La coalition algues & habitat contre le CO2

Un rapport publié par l’IMechE suggère que des conteneurs d’algues scellés  – photobioréacteurs – puissent être intégrés dans les angles extérieurs des immeubles pour produire du biocarburant et piéger le carbone.

Lorsque les algues croissent, elles absorbent le CO2 de l’air ambiant qui à son tour peut être stocké ou réutilisé. La culture d’algues demeure relativement simple car elle réclame peu de ressources – soit de l’eau usagée ou de mer-  et reste relativement sans danger pour l’environnement local.

Les algues possèdent également un taux de production par hectare plus élevé que le soja et le maïs. Certaines études ont aussi montré que les algues étaient capables de capter ou de convertir jusqu’à 99% du carbone introduit dans le dispositif.

Le rapport préconise enfin plusieurs autres solutions dans la construction durable, comme l’installation de forêts piégeages du carbone à partir d’arbres synthétiques, ou encore en utilisant des réflecteurs solaires et des toits verts en prévention des excès de poche d’îlots de chaleur.

La coalition algues - habitats contre le CO2

C'est maintenant !
Fournisseur Total direct énergie

10% de remise sur le prix de votre consommation d'électricité et de gaz !

** IMechE : The Institute of Mechanical Engineers

Partagez l'article

 

            

Articles connexes

Souscrire
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus anciens
plus récents plus de votes
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
L'archer

mais placé devant une intersection c’est un coup à provoquer quelques accidents (éblouissement)… Par contre pour les algues, rien à redire. Elles peuvent capter beaucoup de CO2 et en plus on peut ensuite s’en servir pour produire du biocarburant sans entrer en compétition avec la production de ressources alimentaires.

alternotre

Pas con du tout… Etonnant… Mais pas con…

falmer

L’idee d’introduire des conteneurs d’algues dans les immeubles, a moins de faire de la recup de co2 depuis la chaudiere, ca ne presente pas grand interet… Ca releve plus du fantasme d’architecte. Sinon Steven Chu, qui s’occupe de l’energie au gouvernement americain, a fait la meme suggestion depuis fort longtemps: Des toits et des routes de couleurs claires auraient une influence significative a la fois sur le refroidissement de nos lieux d’habitations, mais aussi sur le rayonnement rejete dans l’espace a l’echelle de la planete.