“La fausse promesse d’une énergie propre” (sur ARTE)

Le constat est inquiétant : certaines des solutions préconisées pour produire de l’énergie ‘propre’ ont l’effet inverse. C’est ainsi que les biocarburants contribuent en fait à l’augmentation des émissions de CO2.

Un documentaire diffusé le 14 mai 2013 par la chaine ARTE s’appui sur des enquêtes menées aux quatre coins du monde montrant que certaines énergies décriées comme telles ne sont pas vraiment vertes.

D’ici à 2050, les fournisseurs d’électricité devront produire de l’énergie sans émettre de dioxyde de carbone (CO2). L’éolien et le solaire font naître des espoirs, alors qu’ils ne couvrent que 1 % de l’approvisionnement en énergie en Europe. En revanche, l’industrie du biogaz se développe.

Seul souci : "pour alimenter cette filière, il faut de la biomasse, matière organique, qui, après transformation, produira de l’énergie". À l’origine, celle-ci devait provenir des déchets agricoles. Mais, au final, les exploitants préfèrent cultiver du maïs, et utilisent pour cela… du fioul. L’essence consommée par les 7.500 centrales de biogaz allemandes par exemple génère 2,5 millions de tonnes de CO2 par an, des données qui n’entrent pas en compte dans le bilan carbone de l’Union européenne.

Cette céréale sert aussi de base aux biocarburants. En Europe, l’extension de sa production se fait au détriment des parcelles en fourrage ou des tourbières qui constituent d’importantes réserves de CO2. Au Brésil, elle provoque la destruction de pans entiers de la forêt amazonienne, libérant au passage des tonnes de gaz à effets de serre. En Europe, les centrales thermiques sont censées remplacer le charbon par du bois, mais les résultats ne sont guère probants. Partout, des multinationales régissent le marché de l’énergie.

Ce documentaire donne la parole à des syndicalistes paysans, des experts, des commissaires européens et des militants écologistes pour mieux décrypter certaines collusions d’intérêt entre politiques et industriels.

Le documentaire qui dresse un portrait assez sombre et sans concession est visualisable directement ci-dessus. L’accès est disponible jusqu’au 21 mai 2013.

Documentaire visible sur ARTE :
– rediffusion samedi 18.05 / mardi 28.05
– Visible également sur Arte+7 : 14.05 au 21.05

         

Articles connexes

S’abonner
Notification pour
guest
39 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
energiestr

Je n’ai pas vu ce reportage, mais je me souviens de celui sur l’obsolescence programmée : il était franchement de mauvaise foi. Il faut donc se méfier de ce que dit ARTE et recouper les informations avec des sources neutres. Concernant l’article ci-dessus, on retrouve le même travers. Une phrase comme “les biocarburants contribuent en fait à l’augmentation des émissions de CO2” est inadmissible. Ce n’est pas parce que DES biocarburants ont un bilan négatif que tous les biocarburants ont un bilan négatif. Le paysage des biocarburants est complexe, il existe de nombreuses filières, et surtout il est en pleine recherche. Pour comparer avec le photovoltaïque qui a des années d’avance en terme de développement, on pouvait dire que les premières cellules avait un bilan énergétique négatif, mais ce n’est plus vrai en 2013. Une filière de biocarburant comme le biogaz carburant issu de déchets est bénéficiaire, puisqu’on capte du méthane à grand effet de serre pour remplacer un carburant fossile à effet de serre. L’intérêt des biocarburants (de la biomasse en général) sur les autres énergies renouvelables est le stockage : c’est de l’énergie solaire stockée sous la forme la plus efficace qu’on connaisse. Quand il n’y a plus de soleil ni de vent, un biocarburant est encore capable de produire de l’énergie renouvelable.

Steph

Il n’empeche qu’un monde qui produit des cereales nourricieres pour ne fait en faire du carburant alors que ca entraine des tension sur le marche des aliments, est un monde malade qui court a sa perte. On rappelera une notion interessante : le rendement energetique de photosynthese est de 1% !

maxxxx

On est encore à plus de 7 milliards d’individus de l’extinction de l’espèce… si on court à notre perte à cause de la famine due aux biocarburants, on ne court pas bien vite et la route est encore longue !

Pas naif

… de cap, en évitant de perdre la face (électoralement). Des élections capitales auront lieu le 22 septembre 2013 et la question du coût du pacte EnR vertes est un sujet très chaud sur la table: Elles ont déjà un surcoût de 186€ par foyer allemand l’an passé et la réalisation 100% du programme 2050 amènerait ce surcoût au delà de 1000€. Rappelons qu’une facture domestique allemande typique est des 750€. Alors on commence à se détourner doucement de ce pensum stupide que furent les EnR ayant coûté des centaines de milliards d’€ sans résultat probant côté CO², hélas. Je suis aimablement surpris de cette évolution bien plus rapide que j’espérais, tant mieux. Espérons que d’autres gouvernements pro-EnR mais avant tout pro-électoralistes comprendront à temps le danger électoral. La Hollande l’a fait depuis 3 ans, les british le font et d’autres sont en cours… Seuls les braillards ne voient pas le vent tourner…

Pas naif

… de cap, en évitant de perdre la face (électoralement). Des élections capitales auront lieu le 22 septembre 2013 et la question du coût du pacte EnR vertes est un sujet très chaud sur la table: Elles ont déjà un surcoût de 186€ par foyer allemand l’an passé et la réalisation 100% du programme 2050 amènerait ce surcoût au delà de 1000€. Rappelons qu’une facture domestique allemande typique est des 750€. Alors on commence à se détourner doucement de ce pensum stupide que furent les EnR ayant coûté des centaines de milliards d’€ sans résultat probant côté CO², hélas. Je suis aimablement surpris de cette évolution bien plus rapide que j’espérais, tant mieux. Espérons que d’autres gouvernements pro-EnR mais avant tout pro-électoralistes comprendront à temps le danger électoral. La Hollande l’a fait depuis 3 ans, les british le font et d’autres sont en cours… Seuls les braillards ne voient pas le vent tourner…

jmdesp

Mac Kay le dite bien dans Pas que du vent, le problème de la biomasse c’est la densité de production énergétique, autour de 0,5W/m2. On peut développer des espèces un peu plus efficace en photosynthèse, mais jusqu’à présent on a pas obtenu beaucoup de résultat. C’est cela qui conduit l’utilisation de la biomasse à avoir très rapidement un bilan négatif à cause du transport ou de la concurrence avec d’autres usage. L’intérêt est effectivement le stockage, mais à condition de se donner les moyens que l’utilisation soit juste à la marge, pour contourner les limites des autres technologies.

gp

l’autre vérité qu’il va falloir dire très clairement, C que le monde 100% renouvelable ou presque, que ce soit au sens de l’énergie ou plus largement des ressources naturelles indispensables à notre économie, est un monde TRES TRES différent que celui dans lequel nous vivons actuellement. Les énergies de flux ont un potentiel formidable (à condition de continuer à investir en R&D plutôt que dans l’exploitation des fossiles…) mais en aucun cas, elles n’ont vocation à remplacer le charbon, le gaz et le pétrole à l’identique. Elles resteront trop précieuses à produire, à stocker et à distribuer pour s’autoriser à les gaspiller comme les pays développés se l’autorisent encore avec les fossiles (et le nucléaire). Les ENR appelle un nv modèle de dvlpt basé sur le tryptique Négawatt : sobriété, efficacité, ENR. Nier cette évidence, c’est manquer cruellement d’expertise et de connaissance en matière d’énergie (cf. ordre de grandeur). Les décideurs de le Terre entière peuvent tjrs essayer de faire croire aux citoyens qu’il “suffit” de remplacer les consommations d’énergies délirantes qui alimentent la croissance mondiale par des ENR, ça ne marchera jamais. La vérité, C qu’il y a urgence à mettre sur pieds un nv modèle de dvlpt bcp + économe en ressources, bcp plus équitable et bcp plus solidaire que le modèle capitaliste qui alimente la société de consommation depuis l’après guerre. L’esclavagisme des temps modernes n’a plus sa place au XXIème S. 5 Mds d’êtres humains qui travaillent comme des forças pour produire les biens de consommations nécessaires au petit confort douillé de 2 Mds de terriens égoistes est un modèle condamné à l’échec. Pas besoin d’avoir fait de longues études pour comprendre ça… Plutôt que de s’émouvoir à chaque nv drame social ou environnemtal comme ce qui s’est passé récemment au bangladesh, commençons déjà par acter le fait que augmentation du pouvoir d’achat dans les pays de l’OCDE et développement durable sont TOTALEMENT incompatibles. CQFD Vivons simplement pour que d’autre puissent simplement vivre (Gandhi)

Bachoubouzouc

Vous défendez un modèle où l’énergie est rare. Un modèle à faible pouvoir d’achat. Alors d’une part il va falloir nous expliquer comment ce modèle pourra être plus équitable. Sachant que la richesse est ce qui motive l’être humain en premier lieu, alors sa rareté aura tendance à nous pousser à d’autant plus nous entretuer en permanence, comme l’humanité le faisait autrefois (vous savez, à l’époque où notre économie était “durable”). Certains en seront les grands gagnants, la grande majorité sera perdante, comme au moyen âge. D’autre part il faudra nous expliquer comment ce modèle pourra être plus solidaire. La sécurité sociale et l’état providence sont pourtant bien l’apanage des économies riches ! En effet, il est nécessaire d’avoir un pouvoir d’achat pas très écologique pour pouvoir payer des cotisations sociales généreuses. Bref, tout le concept de décroissance cher aux écologistes est une utopie totale, et l’humanité ne continuera qu’en consommant toujours plus d’énergie par individu. Simplement il faudra que cette énergie pose moins de problèmes environnementaux que les fossiles. Pour avoir plus d’énergie et moins de problèmes environnementaux, il faudra soit que nous soyons moins nombreux à se la partager (on peut rêver), soit qu’on utilise des énergies plus “denses”, donc les déchets/polluants soient, par leur plus faible quantité, plus faciles à gérer. Comme par exemple les déchets nucléaires, qui sont nettement plus faciles à gérer que le CO2 et les poussières qu’émettent nos voitures. Et aller vers des énergies plus denses, c’est ce qu’on fait depuis le début de l’humanité : On a d’abord utilisé de l’énergie animale, puis celle du vent ou du courant des rivières avec les moulins à farine, puis les énergies fossiles par ordre de densité : charbon, puis pétrole. A ce sujet, dire que l’éolien est une énergie plus “moderne” que le nucléaire est d’un ridicule complet… L’humanité continuera donc très probablement en utilisant d’abord du nucléaire, puis de la fusion, et après de l’énergie pompée directement du soleil ou que sais-je. Elle utilisera aussi des ENR, mais je pense qu’elles resteront minoritaires.

Guydegif(91)

Je présume que ci-dessus au lieu de : ”…certaines énergies décriées comme telles ne sont pas vraiment vertes.”, l’auteur de l’article voulait certainement dire: ”…certaines énergies décrites comme telles ne sont pas vraiment vertes.”, ce qui collerait un peu mieux avec l’argumentaire ! La vidéo fait un bilan très noir de quasiment toutes les tentatives d’énergies ou techniques-anti-GES alternatives décrites comme essayant de rendre la situation plus ”propre” et acceptable….Certains agissements comme la culture-maïs intensive avec forte conso de fuel, comme intrant pour méthanisation donnant du biogaz ”réputé propre” est qq peu utopique, au lieu de méthanisation déchets agricoles et agro-alim qui serait plus louable ! Comble du comble: agissements en Colombie dans et autour de la plus vaste mine de charbon à ciel ouvert, charbon à destination UE, avec l’aval des autorités, détruisant villages et poumons alentours !!!! Il faut cependant relativiser qq peu et souligner + encourager qqs tentatives d’amélioration réelles. Ainsi, au-delà et en plus des Economies d’énergies + Efficacité dans bâtiments et mobilité, les technologies évoluées pour la combustion améliorée du charbon / lignite, plus captage+séquestration du CO2 (CSC) dans des couches géologiques ad hoc ou conversion dans des serres de plantes adéquates à photosynthèse boostée, co-combustion du charbon avec BioCoal obtenu par Pyrolyse de biomasse pour améliorer qualité de la combustion et GES réduits, de la génération EnR-Biogaz par valorisation-méthanisation de déchets agricoles et agro-alimentaires… Ces actions ne sont pas aujourd’hui suffisantes, mais la direction est bonne et doit être poursuivie ! Economies d’energie + EnR : combinaison gagnante pour la Planète ! A+ Salutations Guydegif(91)

gp

et vous, vous défendez un modèle où la planète Terre a un rayon quasi infini, sinon qui s’accroit plus vite que les richesses que l’humanité essaye d’en extraire… Ce mode là, tout bon physicien a en principe l’honneteté de dire qu’il ne colle à aucune réalité physique et pourtant, c’est exactement celui que vous défendez. A vous lire, on a l’impression qu’aujourd’hui seule l’énergie disponible est le facteur limitant pour pouvoir continuer à faire croitre indéfiniment le PIB mondial et donc la richesse moyenne par habitant disponible. J’en déduis donc que vous lisez très peu les journaux, très peu les magazines scientifiques, quasiment aucunes des publications récentes faisant état de la diminution INQUIETANTE des stocks de poissons et autres richesses naturelles issues des milieux halieutiques, même chose s’agissant de la dégradation ALARMANTE de l’état des sols (en qualité comme en quantité) et des terres arables, etc, etc… Quant à la dimension solidaire, à l’heure du tout Internet, il faut bien évidemment l’entendre à l’échelle planétaire et pas uniquement à l’échelle du petit pays France dont les acquis sociaux de ces 30 dernières années ont été indirectement financé par la mondialisation et l’exploitation de la mdo à bas coût… Bref, votre modèle n’est à aucun point de vue plus défendable que le “mien” qui n’a rien d’un modèle décroissant ou je ne sais qlq autre idéologie sortie tout droit d’un film de science fiction. Le “mien” de modèle est basé sur une observations et une analyse des faits et des chiffres. Et ne vous en déplaise, les chiffres ont cet énorme avantage d’être tétus puisqu’ils ne correspondent ni + ni – qu’à une traduction analogique de phénomènes physiques. CQFD.

