Gaz et électricité : hausses de prix à prévoir

Alors que d’après le JDD les tarifs réglementés du gaz devrait augmenter de 3,9% à compter du 1er octobre puis une nouvelle fois encore le mois suivant, le ministère de l’énergie essaierait de limiter la hausse du prix de l’électricité cet automne.

Même si Ségolène Royal n’avait jamais caché une augmentation du prix de l’électricité avant la fin de l’année, la Ministre aimerait limiter l’impact de cette hausse sur le pouvoir d’achat des français.

Ainsi, grâce à la nouvelle formule de calcul, cette hausse pourrait ne pas dépasser les 2%. Toutefois dans la pratique la mise en application de cette méthode ne sera pas envisageable avant novembre.

Malgré la décision du Conseil d’Etat en faveur d’EDF au printemps dernier Ségolène Royal avait décidé de geler la hausse des prix de l’électricité prévue le 1er août (+5 %). Pour sa part, Manuel Valls, avait déjà indiqué en juin qu’une hausse d’une "ampleur plus faible que les 5% initialement prévus" était à l’étude.

A cause de l’évaluation prochaine des coûts de production du parc nucléaire français, le prix de l’électricité devrait certainement subir de nouvelles hausses l’année prochaine. Aussi, avec du recul, on constate que le blocage ‘politique’ des prix ne peut jamais tenir face à la réalité du terrain.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
33 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Truffe

Afin de limiter l’impact des hausses prévues du prix du Kwh, hausses logiques car théoriquement dues au vieillissement du parc nucléaire et au provisionnement du futur démantèlement des centrales en fin de vie… on aurait facilement pu compenser (et depuis longtemps) par des économies d’énergie. Ou favoriser des technologies alternatives qui deviennent moins chères, tel le photovoltaïque, ou l’éolien terrestre. Au lieu de cela on se contente de maintenir à tout prix ce système hérité d’une époque révolue. Une politique risquée de fuite en avant qui conduit à s’enfermer encore plus dans cette voie sans issue. Car une quasi exclusivité est toujours donnée à l’infrastructure centralisée et aux projets démesurés. A projets démesurés = coûts démesurés. Sauf que, dans le contexte économique actuel, c’est du luxe et il reste à trouver les ressources financières nécessaires. Le nucléaire est quasiment devenu une dette. Il est peu probable que les usagers, ou clients, et encore moins les industriels, puissent suivre longtemps. La politique cynique, pronnée par les : “après moi le déluge”, ou les “la science peut tout” …, qui essaye de transférer la dette aux générations futures, n’est certainement pas la solution, car barque est déjà bien chargée. Reste les subprimes ?

