Gaz de schiste : la biodiversité confrontée aux risques du fracking

Très répandue à travers la Pennsylvanie (USA) car couvrant jusqu’à 280.000 km2 du bassin des Appalaches, le Fracking (ou fracturation hydraulique), reste une méthode controversée utilisée pour exploiter le gaz de schiste.

De nouvelles recherches publiées dans ‘The Annals of the New York Academy of Sciences’ passent en revue les différences menaces à quoi doivent faire face la biodiversité, comme la pollution par les produits chimiques toxiques, la construction des puits de forage et des gazoducs ainsi que les modifications apportées aux zones humides.

"L’exploitation du gaz de schiste a suscité beaucoup de controverse, surtout en raison de son impact sur la santé humaine, mais les effets sur la biodiversité et les ressources naturelles (ex. eau douce) ont à peine été abordés en débats publics", a déclaré auteur de l’étude, Erik Kiviat.

"Cette étude a révélé un large éventail d’impacts potentiels, dont certains pourraient être graves, tels que la salinisation des sols et des eaux de surface, ou encore la fragmentation des forêts. Le degré d’industrialisation des gaz de schiste, et l’ampleur de la superficie occupée dans les bassins des Appalaches (Marcellus et Utica soit 285.000 km2), devrait exiger la plus grande prudence en ce qui concerne les impacts sur la biodiversité" a t-il ajouté.

Il s’avèrent que les impacts physiques et chimiques de la fracturation hydraulique horizontale à haut volume (HVHHF) entraînent une pollution causée par des produits chimiques de synthèse, le sel, les radionucléides, ou encore une fragmentation du paysage, des routes, voire la modification des cours d’eau, l’hydrologie des zones humides, et enfin l’augmentation de la circulation des camions.

Malgré les inquiétudes concernant la santé humaine, il n’y a eu que très peu d’études sur les impacts sur les habitats naturels et le biote, (ou l’ensemble des organismes vivants).

Aussi, les impacts sont potentiellement graves en raison surtout du développement rapide de la HVHHF sur de grandes étendues.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
sonolisto

C.Q.F.D. Ce qu’il fallait démontrer…

De passage

tous les idéologues anti-industrie de la planète se sont mis automatiquement à marcher au pas de l’oie et hurlent sur le nouveau bouc émissaire du moment. Tout, absolument TOUT le mal possible va sortir de terre sur les brisées de cett eau injetée…. Ils ont même oublié ce citer les laves volcaniques brûlantes qui bien sûr ne vont pas manquer se sortir par les puits creusés…! Et pourquoi pas des martiens carnivores? Comme c’est émouvant d’avoir à sa solde mentale des individus qui ne savent pas de quoi ça traite, suivent le mouvement pourvu qu’ils aient quelque chose à incendier. Gardons toute cette littérature – certes lamentable – et ressortons-là dans 15ans alors que le fracking aura été annobli. On va bien rire

Elisegcft

Hier, le 26 juin 2013, le rapporteur public du Conseil d’Etat a demandé le renvoi devant le Conseil Constitutionnel d’une question prioritaire de constitutionnalité concernant la loi Jacob qui interdit la technologie de fracturation hydraulique. Ceci fait suite à un recours déposé par un titulaire de permis d’exploration sur le territoire français.Nicolas Imbert, directeur exécutif de de Green Cross France et Territoires, nous fait part de son ressenti: “Nous sommes inquiets des incertitudes soulevés par cette décision et réaffirmons l’importance des principes de prévention, de précaution et pollueur-payeur. Plus que jamais, nos travaux sont d’une actualité brûlante et doivent être partagés pour aider à faire la lumière sur une technique qui génère de nombreux risques et dommages environnementaux, présente plus de risques avérés que de bénéfices potentiels et prend des orientations difficilement compatibles avec une transition énergétique maîtrisée.” Rappelons les travaux tout juste publiés par Green Cross Enjeux sanitaires, environnementaux et économiques liés à l’exploitation des gaz de schiste En un peu plus de 100 pages d’analyses et d’illustrations, le rapport que publie Green Cross France et Territoires synthétise un an de travaux sur les enjeux liés aux gaz de schiste (et plus généralement aux hydrocarbures de roche-mère). Notre rapport d’enquête-analyse met en exergue les enjeux et les conséquences directement liés à l’extraction des gaz de schiste, en insistant tout particulièrement sur les problématiques sanitaires, environnementales et économiques.

3
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime