentiels attendent des offres intéressantes. Comme on pert du point zéro, il y a du chemin à faire et on manque de chiffres sur la CHP individuelle. Quel intéret de produire 2kwh en été pour couvrir la production de 2kwh électriques alors qu’en hiver, on peut multiplier ces chiffres par 15 ? Ne vaut-il pas mieux produir son eau chaude sanitaire par un autre moyen en été ? à quoi bon démarrer une bécane qui coute la peau des fesses pour 2 misérables kwh ? Si on décide de chauffer l’ECS par un autre moyen, quelle contribution l’HH peut il apporter ? L’électricité n’est elle pas un meilleur calcul avec des ballons bon marché, capables de stocker en heures pleines avec un rendement de 95% alors que l’HH à l’échelle d’un village aura du mal à dépasser 75% transport compris.. Quelle que soit la littérature mercantile qui accompagne ce projet, il permettra de mettre des estimations dans ces petites cases et dans d’autres. En attendant, si les piles résidentielles se développent, l’hydrogène gagne un marché qu’il n’a pas actuellement. Même si celles ci utilisent du vieux gaz de mine de chez Vladimir P.

Pastilleverte

on parle bien d’alimentation par du gaz naturel ??? En gros c’est chauffage électrique au gaz ???

Pastilleverte

merci explication, et 100% d’accord sur “pourquoi faire simple etc…”

Tech

pourquoi ne pas faire compliqué quand on sait le faire et que ça apporte des avantages? on est plus dans le ‘tout ou rien’! croyez-vous que les moteurs actuels de vos voitures auraient ces rendements, si il n’y avait pas justement une “usine a gaz” et des calculateurs appropriés, pour controler injection, rejets de gaz, etc.etc.etc… le problème est effectivement l’échelle, c’est différent de prévoir un sstème pour un immeuble d’une vingtaine d’appartements ou plus et une petite maison à la campagne! ce que je voulais dire dans mon premier post, c’est qu’il faudrait non pas penser seulement à la Pile à combustible branchée sur le gaz de ville, mais recevant à la place du H2 généré en local par des ENR, eolien solaire ou du gaz oui, mais issu de la méthanisation renouvelable! lionel-fr, pense que c’est un moyen de démocratiser les PAC, mais la crainte c’est que une fois connecé au gaz, rien ne changera avant un bout de temps d’où l’étude dès le départ de la fourniture du gaz et du changement de gaz!

Goodmix

lionel-fr, pense que c’est un moyen de démocratiser les PAC, mais la crainte, c’est qu’une fois connecté au gaz, rien ne changera avant un bon bout de temps d’où l’étude dès le départ de la fourniture du gaz et du changement de gaz ! Déjà,on pourra injecter de l’hythane(CH4 et H2) sur le réseau,qui sera consommé dans ces piles à combustibles.L’H2 de l’hythane,provenant des excédents d’ENR et du nucléaire(lors des heures creuses).Une fois atteint une “masse critique” de PAC dans le pays,on pourra alors passer à des solutions H2,avec connection à des ENRs locales.

Good mix

On ne veut pas faire du 100% EnR sur l’électrique,chaleur,etc…(dont parle chelya,ci dessus)mais réduire un peu les importations de CH4. L’hythane servirait à économiser autour de 5% d’importation de CH4.C’est toujours ça de moins à payer aux producteurs étrancers de gaz-nat. Plus tard, une fois atteinte, une “masse critique” de PAC dans le pays,on pourra alors passer à la diffusion de solutions H2,avec connection à des ENRs locales.

Sicetaitsimple

Ben heureusement que ce n’est pas moi qui a écrit ça, j’imagine la volée de bois vert à laquelle j’aurais été soumis! Et le coup de grace: ” il vous faut un stockage saisonnier d’EnR donc pas possible avec du H2″! Il y a de l’eau dans le gaz entre Lionel et Chelya!

Lionel-fr

Quelques confusions : Le moteur thermique fait du bruit ce qui est un problème pour la CHP. Il a aussi moins de rendement et plus de maintenance qu’une SOFC. Pour réduire les imbrûlés sur un moteur, il faut des sondes , des injecteurs et des calculateurs, rien de tout ça sur fuel cells qui peucent prendre place dans le salon L’hytane est constitué de 50% d’HH je crois. 5% , c’est le taux d’HH injecté dans le réseau allemand mais qui reste du “gaz naturel” et non de l’hytane qui est employé comme combustible dans les transports. M’enfin peu importe. Les piles à combustibles SOFC acceptent n’importe quelle combinaison de combustibles de l’hydrogène pur au gasoil mais si on utilise des hydrocarbures , il faut évacuer l’échappement , sinon il suffit de le faire condenser.. Les fuel cells sont moins chatouilleuses que les moteurs sur leur combustible, la progression vers l’HH est donc grandement facilitée. Peu importe ce qu’on met dedans aujourd’hui Ensuite l’hytane offre un débouché énergétique à l’hydrogène, c’est un gros plus L’énergie n’est pas consommée que dans des pays avec des réseaux surdéveloppés. HH offre des avantages aujourd’hui et des inconvénients aussi. C’est vraiment une technique différente de ce qu’on connait, il n’est pas très judicieux de le comparer sans cesse. Si vous voulez payer moins, prenez une chaudière au fuel ! HH est trop peu développé pour être bon marché actuellement. On attent le secteur auto, l’industrie, la logistique.. Ptetre que Vladimir va donner à sa manière un coup d’accélérateur aussi..