Bachoubouzouc

“Ou favoriser des technologies alternatives qui deviennent moins chères, tel le photovoltaïque, ou l’éolien terrestre. Au lieu de cela on se contente de maintenir à tout prix ce système hérité d’une époque révolue.” La hausse du prix du kWh régulé est due pour un tiers au nucléaire historique, pour un autre tiers à la CSPE (càd pour l’essentiel les ENR) et pour un dernier tiers aux réseaux. Le PV et l’éolien ne sont pas encore moins chères que le nucléaire, loin de là : Le MWh éolien est acheté en France autour de 80-90€/MWh, le PV entre 90 et 240€/MWh. Or ces prix ne tiennent pas compte du coût de leur intermittence, actuellement supporté par les autres acteurs du réseau. Pour comparer ENR et nucléaire à service rendu égal, il convient donc d’ajouter au prix du PV/éolien le coût de l’intermittence associée. Il y a deux ou trois ans, H. Proglio avait donné 30€ par MWh ENR comme ordre d’idée pour ce coût. Il comprend : – Les frais fixes des autres groupes pilotables, qui ne peuvent plus les amortir sur autant de kWh produits qu’avant, alors qu’il restent indispensables au réseau pour la sécurité d’approvisionnement. Le marché de capacité en cours de mise en place va permettre d’avoir une meilleure idée de ces coûts. – L’usure supplémentaire de ces autres groupes, pour faire des variations de charge plus fréquentes et plus rapides, afin de compléter la production intermittente du PV et de l’éolien. Petit rappel : Les écolos nous parlent tout le temps du prix du MWh éolien ou PV en fin de contrat pour essayer de montrer que les ENR ne sont pas chères. Or ce prix n’est pas vraiment pertinent puisque, dans la pratique, du repowering est systématiquement réalisé sur les machines en fin de contrat : On fait quelques travaux sur la machine, et on repart avec un nouveau tarif plein pot. En face, le nucléaire historique coûte de l’ordre de 55€/MWh tout compris, la tête de série EPR à Flamanville devrait être autour de 90€/MWh tout compris, et l’EPR de série devra être autour de 60-70€/MWh tout compris. Petit rappel : Les écolos nous citent constamment le tarif du Contract For Difference pour les têtes de série EPR britannique pour essayer de montrer que le nucléaire est cher. Or ce tarif n’est pas pertinent pour juger du coût du nucléaire français pour tout un tas de raisons : – Le cadre réglementaire britannique est différent du cadre français, ce qui induit des surcoûts au R-U, notamment d’ingénierie pour l’adaptation de l’EPR chez eux – Les EPR d’Hinkley Point seront eux aussi des têtes de série : L’industrie nucléaire britannique n’a pas construit de réacteur depuis des décennies, elle doit donc elle aussi tout réapprendre. – Il s’agit d’un CFD, qui inclut 10% de marge pour EDF. Alors certes c’est minoritairement à cause du nucléaire historique que notre kWh augmente, mais c’est entièrement grâce à lui qu’il est aussi peu cher à la base. Enfin, je vous laisse comparer les augmentations de facture d’électricité en France avec celles de nos voisins allemands ou espagnols… Bref, pour parler d’un sujet aussi complexe que l’énergie, il convient de prendre énormément de précautions. Et puisque le PV ou l’éolien ne rendent pas le même service que le nucléaire ou le thermique à flamme, il est peu pertinent de chercher à opposer les deux : Les moyens de production pilotables seront toujours indispensables pour le fonctionnement du réseau, là où le PV et l’éolien ne le seront jamais.

Dan1

Les conséquences du nucléaire en France, c’est notamment ça : Evidemment c’est très grave. Si on ajoute les recettes régulières dues aux exportations et les dividendes payés à l’Etat… on frise la catastrophe ! Par contre, il va bien falloir que l’on paye les augmentations de CSPE et les arriérés puisque le gouvernement n’a jamais voulu faire supporter la totalité des subventions des EnR au consomateur.

sunny

Je note quelques imprécisions dans le post de Bachoubouzouc, évidemment toujours dans le sens de son argumentation pro nuke. On peut peut-être rappeler que le coût de production du MWh nucléaire historique a été réévalué par la Cour des Comptes à 59,6 euros/MWh en 2013 avec un coût qui devrait augmenter de quelques euros encore augmenter avec les investissement nécessaires lié à la sécurisation des centrales. L’EPR en tête de série de Flamandville a déjà dépassé les 100 euros et cela augmente toujours. L’autre tête de série en Finlande ne pourra pas servir de comparaison car il ne verra probablement jamais le jour. Pour le coût de production de l’élergie éolienne. Calculé sur 20 ans, il est bien plus faible que celui énoncé par Bachoubouzouc. Il serait plutôt compris entre 63 et 77 euros/MWh. Voir la démonstration voir