Stephsea

La télé adorre nous fair emirouter des solutions miraculeuses pour les déchoir immédiatement après, et plus elle en a fait un miracle et pire est la dénonciation qui suit. C’est du SPECTACLE!!! Et en aucun cas la réalité, que ce soit une ode à la trouvaille miraculeuse de M. Tournesol ou un vibrant appel à notre conscience sur un danger palnétaire imminent. L’éxagération et la mise en scène fantasmagorique sont les règles d’or de ce spectacle. C’est certes attrayant et presque addictif mais complètement bidon. N’y a t’il rien à tirer de ces programmes? Ca dépend, mais globalement non. Il ya surtout beaucoup de concéqaueces facheuses pour nso société si ils sont regardés et interprétés autrement que comme une distraction. Certains naïfs prennet tout ça au pieds de la lettre, et cela fait office d’intelligence. On ne peut pas nier que ce peut créer une vraie tension sociale par la suite, incitant les “crétins” à prendre des positions radicales et ridicules, à rapprocher donc des comportements mystiques et religieux du moyen age (en occident). La télé, Arte y compris, est l’opium du peuple, opium aux conséqueces parfois facheuse… Faut il condamner la télé et les créatifs ou pseudos journalisme qui la nourissent? Non, mais il faut clairement exercer un sévère esprit critique. Dans la télé tout ce qui est dit est vrai (c’est la force de l’image!), mais réciproquement touts les raisonnements et concluions qu’on croient devoir nous imposer sont FAUX. C’est pour ça que j’aimais le silence de StipTease… Que de l’image, pas d’idées, pas de thèses. Quant au fond : la croissance, l’emploi, l’énergie, l’environnement, etc. Retenons que nous avons mangé notre pain blanc. Comme le dit très justement GP, toute croissance atteint une limite (connue!), et ne peut donc être un objectif en soi ou ue solution durable. Vivre, c’est croitre et décroitre, alternativement, on en grandit pas indéfiniment. On vit, on construit puis tout retourne à la poussière inexorablement. La croissance ne peut qu’être PONCTUELLE et est en balence avec une décroissance. Rien ne se crée, tout se transforme, tout se stransfère. Toute croissance est au détriment d’une réserve quelquonque qui n’est pas infinie ou au prix de la décroissance d’un autre. Quand je mange un boeuf, il décroit pour me permettre de croitre. Quand je suis mangé par un lion ou par un asticot, il croit et je décroits, et ainsi de suite. La durabilité est donc la gestion de ces cycles pour éviter des pahses extrêmes de décroissance, qui suivent évidement des pjhases de croissance extrême. Je vsou laisse réfléchir à ce que les humains vivent depuis quelques décennies en terme de croissance, et le mouvement lmogique qui devrait suivre. Pouvons nous seulement freiner le balancier? Pas sûr. Et qui le souhaite vraiment?

Bachoubouzouc

Vous contredisez ce que je dis sur deux points : 1) Les ressources de la planète, en citant notamment les réserves halieutiques et l’état des sols. Je vous ferais remarquer que d’une part vous ne me contredisez pas sur le chapitre énergie, qui était le sujet de départ. D’autre part l’humanité pourrait limiter par voie réglementaire sa consommation de poisson sauvage sans trop en souffrir. On peut manger plus de steaks soja et moins de poisson tout en vivant très bien. C’est donc un peu anecdotique dans notre course au pouvoir d’achat… Enfin, pour l’état de nos sols, le problème n’est pas notre consommation énergétique ou notre pouvoir d’achat mais plutôt notre nombre : Riches ou pauvres, nous mangeons plus ou moins la même quantité de nourriture, et éventuellement nous pourrions réduire notre consommation de viande sans là aussi handicaper trop notre pouvoir d’achat. Dit de manière un peu caricaturale : Peut être que dans un siècle on ne pourra plus manger que du tofu et du poisson d’élèvage, on aura peut être saccagé notre planète mais on pourra toujours se payer plein d’ipad (fabriqués avec de la matière première recyclée, extraite du fond des océans ou prélevée sur la surface de la lune). 2) Nos acquis sociaux “financés par la mondialisation et l’exploitation de la MO à bas coût” Quand les chinois auront, d’ici pas très longtemps, atteint le niveau de richesse qui leur permet d’avoir eux aussi un état providence (ou du moins l’équivalent local), qu’est ce que vous direz ? Et pour les indiens, après eux ? La vérité est que nos acquis sociaux ont été obtenus essentiellement par la mécanisation de notre agriculture, qui nous a permis de ne plus avoir 90% de notre population travaillant aux champs. Donc “CQFD” rien du tout. Et je vous vois déjà me dire “Bel avenir que vous nous prédisez là !”, mais cela a 1000 fois plus de chances de se produire qu’une humanité acceptant volontairement de vivre avec moins de pouvoir d’achat que ses parents.

fredo

entre 7500 installations en Allemagne et 200 en France, il existe probablement un juste milieu, qui consiste à exploiter le potentiel biogaz des matières agricoles résiduelles (12Mtep en France d’après les travaux du comop 10 du Grenelle Environnement, sur un potentiel total biogaz estimé de 16Mtep) Petite question: pourquoi l’Allemagne a-t-elle introduite en 2004 une prime à l’usage de plantes énergétiques? Avis biernvenus

Sicetaitsimple

Voilà ce que vous écriviez le 6 de ce mois: “Dire que Arte est une chaine idéologique qui sert uniformément et unilatéralement un grand projet égémonique pro allemand est un peu ridicule. C’est le sens de votre démonstration malheureusement. Vous devriez regarder plus assuement pour comprendre que Arte est avant tout une chaine qui offre une tribune à une expression de qualité, qui ne peut emmergée ailleurs. ” Bon, c’était à propos du démantèlement du nucléaire…..

Herve

@ Fredo. C’est dit dans le reportage, au début ça devait convertir des déchets en biogaz. Ils auraient du s’en tenir là. Seulement l’appat du gain subventionné… Je trouve ce documentaire assez bon, faut juste avoir conscience qu’ils ont focalisé sur les échec les plus flagrants. Mais la trame n’est pas fausse. Le problème c’est qu’en allemagne ils font passer la charrue avant les boeufs. Ce qui devrait se limiter à des expérimentations locales et un déploiment modéré c’est transformé en développement à outrance, sans prendre le temps de mesurer les impacts négatifs ou de régler tous les détails et effets secondaires. En France je pense qu’on est beaucoup plus dans la bonne méthode, on y va doucement (or solaire PV ou on a commencé à céder à un emballement puis retour a la raison assez douloureux). Aprés Nucléaire, ENR, ou nouvelle découverte qui va tout balayer, sur le long terme, difficile de savoir qu’est ce qui Sera utilisé. 100% d’accord avec Bachi sur le fait que l’energie combat l’esclavage. Toutefois, on doit pouvoir faire pareil avec un peu moins.

Herve

@ Sicetaitsimple Remarquez ça lui donne pas totalement tord, on peut pas dire que ce coup ci, ils ont servi les intérets allemands! Arte diffuse souvent des documentaires “à charge” (dans tous les domaines, mais il est vrai assez rarement contre les escrolos). Dommage qu’ils ne soient pas plus équilibrés.

Sicetaitsimple

Je ne pense pas pouvoir répondre précisement à votre question, ceci dit: – 2004 correspond à une révision de l’EEG ( la loi sur les renouvelables 2000, 2004, 2009, 2012 pour les différentes versions). – Je comprends quoique n’étant pas un spécialiste qu’une installation biogaz, même si elle est avant tout destinée à traiter des résidus, nécessite quand même pour optimiser le fonctionnement tout au long de l’année de pouvoir y introduire en complément des matières autres, et de ce point de vue de l’ensilage de mais, parfaitement stockable, est un appoint pratique. – la dérive, c’est effectivement de voir des digesteurs totalement alimentés aux cultures energétiques…..

Moment

J’ai adoré cette soiré théma , surtout la partie concernant le charbon . J’avais toujours lu que le charbon était une energie locale , le gaz une energie régionale , et le pétrole une energie mondiale bref qu’il n’y avait que le pétrole et un peu le gaz qui franchissaient les frontières et là j’apprends que le charbon non seulement franchit des frontières mais en plus franchit des océans !!! L’Europe qui importe de Colombie du Charbon ,J’ai du me frotter les yeux et les oreilles . @ bachou . Moi la décroissance démographique j’y crois , de gré … ou de force . par contre l’utopie ecologiste , même si j’y adhère , je sais par expérience que c’est plutôt dur physiquement , ça prend énormement de temps avec pas mal de désillusion à l’arrivée .Faut être patient , modeste sur l’attente des résultats , d’où l’importance pour ceux qui y adhèrent ,qui souhaitent faire le pas de la transition de ne ma attendre le bon moment mais de commencer le plutôt possible . ça evitera les mauvaises surprises au plus mauvais moment si le système se casse la gueule .

Dan1

Pour ma part, je considère que les élucubrations “vertes” de nos voisins ont une vertu : Nous montrer par l’expérience les limites à ne pas franchir et les travers des systèmes de développement à base de subventions. Cela doit nous conforter dans l’idée qu’il ne faut pas copier bêtement le “modèle” allemand mais seulement s’en inspirer. Et puis, il n’est pas interdit d’instiller un peu d’écologie raisonnable dans les systèmes “verts” afin d’éviter que certains écologistes ne se demandent si leurs concitoyens ne marchent pas sur la tête… notamment à propos des tourbières (voir à partir de 10mn 20sec). Au moins Jürgen Augustin dormirait mieux.

Sicetaitsimple

Tout d’abord, merci à Enerzine d’avoir relayé le lien vers cette emission, en premier lieu signalée par “GPT”?, puis par moi-même, puis Dan1 hier. On peut en penser ce qu’on en veut, c’est du journalisme et pas de la science, c’est forcément axé sur les défauts, mais bon, il est rare d’avoir d’avoir une emission qui “critique” le charbon et qui “critique” en même temps la biomasse sous toutes ses formes ( combustible, biogaz, agrocarburants). Pour Moment: le charbon est effectivement (au moins aujourd’hui) une energie “locale”, seuls 15% de la production mondiale font l’objet d’exportations.

Dan1

J’ai tenter plusieurs fois d’attirer l’attention des lecteurs sur les importations de charbon colombien en Allemagne, mais cela n’intéresse pas vraiment les “écologistes” d’Enerzine : Et pour ceux qui veulent savoir ce qu’importe l’Allemagne, il ya l’AGEB :

Dan1

Attention, il ne faut pas confondre le charbon Hard Coal et le lignite. Le lignite est essentiellment exploité localement alors que le charbon voyage beaucoup, y compris d’Australie vers la Chine ou des Etats-Unis vers l’Europe. L’Allemagne exploite donc localement le lignite (350 ans de réserve) accessoirement en rasant de villages, mais importe de plus en plus de charbon car la production locale subventionnée ne va pas à la hausse.

Stephsea

Mon hobby, c’est donner du fil à retordre aux esprits simples, si simples, sicetaitsisimple… “Esprits simples”, n’y voyez aucune nuance péjorative. Un esprit simple est juste… simple. Votre enquête sur mes écrits est très interessante (flatteuse aussi!), et mériterait d’être poussée encore. Peut être trouverez d’autres contradictions, et matière à publier un petit livre sur le sens profond de mon message, sur son caractère unitaire et principal sous le couvert d’apparentes tergiversations. Un mistère, un complot… Et avant de pousser plus loin, expliquez mieux en quoi mes propos se contredisent, car cela mérite probablement une démonstration un peu plus convaincante. Arte peut être une chaine spéciale et originale, tournée vers la culture et les expressions indépendantes sans renoncer à la partie principale de son ADN, partie qu’elle a en commun avec toutes les autres télés? Mais ce qui m’étonne le plus (et me chagrine un peu), c’est que cette remarque sur le chapitre “forme” tend à faire oublier (dicréditer de manière assez vicieuse?) le reste de mes propos, dans le chapitre de “fond”.

Moment

Merci pour les précisions sur le Charbon

Alain77

– On ne voit pas bien le rapport entre le charbon qui occupe la moitié du documentaire et les énergies propres. – Je doute que les enr réprésent seulement 1% du mix europééen mais plutôt 20% avec l’hydraulique – Les éoliennes ont largement la capacité technique et économique de nous sauver (de réprésenter une part importante du mix)!

Sicetaitsimple

Rassurez-vous et ne soyez pas flatté, je n’ai pas de moteur de recherche dédié sur Enerzine, juste un peu de memoire et là ça fait moins de 10 jours que vous avez dit (en gros…) le contraire de ce que vous dites aujourd’hui à propos des reportages d’ARTE. Vous parlez de forme et de fond? J’avais choisi de ne pas poursuivre un débat récent sur la continuité de la fourniture d’énergie dans les iles bretonnes , ou vous m’aviez traité de libéral capitaliste et plus tard de “ségregationiste”, c’était le 26/04, pas bien loin non plus…. “C’est une posture libérale et capitaliste qui est fondée en logique pour tout ce qui n’est pas essentiel à la vie, à la liberté et plus généralement à la garantie d’un minimum d’égalité en démocratie.” J’avais donc arreté, mais pourtant je remarque qu’en plus, 80% des “abonnés” de Hoedic sont des résidences secondaires, cf. le site de la mairie: Alors, si le “fond” , c’est de sécuriser l’alimentation des résidences secondaires d’Hoedic, effectivement je ne peux que constater que nous ne sommes pas d’accord….

Sicetaitsimple

pour cause de lien unique dans un message, je vous rappelle vos propos ici: Je suis complètement ségregationniste vis-à-vis de dépenses inconsidérées pour assurer la continuité d’alimentation des résidences secondaires des iles bretonnes, et je l’assume complètement!

Bruno lalouette

C’est très moche de dire que le biogaz c’est moche et pas du tout écolo! Pour moi qui aime beaucoup cette chaine, sa crédibilité est engagée de manière durable! L’honnêteté eut été de dire, “le maïs c’est mauvais pour faire du biogaz ou du bioéthanol, mais en revanche les déchets sont excellents”. Parce que les déchets dégazent du méthane 25 fois pire que le CO2, et que le gaz naturel avec le biogaz sont les 2 énergies les plus propres! Combattre le biogaz c’est encourager le gaz de schiste et les produits pétroliers. Ce qu’il y a de mauvais aussi c’est le système impôts/subventions avec des productions planifiées par des technocrates. Le marché est comme les saisons, il a des cycles et des sauts d’humeur avec une offre qui varie en permanence, mais quand le marché fait de la planification tout devient faux, cela va des subprimes à l’euro en passant par la PAC. Alors même si il est vrai qu’il y a de la racaille en col blanc dans le système, j’en veux à ces intégristes qui se disent écolos, mais qui sont surtout très très rouges à l’intérieur. Et je leur dis attention, vous avez voté pour l’état collectiviste et à notre dame des Landes vous avez du collectiviste qui nient votre droit à la propriété privée, et comprenez bien que le collectiviste n’est qu’un fascisme comme un autre. Partout en Amérique du sud les états gauchistes sont au moins aussi pires que les pires multinationales avec les indiens et la forêt, voir le Brésil socialiste à ce sujet, qui soit dit en passant est train de ruiner ses propres investissements pétroliers! J’ai reçu il n’y a pas longtemps un email de la fondation Hulot, qui propose rien de moins que la suppression des frontières pour les produits alimentaires du sud… Bien-sûr la plupart de ces produits sont périssables et arrivent par avion… Et si ils durent longtemps et prennent le bateau soyez certains qu’ils sont bourrés de produits chimiques à base de pétrole! Maintenant en Europe il y a des millions d’hectares qui ne sont pas exploités, la Russie et l’Ukraine ont pour le moment des rendements faibles, et l’africain produit 2t de blé à l’hectare pendant que le français en fait 14! Bref la planète est loin de mourir de faim, même pas à 9 milliards, par contre la bétise elle, nourrit l’intégrisme, qui de tout temps à toujours tué dans un grand plaisir sadique. Demandez-vous donc pourquoi les Mélenchons et les Montebourg qui ne veulent pas entendre parler défiscalisation pour les startup, veulent absolument conserver un dailymotion qui s’adressse aux jeunes… Juste pour faire ce que vient de faire Arte avec ce documentaire, de la manipulation de masse!

jpdebangui

Toujours les verts et l’écologie… Mais l’ECOLOGIE s’est totalement dévoyée en faisant de son business la politique. L’écologie est l’étude des équilibres naturels et la compréhension de leur évolution par les ineractions multiples de l’homme mais aussi de la nature (tsunamis, volcans, tremblement de terre,… que nous sommes petits face à ça ! Heureusement que nous le resterons encore longtemps!). Alors, loesqu’on couvre des km² de sol avec des panneaux solaires, étudie-t-on l’impact ? Lorsqu’on modifie les vents avec les éoliennes, les courants avec les hydroliennes, les cours d’eau avec les barrages, la nature avec les routes…. PENSE-T-ON VRAIMENT ECOLOGIE ?… Ne s’arrêter qu’aux problèmes de l’énergie est vraiment une petitesse de l’esprit.

fredo

merci pour cet avis (sur cultures énergétiques), sûr qu’il s’agit d’une dérive !

fredo

toujours dans la rubrique conflit d’usage, couvrir des terres agricoles de centrales PV est aberrant nous sommes bien d’accord. Mais en placer en toiture de bâtiments d’activité a tout son sens.

Jfk

L’Allemagne développe depuis 2001 un programme de recherche alternatif des CIVE (culture intermédiaire à vocation énergétique), pendant ce temps nos petits conservateurs un peu simplistes campent sur leur positions en nous rabachant leurs éternelles confusions. Mais c’est vrai que l’Ademe vient juste d’intégrer cette notion, cette “folie des grandeurs” est comparable à celle des pro-nucléaires, tout en faveur du gigantisme et des géants de l’industrie. Mais sans envisager un changement de paradygme. Appliquées à nos 30 millions d’hectares les CIVE permettraient de produire 2 fois nos importations de gaz. Sans tenir compte des déchets organiques qui s’intégrent parfaitement dans cette stratégie. La ville de Lille a fermé 3 incinérateurs depuis qu’elle a mis en place un programme de méthanisation des déchets organiques ménagers.

Jfk

L’Allemagne développe depuis 2001 un programme de recherche alternatif des CIVE (culture intermédiaire à vocation énergétique), pendant ce temps nos petits conservateurs un peu simplistes campent sur leur positions en nous rabachant leurs éternelles confusions. Mais c’est vrai que l’Ademe vient juste d’intégrer cette notion, cette “folie des grandeurs” est comparable à celle des pro-nucléaires, tout en faveur du gigantisme et des géants de l’industrie. Mais sans envisager un changement de paradygme. Appliquées à nos 30 millions d’hectares les CIVE permettraient de produire 2 fois nos importations de gaz. Sans tenir compte des déchets organiques qui s’intégrent parfaitement dans cette stratégie. La ville de Lille a fermé 3 incinérateurs depuis qu’elle a mis en place un programme de méthanisation des déchets organiques ménagers.

Jfk

Ceci dit Arte à raison d’insister sur les abérrations commises en Allemagne, à nous de faire mieux, d’organiser cette industrie et ses filiales. Au lieu de laisser nos pépites se vendre à des compagnies étrangères. Des entreprises innovantes comme Akaeno qui vient d’être racheté par un groupe Américain, pendant que Montebourg soutient la branche nucléaire il délaisse les industries d’avenir.

Jfk

L’état ne doit pas s’occuper de la production, mais mettre tout en ouevre pour l’organiser et la réglementer.

Stephsea

@ Sicetaitsisimple… Pourquoi perdre votre temps et gâcher votre prestance intelectuelle en condescendant à vous acharner sur ma prose? N’avez vous pas de projet plus constructif? Ou souhaitez vous absolument me confectionner une muselière cadenassée? Et pourquoi? Car je dois le préciser, et c’est ce qui me fait réagir, vous prennez un soin particulier à piétiner le fond et la structure de mes propos, avec une méthode artificielle et systématique qui confine à une certaine perversion…

Sicetaitsimple

Vous n’allez quand même pas nous faire votre Calimero? Si on écrit, même sur quelque chose d’aussi anodin que le forum d’Enerzine, on s’expose…à ce que quelqu’un souligne que vous racontez une bétise avec preuve à l’appui. Que je remarque qu’à 10 jours d’intervalle vous emettez deux jugements totalement contraires sur Arte, bah voilà, c’est “pris la main dans le pot de confiture”, à vous d’assumer, ce n’est quand même pas à moi d’y remédier. Pour les reste, relisez vous: sur 2 posts, me faire traiter “à froid” de “libéral capitaliste ségrégationniste” ce n’est pas forcément très agréable. Ca peut arriver de dépasser un peu les bornes, ça m’est arrivé, mais c’ètait généralement après que la pression ai eu le temps de monter. Réfléchissez là aussi avant d’écrire. Sans rancune.

Nicias

Arté propose du temps de cerveau disponible pour vendre l’idéologie écologiste. Ce n’est pas mieux que la téléréalité, juste plus sournois.

Bachoubouzouc

“Je voudrai retourner le problème et ma question est: pourquoi avons nous besoin de produire autant d’energie (svp si vous voulez répondre à cette question, ne soyez pas insultant ou agressif, essayez plutôt d’être constructif ou d’éclairer ma lanterne qui elle marche au diesel)?” Damien, vous posez ici une question récurrente sur Enerzine et dans les débats sur l’écologie : “Pourquoi est-il nécessaire d’avoir autant de pouvoir d’achat, et d’en avoir une augmentation permanente ?” En effet, le pouvoir d’achat et la consommation d’énergie sont intimement liés, selon une idée de J.M. JANCOVICI qui elle aussi fait débat. A cette question, on peut répondre de plusieurs manières : 1) Parce que c’est ce que demande “le peuple”. En effet, tous les sondages sur pratiquement tous les sujets montrent que le pouvoir d’achat est le souhait numéro 1 de pratiquement tout le monde. Cela aboutit à des choix cornéliens lorsque, par exemple, les français nous disent que le changement climatique est un sujet très grave… mais qu’ils ne sont pas prêts à payer un centime de plus pour y remédier. 2) Parce que au delà des quelques économies et améliorations qu’on pourrait faire ici et là (isolation des logements, réduction du gaspi alimentaire, baisser la température de consigne des logements, accumuler moins de cochoneries dont on ne se sert jamais), l’essentiel de l’énergie qu’on consomme est utilisé à des choses qui sont absolument nécessaire à notre niveau de développement : – transports de notre nourriture, de nous-même pour aller au boulot, à nos études ou en vacances – chauffage de nos logements, pour éviter de mourir la nuit… – soins et protections divers, afin d’augmenter notre espérance de vie. Bref, que des choses auxquelles l’humanité ne renoncera que contrainte et forcée. Les économies d’énergie sont positives et nécessaires, mais elles ne peuvent que rester marginales. Réduire drastiquement notre consommation d’énergie, cela équivaut dans la pratique à revenir en arrière dans le développement de l’humanité.

39
0
Laissez un commentairex
Available for Amazon Prime