Google, un gros émetteur de CO2 qui s’ignore !

"Une simple requête sur le moteur de recherche Google produirait 7 grammes de CO2", c’est ce que fait valoir Alex Wissner-Gross, un jeune physicien de l’Université d’Harvard.

Google reçoit des centaines de million de requêtes chaque jour – estimées entre 200 et 500 millions – provenant des quatre coins du globe. La firme californienne ne communique ni sur sa consommation d’énergie, ni sur son empreinte carbone …. et pour cause….

"Google est un moteur très efficace, et leur principale préoccupation (ndlr : les dirigeants de google) reste la rapidité d’exécution, ce qui signifie qu’ils doivent ajouter des capacités de calcul supplémentaires qui consomment beaucoup d’énergie." indique en substance le chercheur dans un article du Times. Aussi, en tenant compte du "temps qu’il faut pour effectuer une recherche sur Google, votre propre ordinateur utilise plus d’énergie que celle utilisée pour délivrer la réponse."

Si Wissner-Gross voit juste, se serait alors 3 500 tonnes de CO2 (500 x 0,000007 tonnes) qui seraient émis lors de l’exécution de toutes les requêtes sur Google en 1 seule journée. Ou, en d’autres termes, 1,28 millions de tonnes par an. C’est à peu près ce que le Laos émet annuellement (151 ème au classement mondial des pays émetteurs de CO2).

A la décharge de Google : ce dernier est conscient du problème, et a lancé depuis quelques années, plusieurs programmes d’investissement dans les énergies renouvelables et dans la lutte contre le gaspillage énergétique :  (voir la liste ici)

Selon une récente étude de Gartner, l’industrie informatique mondiale génère environ 2% des émissions mondiales de dioxyde de carbone, soit à peu près autant de gaz à effet de serre que les compagnies aériennes du monde entier.

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
11 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Fabio

mais bien sûr! Et la marmotte elle emballe le chocolat dans le papier d’alu aussi ??Ce “brillant” physicien s’est appuyé sur quoi pour sortir ces chiffres ridicules? Les variations des phases de la lune?Quelle belle façon de faire parler de lui il a trouvé !C’est clair qu’une requête Google demande de l’énergie, mais cela m’étonnerait beaucoup que cela représente 7g de CO2 rejeté. Je serais même surpris que cela atteigne ne serait-ce que la moitié de ce chiffre! Et puis même si la valeur réelle était à 10g de CO2 par requête, est-ce que ce cher physicien a pensé à comparer ça aux émissions globales de CO2 que demanderait la recherche de la même information sans passer par l’informatique? (impression d’un livre, déplacement dans une bibliothèque, frais de chauffage de la bibliothèque, déplacement des employés de la bibliothèque, transport du livre, frais d’éclairage de la salle de lecture pour trouver la bonne page…)Bref, des calculs stupides de ce genre là, on peut en faire tout plein, et tout ça pour quoi ?Faudrait peut-être que certains utilisent leur propre énergie de manière un peu plus intelligente et ce monde commencerait alors à tourner un petit peu mieux… À priori c’est pas gagné !

Petar91

Le brillant physicien comme vous dites, s’est simplement basé  sur une methode similaire que nous avons en France qui se nomme le Bilan Carbone, cela sous entend qu’il ne s’agit pas simplement de l’acte de la requete google, mais de la matiere premiere du serveur installé jusqu’a sa mise à la “poubelle”, tout cela sans compter le Bilan de la connexion internet + avoir son ordinateur etc….et n’allez pas croire que les panneaux solaires installés sur le toit du batiment Google aux USA suffit a dire qu’ils n’emettent rien….Deuxieme chose, il est bien entendu qu’il s’agissait de définir un Bilan Carbone pour un usage unique, et non à but comparatif avec d’autres moyens d’obtenir l’information.Si Google n’existait pas, l’acces à l’information serait pas aussi facile et rapide qu’aujourd’hui (ce qui est une bonne chose comme ca peu en etre une mauvaise), et par conséquent je doute qu’il y aurait autant de demande d’acces qu’il y a de requete google par seconde.La preuve en est que depuis la democratisation du Net, les emissions en GES n’ont pas vraiment diminuée…Troisieme chose, que ce soit 7g dépensé dans une simple requete ou 120g/km pour une voiture, le probleme reste le meme, c’est deja trop.