Dan1

“Pour le coût de production de l’énergie éolienne. Calculé sur 20 ans, il est bien plus faible que celui énoncé par Bachoubouzouc. Il serait plutôt compris entre 63 et 77 euros/MWh.” Et alors pourquoi donc continuer à subventionner l’éolien au-delà de 90 € le MWh ? Ce que nous apprend l’histoire (récente) de la CSPE : 2003 = 77,6 €/MWh 2004 = 79,7 €/MWh (+ 2,7 %) 2005 = 84,9 €/MWh (+ 6,5 %) 2006 = 84,5 €/MWh (- 0,47 %) 2007 = 83,6 €/MWh (- 1 %) 2008 = 84,0 €/MWh (+ 0,48 %) 2009 = 84,7 €/MWh (+ 0,83 %) 2010 = 84,1 €/MWh (- 0,12 %) 2011 = 85,3 €/MWh (+ 1,4 %) 2012 = 87,1 €/MWh (+ 2,1 %) 2013 = 88,6 €/MWh (prévision) (+ 1,7 %) 2014 = 91,2 €/MWh (prévision) (+ 2,9 %) En 11 ans le coût unitaire d’achat est passé de 77,6 €/MWh à 91,2 €/MWh. L’augmentation est donc de + 13,6 €/MWh soit + 17,5 %… malgré les baisses ponctuelles. Il faut expliquer rapidement au Français pourquoi les subventions montent quand le coût de revient baisse ??

Luis

¤ Deux tarifs existent pour l’éolien terrestre : celui de février 2000 et celui de juillet 2006, avec des modalités différentes. Malgré une durée totale identique de quinze ans, la première période dure cinq ans dans un cas (2000) et dix ans dans l’autre (2006). En moyenne annuelle, l’inflation (INSEE) a été de 24,4% entre 2000 et 2013 et de 11,3% entre 2006 et 2013. Si les valeurs passent de 84,5 €/MWh en 2006 à 88,6 €/MWh en 2013, cela fait une indexation de 4,8% en sept ans, bien inférieure à l’inflation (11,3%). Le calcul d’indexation du tarif éolien est en fait bien complexe et n’est pas une simple transposition de l’inflation. La question a déjà été discutée, avec un calcul précis. Pour le coût de l’électricité de l’EPR de Flamanville (en Normandie), de 105 à 110 €/MWh souvent cité et jamais démenti par EDF, c’est en euros de 2012. Pas ceux de 2016 ou 2017. A noter que la mise en service du réacteur EPR d’Olkiluoto (en Finlande), commencé en août 2005, a été reportée à 2018. On ne parle pas du coût du kWh.

De passage

… sont de plus en plus actifs partout, et pour cause leur religion tombe en morceaux devant la marée montante des coûts: Energiewende allemand devanant un cauchemard politique pour 2017, l’espagne, l’Italie qui font courageusement marche arrière pour la même raison. Mais nous, phagocités par la Merkel, on tient le cap: Merkel voit son pays sacrifier non pas 24 milliards d’€ par an, mais 55, selon leur propre Office Compatble allemand. Cela fait en gros 1800€ par an et abonné, et la promesse Merkel de 2010 “pas plus de 4€/an par abonné” est à l’échelle du Mensonge institutionnel allemand. C’est là où les inconséquents politiciens nous mènent. Faut dire qu’ils en sont grassement rétribués ainsi que la meute médiatique, laquelle on le comprend est toujours aussi élogieuse et yeux fermés. Personne ne peut prétendre “je ne savais pas”. Internet est plein de rapports de plus en plus précis et incontournables. Alors ceux qui votent ne devront pas se plaindre durant les 30ans suivants.

Dan1

Et donc la question demeure : Si l’éolien coûte désormais entre 63 et 77 €/MWh, pourquoi continue-t-on à le subventionner à plus de 90 €/MWh. Est-ce le fait de menteurs, d’aveugles ?

Dan1

Oui l’éolien “au-delà du rivage” est beaucoup plus cher, mais il ne pèse pas encore dans les comptes de la CSPE… mais ça arrive à grand pas, on en a déjà parlé. Les 90 € actuels, c’est du terrestre.