Goodmix

Hythane: La direction Recherche de GDF SUEZ et la Communauté Urbaine de Dunkerque ont, en 2005, avec l’appui de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie), lancé le projet Althytude (L’Alternative Hydrogène dans les Transports Urbains à Dunkerque). Cette expérimentation qui a consisté à faire circuler deux bus DK’Bus Marine du réseau dunkerquois, circulant habituellement au gaz naturel, avec un carburant innovant composé à 80 % de gaz naturel et à 20 % d’hydrogène (hythane), s’est achevé en septembre 2010. Elle a permis de tester et de suivre le fonctionnement des équipements sur toute la chaîne, depuis la production de l’hydrogène jusqu’à son utilisation. Une première en France. Au total, les véhicules ont parcouru 40 000 kilomètres chacun et transporté des passagers pendant un an . Extrait de : Techniques-ingénieur.fr . Bon,pour moi,par extension et simplification,j’appelle hythane des mélanges hydrogene et gaz-nat qui peuvent aller de 5% H2 et 95 % gaz nat à 50 % H2 – gaz nat. Nos réseaux gaz-nat classiques tolèrent sans perte d’H2 préjudiciable le mélange 5% H2(peut être plus) et 95 % gaz nat . Un hythane à 5% de H2 servirait à économiser un peu d’importation de CH4.C’est toujours ça de gagné.

Sicetaitsimple

Comme déjà rappelé plusieurs fois sur Enerzine, la limite de 5% est une limite en volume, mais ça ne correspond qu’à environ 1,5% en energie. Bref, si nous étions capables de saturer à tout moment la totalité les débits circulant dans les réseaux de gaz naturel à 5% d’H2, ce qui est techniquement impossible, nous économiserions 1,5% des importations de celui-ci.

Lionel-fr

Je suis d’accord pour appeler hytane n’importe quelle combinaison, c’est juste que l’hytane n’est plus du gaz nat. Contrairement au projet allemand qui n’a pas de joli nom (cabinet de comm’) et limite la proportion à 5% vol. HH afin de ne pas faire fondre les chaudières de ses concitoyens. L’hytane a vocation a faire tourner des moteurs modifiés pour tourner au méthane. Si vous envoyez ça dans votre chaudière, ou sous votre casserole , ça va faire des trous dans le métal ! (2800°C) On peut faire des confusions de chiffres mais les raccourcis du genre : je mets de l’hytane dans les tuyeaux de gaz ne peuvent pas fonctionner en dépit de l’énorme avantage financier que cela représenterait. L’enjeu n’est pas anecdotique, cela signifierait qu’on pourrait produire localement de grandes quantités de gaz immédiatement utilisable en utilisant les réseaux et les appareils déjà en service…. Il n’en est rien hélas. En matière d’hydrogène énergie, tout est à faire. Les appareils : une chaudière HH à condensation est tout à fait réalisable mais il faut redessiner le corps de chauffe et le condensateur. Les appareils de cuisson ont les mêmes contraintes. Maintenant que diriez vous de foncer chez darty et acheter une belle chaudière à hydrogène (ou hytane) toute neuve? Ben vous diriez comme tout le monde : je ne suis pas désservi par un réseau d’hy.. machin chose.. Donc le petit gars génial qui habite votre quatier et qui produit son hydrogène à partir d’un vieux moulin , il n’en vendra même pas un gramme , parce qu’il n’y a pas de débouché , vous voyez oû se situe le goulot d’étranglement.. Absence de débouché = absence de production = absence de réseau et stockage adaptés. Il suffit qu’un de ces critères devienne positif pour que l’hydrogène devienne un produit aussi courant que le gaz , mais on en est très loin , même si le marché s’étoffe de jour en jour et que l’utilisation industrielle et B2B est en forte croissance, l’hydrogène est encore loin du développement des carbs fossiles. C’est pour ça que l’hytane est un bon projet. il crée un “appel d’air” qui sera pourvu et de fil en aiguille , de nombreux secteurs découvriront que l’hydrogène convient à leur besoin. Le projet de cet article est comme l’hydrogène , très loin d’un développement de masse mais attention au Japon… Vous trouverez de l’info récente sur ce site :

Sicetaitsimple

“On peut faire des confusions de chiffres mais les raccourcis du genre : je mets de l’hytane dans les tuyeaux de gaz ne peuvent pas fonctionner” Mais ici (c’est pas vieux): “Reste que l’H2 dans le gaz est un moyen simple et immédiatement exploitable.”

zelectron

… et le nom de Toshiba est oublié ?

Guy Weider

Et en 2017 c’est devenu quoi?
Les précédents commentaires datent de 3 ans et +.
Les 2 PAC de ces 2 maisons de Hagenau et Munchhausen sont devenues quoi? ou est-ce vraiment des PAC dont il s’agit? car on ne parle pas de H2 en entrée mais de CO2 + eau usée !!
Des explications et des réponses s’imposent !
Salutations
Guydegif(91)

Guydegif(91)

“Lancé en 2012 pour une durée de 5 ans, ce programme permettra d’évaluer les performances de la micro-cogénération…” <<<<<<<<<
Quel est le bilan en ce début 2018 ????
Bilan et REX seraient les bienvenus ! Merci
Salutations

16
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime