Le datacenter s’invite dans la ville du futur

Toujours plus connectée, la ville du futur doit s’appuyer sur une infrastructure de proximité pour la gestion de ses actifs désormais intelligents, selon les principes de l’Edge Computing. Un réseau de micro-datacenters sans les inconvénients du déploiement urbain de datacenters traditionnels.

Par Séverine Hanauer, Directrice des Ventes Data Center & Telecom chez Vertiv France


La ville du futur, ses systèmes, ses données: une criticité croissante

À concept récent, définition fluctuante. La ville du futur n’échappe bien évidemment pas à cet écueil. La présentation qu’en fait Wikipédia reste toutefois suffisamment vaste pour correspondre à ce qu’on peut en attendre dans les prochaines années. À savoir l’intégration de multiples technologies d’information et de communication et d’IoT pour gérer les actifs d’une ville: SI des services locaux, écoles, bibliothèques, transports y compris le contrôle du trafic et les futurs véhicules autonomes, hôpitaux, centrales électriques, réseaux d’eau, gestion des déchets, police et autres services communautaires.

Autant dire qu’en cas d’interruption, les perturbations, encore limitées du fait des projets encore à l’état de balbutiements, pourront être très importantes à l’avenir: désorganisation, impacts financiers & sociétaux, scandale médiatique, etc. Dès lors, les villes intelligentes sont évaluées comme hautement critiques. Une criticité du recueil, du stockage et du traitement des données, et de toutes les applications corrélées, qui implique une infrastructure sous-jacente adaptée.

Pour se prémunir des risques et répondre à la constance du besoin et à la nécessaire performance des systèmes de la ville du futur, l’hybridation de l’infrastructure s’impose avec un cloud privé ou public associé des ressources IT locales selon le principe du Edge Computing. En d’autres termes, la ville du futur accueillera en son sein des datacenters de proximité plus petits et peu contraignants pour les riverains.

Le micro-datacenter,un must have de la ville du futur

Selon IHS, 10 à 20% des besoins totaux de calcul et de stockage seront réalisés en local d’ici 2020, en fonction du secteur concerné. C’est tout l’objectif des micro-datacenters, qui prennent la forme d’une ou plusieurs baies tout-en-un contenant l’intégralité de ce que l’on trouve habituellement dans une salle informatique: onduleur, bandeaux de prises (PDU), climatiseur, contrôle d’accès, détection incendie, sondes, système de monitoring à distance, etc.

Prêt à l’emploi, le micro-datacenter est plus simple à déployer qu’une architecture classique, et peut donc s’installer un peu partout, dans n’importe quel bâtiment de la ville intelligente. Un modèle à mille lieux de la conception traditionnelle des datacenters, dont les coûts d’investissement et d’exploitation sont en contradiction avec l’usage de l’Edge Computing et les besoins d’immédiateté auxquels il répond.

Résilience et évolutivité, les 2 maîtres-mots de la smart city

En quelques années,les technologies se sont imposées dans la plupart, si ce n’est la totalité, des activités du quotidien. À tel point que du point de vue de l’utilisateur, l’indisponibilité ou une faible performance ne sont pas envisageables. Même si dans les faits, une application qui plante sur un smartphone n’est souvent pas bien grave.

En revanche, dès que l’on évoque la gestion des actifs d’une ville toute entière, les conséquences peuvent être autrement plus épineuses voire dramatiques: un système de gestion du trafic qui tombe et c’est la ville «intelligente» toute entière qui peut rapidement se transformer en véritable chaos. L’interruption des services de la smart city n’est donc pas une option, et sa résilience relève d’une considération vitale. Il est donc essentiel de s’assurer de la solidité des systèmes de la ville connectée, ce qui souligne la nécessité d’une connectivité réseau et d’une alimentation électrique ininterrompues.

Mais en l’état actuel des choses, autant sans doute qu’à long terme, la résilience de la ville intelligente n’est pas seulement axée sur la reconstruction et le relèvement, mais aussi sur ses capacités d’adaptation aux évolutions qui ne manqueront pas de se produire quant aux habitudes d’habitat, de travail, de mobilité et plus globalement de modes de vie. Il est donc nécessaire de penser les solutions de son exploitation pour qu’elle ait la capacité de faire face à ces futurs changements, et assurer un fonctionnement continu et efficace de ses actifs connectés.

À propos de l’auteur

Diplômée en Techniques de Commerce International, Séverine Hanauer a occupé différents postes spécialisés autour des ventes d’onduleurs de forte puissance, puis Responsable d’un département Ventes Solutions au sein du groupe Emerson, notamment en tant que Directrice des Ventes Thermal Management. Elle est aujourd’hui Directrice des Ventes Data Center & Telecom et Directrice Consulting & Solutions, chez Vertiv (anciennement Emerson Network Power) spécialisée dans la protection et l’optimisation des infrastructures sensibles pour datacenters. Séverine Hanauer est également membre du Gimélec et de France Datacenter. Elle intervient régulièrement lors de conférences, débats, évènements liés au milieu IT et aux datacenters en particulier.
Partagez l'article

 



[ Tribune libre ]

Articles connexes

avatar
  Souscrire  
Me notifier des