Bachoubouzouc

“Je note quelques imprécisions dans le post de Bachoubouzouc, évidemment toujours dans le sens de son argumentation pro nuke.” Je note quelques imprécisions dans le post de Sunny, évidemment toujours dans le sens de son argumentation anti nuke : “On peut peut-être rappeler que le coût de production du MWh nucléaire historique a été réévalué par la Cour des Comptes à 59,6 euros/MWh en mai 2014” On peut peut-être rappeller que le coût de production du MWh nucléaire historique cité par la Cours des Comptes en mai 2014 est un coût courant, uniquement valable pour l’année 2013, et dont l’augmentation est parfaitement expliquée par la période d’investissements massifs dans laquelle on se trouve : … “avec un coût qui devrait augmenter de quelques euros encore augmenter avec les investissement nécessaires lié à la sécurisation des centrales.” Si on fait le calcul sur l’ensemble du cycle de vie, on obtient de l’ordre des 55€/MWh que j’ai cité : 50€/MWh d’après le chiffrage Cours des Comptes de 2012 + 5€/MWh au titre du grand carénage, du post Fukushima, etc. J’avais donc parfaitement raison. “L’EPR en tête de série de Flamandville a déjà dépassé les 100 euros et cela augmente toujours.” Chiffre tiré de calculs de coin de table fortement contestables (et systématiquement contestés sur Enerzine) menés par la bande d’antinucléaires habituelle. Je vous laisse imaginer la bonne foi du truc… “L’autre tête de série en Finlande ne pourra pas servir de comparaison car elle ne verra probablement jamais le jour.” Dans le nucléaire comme dans la plupart des ENR, 80% du coût total est constitué par l’investissement initial. Comme si Areva ou TVO allaient arrêter le chantier maintenant alors que la majeure partie est déjà construite… Sunny rêve tout éveillé, c’est touchant. “Pour le coût de production de l’énergie éolienne. Calculé sur 20 ans, il est bien plus faible que celui énoncé par Bachoubouzouc. Il serait plutôt compris entre 63 et 77 euros/MWh.” … en partant du principe que le tarif est dégressif sur la fin du contrat. Mais comme je l’ai déjà dit dans mon premier commentaire, on ne nous a encore jamais cité une seule machine voyant la fin de son contrat : Un petit repowering, et le compteur des subventions repart à zéro…

Sicetaitsimple

“on ne nous a encore jamais cité une seule machine voyant la fin de son contrat :” Si, si, on nous a déjà cité quelques exemples ( je crois que c’était Temb) de machines qui allaient au-delà de leur période d’achat! Tout simplement parce que le repowering était impossible pour cause de changement réglementaire, dans le cas présent (en France) la loi littoral. Mais pour tous les autres cas, c’est effectivement “très majoritairement ” repowering et nouvelle période de tarif d’achat. Le scénario du lien fourni par Sunny (15 ans de tarifs puis electricité au prix de marché) est pour l’instant une fiction entretenue, y compris sur les tarifs degressifs avant 15 ans. Maintenant, si quelqu’un a des cas réels et significatifs à opposer, pas de problème.

chelya

Ca se voit beaucoup que vous noyez le poisson… “A cause de l’évaluation prochaine des coûts de production du parc nucléaire français, le prix de l’électricité devrait certainement subir de nouvelles hausses l’année prochaine. Aussi, avec du recul, on constate que le blocage ‘politique’ des prix ne peut jamais tenir face à la réalité du terrain.” Ca vous

Dan1

Le nucléaire sert à cacher le poisson noyé dès le début des commentaires. Sunny disait : “Pour le coût de production de l’énergie éolienne. Calculé sur 20 ans, il est bien plus faible que celui énoncé par Bachoubouzouc. Il serait plutôt compris entre 63 et 77 euros/MWh.” Ma question était : Et alors pourquoi donc continuer à subventionner l’éolien au-delà de 90 € le MWh ? J’attends toujours la réponse ?? Est-ce qu’un spécialiste en poisson omniscient peut prendre la peine d’y répondre… sinon le poisson va se noyer ! Les défenseurs impénitents des nouvelles EnR pourraient avoir un peu compassion pour la faune aquatique.

Samzine

Quelqu’un sait pourquoi dans le graph de chelya les investissements de “Transport” & “Distribution” explosent autant à partir de 2006 ?