Fabio

Après quelques rapides recherches sur internet (oh mon dieu mais j’ai dû générer au moins 21g de CO2!! mouarf!), j’ai découvert non sans surprise que le fameux “physicien” Alex Wissner-Goss est le fondateur d’une société qui s’apelle CO2Stats, qui offre ses services contre rémunération pour aider les sites internet à réduire leur consommation énergétique!!…Du coup je ne sais pas trop si je dois rire ou pleurer en voyant le manque de professionnalisme de tous les medias qui se contentent de relayer une “information”-sensation juste pour faire de l’audience, sans chercher plus loin que l’annonce! C’est beau le journalisme, bravo!Mais passons…D’autre part, Google a répondu à ces allégations dimanche soir en affirmant qu’ils estimaient qu’une recherche sur leur moteur émettait environ 0,02g de CO2, mais que tout dépend surtout de l’ordinateur de l’usager lui-même, qui représente la plus grosse part de consommation (surtout s’il tourne sous Windows et qu’il a déjà fallu 5 minutes à plus de 100W rien que pour démarrer la bête! Mais je m’égare!).Bref, pour ma part je pense qu’on peut penser qu’on est probablement aux environs d’1g par recherche sur Google – tout compris -, mais qu’une fois encore il faut comparer à ce qu’on émettrait pour obtenir les mêmes infos sans l’aide de Google !

Petar91

oui evidemment tout est questions de savoir qui a quoi chez lui et comment, ce qui demanderait un travail énorme. Maintenant il faut comprendre que la méthode de calcul est un ordre de grandeur et non une valeur précise, c’est une moyenne, car entre les ordis francais alimenté au nucléaire, et l’ordi americain aux centrales à charbon et gaz il y a une sacré différence de résultat, qui plus est comment a été fabriqué l’ordi que l’on a chez soit (qui vient probablement de Chine etc…). Bref quand google annonce 0.02g je pense surtout qu’ils font leurs calculs sur leur propre equipements, donc des calculs de fin de chaine.

Freppaga

Il existe une version de Google qui permet de faire quelques economies d’energie sur la consommation de l’ecran: http://www.gllgle.fr

Petar91

Salut Freppaga…..bonne volontée, mais réponse oblige de ma part, des tests ont été effectués et il a été prouvé via un outil de mesure de l’energie que la version Google noire consomme autant d’energie, voir plus que la version originale…une piste ici :

benkebab

Google est très conscient que les datacenters et autres serveurs qui qui hébergent les données du Net sont une ENORME source de consommation. Augmenter leur efficacité est un challenge majeur sur lequel la firme aux deux oo planche sérieusement, comme on nous en parlait cet été dans cette présentation.Le PUE (Power Usage Effectivenes) de Google pour ses datacenter est en moyenne de 1.21 alors que le PUE moyen est actuellement compris entre 2 et 2.5. Le plus inquiétant c’est la multiplication intensive de ces centres de calculs. Les chercheurs et de nombreux instituts se sont prêtés à des pronostics assez effrayants à ce sujet. Un exemple: “Dans 25 ans, si les technologies informatiques ne progressent pas, l’internet consommera autant d’énergie que l’humanité en 2008”. Le raisonnement est peut être tiré par les cheveux, mais même avec une grande marge de prudence, ça fait froid dans le dos…

Robin75

Il est dit dans l’article :A la décharge de Google : ce dernier est conscient du problème, et a lancé depuis quelques années, plusieurs programmes d’investissement dans les énergies renouvelables et dans la lutte contre le gaspillage énergétique….

Le pollueur fou

Quand bien même une recherche google consommerait 1kg de CO², on ne va pas revenir à l’âge de pierre ! Google, comme tous les autres moteurs de recherche d’ailleurs, pourquoi s’en prendre au seul google, représente un progrès immense pour l’humanité. Alors que l’on maîtrise d’abord la démographie galopante de la planète, que l’on développe les énergies renouvellables, mais je ne vois pas au nom de quel lobby je devrais me priver du progrès technique que représente internet.

enerZ

Le paragraphe “A la décharge de Google” a été ajouté après la publication de l’article, ce qui explique cette contradiction….CordialementLa Rédaction

Kiki56

Pour complément voir l’article sur Futura-sciences et le forum qui va avec, ça remet bien les choses à leurs places, pas comme certains journaux qui font vraiment n’importe quoi avec l’information pour régler leurs différents avec Google…

11
0
Laissez un commentairex