Samzine

@Dan1 “Et alors pourquoi donc continuer à subventionner l’éolien au-delà de 90 € le MWh ?” Les coûts de production d’EDF sont quelque part entre 40 et 60 € le MWh et pourtant EDF le vend à plus de 100 MWh !! Pourquoi subventionne-t-on EDF ?

Sicetaitsimple

Vous faites une erreur grossière. EDF vous vends son MWh (l’énergie) au tarif réglementé autour de 40€/MWh. Cf §3.2.5 de cette très interessante délibération de la CRE relative à l’augmentation des tarifs réglementés au 01/08/2013

Dan1

A Samzine Est-ce une erreur ? Si vous confondez de bonne foi la production, le transport, la distribution, la commercialisation et la facture finale d’électricité, alors reprenez Enerzine au début : Si vous faites sciemment cette “erreur” grossière, on vous considérera comme un simple menteur qui veut induire les gens en erreur. Remarquez bien que sur Enerzine, vous n’abuserez personne, il n’y a pas ou très peu d’ignorants.

Samzine

@Sicetaitsimple Ca c’est un tarif pas une vrai structure de coûts. Vous y croyez-vous à cette structure de coûts ou le transport serait à peut prêt à part égal avec la production ?

Samzine

@Dan1 on vous considérera comme un simple menteur qui veut induire les gens en erreur. On se calme SVP. Initialement, ce que je veux illuster c’est que comparer des prix de vente et des prix de revient ce n’est pas forcement judicieux. Puisque le producteur peut éventuellement aussi vouloir réaliser un “profit” puisque produire de l’électricité c’est aussi une activité économique. STOP.

Sicetaitsimple

Vous plaisantez? 40€/MWh environ, c’est bien ce que vous payez à EDF pour le MWh non transporté, non distribué, non taxé. Et si vous voulez vous convaincre que c’est bien ça, regardez votre facture ou allez voir la proposition d’un concurrent d’EDF si vous êtes aux TRV.

Dan1

Ben, parler de coût et de prix ça a du sens si on ne mélange pas tout. Le coût est normalement la donnée de base de formation du prix. Mais quand on parle de prix de l’électricité, il faut juste considérer que la part production en centrale est un élément de coût de l’électricité et non le coût global rendu au client. Ensuite, vous ajoutez de nombreux éléments qui n’ont rien à voir avec le coût de production en centrale (acheminement, abonnement, CSPE et taxe diverses) et si vous avez tout bien ajouté et multiplié, vous obtiendrez un prix rendu client. A partir de là on peut comparer en expliquant les hypothèses et en citant les sources. Mais effectivement comparer brutalement un coût de production de l’éolien sortie du parc à un prix de l’électricité rendue client est une analyse spécieuse.. voire fallacieuse.

Dan1

A Samzine Et comme Sicetaitsimple, je vous recommande de lire attentivement votre facture d’électricité et après on ne rediscute. Pour ma part, en 2012, j’ai payé mes kWh (produits) à un peu plus de 45 € / MWh (moyenne HP + HC) en retranchant l’acheminement qui représentait alors 43 % du prix affiché.

Sicetaitsimple

Quand vous écrivez “Les coûts de production d’EDF sont quelque part entre 40 et 60 € le MWh et pourtant EDF le vend à plus de 100 MWh !! Pourquoi subventionne-t-on EDF ? il n’y a effectivement que deux possibilités: -soit vous être très mal informé sur le prix de vente du MWh “energie”, ca arrive. – soit vous êtes un désinformateur, mais à vous de nous dire. Le juge de paix, il est dans le prix du MWh “energie” chez un concurrent d’EDF.

Samzine

@Dan1 & Sicetaitsimple Je ne conteste pas ces chiffres puisque c’est effectivement le tarif. Ce qui me surprend c’est que ce tarif aboutisse à un coût de production environ égal au coût de transport. J’ai du mal à le concevoir et je me pose la question de savoir si il n’y a pas de l’ingénierie financière au niveau du groupe EDF entre ses différentes filiales. C’est une analyse financière qui me permettrait de répondre à mon intérogation pas la lecture de ma facture.

Samzine

-soit vous être très mal informé sur le prix de vente du MWh “energie”, ca arrive. – soit vous êtes un désinformateur, mais à vous de nous dire. Ni l’un ni l’autre je suis juste très méfiant et j’ai besoin de tout vérifier. Ce qui nécessite de temps à autre de remettre en question des choses qui paraissent acquises à d’autres (pour finalement parfois arriver aux mêmes conclusions qu’eux mais ça c’est une autre histoire).

Sicetaitsimple

Je ne peux que vous recommander une lecture plus assidue des délibérations de la CRE sur le Turpe, les tarifs réglementés, le niveau de la CSPE,…etc… Maintenant vous éludez un peu la question, en laissant planer un doute sur la probité du régulateur, les contrôles bruxellois,…à propos d’eventuelles subventions croisées ou autres turpitudes à l’intérieur du groupe EDF. Alors, Direct Energie ou GDF Suez qui ne peuvent pas en profiter, ils le vendent combien leur MWh ( part energie)? Cherchez et répondez. C’est bizarre, au moment où j’écris, j’ai sous les yeux un bandeau me promettant -8% chez Direct Energie……

Samzine

Faut croire que je me suis trompé et qu’effectivement le coût de transport est environ égal au coût de production. C’est bizarre, au moment où j’écris, j’ai sous les yeux un bandeau me promettant -8% chez Direct Energie…… Ha ha ha. Vous m’avez demasqué ! Au moins je sais que si vous êtes un expert en structure de coût du kWh électrique vous ne connaissez pas grand chose aux publicités ciblées.

Dan1

A Samzine “je suis juste très méfiant et j’ai besoin de tout vérifier.” Ben justement, profitez-en pour vérifier voter facture d’électricité, le prix de production (qui est un coût avec une marge chez EDF) est facile à calculer mais n’est pas le même pour tout le monde selon le contrat. Pour moi en 2012, c’est 45 €/MWh. Alors c’st combien chez vous ? Et si vous avez un doute sur les prix et coût d’EDF parlez-en à Fabien Choné… c’est un spécialiste des coûts d’EDF.

Samzine

Déjà répondu à 21:12:02.

Dan1

Bon, ben posez vos questions à la CRE, elle expertise les coûts d’EDF et on en a déjà parlé. Mais Fabien Choné doit maîtriser à la perfection les infos de la CRE et peut être plus encore, puisqu’il proposait aux parlementaires de calculer lui-même les coûts de production !

Sicetaitsimple

Alors c’est combien le prix public du MWh (part energie) chez Direct Energie ou GDFSuez? Comme vous “êtes juste très méfiant et avez besoin de tout vérifier”, je pensais que vous alliez le faire. Mais bon, être très méfiant et avoir besoin de tout vérifier ne vous empèche visiblement pas de sortir publiquement une enormité telle que : “Les coûts de production d’EDF sont quelque part entre 40 et 60 € le MWh et pourtant EDF le vend à plus de 100 MWh !!” La méfiance et le souci d’exactitude sont visiblement à géométrie variable dans votre cas…..

Samzine

@Sicetaitsimple & Dan1 Hmm je viens de regarder une vidéo sur youtube de M Choné et je viens de comprendre vos sous-entendus et votre animosité. Vous anciens d’enerzine, avez-vous un lien à me fournir sur ces expertises ? Merci,

Samzine

“Les coûts de production d’EDF sont quelque part entre 40 et 60 € le MWh et pourtant EDF le vend à plus de 100 MWh !!” Ca c’était au tou début de la discusion qui a dévier de sujet ensuite lorsqu’il avait été comparé des prix de vente et des prix de revient ce qui n’a pas de sens comme l’a déjà reconnu Dan1 il y a plusieurs postes.

33
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime